PATRIMOINE/Histoire de la salle Gayet

Il existe à Caluire et Cuire une propriété à l’histoire des plus singulières et bien connue des historiens. Elle eut un succès important en France et en Europe dans la première moitié du XIXe siècle : la salle Gayet (ou café Gayet) du nom de son propriétaire Pierre Gayet qui rendit célèbre cet établissement.

Portrait de Pierre Gayet. Scan du livre « Une promenade lyonnaise célèbre sous la Restauration. Le Cours d’Herbouville et la Salle Gayet ». Edmond Delaye. 1931

Elle appartenait à un grand domaine appelé la Sablière qui s’étendait de l’ancien cours d’Herbouville au plateau de l’actuel quartier Bissardon. Cette propriété, voisine de l’Oratoire, a appartenu successivement

Du début du 17ème siècle à 1693 : à la famille Chalmette, tous marchands bourgeois de Lyon. Acte de vente de l’an 1693 passé devant le notaire Levet.
De 1693 à 1715 : à Pierre Louis de Bermond comte de Puisserguier, ancien capitaine au régiment de Piémont infanterie, et à son épouse Jeanne Françoise Durson. Acte de vente de l’an 1715 passé devant le notaire Orlande.
De 1715 à 1730 : à Joseph Arnaud, receveur général des Douanes (décédé en 1730) et à son épouse Magdelaine Sorbière. Inventaire après décès rédigé en 1731.
De 1730 à ~1775 : à Magdelaine Sorbière, épouse en secondes noces du comte Pierre du Soupat, chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis et capitaine au régiment du Piémont infanterie (décédé en 1734). Le comte du Soupat avait légué à son épouse un important domaine à la Guillotière. Veuve par deux fois, la dame Sorbière se retrouve donc à la tête d’un important patrimoine immobilier. Testament olographe de la veuve du Soupat rédigé en 1772 (recueilli par le notaire Tournilhon père).
~1775 à 1780 : à Jean-André Jacquier, officier de cavalerie, neveu de la précédente. (Acquittement de la succession Sorbière en 1777). Il vend aux enchères la Sablière. Acte d’adjudication de l’an 1780 passé devant le notaire Tournilhon père.
1780 à 1796 : à Antoine Moynier, homme d’affaires dans la fabrication des draps de coton et bazins dont la fabrique était au faubourg St Clair.  Il occupait aussi les fonctions de conseiller et procureur du roi pour la juridiction des gabelles de Lyon. Il laisse des héritiers qui vendent en 1796 (acte de vente passé devant le notaire Detours).
1796 à 1798 : à Pierre Gayet (voir le récit de sa vie ci-après).

Pierre Gayet eut une vie particulièrement mouvementée. Né à Lyon en 1754, il s’établit d’abord marchand d’épices dans le quartier de St Nizier avant de se marier le 16 Juin 1776 avec Jeanne Marie Janet, originaire de Brullioles en Lyonnais. Il agrandit et dut déplacer son commerce en 1784 rue Malpertuis. La fortune lui sourit encore l’année suivante : le 28 février 1785, Louis XVI autorisa par lettres patentes la vente de poissons de mer frais. Cette prospérité croissante déplut fortement à la municipalité révolutionnaire de 1793 qui l’accusa de cacher un prêtre réfractaire. Il fut conduit à l’échafaud, place Bellecour, en charrette avec plusieurs autres condamnés, où il devait périr, mais la vie honnête qu’il avait menée jusqu’à son arrestation et la justice avec laquelle il dirigeait son personnel lui permit d’être sauvé in extremis par un de ses ouvriers, dont Delaye a rapporté les propos :

Citoyen Gayet, courbe toi et fuis, tu as été bon pour nous et nos familles, nous ne voulons pas être responsables et témoins de ta mort.

Le siège de Lyon et la Terreur prirent fin et Pierre Gayet revint à Lyon où il commença par acheter la maison Milanais, construite en 1764 par Soufflot sur la place Tolozan. Il acquit en outre d’autres grandes propriétés dans la région lyonnaise afin de se constituer des rentes : il les conservera en partie jusqu’en 1811.

Acte d’acquisition du 30 octobre 1796 reçu par le notaire Detours (Moynier à Gayet). Archives départementales du Rhône. 3 E 9416 .

Le 30 Octobre 1796, il acquiert la Sablière des héritiers d’Antoine Moynier. Pierre Gayet habite alors rue St Cosme. Cette ancienne propriété fut utilisée pendant le siège de Lyon en 1793, lorsque l’armée conventionnelle envahit les jardins pour y placer des batteries et tirer sur les marais de la Tête d’Or et la redoute du pont Morand. Une description précise de la propriété est faite dans l’acte de vente Moynier-Gayet, montrant les saccages opérés quelques années plus tôt lors de cet épisode historique :

Lequel domaine consiste en deux tènements tous deux situés en la commune de la Croix-rousse au territoire vulgairement appelé la Sablière.

Le premier sous le numéro 43 entièrement clos de murs se confine au matin par la route appelée la Sablière au nord par la ruelle allant du faubourg de la Croix-rousse au domaine ci-devant de l’Oratoire au soir par une autre ruelle allant de la précédente à la maison Chazette et enfin au Midi par la dite maison Chazette et ses dépendances une partie cour ou espace paraissant commune aux deux propriétés dans la longueur seulement des bâtiments des maîtres qu’est à peu près la même de part et d’autre et pour le surplus par un mur de clôture paraissant mitoyen entre les deux maisons. Ce clos contenant environ six bicherées mesures de Lyon prend ses entrées par les ruelles données pour confins côté soir et côté matin et comprend outre les terrains cultivés en différents genres de culture. En premier lieu, la maison bourgeoise composée d’un bâtiment avec rez de chaussée d’un bâtiment, premier et second étage et d’un autre bâtiment à côté avec rez de chaussée seulement. Ces deux bâtiments sont dans un très grand état de délabrement, ils sont en général, dépouillés de toutes leurs fermetures, ferrures de serrures les plus essentielles, et de la presque totalité de leur agréments, les clôtures sont très dégradées, il y existe trois grandes ouvertures qui ont été pratiquées pendant le siège de Lyon et qui sont en ce moment fermées provisoirement que par des barrages en bois. En second lieu, et comprend la maison pour le grangeage composée d’un rez de chaussée avec grenier au-dessus, précédée d’une cour particulière à ce grangeage dans laquelle sont en outre des écuries et dépendances.

Le second tènement en face du précédent n’en est séparé que par la ruelle de la Sablière, il est confiné côté soir par la dite ruelle de la Sablière au moyen d’un mur de clôture dans toute la longueur de la dite ruelle ; au Midi par la maison et terrains appartenant au sieur Dufour dont partie n’est séparée que par une haie ; au matin par le fleuve du Rhône le grand chemin de St Clair, tendant de Lyon au département de l’Ain, entre deux et enfin au Nord par les balmes incultes dépendantes du domaine ci-devant de l’Oratoire, au moyen d’une haie dans une partie de la longueur de soir au matin, et d’un mur de clôture pour le surplus, côté soir, dans lequel est une partie d’environ six pieds et demi de largeur pour la desserte de ce second tènement qui contient environ neuf bicherées, même mesure de Lyon, y compris les deux bâtiments le long du chemin St Clair dont sera ci-après parlé, les ferrures de cette porte ont été enlevées.

Au soir de ce tènement, prenant en outre son entrée par un portail dont la grille autrefois en fer a été enlevée et remplacée par une mauvaise fermeture en bois, est une terrasse formant un jardin potager ; à l’angle septentrional et occidental est une serre pour l’arrosage ; à l’autre angle oriental et méridional sont les restes d’un petit pavillon entièrement détruit et dans le milieu à peu près de sa longueur est un perron à deux rampes conduisant à la vigne au dessous de la dite terrasse au matin de ce tènement et en dépendant sont deux bâtiments, l’un et l’autre le long du chemin St Clair sous le n°20, le plus grand des deux forme un corps de bâtiment double, si ce n’est endroit de la cour commençant au premier étage, et à peu près dans le milieu de la longueur, il est composé de rez de chaussée et de quatre étages au dessus y compris les greniers, l’autre bâtiment au Midi de précédant est simple, il est composé d’un rez de chaussée avec entresols l’un et l’autre voûtée en briques, d’un premier étage voûté en maçonnerie et d’un grenier pour étendage surmonté de sa toiture à une seule pente.

[…]

Reconnaissant et déclarant les parties que les bâtiments sont dans un très grand état de délabrement, qu’une petit partie est seulement habitable, on a enlevé, outre une grande partie des fermetures tant en bois qu’en pierres toutes les ferrures et fers notamment les ancres et tirants retenaient les murs de face, et pour l’arrachement de ces fers, on s’est permis de mutiler les pierres de taille, d’enlever une grande partie de carrelages et de faire des ouvertures aux dits murs de face, en outre dans ces différents bâtiments la charpente des planchers et toitures est en général très faible en égard à sa portée, presque partout les bois sont pliés, de manière à exiger de très grosses réparations pour les remettre en bon état.[…]

La propriété était en viager depuis 1791 : les sieurs Coulon et Repond étaient les bénéficiaires, recevant annuellement une rente de 2700 livres payable de six en six mois (1500 livres pour le sieur Repond et 1200 livres pour le sieur Coulon), l’équivalent en euros-2013 de 32.400 € ! Pierre Gayet avança la somme de 3000 livres en pièces d’or et d’argent. Les travaux de réparations durent engendrer davantage de frais déjà conséquents. On mandate un juge de paix assisté d’un expert pour inspecter et estimer le total de ces coûteuses réparations. Sans en connaître le montant, on en devine l’issue car une partie du domaine est très vite en vente le 6 Janvier 1798 pour une somme de trente mille francs. Il s’agit de la première division connue de la Sablière. Pierre Gayet ne conserve que la partie inférieure de la propriété qui donne directement sur le chemin St Clair avec ses bâtiments et une partie des balmes à l’arrière. La veuve Bataille de Mandelot achète la partie supérieure pour trente mille francs avec l’ancienne maison de la Sablière (la maison bourgeoise actuelle est construite bien plus tard, fin des années 1830 par Didier Petit de Meurville).

Les premiers travaux d’aménagement commencent en 1804 : Pierre Gayet souhaite construire un bâtiment entre l’immeuble n°20 du cours d’Herbouville et la propriété de Jean-Pierre Bissardon. Il existait alors un mur de clôture. Il veut donc modifier son tracé pour mieux délimiter sa propriété. Bissardon et Gayet décident d’un commun accord de mettre en œuvre ces travaux de délimitations le 21 juin 1804 sous la direction des architectes Turin et Flacheron (ce dernier était l’architecte de la Ville de Lyon).

Photographie personnelle montrant les anciens bâtiments Gayet. 26 et 27 cours Aristide Briand à Caluire et Cuire

C’est à cette époque que Gayet pensait faire fructifier son argent en aménageant une salle de dégustation de bière. Une fois les précédentes bordures de sa propriété fixées et avant toute autre construction, il dut s’assurer de la bonne stabilité de la balme sablonneuse contre laquelle ce bâtiment considérable allait être édifié. On élève donc vers 1807 un immense mur de soutènement avec une succession de terrasses, semblable à une fortification. Ce sera sur ces terrasses que l’on aménagera les jardins Gayet agrémentés de « petites tonnelles discrètes ». Les 12 Décembre 1807 et 24 Juillet 1811 devant Maître Chazal, il achète progressivement d’autres terrains appartenant aux héritiers d’Antoine Rater, célèbre pour avoir été l’entrepreneur du cours d’Herbouville naissant. La deuxième vente lui en coûta 1600 Francs. Ces terrains se situaient directement sous la grande terrasse de l’Oratoire sur le chemin St Clair. Il finance en même temps ces acquisitions et le mariage de sa fille Catherine Victoire par la vente de la maison Milanais le 16 Décembre 1811. Le fameux Nivière, à qui Gayet louait les appartements du premier étage, acquiert donc la maison Milanais.

Les travaux considérables engendrent des dépenses imprévues et fort coûteuses : les balmes sablonneuses se déchaussent à tel point que les propriétaires de la Sablière, les veuves Petit et Duquesnay, portent plainte en 1810. En effet, en plus de la nature sablonneuse de la terre, il existe des sources d’eaux qui sont filtrées en permanence par le sable. Avec les travaux, celles-ci furent donc détournées de leurs cours ordinaires, détrempant les balmes et faisant ébouler au quart les vignes des veuves Petit et Duquesnay. Ces sources d’eaux perpétuelles existent toujours et leur existence explique certainement le choix judicieux de Pierre Gayet d’y établir une salle de dégustation. Précédemment, dans un but de bon voisinage, les deux veuves Petit  avaient autorisé Gayet à modifier l’inclinaison de la pente à 45° afin de prévenir ces éboulements. Cependant, cette autorisation était soumise à la condition que les mariés Gayet fissent par la suite rétablir la clôture de la propriété Petit et qu’ils fissent « planter et garnir la superficie du terrain pentif de jeunes plançons de différentes espèces d’arbrisseaux pour consolider autant que possible le terrain et servir à le retenir par l’effet de leurs racines ».

Les tenants de cette promesse devaient être contenus dans un rapport qui ne fut finalement jamais rédigé, ce qui causa la condamnation de Pierre Gayet et de son épouse. Un rapport de 1810 dresse l’inventaire des demandes faites par les veuves Petit et Duquesnay en guise de réparations :

En conséquence encore les dites Dames requérantes informent et interpellent ces derniers :

1) de planter à leurs frais dans le mois de Novembre ou Décembre prochain, la haie vive qu’ils ont arrachées formant la clôture de la vigne des dites dames, clôture nécessaire à la sûreté de leurs propriétés.
2) de remplacer par des murs l’appui de la balme qui d’après le travail par eux fait n’a plus la solidité qu’elle avait.
3) de régler le cours des eaux qui filtrent au travers du terrain par des conduits qui en empêche l’épanchement sur la surface d’icelui.

A défaut de quoi faire dans le délai de trois mois, les Dames requérantes protestent de le pourvoir contr’eux pardevant qui de droit pour les y contraindre, avec tels dommages et intérêts que de raison.

Ce même rapport, très riche en informations diverses, indique notamment :

que depuis environ une année les mariés Gayet et Janet occupent journellement un très grand nombre d’ouvriers à faire creuser sous le terrain pentif et en balme très rapide existant entre les propriétés de ces derniers et des Dames requérantes pour construire sur l’emplacement de cette balme de nouveaux bâtiments qui tout à la fois augmentent considérablement leurs revenus et ajoutent à l’agrément et aux commodités de leurs propriétés.

On estime à 400.000 Francs le coût total des aménagements et le célèbre dramaturge Étienne de Jouy de l’Académie Française écrit en Octobre 1819 lors d’un séjour à Lyon :

Cette entreprise a plus augmenté son renom que sa fortune . […] Le bischolf ou punch au vin et la bière qui s’y vendent ne procurent au propriétaire qu’un faible intérêt de tout l’argent qu’il a dépensé pour élever cet estaminet célèbre.

Il semble que les bâtiments furent achevés avant le mur imposant de soutènement car Etienne-Laurent-Jean Mazade, marquis d’Avèze, donne en 1809 une description précise des intérieurs de la salle :

La brasserie de Monsieur Gayet réunit tous les avantages : de l’eau en abondance et on ne peut mieux distribuée, des ateliers, des chaudières, des greniers, des séchoirs, des magasins magnifiques. Des salles propres et commodes sont disposées pour les preneurs de bière ; en face de ces salles, le quai dont la digue est achevée, et qui est plantée d’un double rang d’arbres, offre une promenade que M. Gayet vient d’embellir de beaucoup de bancs en pierre, et d’orner de plus de cinquante orangers, que la reconnaissance du public et des passants semblent respecter. Mais ce n’est point à ces seuls agrémens que M. Gayet a voulu borner ceux qu’il se propose de procurer aux personnes qui viendront le visiter.
Gayet construit une salle en forme de galerie, qui a cent quarante pieds de long, cinquante de large et vingt-cinq de haut. Cette salle est éclairée par quinze portiques qui ont vue sur le quai, sur le Rhône, et sur les îles flottantes au milieu de ses eaux. On arrive à cette salle par une des extrémités, qui est précédée d’un grand vestibule auquel vient aboutir un très bel escalier à trois repos dont les marches ont plus de sic pieds de long. De l’autre extrémité de la salle, on sort par trois immenses portiques, figurant avec ceux de l’entrée sur une vaste terrasse, très décorée de vases, de groupes et de statues du meilleur genre et du meilleur goût.

L’intérieur, qui n’est point achevé, sera orné de glaces, de peintures et de sculptures exécutées par des artistes les plus distingués : quinze portiques en glaces répéteront ceux qui éclairent cette salle ; le plafond sera rehaussé par une voûte peinte, qui donnera au vaisseau une grâce et une élévation qui lui manquent ; une corniche avec un riche sous-bassement sépareront cette voussure du reste du bâtiment. L’entre-deux de chacun des portiques sera rempli par des Cariatides, qui porteront sur leur tête des vases ou pots de fleurs pendant l’été, et pendant l’hiver, des quinquets à quatre branches qui éclaireront d’une manière neuve et brillante cette salle pendant la nuit.

En plus de cette description, Mazade d’Avèze indique dans ses notes qu’il avait fait part à Pierre Gayet de son regret  que ce lieu ne soit utilisé que comme café alors qu’il voyait plutôt dans les locaux une salle de « jeux gymniques ».

Grâce aux archives et aux notes diverses, nous pouvons faire une description synthétique de ce qu’était la salle Gayet.

Le bâtiment, imposant par sa longueur et à l’architecture moderne, était composé d’un rez de chaussée avec un seul étage. Le rez de chaussée était réservé aux 300 et quelques ouvriers chargés de la fabrication de la bière appelée « Porter noir ». On accédait ensuite au premier étage par un immense vestibule où était disposé un escalier colossal à trois repos faisant plus de deux mètres de largeur. Le premier étage consistait en une vaste galerie de 40 mètres de longueur, 16 mètres de largeur et 8 mètres de hauteur pour y accueillir les promeneurs du cours d’Herbouville toujours plus nombreux. Cinq tables en marbre blanc étaient disposées dans toute la longueur de la salle, éclairée par 15 fenêtres d’ordre dorique. Entre 600 et 700 personnes pouvaient s’y restaurer. On retrouvait sur l’autre côté de cette salle, par symétrie, des miroirs entre deux d’un peu plus de 5 mètres de hauteur paraissant ainsi agrandir un espace considérable et magnifié par un plafond voûté peint dont la base formait une frise corinthienne. De plus, la salle pouvait s’adapter à l’humeur des saisons : Edmond Delaye expliquait que des cariatides entre chacune des fenêtres supportaient des vases remplis de fleurs en été, alors que les nuits d’hiver les obligeaient à supporter des quinquets à 4 branches, une modernité d’éclairage pour l’époque née à la fin du XVIIIème siècle. Si la salle Gayet satisfaisait les papilles de ses clients, elle ne négligeait pas non plus de rendre hommage au sens de l’ouïe : un orchestre était placé en son centre, dans un espace creusé dans le mur très épais.

A l’extrémité nord, on accédait par trois portiques à une immense terrasse de 61 mètres de long, 25 mètres de large, garnie de vases et de statues. On l’embellissait en été d’orangers conservés pendant l’hiver dans une orangerie aux façades identiques à la salle qui accueillait les clients. Celle-ci était disposée directement à l’extrémité Nord de la terrasse. Le lieu devait être fort agréable et on imagine bien les dames habillées de leurs robes de percale ou de soie et les hommes avec la redingote de couleur la canne à pommeau sous le bras dégustant la bière la plus délicieuse qui se faisait sous l’Empire puis la Restauration.

Alors que les travaux de la salle s’achèvent, Pierre Gayet songe à marier sa fille Catherine Victoire Gayet. Après des années de labeur, celui-ci souhaite accroître et transmettre la fortune qu’il s’est durement constituée depuis trente ans. Il s’adjoint alors les services d’un futur gendre  installé à Lyon depuis quatre ans : Jean-Baptiste Alberti, un Allemand aux origines aristocratiques venant de la principauté de Hesse, de la ville de Burstadt, spécialiste de la bière : un bon parti ! En Août 1811, le mariage eut lieu en compagnie d’un sieur Koch, un autre brasseur, chez qui Alberti vivait depuis deux ans, place des Terreaux (place de la Boucherie). Pierre Gayet apporte au couple une dot de 6000 Francs, dont 2000 Francs qui représentaient la valeur du trousseau composé « de meubles, d’effets de ménage, linges de lit et de table » et 4000 Francs en espèces, payés lors de l’écriture du contrat de mariage passé le 31 Août 1811 devant maître Chazal.

Une fois les travaux de la salle Gayet achevés, toute la bonne société pouvait profiter de la modernité des lieux autour d’un verre de porter noir, d’une glace et d’un café. On y venait bien souvent pour se détendre de sa promenade sur le cours d’Herbouville, « une promenade à la mode » et discuter entre amis … ou ennemis. Certaines discussions tournaient mal. C’est ainsi qu’on y connaît au mois de Mai 1814 un affrontement violent entre militaires bonapartistes et royalistes. Cet épisode fut si violent que le préfet du Rhône, le comte de Bondy, se saisit de l’affaire et ordonne la fermeture de l’établissement jusqu’à nouvel ordre, la garde nationale étantalors chargée de le surveiller.

L’incident fut court et n’entacha nullement la réputation de l’établissement : la magnificence des lieux et la qualité de la bière à laquelle le gendre Alberti apporta tout son savoir-faire firent fureur dans toute la France de Napoléon comme la France de Louis XVIII. Si bien qu’à l’occasion de son passage à Lyon, le comte d’Artois, futur Charles X (frère de Louis XVI), visite le résultat des travaux de la salle Gayet. Cette visite, qui eut lieu dans l’après-midi du Mercredi 21 Septembre 1814, est rapportée dans un procès-verbal :

Sur l’invitation qui lui en a été faite par M. le Maire, S.A.R. a daigné visité les travaux commencés à la berge du Rhône, depuis la porte de St Clair, jusqu’à l’entrée du faubourg dépendant de la commune de Caluire, ainsi que la plantation d’arbres, exécutée le long du cours d’Herbouville. Le Prince s’est arrêté quelques instans dans le salon que le sieur Gayet, brasseur de bière, a établi le long de la grande route.

Ce salon, par sa vaste étendue, son architecture, sa hauteur et ses décorations, est un des plus beaux que l’on connaisse dans ce genre. S.A.R., qui l’a parcouru, ainsi que les terrasses et les jardins, a permis qu’il portât désormais le nom de Monsieur, comte d’Artois, et a autorisé le propriétaire à y placer une inscription qui rappellera l’honneur qu’il a reçu par la visite de S.A.R. »

Le comte d’Artois fut sensible à l’accueil témoigné par les Lyonnais. C’est ainsi qu’il repasse par Lyon. Le comte d’Albon (maire de Lyon) avait envoyé des émissaires afin d’établir le programme des journées du 20 au 22 Octobre 1814 et l’inviter à fouler pour la deuxième fois les rues de la ville.

C’est au début de la matinée du Samedi 22 Octobre 1814 que le Comte d’Artois partit de Lyon. Il passa par la porte de St Clair où l’attendaient le conseil municipal et le Maire qui prononça un éloge à la gloire des Bourbons. Pour la deuxième fois, le cortège princier s’arrêta à la salle Gayet, sans doute grâce à la volonté du Prince qui fut impressionné de la magnificence des bâtiments, de leur modernité et de la qualité du service. Le comte d’Artois visite en détail le site puis y déjeune, selon un procès-verbal du 23 Octobre 1814 :

Plusieurs Dames de la ville s’étaient rendues dans le salon et sur la terrasse du sieur Gayet, sur le chemin de St Clair, pour voir et saluer encore une fois S.A.R. le comte d’Albon, M. le comte de Laurencin, adjoint ; Mme la comtesse d’Albon et Mme la comtesse de Montaigu, ont suivi le Prince jusqu’à Montluel, où il était attendu à la fabrique de draps de MM. Aynard frères, de Lyon.
S.A.R. a visité dans tous ses détails cet établissement important ; elle a aussi daigné y accepter un déjeûner, et a fait l’honneur à Mme la comtesse d’Albon de la placer à table à droite, et Mme de Montaigu à sa gauche. S.A.R. est partie pour Bourg, à midi.

Ces visites émerveillaient le comte d’Artois, qui en fit part à son frère le roi Louis XVIII en lui demandant de remettre en personne la Croix du Lys à Pierre Gayet. Ce fut le cas, quelques mois après son passage.

Les fêtes et autres événements officiels étaient bien souvent des prétextes pour venir manger à la brasserie comme lors de la fête de la Sainte Barbe, patronne de la garde nationale représentée par trois compagnies d’artillerie, le Lundi 4 Décembre 1815 après la messe qui eut lieu en l’église de la Charité :

Immédiatement après, le bataillon a pris le chemin de St Clair ; de bruyantes acclamations ont fait retentir les rives du Rhône tout le temps de sa marche. La salle Gayet déjà honorée par la présence de son Altesse Royale MONSIEUR, avait été choisie pour le lieu du banquet ; une table somptueuse y était dressée (elle contenait plus de trois cent couverts) ; des drapeaux blancs flottaient de toutes parts, et de nombreux spectateurs ajoutaient encore à la beauté de la fête.

La plus franche gaieté, la joie la plus pure ont régné tout le temps du repas, fréquemment interrompu par des chants analogues aux circonstances. Des toasts ont été portés au Roi, au colonel général de la garde nationale, au commandant de la garde nationale de Lyon, qui y a répondu par un toast à la santé des canonniers ; des toasts ont encore été portés à la santé de toute la garde nationale de Lyon et de son état-major. A chaque toast les tambours battaient aux champs et la musique jouait. Chacun s’abandonnait aux transports qu’inspire la pensée d’un Prince juste et vertueux : peines, inquiétudes, tout était dissipé ; l’espoir d’un avenir plus tranquille faisait oublier le passé. Des danses et des rondes ont succédé au repas. L’on est ensuite revenu dans le même ordre qu’on était parti.

Le charme et le faste des lieux avaient un coût  : il fallait surveiller la stabilité des balmes à l’arrière du bâtiment qui pouvaient menacer de s’effondrer. Les voisines, les veuves Lemau de la Barre (Petit et Duquesnay), cédèrent à la demande de Pierre Gayet une portion de la Sablière de 12 ares moyennant 200 Francs afin de sécuriser la pente et d’agrandir les bâtiments du cours d’Herbouville. La vente est faite devant maître Chazal le 19 Avril 1818. Pierre Gayet a la charge d’entretenir et de planter autant d’arbres que nécessaire en respectant le retour d’échelle d’un mètre derrière la clôture végétalisée des veuves Petit. On fait appel à Monsieur Hébrard, géomètre de l’Hôtel Dieu, pour retracer la ligne séparative et mitoyenne entre la Sablière et la propriété Gayet. Il fait poser d’abord quatre bornes en moellons de Couzon afin d’en établir le futur tracé. Hébrard prend comme point de repère le milieu de la porte du perron à deux rampes de la Sablière qui est exactement en face de la troisième borne. On plante enfin une haie vive en guise de clôture. Cette haie vive devait pouvoir renforcer la balme sablonneuse. Cette limite est depuis 1851 en pisé. Elle borne aujourd’hui le fond de la propriété de la Sablière. Un pavillon de l’architecte Farfouillon (1857) est adossé contre l’angle le plus au Nord de ce mur.

Dès 1815, le fils aîné de Pierre Gayet, Jean-Marc reprend les affaires de son père. Il semble que ce dernier commençait à délaisser ses activités au profit de ses proches collaborateurs.

Le Samedi 24 Octobre 1819, Pierre Gayet meurt. La salle Gayet conserve son nom en hommage à son fondateur. Alors que la famille Gayet avait considérablement agrandi son domaine sur le cours d’Herbouville au fil du temps, l’année 1823 marque un tournant. Au mois de Novembre, afin de payer la succession, les héritiers cèdent une grande partie de la propriété que l’on divise en onze lots tout en maintenant les activités de la brasserie. Ils ne conservent que les bâtiments de la salle Gayet ainsi que l’ensemble des jardins adossés contre la colline à l’arrière. Ils font appel à l’architecte Aubert Dumond pour tracer le plan figuratif de l’ensemble des parcelles vendues. Ce plan est enregistré et annexé dans un cahier des charges le 25 Novembre 1823.

On connaît certains noms des premiers acquéreurs. Monsieur Vidal acquit l’ensemble des parcelles au sud de la salle Gayet. Celui-ci en revendra encore certaines à Monsieur Clare en 1853 et à Monsieur Léger en 1854. Les propriétaires de la Sablière (Didier Petit de Meurville et la veuve Petit sa mère) acquièrent les terrains qui se situent sous la terrasse de l’Oratoire, entre l’ancienne propriété Gubian et la salle Gayet. Didier Petit de Meurville commençait à se faire connaître notamment grâce à sa manufacture pour ameublements d’église et la fondation de l’Oeuvre pour la Propagation de la Foi. Celui-ci y loue les immeubles nouvellement acquis, ce qui lui procure quelques rentes. C’est ainsi que le Précurseur annonçait la location Didier Petit le 12 Février 1834 :

A louer ensemble ou séparément, de suite ou à la St Jean 1834 – Vastes terrasses susceptibles de recevoir les constructions qu’on désirerait pour teinturerie, impression ou tout autre établissement, et magasins considérables au dessous, cours d’Herbouville, à côté de la salle Gayet.

S’adresser quai de Retz, n°34, au 1er.

L’entreprise de Didier Petit fait faillite en 1843 et ce dernier est contraint de vendre une partie de son patrimoine, dont les précédents terrains du cours d’Herbouville décrits dans les journaux à de nombreuses reprises entre 1843 et 1847, sans doute faute d’acquéreurs. Une première annonce est publiée dans le journal Le Censeur le 26 Octobre 1843 :

VENTE PAR LICITATION
à laquelle les étrangers seront admis,

En l’audience des criées du tribunal civil de Lyon,
Au palais de justice, place de Roanne,

samedi dix-huit novembre mil huit cent quarante-trois,
Depuis dix heures du matin jusqu’à la fin de la séance, En cinq lots, sauf enchères générales :

en premier lieu, sur les premier et deuxième lots ;
en second lieu, sur les troisième et quatrième lots,
et enfin une enchère générale sur les quatre premiers lots réunis,

 

D’UNE PROPRIETE
située en la commune de Caluire, cours d’Herbouville,
faubourg de Lyon,

Appartenant à M. Didier Petit et aux cohéritiers de Mme veuve Petit, sa mère, née Lemau de la Barre,

COMPRENANT :

1° Une maison composée de plusieurs étages ;
2° Deux terrasses, dont l’une inférieure et l’autre supérieure, en parties voûtées, et formant de vastes magasins ;
3° Des terrains en balmes ;
4° Diverses constructions et dispositions.

Le tout anciennement connu sous le nom de Terrasse et Orangerie Gayet

Désignation sommaire.

Le premier lot se compose :

1° D’un rez de chaussée de dix-huit mètres de façade, sur la grande route de Lyon à Strasbourg et à Genève, formant de vastes magasins surmontés d’une terrasse d’allée occupant une superficie de 351m12c carrés. 2° D’une seconde terrasse dominant la précédente, occupant une superficie d’environ 189m72c carrés.
Ce lot sera mis aux enchères sur la mise à prix de vingt-six mille francs.

Le second lot se compose :

1° D’un rez de chaussée de vingt-trois mètres environ de façade sur la susdite grande route, formant de vastes magasins surmontés d’une terrasse d’allée occupant une superficie d’environ 452m60c carrés.
2° D’une seconde terrasse dominant la précédente, occupant une superficie d’environ 220m carrés.
Ce lot sera mis aux enchères sur la mise à prix de trente-deux mille francs.

Le troisième lot se compose :

1° D’une vaste maison dont la façade en pierres de taille est d’environ vingt-neuf mètres, où elle prend onze ouvertures tant au rez de chaussée qu’au premier étage ; une vaste cour régnant derrière ce bâtiment, lequel, avec ladite cour, occupe une superficie d’environ 845m95c carrés.
2° D’une terrasse ayant un vaste réservoir d’environ vingt à vingt- un mètres de longueur, sept de large et cinq de profondeur, d’abondantes eaux de source, occupant une superficie d’environ 344m40c carrés. Ce lot sera mis aux enchères sur la mise à prix de cent dix mille francs.

Le quatrième lot se compose :

1° D’une maison en pierres de taille, dite anciennement Orangerie Gayet, dont le rez de chaussée voûté forme des caves de plus d’un mètre au dessus du sol du cours d’Herbouville et peuvent être converties en magasins ; d’un premier étage prenant ses jours sur le cours d’Herbouville et sur une cour et terrasse où il ne forme que rez de chaussée : d’un entresol au-dessus ; d’un second étage susceptible d’être divisé en deux étages ; d’un troisième étage qui, par le fait de cette division, formerait un cinquième étage ;
2° D’une construction formant magasins sur le cours d’Herbouville et terrasse au-dessus.
L’étendue superficielle de la première et de la seconde partie de ce lot est d’environ 589m48c carrés.
3° D’une terrasse dominant la précédente, de la superficie 214m20c carrés.
Ce lot sera mis aux enchères sur la mise à prix de cinquante mille francs.

Le cinquième lot se compose :

1° D’un terrain en balme, complanté d’arbres, avec ses murs de soutènement ; 2° D’un passage ou escaliers à trois étages avec une chambre à deux étages. Le terrain composant ce lot peut-être employé à des constructions ; son étendue superficielle est d’environ 4393m32c carrés. Ce lot sera mis aux enchères sur la mise à prix de douze mille francs.

 

Le 24 Mai 1825, Jean-Baptiste Alberti meurt à son tour. Le fils aîné de Pierre Gayet, Jean-Marc-Antoine, est donc à la tête de la brasserie Gayet toujours aussi prospère. En 1827, un incendie avait endommagé gravement les bâtiments. Suite à cet incendie qui avait ravagé gravement la salle Gayet, les ateliers où se pressaient tant d’ouvriers et une partie de la salle Gayet au premier étage furent vendus à un teinturier nommé Imbert. Le « vaisseau Gayet », si grand à l’origine, ne faisait plus que 32 mètres de longueur et on y fit des restaurations coûteuses. Un voyageur qui avait visité les locaux en 1829 expliquait qu’on craignait pour l’avenir de l’établissement.

Un événement allait faire oublier temporairement le déclin de l’établissement. Dans l’après-midi du 7 Septembre 1829, à trois heures, sous une pluie battante, le héros de la guerre d’Indépendance américaine, le général de Lafayette, est l’hôte de Jean-Marc-Antoine Gayet, accompagné par son fils Georges Washington Lafayette, député. Le vieux général Lafayette représentait pour les Lyonnais l’opposition à Charles X et à son nouveau gouvernement réactionnaire dirigé par Polignac. Son arrivée à Lyon est fêtée fastueusement alors qu’il revenait de Grenoble. On avait créé préalablement une souscription pour la réservation des places au banquet de la salle Gayet mais elle ne pouvait contenir que 500 couverts. Les retardataires furent aussi nombreux et ils essuyèrent presque tous un refus.

On connaît le déroulement exacte de ce banquet par l’article du journaliste Morin du Précurseur dont voici reproduit l’introduction :

On avait choisi pour le banquet la vaste et magnifique salle Gayet, objet de l’admiration de tous les étrangers qui visitent notre ville. Les tables étaient établies dans le pourtour de cette longue galerie, et quand les cinq cent convives ont été placés, il est impossible de peindre par la parole la majesté de ce spectacle, décuplé de tous les côtés par les glaces qui tapissent la salle.

Le buste du Général, couronné de lauriers, attirait tous les regard, et chacun applaudissait au zèle et au talent des deux jeunes artistes qui avaient eu l’heureuse inspiration de reproduire ces traits vénérés.

Le Général est entré à trois heures, au bruit des fanfares, auxquelles ont succédé les acclamations les plus vives. Malgré la pluie qui tombait par torrens, comme la veille à son retour de l’Île Barbe, la foule s’était rassemblée sur son passage, depuis son hôtel jusqu’à la salle Gayet, dans un espace d’une demi-lieue. Après le moment de confusion occasionnée par l’entrée du Général, qui parcourut les rangs épais des convives, il fut conduit à la place d’honneur où il s’assit à côté de M. Prunelle, président du banquet, et entouré de MM. Couderc, de Corcelles, de Schonen, Chevrier-de-Corcelles et Georges Washington Lafayette, tous députés ; des deux fils de M. Augustin Perier, député, et de M. de Corcelles fils. Parmi les personnes invitées à cette fête, on remarquait aussi M. Bradfordt, consul des États-Unis, et les députés des villes de Vienne et de St Étienne. Tous les autres convives prirent place dans les deux longues rangées de tables. L’enthousiasme régnait partout et n’a pas exclu l’ordre un seul instant.

Une fois les vins de dessert servis, Monsieur Prunelle prit la parole le premier pour témoigner de l’honneur fait aux Lyonnais par son passage puis Monsieur Couderc et enfin Lafayette qui leur répondit par un long discours sur son éclatant parcours de militaire et d’homme politique tout en critiquant Charles X. D’autres toasts suivirent, rythmés par autant de chants à la gloire du héros français. Voici le discours que Lafayette prononça lors du banquet :

Messieurs,

Vous avez été témoins des marques d’affection et de confiance dont la population lyonnaise a daigné me combler, vous y avez participé vous-mêmes avec une bonté dont mon cœur est pénétré, et je suis entouré, à ce banquet patriotique des objets d’une reconnaissance particulière. Il serait donc presque superflu, il est surtout impossible de vous exprimer tous les sentiments que j’éprouve : le reste de ma vie leur sera consacré.

Je suis fier et heureux, Messieurs, que mon passage dans cette grande et patriotique cité ait été pour elle une occasion de plus pour manifester sa constante haine de l’oppression, son amour de la véritable liberté, sa détermination résister à toutes les tentatives de l’incorrigibilité contre-révolutionnaire.

[Ici les applaudissements unanimes et spontanés ont interrompu pendant plusieurs minutes l’honorable général.]

Plus de concessions, ont dit récemment les journaux officiels de ce parti ; étrange contre-sens sur la nature des pouvoirs sociaux ! Plus de concessions, dit à son tour et à plus juste titre le peuple français, lorsqu’il demande ces institutions si longtemps attendues, qui seules peuvent garantir la jouissance de ceux du moins de nos imprescriptibles droits que la Charte a reconnue.

En effet, Messieurs, sans la procédure par jury, tous les publicistes éclairés, toutes les nations qui connaissent la liberté de la presse, conviennent que cette liberté n’est pas garantie.

Qui ne sait que dans des administrations municipales et départementales franchement et complètement électives, les intérêts et les vœux publics seront toujours contrariés, que l’instruction élémentaire éprouvera toujours des obstacles ?

Déjà, Messieurs, par les institutions de la Charte sur cent Français en âge d’élire, à peine en est-il un qui puisse exercer ce droit ; et comme des trois pouvoirs législatifs, deux sont héréditaires, il en résulte que la nation n’a qu’un trois-centième de part dans la législation. Pourquoi fallait-il y ajouter encore le scandale du double vote ? On pense, dit-on, à tripler ce scandale, dont, au contraire, la France exige l’abolition.

Quelle garantie suffisante avons-nous, Messieurs, contre l’ancienne habitude du recours à l’étranger, à moins que, pour l’armement de la nation entière, on ne rétablit la loi de 91 sur la garde nationale ? C’est sous les auspices de cette loi que fut repoussée l’invasion de la première coalition ; et comment parler de garde nationale dans la ville de Lyon, près de l’ami et collègue qui eut l’honneur de commander la votre en 1815, sans rendre hommage à la noble et patriotique attitude qu’elle prit à cette importe époque ?

Messieurs, on nous menace de projets hostiles ; et comment les effectuerait-on ? Serait-ce par la chambre des députés ? Mais mon collègue et ami, votre respectable député, qui est ici à côté de moi, M. Couderc, vous attestera, tous ceux de nos collègues qui siègent à ce banquet vous attesteront aussi, que dans un moment de danger notre chambre se montrera fidèle au patriotisme et à l’honneur.

Voudrait-on dissoudre la chambre ? Ce serait alors l’affaire des électeurs, et certes ils enverront des députés dignes d’eux, de la nation et de la circonstance.

Oserait-on par de simples ordonnances vicier les élections, exercer un pouvoir illégal ? Mais sans doute les partisans de telles mesures se rappelleront à temps que la force de tout gouvernement n’existe que dans les bras et dans la bourse de chacun des citoyens qui composent la nation. La nation française connaît ses droits, elle saura les défendre. Espérons donc, Messieurs, que ces complots seront dissipés ; et en attendant, veuillez agréer le toast suivant :

Au département du Rhône et à la ville de Lyon, antique métropole de l’industrie, courageuse ennemie de l’oppression ! Puisse sa liberté, sa dignité, sa prospérité être solidement fondées sur la pleine jouissance des droits naturels et sociaux qu’elle invoqua dans tous les tems !

Jean-Marc-Antoine Gayet décède à son tour le 29 Décembre 1835. Arnaud Gayet, le second fils de Pierre Gayet, plus artiste que véritable commerçant, mit un terme à la prospérité de sa famille ou du moins il n’en devint que le propriétaire car en 1836 il loue une partie des bâtiments et jardins à Monsieur Margueron, cafetier, qui devient le gérant de l’établissement. On relève la vente de quelques meubles : « tables, chaises, commode, garde-paille, garde-robes, poèle, chaudières, bennes, benots, et autres agrès d’imprimerie sur étoffes. »

La salle Gayet était sur le déclin. Dans ses dernières années, elle devint un simple  lieu de réunions où l’on retrouvait parfois des actionnaires qui se réunissaient en assemblée générale comme la Société riveraine des bateaux à vapeur le 15 Mai 1840.

La totalité de la salle Gayet appartient dès 1849 à Monsieur Mallié de Château-Vieux qui chasse Margueron. La famille Imbert reste dans les locaux avant que la famille Fayolle lui succède. Jean-Pierre Fayolle établit une teinturerie au n°26 du cours Aristide Briand.

Nous connaissons les derniers propriétaires au XXe siècle de l’immeuble du 27 cours Aristide Briand, qui se dresse sur l’emplacement d’une partie de l’ancienne galerie Gayet. Josephine Fayolle, la fille de Jean-Pierre et l’épouse d’Antoine Trichard, vend la maison ainsi que les jardins à Jean-Jacques Vachon le 14 Juin 1941 devant Maître Juveneton. Antoine Trichard était déjà propriétaire d’un immeuble voisin au 35 cours Aristide Briand. A la mort de Jean-Jacques Vachon, la maison est en indivision entre deux de ses enfants, Jean-Pierre et Louise Vachon. Cette dernière fait donation de sa part d’héritage à ses deux enfants. Le 17 Juin 1980, Raymond Voiron, agent immobilier agissant pour le compte de sa propre agence achète à tous les héritiers l’ensemble du 27 pour le revendre en 1981 à Mme Galvin.

De la majestueuse salle Gayet, il ne reste qu’un pan de façade aux n° 26 et 27 cours Aristide Briand, avec les immenses murs de terrasse contre les balmes. La « salle Gayet » est devenue « l’immeuble Gayet ». Celui-ci incite encore au coup d’œil tant par sa taille que par son style Empire. En effet, il s’agit de l’immeuble le moins haut du quartier Saint Clair. Des œils-de-bœuf ornent le fronton du bâtiment et une succession de 15 fenêtres permettent encore de deviner ce qu’était la majestueuse salle Gayet. Il resterait dans un appartement du premier étage des peintures murales d’époque, probablement celles commandées par Pierre Gayet à l’origine. En revanche, il ne reste plus rien de la terrasse et de son orangerie qui font aujourd’hui place à un immeuble moderne. Les terrasses des jardins Gayet agrémentées autrefois de petites tonnelles au flanc de la colline sablonneuse existent toujours. Les eaux de sources qui faisaient l’inquiétude de ses propriétaires inondent encore continuellement la cour.

Par Maxime DEHAN


Sources et bibliographie

– Une promenade lyonnaise célèbre sous la Restauration. Le Cours d’Herbouville et la Salle Gayet. Edmond Delaye. 1931.
– Didier Petit de Meurville. Maxime Dehan. Éditions du Poutan. 2013.
– Recherches de Monsieur Bernard Thivoyon relatives à la succession des propriétaires au 20ème siècle de la salle Gayet.
– Archives de la Sablière à Caluire et Cuire.
– Archives départementales du Rhône.
– Archives et livres numérisées (Google Books).


Maxime DEHAN

Né le 19 Janvier 1990 à Villeurbanne. - Ingénieur en informatique de profession. - Membre de l'Académie Littéraire et Historique du Val de Saône. - Membre correspondant de l'Académie de la Dombes, administrateur. - Membre de la Société d'Histoire de Lyon. - Ancien président de l'association Histoire et Patrimoine de Caluire Et Cuire, membre de la Société d'Histoire de Lyon. - rédacteur de la page Facebook "Les Amis du Patrimoine : Caluire Et Cuire - Croix-Rousse". https://www.facebook.com/CaluirePatrimoine Publications : - Boniface de Castellane, maréchal de France. 2020. Editions du Poutan. Préface de David Chanteranne. - Didier Petit de Meurville suivi de l'Histoire abrégée de la Sablière. 2013. Editions du Poutan. (résumé publié dans les actes du colloque de l'Union des Sociétés Historiques du Rhône en 2013) - Jules Micol (1822-1900), peintre des Beaux-Arts de Lyon, dessinateur sur tissus et photographe. 2018. - Le Maréchal de Castellane. Revue de l'Académie de la Dombes. 2015. - Histoire de la Salle Gayet. Revue de l'Académie de la Dombes. 2019. - Histoire de l'Oratoire à Caluire et Cuire. 2019. - Histoire de la maison Bissardon à Caluire et Cuire. 2014. - Histoire du portrait tissé de Jacquard d'après Bonnefond. 2019. - Jean Cléberger dit le Bon Allemand. 2019. - Articles pour la revue spéciale Lyon People "Châteaux et demeures remarquables de Caluire et Cuire". 2019.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.