OBJETS/L’automobile lyonnaise en affiches

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

C’est au XIXe siècle que la révolution industrielle se développe dans les pays occidentaux, notamment en France. C’est à cette période que l’on découvre des nouvelles sources d’énergie, comme le pétrole et l’électricité. C’est aussi l’époque du développement de la chimie et des machines-outils dans les usines, ainsi que celle de l’automobile. En France, Lyon est la ville où la production automobile est la plus présente : grâce à l’installation de plusieurs entreprises, comme par exemple Berliet la ville devient l’un des centres européens de l’automobile.

La famille Rochet est l’une des plus importantes dans le milieu de l’automobile à Lyon. Elle est connue grâce à l’entreprise Rochet-Schneider créée par Édouard Rochet et Théodore Schneider en 1889, puis grâce à l’entreprise Rochet Frères et Cie. En 1870, l’industrie lyonnaise était focalisée sur les voitures à vapeur. Vingt ans plus tard, l’arrivée du pétrole amena à la création de la voiture à moteur, à laquelle se consacra la famille Rochet.

Voiturette Rochet, Affiche, lithographie couleur, Philippe Chapellier, Paris
Source : Musée de Bretagne, n° d’inventaire : 933.0032.127

Les stratégies commerciales sont alors très précises. Ainsi, sur cette affiche publicitaire, on peut voir un homme conduisant la « Voiturette Rochet » avec une femme à ses côtés. L’homme est moustachu avec une casquette, tandis que la femme porte une robe. Ceci est une représentation typique de la société française au XIXe siècle : cela est surtout révélateur du public visé, uniquement masculin.

Audibert et Lavirotte sont également des piliers de l’automobile lyonnaise. Créée par Maurice Audibert et Émile Lavirotte, l’entreprise du quartier de Monplaisir a fabriqué plus de 250 voitures, tout en participant à des courses et à des expositions.

Automobiles Aubiert et Lavirotte Monplaisir Lyon. Affiche Lithographique couleur, Louis Huvey, vers 1897Source : Prêt Musée de l’automobile Henri Malartre, n° d’inventaire : 1972.05.79

Ces deux entreprises ont participé à plusieurs salons, qui leur ont permis d’atteindre une notoriété internationale : ceci permettra à Lyon d’être encore plus connue qu’avant. Néanmoins, jugées dangereuses, les voitures se voient imposer de sévères limitations de la circulation par le maire de la ville. Six ans après sa création, Audibert et Lavirotte ferment les portes de leur entreprise car leurs investisseurs n’avaient pas confiance en l’avenir de l’automobile.

De plus, des deux images présentées, on peut déduire que l’automobile au XIXe siècle est accessible seulement aux bourgeois si l’on considère les tenues des automobilistes (robes, gants pour les femmes/costume chapeau pour les hommes) et le prix de ces voitures est d’ailleurs élevé.

Malgré tout, les automobiles lyonnaises se collectionnent toujours dans le monde (États-Unis, Allemagne, Angleterre, Suisse, Belgique), ce qui prouve leur importance dans l’histoire et explique la place importante qu’elles occupent dans le patrimoine lyonnais.

Par Bruce MATONDO


Sitographie
https://fr.wikipedia.org/wiki/Audibert_et_Lavirotte
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rochet-Schneider
https://www.lepoint.fr/automobile/et-lyon-crea-l-automobile-06-10-2011-1381995_646.php
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo225113
http://keepschool.com/fiches-de-cours/lycee/histoire/revolution-industrielle.html


brucematondo

Etudiant en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique Patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.