OBJETS/Une maquette du pyroscaphe

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Depuis sa prison des îles de Lérins où il a été enfermé au Fort royal de l’île Sainte-Marguerite pour s’être opposé au colonel de son régiment, le comte d’Artois (futur Charles X), Claude Dorothée François de Jouffroy d’Abbans imagine une embarcation mue par un système remplaçant les rameurs ainsi que les voiles.

Maquette du pyroscaphe de 1783.
Source : Musée Gadagne, Don Frobert, 1934, inventaire n° 3634

Il est libéré à la mort de Louis XV en 1774 et va consacrer sa vie aux sciences dans son château d’Abbans en Franche-Comté. Il travaille au projet de faire se mouvoir une embarcation à l’aide de ce qu’il appelle une pompe à feu.

En 1778 dans un premier essai sur le Doubs,  il se lance dans la construction d’un bateau à vapeur qui va effectivement naviguer, celui-ci mesure 13 mètres de long et 2 mètres de large, il est mû par un système de propulsion à rames et volets mobiles. Après cette expérience concluante, il poursuit ses travaux et modifie les plans de l’embarcation, c’est alors qu’il s’installe à Lyon où les conditions géographiques avec deux court d’eau ainsi que le contexte technique avec la batellerie en plein essor sont plus favorables.   

En 1782 il met en chantier son Pyroscaphe, un bateau de 45 mètres de long et 5 mètres de larges mû par une machine à vapeur à deux cylindres. Le 15 juillet 1783 il l’essaye pour la première fois sur la Saône pendant un quart d’heure devant l’ancien archevêché et fait sensation en remontant le court d’eau grâce à la seule intervention d’une pompe à feu.

Expérience du marquis de Jouffroy faite sur la Saône à Lyon, le 15 juillet 1783
Source : Figuier – Les Merveilles de la science, 1867 – 1891, Tome 1

Après le succès de cette démonstration, Jouffroy fonde une société de navigation sur la Saône et plusieurs bateaux sont mis en chantier. Mais la Révolution arrive et le marquis de Jouffroy, par fidélité au, roi émigre, tout en refusant l’idée d’offrir son invention à Napoléon « l’usurpateur » : il fait alors faillite. Il mourra le 18 juillet 1832, victime d’une épidémie de choléra. 

Claude François Dorothée marquis de Jouffroy d’Abbans (1751-1832)
Source : Auteur et date inconnus, collection privée.

PAr Antoine LACONDEMINE


Sitographie : http://www.exploralyon.fr/?p=548


antoinelacondemine

Étudiant en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.