PATRIMOINE/La paroisse Saint-Pierre de Vaise.

Eglise Saint-Pierre de Vaise en 1856 – Archives municipales de Lyon – 3ph591

Saint Pierre-ès-liens fut, au temps de l’ancien régime, la paroisse du plus modeste des trois faubourgs de Lyon (La Guillotière, la Croix-Rousse et Vaise). Son territoire s’étirait de la porte de Pierre Scize au Sud jusqu’à la limite de la petite paroisse de Saint-Rambert (au niveau de la rivière de Rochecardon) au Nord, à l’Est elle était bordée par la Saône et à l’Ouest elle était limitrophe des paroisses de Saint-Just, Tassin, Ecculy et Saint-Didier-au-Mont-d’or. Au pied de la colline de la Duchère, la plus grande partie du  territoire de Vaise occupait une dépression à l’emplacement d’un ancien méandre de la Saône. Jusqu’au XIXe siècle, cette dépression et la rive droite de la rivière furent soumises à de nombreuses inondations apportant sédiments et vase, ce qui explique peut-être le toponyme de Vaise.

Les découvertes archéologiques de ces dernières décennies ont montré que l’occupation humaine remontait ici au début du Néolithique. Avant la fondation de Lugdunum, il y avait déjà là un port sur la Saône. Traversé par la voie de l’Océan, Vaise fut naturellement un faubourg de la ville antique. De nombreux artisans y exerçaient leurs métiers : potiers, verriers, céramistes, orfèvres, tandis que se développait aussi en ces lieux une certaine activité agricole.

Avec le déclin qui suivit l’occupation romaine,  l’activité de Vaise se réduisit à celle d’une nécropole, on y retrouva des sépultures burgondes. Il fallut attendre l’époque carolingienne pour que la vie reprenne là aussi.  En 878 un monastère dédié à saint Baudile de Nîmes, martyr du IIIe siècle, aurait d’abord été construit avant d’être remplacé par une première église Saint-Pierre-ès-Liens dont il n’est pas possible de préciser la date. Entre 432 et 440 à Rome, avait été construite la basilique Saint-Pierre-aux-Liens afin d’y abriter les reliques des chaînes de  saint Pierre quand il fut emprisonné à Jérusalem. Dès lors de très nombreuses églises furent placées sous ce vocable.

Saint-Pierre-ès-Liens faisait partie d’un prieuré dépendant de l’Abbaye d’Ainay et qui remonterait à la fin de l’époque carolingienne. Mentionnée comme simple chapelle en 1193, elle a le titre d’église paroissiale en 1293 et fut reconstruite par les moines d’Ainay en 1369. Situé sur l’autre rive, Cuire, qui dépendait aussi d’Ainay, était alors une annexe de Saint-Pierre. Avant d’être remplacée en 1848 par l’église actuelle de Tony Desjardins, Saint-Pierre-ès-Liens avait alors trois nefs, un chœur assez large surmonté d’un clocher roman très simple, et une abside semi-circulaire. Quant aux bâtiments du prieuré appelés aussi “château de Vaise”, ils furent vendus comme bien national en 1792 et il n’en reste plus rien aujourd’hui.

A partir du IXe siècle, chaque année le 2 juin fête de Saint Pothin, Saint-Pierre-ès-Liens était le lieu de rassemblement de toutes les églises de Lyon pour la fête des Merveilles qui célébrait les miracles attribués aux cendres des martyrs. De là une grande procession nautique descendait la Saône jusqu’à Ainay, puis on remontait à pied par la rive gauche de la rivière jusqu’à Saint Nizier pour une messe solennelle. Vers 1300 la fête fut déplacée au 20 juin, juste avant la fête de saint Jean Baptiste (24 juin). Cette fête très populaire qui donnait lieu à des débordements païens sera finalement supprimée à la fin du XIVe siècle.

A la sortie de Lyon, une fois passée la porte de Pierre Scize, existait depuis 1170, au lieu dit des Deux-Amants, un hôpital appartenant au Chapitre de Saint-Paul. Désaffecté en 1369, il fut cédé en 1492 pour permettre l’édification du couvent des Cordeliers de l’Observance. C’étaient des franciscains qui se voulaient fidèles à la stricte observance de la règle de leur saint fondateur. En 1562, ce couvent fut saccagé par les troupes protestantes, par la suite il fut reconstruit et agrandi avec l’aide des marchands lyonnais et italiens. A la Révolution les bâtiments furent vendus comme biens nationaux et finalement l’église disparut en 1846.

Tout à côté, Camille de Neuville installa en 1675 les Franciscaines de Sainte-Elisabeth qui quitteront en 1745 leur premier couvent situé rue de la Charité pour se rassembler ici. Un vaste jardin entourait les bâtiments. Lors de la Révolution, la propriété fut saisie pour devenir l’Ecole vétérinaire, puis le Conservatoire de Musique.

En 1589, en amont, au niveau de l’actuel pont Koenig, avait été construite la porte de Vaise, plus commode car plus large que l’ancienne de Pierre Scize.

Depuis la Renaissance et pendant les siècles suivants, le faubourg de Vaise s’était développé. C’était là un lieu de passage important entre Lyon et le Nord. La Saône, en dehors des périodes de crues ou des étiages, assurait une activité importante aux petits ports (port Mouton, port des Pattes, port de l’Observance) qui s’étaient établis le long de cette rive droite et fournissaient du travail aux bateliers, fustiers, voituriers par eau, affaneurs, pêcheurs. Autour de l’église, le faubourg s’animait aussi. C’est à proximité (place Valmy) que partaient deux routes conduisant à Paris l’une par le Morvan et la Bourgogne, l’autre par le Bourbonnais. Ces routes alors royales furent les ancêtres des nationales n° 6 et n° 7 et les noms de Bourgogne et du Bourbonnais sont toujours ceux de deux rues du quartier. Le trafic routier favorisa l’établissement d’auberges ou relais de poste (le Chapeau-Rouge, le logis du Bourbonnais, le logis du Mouton) et de tous les artisans dont l’activité était liée au transport (voituriers par terre, maréchaux-ferrants, charrons, tonneliers, marchands de foin…).

Dans les registres, on remarque aussi la présence de nombreux blanchisseurs sans doute établis le long des ruisseaux qui, descendant du plateau, traversaient la dépression, la proximité de la ville leur assurait du travail. Cette activité se développera encore aux siècles suivants.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles de grands domaines comme celui du château de la Claire (où Henri IV séjourna avant son entrée solennelle le 4 septembre 1595 et dont une rue rappelle le souvenir), et celui du château de la Duchère (671 hectares), conservent à Vaise des activités agricoles importantes. Sur le plateau on cultive des céréales, des vignes occupent les pentes orientées au sud-est et des bois de feuillus les endroits les plus escarpés. Sur les terres humides de la dépression se trouvent des jardins maraîchers. Les registres paroissiaux témoignent de la présence d’un grand nombre de jardiniers à Vaise, c’est ici la profession la plus exercée. En 1786, la vocation agricole de Vaise est encore maintenue par la création de la pépinière royale placée sous la direction de l’abbé Rozier.

Au XVIIIe, trois fours à chaux s’installèrent près du pont de Serin construit en 1745 par les Hospices et qui s’écroula en 1789. Une grande fonderie de canons fut le seul établissement industriel important, située au bord de l’eau au sud, elle fonctionnera jusqu’en 1796.

Malgré toutes ses activités, le faubourg de Vaise resta sous l’Ancien Régime le faubourg  le plus modeste de Lyon, mais par la suite il ne cessera de se développer. La population de Saint-Pierre qui n’atteignait que 900 habitants en 1759, est estimée à 1.800  à la fin du siècle. L’église fut rénovée en 1776 et un nouveau cimetière dut être installé rue du Bourbonnais. Au XIXe siècle, avec la révolution industrielle, le territoire sera profondément transformé et Vaise, toujours faubourg de Lyon jusqu’en 1852, gagnera une importance toute nouvelle.

Par Marc ROCHET


Bibliographie et sources

– Jean François Reynaud, dans “Lyon l’église romane de Saint-Martin d’Ainay”, E.L.A.H. 2016, p.42 : “Les prieurés lyonnais de Saint-Martin, Saint-Pierre de Vaise”.
– Jean Pelletier, “Lyon, connaître son arrondissement, le 9e”, E.L.A.H. 2007.
– Wikipédia, divers articles.
– Aux Archives Municipales se trouvent les registres de Saint-Pierre de Vaise de 1596 à 1792.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.