ARCHIVES/Plan de Lyon et de Paris au XVIe siècle

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 21/06/1981, de manière anonyme.

Le plus connu de tous les documents iconographiques lyonnais est certainement le fameux « plan scénographique », abondamment reproduit, surabondamment utilisé pour illustrer livres ou articles sur le Lyon de Jadis.

Plan scénographique de Lyon en 1550
©Archives municipales de Lyon

On sait qu’il se compose de vingt-cinq feuilles dessinées entre 1545 et 1553, gravées sur cuivre. On en connait une seul exemplaire ancien, conservé aux Archives Municipales, et jamais n’en a été signalé aucun autre. Au siècle dernier, il fut reproduit en fac-similé, par le graveur Séon, aidé de Dubouchet.

Fac-similé, par le graveur Séon – 1872-1876 – Musées Gadagne (INV N.1675)

C’est de cette réédition que l’on se sert couramment. La qualité du travail de Séon force l’admiration. Sa gravure est à la fois élégante et d’une fidélité parfaite par rapport à l’original, comme on peut s’en assurer par des comparaisons minutieuses : dessin, procédés d’ombrage ont été scrupuleusement respectés, si bien qu’on peut lui faire toute confiance et tirer parti sans inquiétude des innombrables renseignements qui nous sont livrés sur l’aspect de la cité et maints détails de la vie quotidienne.

Mais, sur ce plan, pèse une énigme. La date en a été établie par critique interne, en notant les éléments de construction dont la chronologie est connue (notamment les travaux aux remparts). Mais on ne possède aucun document qui nous révèle le nom de son auteur, ni de l’autorité qui en passa la commande. Ce ne fut pas le Consulat de Lyon, car il en aurait conservé la trace dans sa comptabilité, ce qui n’est pas le cas. Alors, le Roi ?

Vraisemblablement : On ne voit que lui, hormis la municipalité, pour avoir pris l’initiative d’une  entreprise de cette importance. L’hypothèse est d’autant plus acceptable qu’on sait qu’Henri II, en 1550, prescrivit l’édition d’un plan de Paris.

La réédition récente du plus ancien plan conservé de Paris rend possible une comparaison qui, à notre connaissance, n’a encore jamais été faite, et permet de vérifier si les deux plans de Paris et de Lyon peuvent être attribués au même auteur. Il s’agit du plan gravé par Truschet et Hoyau, en 1550, dont le seul exemplaire connu est conservé non à Paris, mais à la bibliothèque Universitaire de Bâle.

Plan de Paris vers 1550 par Olivier Truschet et Germain Hoyau – Bibliothèque universitaire de Bâle

Gravé sur bois, il correspond étroitement à un autre plan gravé sur cuivre, dit «  Plan de Saint-Victor ».

Plan de Saint-Victor vers 1550, d’après la reprise de Dheulland en 1756. Plus ancienne version fidèle du plan premier – Bibliothèque nationale de France, RESERVEFOL-QB-201(7).

Tous deux furent établis à partir d’un autre, disparu, qui lui-même reprenait en réduction les données d’un plan manuscrit levé entre 1520 et 1530, et tenu à jour jusqu’en 1550. On peut supposer, sans en avoir la preuve écrite, qu’un atelier suivi le travail durant tout ce temps. Mais peut-on conclure, comme le fait l’auteur de la notice d’après des plans ultérieurs (Braun, 1572), que de cet atelier sortit aussi le document lyonnais ?

Au premier examen, des ressemblances et des différences sautent aux yeux :

De part et d’autre, le style est semblable, notamment dans la façon de traiter les édifices, et identique la volonté de représenter la réalité : les monuments remarquables et les immeubles isolés sont dessinés avec un évident souci d’exactitude, tandis que, dans les rues et quartiers de construction dense, les maisons se reproduisent sur le même type.

Mais les différences sont nombreuses : 

Tout d’abord dans les dimensions : le plan de Lyon en vingt-cinq feuilles, mesure en tout 2,19 x 1.71 m. Les plans de Paris, pour une surface de terrain plus grande, se compose de huit feuilles (Bâle) et quatre (Saint-Victor), et mesurent respectivement 1,33x 0,96 m et 0,82 x 0,66 m.

Le plan de Paris est un vrai plan, avec vue perspectives des constructions. La déformation planimétrique est modérée. Le plan de Lyon est en fait une perspective du terrain lui-même, vue par un observateur qui se tiendrait à peu près à l’aplomb des Brotteaux. La déformation est sensible.

Une observation attentive fait apparaitre de nombreuses autres différences (en tenant compte du fait que, le plan de Bâle étant gravé sur bois, il faut retenir les seules différences de dessins, qui apparaissent également dans le plan de Saint-Victor).

A Paris, une ligne d’horizon apparaît au sommet du plan, non à Lyon.

Le relief est noté avec plus de soin à Paris ; à Lyon, seuls sont visibles les grands apics de rochers (comme Pierre-Scize).

Les cartouches encadrant les légendes sont ornées abondamment à Lyon, presque pas à Paris.

Détail du plan scénographique de Lyon daté de 1550
©Archives municipales de Lyon

A Lyon, les types des immeubles urbains sont beaucoup mieux différenciés qu’à Paris.

Les scènes et personnages sont beaucoup plus nombreux et mieux traités à Lyon, avec une élégance qui rappelle (de loin) le style du célèbre Bernard Salomon. A Paris, le dessinateur s’y est manifestement peu intéressé.

On pourrait relever bien d’autres différences (dessins des arbres, des murs des maisons, des jardins), mais les limites de cette notice obligent à se restreindre.

En conclusion, on peut dire avec certitude que les plans de Paris sont dû non seulement à un autre graveur (ce qui est évident) mais à un autre dessinateur (et moins bon que celui de Lyon). Ils n’ont pas été levés sur le terrain selon les mêmes principes. Même si ces documents sont dûs, l’un comme l’autre, à l’initiative royale, l’hypothèse la plus plausible est qu’ils ont été réalisés par des auteurs différents.

Mais cela ne nous dit toujours pas qui est celui du plan de Lyon…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.