OBJETS/Le parc de la Tête d’or… avant…

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

La construction du parc de la Tête d’or a débuté en 1856 et s’est achevée en 1858, dirigée par Denis Bühler. Cette infrastructure fut engagée par le préfet Vaïsse lors de ses grands travaux à Lyon de 1853 à 1864. Motivées des raisons d’hygiène et de sécurité, ces constructions avaient aussi pour but d’augmenter le niveau de vie, de moderniser et d’urbaniser la ville de Lyon, aussi bien selon des considérations pratiques que selon un intérêt de confort : les travaux comprennent notamment la distribution des eaux, les Halles de Cordeliers, le parc de la Tête d’or.

Lithographie, Parc de la tête d’or
Source : Musée Gadagne, Inventaire n° 3507 3

Lors de sa construction, le préfet Vaïsse déclare que « l’emplacement [du parc] se trouve dans les conditions d’isolement, de calme, d’air, de fraîcheur et d’horizon les plus souhaitables. Facilement accessible aux promeneurs à pied, il deviendra, ainsi qu’on l’a dit, la campagne de ceux qui n’en n’ont pas ». La visée de ce projet étant donc d’améliorer la vie des habitants, le paysage de la ville -laquelle était, avant ces travaux, légèrement insalubre- et donc également de contribuer au développement social et économique de la ville de Lyon.

Les exemples les plus concrets pour montrer la volonté d’urbaniser la ville sont la construction des hôpitaux de Croix-Rousse et de Saint Joseph, du Palais de la Bourse et du commerce, des Halles de Cordeliers et des réseaux de distribution des eaux. Pour améliorer et faciliter la vie quotidienne des Lyonnais furent construits plusieurs ponts autour des fleuves, ainsi que la gare Perrache, ou encore de grands axes au sein de la ville, tandis que la Préfecture fut détruite en 1863, ce qui entraîna la création et le prolongement de plusieurs rues encore utilisées de nos jours, comme le cours de Brosse, actuel cours Gambetta.

Chantier du Parc de la Tête d’Or. Anonyme, 1858
Source : Musée Gadagne, Inventaire n°549 17

Ces travaux constituent un succès important car ils modifient en profondeur la ville de Lyon, qui devient une ville moderne, dynamique d’un point de vue économique et qui constitue ainsi un cadre de vie agréable. Le parc de la Tête d’or est une réalisation qui est également un succès car c’est un endroit qui a rapidement été considéré par les Lyonnais comme un élément important de leur patrimoine et qui n’a jamais cessé d’évoluer jusqu’à aujourd’hui.

Par Romane LOUIS-LOUISY


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.