PEINTURE/1935, première acquisition par le Musée des Beaux-arts d’une peinture chinoise moderne

La création de l’Institut franco-chinois, en 1921, bénéficie de l’appui du maire de Lyon, Edouard Herriot. Cette institution nouvelle, créée pour accompagner le désir d’ouverture de la jeunesse chinoise, se révèle féconde, en ce qu’elle permet de fructueux contacts intellectuels et artistiques. Lorsque le Musée des Beaux-Arts de Lyon acquiert sa première œuvre contemporaine chinoise en 1935, il faut voir là une conséquence directe de ce choix.

Catalogue de l’exposition d’art contemporain chinois dédicacé par Edouard Herriot et préfacé par Claudel

« Ce que j’admire dans la peinture chinoise, c’est qu’elle reflète toutes les grâces, toutes les sensibilités, toutes les finesses d’une pensée hautement civilisée au vrai sens de ce mot. »
Édouard Herriot : Catalogue de l’exposition d’art contemporain chinois au musée du jeu de paume, Paris, 1933

« Deux manières de voir, prodigieusement différentes, se proposent à l’artiste, que fera-t-il ? Quelle leçon peut-il retirer de nos musées ? Quels ouvrages saura-t-il mener à bien avec nos brosses et nos couleurs broyées à l’huile ? »
Paul Valery : avant-propos du Catalogue de l’exposition d’art contemporain chinois, Paris, mai-juin 1933

Après les scènes de la première tenture chinoise réalisée à Beauvais dès 1690, les chinoiseries des peintres Lyonnais Jean-Baptiste Pillement (1728 – 1808) au XVIIIe siècle et Antoine Vollon (1833 – 1900) au XIXe siècle sur les plaques émaillées de dessiccateurs de soie1, un renouveau artistique chinois émerge.
A l’orée du XXe siècle, les Européens voient arriver des artistes chinois en quête de techniques occidentales à la faveur d’une exhortation à l’étude de l’ouest lancée par des Lettrés progressistes à la fin de la dynastie mandchoue Qing (1644-1911). « L’Empire céleste n’a jamais su embellir des peintures d’huile » remarquait déjà au XVIe siècle Matteo Ricci, le jésuite introducteur des études scientifiques occidentales à la Cour impérial des Ming2. Au XVIIIe siècle, le jésuite Jean-Denis Attiret (Dole 31 juillet 1702 – Pekin 8 décembre 1768), peintre attitré de l’Empereur mandchou Qianlong (1735-1796), rendait compte de son agacement : « Très ignorant de lorsqu’il s’agit de se peindre eux-mêmes […].se défigurent de telle sorte qu’ils sont méconnaissables ”3

La Première République chinoise de 1912 prolonge cette dynamique par le mouvement travail-étude à l’étranger.
A Lyon, le premier magistrat Edouard Herriot, grand humaniste soutient d’emblée la première Société franco-chinoise d’éducation née en 1916 et la création de l’Institut franco-chinois mixte au fort saint Irénée en septembre 1921, deux mois après la création du parti communiste chinois dans la concession française de Shanghai. Différentes institutions lyonnaises vont accueillir les lauréats, symbole de la nouvelle classe sociale des intellectuels avide d’ouest, venus se perfectionner. L’école des Beaux-arts participe à l’enseignement des techniques artistiques occidentales : sculpture, peinture à l’huile, étude du portrait…

En un quart de siècle, l’école des beaux-arts va former 18 pensionnaires de l’Institut dont six femmes incarnant l’instruction féminine officielle amorcée seulement dix ans avant la Première République.
Parmi eux sont inscrits en 1928 Dzang su-hong (orthographié selon sa carte n° 236 de l’Institut) et en 1931 sa femme Chen Zhi- xiu sous le n° 299, 24ème femme de l’Institut dont cinq inscrites aux Beaux-arts de Lyon depuis 1921. Tous deux ont appris le français en bénéficiant des structures mises en place depuis la fondation du mouvement et lisent les nouvelles revues d’art créées à la fin du XIXe siècle. Ils ont également suivi de Chine les expositions d’œuvres novatrices de leurs contemporains organisées en 1924 à Strasbourg, en 1925 à Paris pour l’exposition internationale. Tous deux participent ardemment durant six ans à la vie artistique de la ville d’Edouard Herriot pour qui « la Chine a droit au respect de tout être vraiment instruit et civilisé. Elle est la doyenne des civilisations ; notre histoire comparée à la sienne ne semble plus qu’une enfance ”4.

UN ENSEIGNEMENT DE GEORGES DECÔTE

La notice très succincte du Dictionnaire d’Emmanuel Bénézit (1854-1920)5 ignore le prélude artistique lyonnais de ce chinois né sous un Empire moribond, le 6 avril 1904 à Hángzhōu, petite Venise sur la côte chinoise.
Dzang est arrivé à Lyon avec sa femme par ses propres moyens, le mouvement travail-étude s’étant achevé en 1927, suite à la répression des communistes à Shanghai le 12 avril 1927.

A Lyon, Dzang pourtant muni de ses diplômes chinois acquis à l’école technique de Hángzhōu (section teinture et tissage) puis à l’école des Beaux-Arts de Shànghăi a des difficultés pour construire son projet d’intégrer l’école municipale de tissage et de broderie. Après un premier refus pour l’année scolaire 30-31, il s’adresse au Professeur Jean Lépine (1876-1967), doyen de la Faculté de médecine et un des acteurs de la fondation de l’institut. Son élégante écriture, sa signature en lettres latines Dzang su-hong avec tiret et sa belle détermination seront récompensées. Inscrit également aux Beaux-arts, il est vite remarqué par son professeur Georges Décôte (1870-1951), directeur de l’atelier de peinture. Dzang se distingue entre 1930 et 1932 par huit premiers prix à titre étranger pour les travaux d’une année selon le registre des récompenses des Beaux-Arts de Lyon.

Page de Dzang su-hong du registre des récompenses de l’école des beaux-arts

En 1930 : il obtient la 1re mention pour des travaux de perspective ; en 1931 le 2e prix pour des décorations de tissus, 1re mention pour le croquis et 1er prix pour la peinture ; en 1932 : 1er prix pour le concours de fin d’année, 1re mention pour décor de tissus, 1re mention pour l’application, 1re mention pour les travaux de l’année et remporte le prix de Paris à titre étranger. La nomination de ces prix sont publiés officiellement par la Société lyonnaise des Beaux-arts créée à la fin du XIXe siècle en 1887.

Sur les encouragements de son professeur Georges Décôte, Dzang expose au regard occidental lors de différents salons artistiques organisés par la Société lyonnaise des Beaux-arts (SLBA), dont il deviendra sociétaire en 1932, trois huiles sur toile :

Chant de l’exil (1931), Portrait de madame G. au piano, (1932), Malade fiévreuse (1931) où il prend pour modèle sa femme pour illustrer l’art du portrait à l’occidentale.

Chant de l’exil représente une jeune fille jouant de la flûte.
Cette première œuvre exposée en 1932 à la SLBA sous le n° 180 remporte le prix d’excellence. Portrait de madame G.au piano (100×31) reçoit la médaille d’argent également en 1932. Malade fiévreuse  (58 x 74.5cm) après une première exposition à Paris en 1933 au musée des écoles étrangères et contemporaines du Jeu de Paume remporte sous le n° 153 la médaille d’or du salon de Lyon de 1934, année où Herriot préside la nouvelle association « Les amis du peuple chinois » fondée en 1934 par le pionnier de la littérature comparée René Etiemble.

Chant de l’exil servira de carte postale pour la première exposition de l’Association artistique des étudiants chinois de France, Portrait de madame G.au piano rejoindra le musée de sa province natale de Dzang, le Zhejiang museum et Malade fiévreuse alors au Fonds national d’art contemporain [1934-1935 (13643)] rejoindra au musée de Lyon deux poteries chinoises anonymes rassemblées en 1917. Malade fiévreuse sera en 1935 la première acquisition d’une œuvre moderne chinoise par le musée des beaux-arts sous la direction de René Jullian (1903 – 1992).

MALADE FIÉVREUSE

Malade fiévreuse de Dzang su-hong (Musée des Beaux-Arts de Lyon)

Le châssis de cette peinture à l’huile de modeste dimension signée en haut à gauche DZANG SU HONG 1935 PARIS, porte une autre date 1931, celle de sa réalisation à Lyon.
Malade fiévreuse met en scène une jeune femme asiatique alitée au corps masqué hormis une main. Les procédés de l’œuvre afin de rendre encore plus vivant le personnage sont ceux du contraste, du camaïeu et de l’analogie, notions essentielles de la pensée chinoise. Le camaïeu diaphane des oreillers ridés de gris perle qu’effleure la main gauche au poignet infléchi, incarnation de l’efficience du pinceau chinois, domine un arrière-fond gris nuage. Cet ensemble accueille un maquillage fortement appuyé du visage posé sur ce sédiment ondulé, le cou à peine dévoilé, délicatement attiré vers la gauche, symbole chinois du masculin, celui qui est regardé, prolongeant ainsi la dramaturgie. À partir d’une chromatique apparemment restreinte de couleurs fondamentales chinoises, rouge, noir et blanc, Dzang, d’ethnie mandchoue, s’exerce à une fine dilution de pigments selon des vœux que l’habileté du poignet saura faire suinter. Le rouge vif, couleur du sceau impérial, symbole de loyauté et de bravoure, rehausse des lèvres ne révélant que la blancheur éclatante de deux incisives centrales. Le rosé de la main aux doigts ponctués de cinq petits points impose le statut social. Le noir geai de la dense chevelure ramassée répond aux deux traits intenses des sourcils redessinés jusqu’aux tempes, aux multiples traits des cils, au rond de l’iris-pupille des yeux à l’épicanthus à peine souligné et rappelle le bâton noir d’encre sèche que le Lettré s’évertue à délayer dans une minuscule cuillère. Le blanc porcelaine de l’œil au larmoiement retenu réplique à celui de la literie et du bandeau de la chevelure, plissé, strié de brefs traits à l’instar des craquements de l’antique scapulomancie. Les quelques cm2 de la carnation rosée du visage aux rougeoyantes pommettes fiévreuses répondent à ceux d’une couverture opaque camaïeu sable à motifs géométriques.

Ainsi traité, ce portrait très éloigné des normes de la peinture classique chinoise véhicule pourtant des fondamentaux de cette civilisation millénaire. Ce visage est visiblement une beauté chanjuan, une beauté toujours en créativité, celle de la lune dans son apparence la plus gracieuse si présente dans l’imaginaire chinois. Ainsi, l’habileté du poignet de Dzang tente de traduire à l’occidentale le féminin loué dans le texte fondateur du taoïsme de l’antiquité chinoise, le daodejing de Laozi et par les masques d’opéra chanté portés par des acteurs masculins jouant « le féminin ». L’intention du pinceau de Dzang sous une apparente rupture entre tradition et modernité crée un face à face entre le peintre invisible et son modèle et envoie un double message à l’Occident qui rêve de la Chine, elle-même rêvant d’Occident.

Plus d’un demi-siècle après, en 1998, une certaine Mme Chang, formée aux États-Unis, revient sur la terre natale des premières œuvres de ses parents qui lui ont donné le prénom Shana car il est en résonnance phonétique avec Saône, fleuve témoin de sa naissance en mars 1931, année de Malade fiévreuse. Curieusement, dans son ouvrage en chinois publié en 1997 au chapitre consacré à la période française 1927-1936, la dizaine de toiles alors réalisée n’est pas reproduite excepté Portrait de Mme G. au piano.

Terre cuite de tête d’enfant de Jeanne Bardey, 1922 (Musée des arts décoratifs de Lyon)

Pourtant, son portrait de fillette est sculpté par sa mère, alors inscrite au département sculpture et modèle reconnaissable de Malade fiévreuse. Exposée en 1932, cette sculpture rappelle étrangement une décennie après la terre cuite portant trois sinogrammes de Jeanne Bardey (1872-1954), ultime élève de Rodin et grande amie d’Édouard Herriot, façonnant une tête de petite fille chinoise. Mme Chang venue présenter son livre réalise alors l’influence réciproque de ces nouveaux milieux artistiques sino-français nés après la Première guerre mondiale.

Signature verticale de Dzang su-hong

1997

***

Par son implication dans la diffusion de l’art contemporain chinois, Lyon sous le mandat d’Herriot a devancé l’appel de C.T. Loo en 1956, un des premiers chinois arrivés à Paris dès 1902, fondateur de la première galerie d’art asiatique parisienne où Dzang fut accueilli : « Nous devons avoir un esprit international, l’Art n’a pas de frontière. Les objets d’Art parcourent le monde tels des ambassadeurs silencieux ». Au fort Saint-Irénée les trois sinogrammes de Dzang su-hong (toujours -livre -oie sauvage) aujourd’hui romanisés en Cháng Shūhǒng sont gravés à l’intérieur du nouvel Institut franco-chinois. De plus, à l’extérieur, dans les jardins, une œuvre sculpturale en bronze de 2014 rappelle son renouveau artistique qu’il poursuivra à Paris puis en Chine.

Par Chantal-Marie AGNES

  1. Jean-Baptiste Pillement : Chinois péchant à la ligne, Dijon, musée national Magnin ; Chinoiseries, Marseille, musée Grobet-Labadié ; Antoine Vollon a reproduit les peintures du pays ramenées par le pionnier Jules Itier (1802 -1877) lors de la mission diplomatique française de Théodore de Lagrenée en 1840 []
  2. Trigault Nicolas : Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine 1582-1610, Lyon, Horace Cardon, 1616 []
  3. Lettres édifiantes et curieuses écrites des Missions étrangères par quelques missionnaires de la compagnie de Jesus, Paris, Jean Baptiste du Halde, 1709-1743 []
  4. Tsen Tsonming (1896-1939) : La Chine pacifique, d’après ses écrivains anciens et modernes, morceaux choisis et traduits par lui-même, préface d’E. Herriot, Lyon, Desvignes, 1924 []
  5. Bénézit E. : Dictionnaire des peintres sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, Paris, Gründ, 1999 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.