OBJETS/Boîte de changeur au nom de Jean Pierre CHAUDET

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

La croissance économique de Lyon est vivement encouragée par l’existence des foires, jouant un rôle prépondérant dans son développement. En effet, depuis 1420, Lyon possède le privilège d’organiser deux foires par an. Cependant, ces foires à Lyon prennent encore plus d’importance lorsque Louis XI met en place quatre foires annuelles, ayant lieu le premier lundi après la fête des rois, le lundi de Quasimodo, le 4 août et le 3 novembre. Grâce à sa position stratégique sur l’axe Paris-Orient, Lyon attire de nombreux marchands et acheteurs venant de toute l’Europe. De plus, aucune taxe n’était appliquée aux marchandises, privilège accordé par le Roi, ce qui fit de la foire de Lyon l’une des plus importantes.

Lettre patente du Roi Louis XI autorisant les quatre foires annuelles de Lyon, 1463Source : Archives Municipales de Lyon : HH 274, pièce n° 16 (réserve)

Grâce à ses foires, mais aussi grâce au développement de la soierie et de l’imprimerie, Lyon rayonnait à tout niveau et possédait, au XVIe siècle, 169 des 209 plus grandes sociétés de commerce de France. Cette puissance économique donne à la ville un statut important à l’échelle du royaume, accueillant fréquemment le roi et sa cour. De plus, beaucoup de banquiers étrangers s’installent dans cette ville, notamment des familles italiennes tel que les Médicis, les Capponi ou encore les Guadagni, qui arrivèrent en nombre dès 1465. En 1521, 183 banquiers étrangers étaient installés à Lyon. Ces banquiers étaient majoritairement réunis dans le quartier du Vieux Lyon actuel, et ils firent de la Place du Change un lieu névralgique dans les activités bancaires, ou s’effectuaient change, prêt, lettre de change et dépôt d’argent. La Loge du Change, construite initialement en 1631 par Simon Gourdet, fut le premier bâtiment officiel pour les changeurs, car toute cette activité économique nécessitait lieu réellement spécialisé.

La Loge du Change Source : Bibliothèque Municipale de Lyon

Cette diversité monétaire au cœur de la ville a permis aux changeurs et aux autres activités bancaires de se développer au point de participer pleinement à la prospérité économique de la ville et a rendu indispensable l’existence de la boîte de changeur. En effet, elle permet de passer d’une devise à une autre, grâce au trébuchet, et au poids monétaire correspondant à la valeur des monnaies étrangères dont elle est composée. Ces poids monétaires, aussi appelés dénéraux, portaient les emblèmes des pays correspondants, et les initiales des maîtres-changeurs. Cet outil permettait d’évaluer la valeur d’une monnaie afin d’en fournir l’équivalence locale.

De plus, ces boîtes de changeurs s’avéraient être très efficace contre les faux-monnayeurs, garantissant une monnaie authentique et de masse exacte.

Boîte de changeur au nom de JP CHAUDET, 1614
Source : Musée Gadagne, inventaire n°53-468

Par Fanny MHOUDINI


Sitographie 
http://culturebanque.com
http://numero.bm.lyon.fr
http://patrimoine-lyon.org
http://archives-lyon.fr


fannymhoudini

Étudiant en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.