METIERS/Maéva Bonfanti, médiatrice et chargée de projet aux Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Maéva Bonfanti

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

Après un bac littéraire, je suis partie en classe préparatoire hypokhâgne A/L. J’avais  tenté une première fois le concours de l’Ecole du Louvre, mais ne l’ai obtenu que la 2e fois, à l’issue de mon hypokhâgne.

Je suis alors montée à Paris pour y faire mes cinq années d’étude à l’Ecole du Louvre. J’ai commencé par une licence d’histoire de l’art généraliste durant laquelle on étudie toute l’histoire de l’art universelle avec deux spécialités, qui pour moi étaient l’iconographie et la peinture française, option héraldique (science des blasons). J’ai continué mes études avec un Master 1 dont le tronc commun était « muséologie » et un Master 2 pour lequel j’ai choisi le parcours « médiation », doublé d’un module guide-conférencier. Il est intéressant de distinguer les deux, ce qui permet de montrer que la médiation n’est pas juste le fait de faire des visites. La médiation c’est aussi tout ce qui est écrit, c’est l’évènement, c’est tout ce que l’on met en œuvre à destination des publics variés.

Je travaille aux Musées Gadagne depuis deux ans. C’est mon premier poste à temps plein. J’ai fini mes études il y trois ans et entre-temps j’étais guide dans divers endroits mais jamais à temps complet.

Maéva Bonfanti
Source : Musée Gadagne

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

J’ai un poste un peu atypique puisque je suis la seule aux Musées Gadagne à avoir cette double casquette qui est d’être à la fois sur le terrain, en tant que médiatrice en présentiel, et dans les bureaux, à la conception en tant que chargée de projet. Cela existe dans d’autres musées, par exemple aux Beaux-Arts de Lyon mais aux Musées Gadagne, je suis la seule.

En contact avec le public, je m’occupe des visites, des ateliers et des balades dans la ville. Le but est d’essayer de rendre le sujet attractif. Lorsque l’on a un groupe scolaire, le travail est moins évident, car ils ne sont pas toujours contents d’être là. En médiation, on ne transmet pas que du savoir pur. On enseigne aussi des savoir-faire et des savoir-être. Le patrimoine est une école de la vie au sens large. En un sens, on leur apprend aussi comment se tenir. Le challenge est de leur faire passer un bon moment avec les outils que l’on a à notre disposition. Les études montrent que l’on retient mieux ce que l’on fait que ce que l’on entend ou ce que l’on lit, donc on essaye de les faire participer, de les faire jouer. Par exemple faire tester les marionnettes ou faire des jeux va sans doute les amuser et ils s’en souviendront. Dans le parcours permanent nous avons mis en place un nouveau dispositif pour les enfants depuis peu. Nous avons créé cinq spots d’activité, dont un puzzle sur la maquette de l’hôtel de ville. Le but est de faire passer quelques connaissances dans un esprit ludique, sans même qu’ils se rendent compte qu’ils sont en train d’apprendre.

Ensuite il y a la seconde partie de mon métier, comme chargée de projet, à destination de publics variés. Il est intéressant de voir en quoi ces publics se rejoignent, ou s’éloignent. Il nous arrive de faire des projets avec des structures extérieures. Certaines écoles ou associations viennent nous trouver pour nous demander autre chose que ce qui est proposé sur notre plaquette. Par exemple, récemment, un groupe de déficients visuels est venu à notre rencontre, on a donc construit une visite pour eux. J’ai travaillé sur les personnes malvoyantes pendant mon Master et je me suis rendue compte qu’ils apprécient la description d’œuvres autant que la possibilité de toucher. Toucher pour toucher ce n’est pas utile, il faut que cela ait une valeur ajoutée. J’ai fait une formation à titre bénévole en dehors du travail chez Souffleurs d’Images, et rien qu’en décrivant un tableau, ils peuvent parfois trouver quel artiste en est l’auteur. Pour les déficients visuels, j’avais déjà une expérience mais parfois on part de zéro. En plus de ces projets spécifiques, on conçoit des événements à destination de tous, comme la Nuit des musées ou les Journées du patrimoine qui constituent de gros enjeux.

Ce que je préfère c’est la recherche pour m’adapter aux publics. Parfois c’est un échec, on a fait tout ce que l’on pouvait et cela n’a pas fonctionné, l’étincelle ne s’est pas produite. Parfois il faut se faire violence, car on a envie de se tenir à sa trame, mais insensiblement pour satisfaire le groupe on s’éloigne du thème préparé ; ce n’est pas grave, le but est que chacun y trouve son compte.

 

Exemple d’un carnet de jeux pour les enfants rédigé par le service des publics
Source : Musée Gadagne

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Jamais similaires, évidemment, à l’image des publics et des projets. Cependant il y a un moment de l’année où il y a beaucoup de scolaires et où je suis beaucoup dans le musée, occupée par les visites et ateliers. En ce moment, je consacre la moitié de la journée à la gestion de projet en bureau, à faire de la recherche, de la conception et des points avec les collègues pour avancer, et l’autre moitié je suis dans le musée avec les publics, à appliquer sur le terrain ce qui a pu être conçu en bureau. C’est vraiment idéal et très agréable.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

L’école nous donne le « savoir », mais le savoir-faire vient (essentiellement) d’ailleurs  (je ne veux pas non plus compter pour rien ma formation guide-conférencier). Le bagage que j’ai en termes de contenu me sert toujours. Le socle de connaissances de mes études est une boîte à outils dont je me sers très souvent. Aussi, il donne une technique de travail : avoir les clés pour décrypter une œuvre permet de le faire sur n’importer quel objet.

Mais l’école ce n’est pas suffisant. Ce sont surtout mes expériences qui m’ont forgée. Multiplier les stages est le plus utile et c’est encore mieux de différencier les stages pour changer de public et de structure. Les deux sont complémentaires et indispensables.

Au sein du Musée Gadagne, comment s’effectue le travail avec vos collègues ? 

C’est un vrai travail d’équipe : nous multiplions les allers-retours, nous nous entraidons. C’est un travail main dans la main où l’on n’est jamais tout seul. On avance beaucoup plus vite avec plusieurs cerveaux.

Un musée comporte une mission de conservation et d’étude des collections, d’une part, et une mission de diffusion et d’ouverture vers le grand public, d’autre part. Dans votre pratique quotidienne, avez-vous l’impression qu’il est aisé de trouver le juste équilibre entre ces deux missions ?

On a des difficultés à faire passer les besoins d’adaptation aux publics. Ils ne sont souvent envisagés que dans un dernier temps, mais le problème, c’est qu’à la fin, quand c’est installé, c’est trop tard. Les collections ont leurs contraintes et il est difficile pour eux d’intégrer les nôtres. On essaie de fonctionner ensemble, mais ce n’est pas toujours le cas. Certains conservateurs ont le désir de changer cela mais ce n’est pas encore fait. Dans les réflexions de refonte actuelles aux Musées Gadagne cependant, le service des publics a été associé dès l’origine.

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (autres institutions nationales, régionales, municipales) et privés vous avez affaire ?

On travaille régulièrement avec différents acteurs de la ville de Lyon, les conseils de quartier, les structures associatives, hospitalières, les écoles, les centres aérés et différents théâtres.

Votre métier a-t-il évolué ces dernières années, en lien notamment avec le développement du numérique ? Comment voyez-vous les évolutions à venir ? 

Le numérique apporte beaucoup d’ouvertures. Un exemple à forte valeur ajoutée de l’utilisation du numérique est pour moi l’abbaye de Cluny : ils ont mis en place des écrans de réalité augmentée qui permettent de voir l’espace avant sa destruction. Dans ce cas, le numérique est pertinent. Or il existe une grande variété d’accessoires numériques et ils ne le sont pas tous. De plus ils ne sont pas encore au point pour la plupart et coûtent fréquemment un prix exorbitant.

Ce que l’on doit garder à l’esprit, c’est la pertinence de l’utilisation d’un outil (c’est valable aussi avec d’autres types d’outils, par exemple pour les visites adaptées aux déficients visuels). Or, souvent, on procède à l’achat d’un outil qui dans la plupart des cas est un gadget et n’aide absolument pas pour la diffusion. La réalité augmentée vient compléter ce qui n’existe plus ou met en valeur les lignes de fuite, c’est pourquoi elle est utile et pertinente, elle apporte quelque chose. Mais est-elle pertinente partout ? Et qu’en est-il des autres formes ? Par exemple, même si je préfère avoir une tablette plutôt que plein d’images dans un gros classeur, on ne voit pas bien l’écran en extérieur, c’est donc plus un gadget qu’un outil précieux. Alors oui, le numérique ouvre des perspectives, mais ce n’est pas encore parfait.

Par Emmanuelle POINAS


emmanuellepoinas

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.