PATRIMOINE/Les faubourgs de Lyon

Plan de la Ville de Lyon et de ses faubourgs en 1805 – Archives municipales de Lyon – 3s0121

La définition donnée par le dictionnaire Larousse (partie d’une ville située en dehors de l’enceinte) est faussement simple.  Très tôt, en effet, les populations se sont regroupées autour des villes pour former des agglomérations plus ou moins structurées, certaines pouvant même être fermées de remparts. Ces concentrations développent alors à leur tour des activités économiques qui ne vont pas manquer de faire concurrence avec celles des villes principales. D’où la nécessité, qui n’existait pas au départ lorsque les faubourgs étaient souvent un espace de relégation, de réglementer les relations entre les villes et ses faubourgs sur les plans les plus divers : économique, politique, juridique, fiscal.

Mais, qu’est ce qu’un faubourg ?

Les hommes de l’Ancien Régime,  eux-mêmes, avaient du mal à le définir ce qui avait des conséquences d’autant plus importantes que les implications sur le plan fiscal ou juridique, notamment, pouvaient être grandes. Le point de vue des magistrats urbains différait évidemment de celui des habitants des faubourgs et on s’en remettait à l’avis du roi qui pouvait être influencé et, par conséquent,  non dénué d’ambivalences et de revirements.

Bourgs, faubourgs, suburbes et même parfois banlieue désignent des territoires situés en dehors des remparts de la ville. C’est la une première distinction mais il s’agit pourtant d’états bien différents les uns des autres,  et la situation lyonnaise offre des exemples presque parfaits de cette hétérogénéité. Une considération essentielle est aussi de savoir si les habitants sont taillables et soumis au logement des gens de guerre ou non, cette exemption étant un privilège des bourgeois lyonnais. Les « faubourgs » lyonnais sont tous différents les uns des autres et ils n’évoluent pas au même rythme. Leurs liens avec la ville s’apprécient davantage en fonction des intérêts économiques ou fiscaux réciproques qu’en conformité avec des statuts administratifs ou juridiques clairement définis. C’est clairement le consulat lyonnais,   pour des raisons essentiellement fiscales, en lien ou en appui avec les communautés de métier, qui agit pour que soit attribué à ces agglomérations aux portes de la ville le statut de faubourgs.

En balayant l’espace lyonnais dans le sens des aiguilles d’une montre, on rencontre d’abord le quartier St Laurent ou de la Quarantaine au delà de la porte St Georges. Peu important, son statut semble mal défini et l’assimile plutôt à un suburbe donc intégré à la ville.

Viennent ensuite les « faubourgs » de St Just et St Irénée, très tôt intégrés à la ville (édit d’Henri III en 1585) et réputés faire partie du quartier du Gourguillon. Plusieurs documents font état de cette intégration. Un arrêt du conseil d’Etat de 1725 à propos du faubourg de la Guillotière précise que ce lieu « ne peut faire partie de la ville comme celui de St Irénée en fait une ». Claude Marin Saugrain, voyageant en 1726,  explique dans son Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France que la ville de Lyon a quatre faubourgs et souligne la particularité de « celui de St Just et St Irénée sur le chemin de Montbrison, lequel jouit des mêmes privilèges que la Ville et est sujet aux mêmes charges ».

Pour les habitants, cependant, la situation n’est pas aussi limpide à en croire un document de 1655 : un enfant a été exposé à la porte d’un pauvre vigneron habitant au Massu, paroisse de St Irénée. Comme il est trop pauvre pour le prendre en charge, il envisage de le confier à l’Hôtel Dieu « puisque l’endroit où il a été exposé est dans la ville quoiqu’il ne soit dans l’enclos des murailles veu que cet endroit a toujours été représenté être de la Ville pour être exempt des tailles , de logement de gens de guerre et sujet au guet de garde comme les autres bourgeois de la ville » . Mais les recteurs de l’Hôtel Dieu refusent de l’accueillir « l’enfant en question a été trouvé dans les faubourgs et hors de l’enclos de la Ville » et l’absence d’hôpital dans le faubourg n’est pas une raison pour le confier à l’Hôtel Dieu.

Vaise offre un des meilleurs exemples de ce double aspect et de cette difficulté à distinguer un bourg d’un faubourg. Proche de la Ville et ayant d’étroites et anciennes relations avec elle, les habitants sont farouchement opposés à se considérer comme faisant partie d’un faubourg et revendiqueront la qualité de forains jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. D’après eux, la principale difficulté viendrait d’une confusion, constamment entretenue, entre le bourg de Vaise et le quartier ou faubourg des Deux Amants, communément appelé aussi Vaise  qui commencerait à la porte de Pierre Scize au droit du château et s’étendrait jusqu’à la porte dite de Vaise ou de Lion ou des Deux Amants là où commencerait le véritable bourg de Vaise. Les habitants de Vaise, « dépendant de la seigneurie d’Ainay, ayant des consuls et syndics particuliers, étant taillables et corvéables, astreints au logement de troupes, n’étant jamais appelés à l’Assemblée des Notables, ne pouvant envoyer les vieillards indigents à l’hôtel Dieu ou à la Charité, payant les droits de traite foraine pour les marchandises sortant de la Ville et ne jouissant d’aucun des privilèges attachés à la qualité de citoyen, bourgeois et habitant de Lyon et ses faubourgs », doivent donc être considérés comme forains. En 1768, un arrêt du parlement de Paris avait même infirmé et déclaré que le bourg de Vaise était indépendant de la police et des autres juridictions de Lyon.

L’avis du conseil du roi pouvait cependant varier,  ce qui ajoutait encore à la confusion et faisait naitre  de multiples requêtes. À plusieurs reprises, il avait affirmé que les habitants de Vaise étaient tenus de payer les droits d’octroi accordés à la ville de Lyon. Un arrêt du conseil de 1777 considérant que Vaise étant un faubourg de Lyon, donc soumis aux droits d’octroi de la Ville, les habitants s’étaient pourvus contre cet arrêt qui, en 1789, « n’était pas encore signifié ». L’arrêt du 10 janvier 1789 reconnaissait que la situation de Vaise était aberrante puisque l’édit de 1777 réputait les habitants « bourgeois de Lyon, puisqu’il les soumet aux charges qui sont personnelles aux derniers, et les regarde comme forains en ce qu’il laisse subsister sur eux les charges et impositions qu’ils ont toujours supportées comme tels ». L’arrêt de 1789 validait celui de 1777.En 1784, le conseil d’Etat, consulté, avait reconnu une nouvelle fois la qualité de bourg forain à Vaise considérant que, pour le modifier, « il faudrait que le roi ordonne l’incorporation légale avec la Ville de Lyon par des lettres patentes, mais que pareil changement ne pouvait s’opérer qu’en rejetant sur les autres paroisses de la campagne et plat pays lyonnais les impositions et charges rurales supportées par la communauté de Vaise, ce qui répugnerait à la bonté du roi…. ».

La Croix Rousse (autrefois Cuire et « nouvellement appelé ainsi » : intendant Bertin en 1757) offre un autre exemple de cette complexité. En effet, les habitants de ce bourg (faubourg ?) y payent les droits d’octroi mais pas la taille ce qui inciterait à le compter parmi  les faubourgs de Lyon. Mais c’est en vertu de son appartenance au Franc Lyonnais et des privilèges accordés par le roi à ce « petit pays »lors de sa réunion au royaume et du don gratuit qu’ils doivent néanmoins acquitter. Dans le document cité ci-dessus, l’intendant Bertin souligne très justement que, pour qu’il en soit autrement (que le bourg soit intégré à la ville), il faut un arrêt du conseil et des lettres patentes ce qui n’a jamais été le cas (comme à St Just ou St Irénée). Cela n’empêche pas la Croix Rousse d’avoir été incorporée à la seigneurie directe et à la justice de Lyon.

D’autres menaces d’ordre économique et commercial et non plus administratif ou fiscal sont le fait de certains métiers. Ce fut notamment le cas avec les mouleurs de bois et aides mouleurs qui avaient imposé des droits à la Croix Rousse par édit de 1706, mais étaient parvenus à se procurer une exemption par la suite. En 1772, un arrêt du conseil faisait de la Croix Rousse un faubourg de Lyon et comme tel l’assujettissait à payer les droits d’octroi pour le vin et les droits d’aide. L’arrêt fut confirmé en 1773 (18 mai). Mais le conseil revint sur cet arrêt en 1776 en décidant que la Croix Rousse était bien un bourg séparé de Lyon et donc non assujetti aux droits d’octroi que voulait leur imposer le fermier des droits, « les vins vendus en gros ou détail à pot ou à assiette soit du crû soit d’achat demeurant assujettis aux droits d’octroi conformément à l’arrêt du conseil du 4 mai 1680 ». Cette décision fut confirmée en 1789 : « On plantera au-delà des fossés de la ville des bornes de pierre qui porteront d’un coté les armes de la ville et de l’autre la marque ou empreinte dudit bourg ».

Le cas de la Guillotière, bien que plus compliqué que les précédents sur le plan géographique et historique fut cependant plus simple à régler. Le bourg (faubourg ?) se situe en effet sur la rive gauche du Rhône. Il fait partie de la province de Dauphiné et est du ressort de la généralité de Grenoble. Économiquement, c’est un véritable Eldorado par rapport à Lyon car il n’y a ni taxes ni droits d’octroi. Aussi, les voituriers, aubergistes, cabaretiers y pullulent profitant de l’important trafic empruntant ou traversant le fleuve et portant ainsi ombrage à leurs homologues lyonnais.

L’argument de l’extranéité va donc être abondamment utilisé par les habitants. Statuant sur « la question qui a été agitée depuis longtemps », un arrêt du conseil de novembre 1725 avait déclaré que la Guillotière était un faubourg de Lyon et non un bourg et, comme tel, assujetti aux droits d’octroi. Concernant les droits d’aide, les habitants refusaient de les acquitter, arguant du fait que ces droits n’avaient pas cours en Dauphiné. L’arrêt du conseil du 11 décembre 1725 assujettissait la Guillotière au paiement de ce droit d’aide  puisque la Guillotière était un faubourg et qu’elle devait « être mise au même niveau que les faubourgs de la Croix Rousse et de Serin ». S’agissant des droits de moulage que la ville de Lyon voulait imposer à tous ses faubourgs, la Guillotière avait réussi à en être exemptée car « ces droits ne doivent pas se percevoir dans un lieu dépendant d’une autre province ». Mais la situation avait changé en 1734 quand un arrêt du conseil avait déclaré que la Guillotière faisait partie du Lyonnais et donc un faubourg de Lyon et n’était plus un bourg du Dauphiné. S’agissant de la juridiction, un arrêt du 9 mars 1701 avait jugé que la Guillotière et le mandement de Bechevelin relevait du Lyonnais et donc de la sénéchaussée de Lyon et du parlement de Paris.

Par Philippe PAILLARD


Bibliographie

– Yannick Jambon, Aux marges des villes modernes. Les faubourgs dans le royaume de France du XVIe au début du XIXe siècle, PUL, 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.