METIERS/Laurence Clouet, responsable du service communication

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Laurence Clouet

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai fait des études en communication à l’Université d’Avignon, une maîtrise en sciences et techniques de la communication. C’était une formation à la fois théorique et pratique.

J’ai ensuite travaillé une année dans une association nantaise financée par la Direction Régionale des Affaires Culturelles et la région Pays de la Loire. À la suite de cela, je suis venue à Lyon et j’ai travaillé pour une ONG qui s’appelait « Vétérinaires sans frontières », comme attachée de presse, puis j’ai pris le poste de responsable de communication. Ensuite j’ai travaillé pour « Saint-Etienne Métropole », où j’ai été embauchée comme chargée de communication pour le secteur de l’environnement, puis mes missions se sont élargies et je suis devenue responsable de la communication. En 2004, j’ai été embauchée par le Musée Gadagne pour être chargée de communication et je suis aujourd’hui responsable du service communication de ce musée.

Laurence Clouet
Source : Elsa Serafini

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Nous sommes 4 au sein de ce service de communication, notre mission est d’établir la stratégie de communication des Musées Gadagne et de la décliner en plans de communication en fonctions des événements, des expositions ou des opérations qui rythment la vie du musée. Ce service accompagne de très près le développement en termes de publics et de positionnement de l’image des musées.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Ce qu’on peut faire dans une journée est très varié : on va être à la fois sur des activités opérationnelles d’organisation, de logistique mais également sur des activités très créatives par exemple en écrivant des textes, en réfléchissant avec des graphistes autour de photographies pour créer des visuels pour une campagne de communication. On passe beaucoup de temps derrière les ordinateurs dans une journée quand on est dans l’écriture mais moins on est dans le relationnel avec d’autres personnes extérieures aux musées dans cette logique de diffusion de l’information et de réseaux. On va passer du temps au téléphone à échanger entre nous ou avec les autres services. En résumé, une journée est variée, et d’un jour à l’autre, nos actions varient également car notre champ d’actions est large.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

Au moins 50% de mon métier, je l’ai appris en travaillant, à la sortie des études, on a très peu de clefs, c’est le monde du travail qui se charge de nous faire apprendre au fur et à mesure, les aspects concrets de notre métier, indispensables pour réussir.

Laurence Clouet derrière son bureau
Source : Elsa Serafini

Au sein du Musée Gadagne, comment s’effectue le travail avec vos collègues ?

Chacun des membres du service communication a des missions et des fonctions différentes mais qui sont complémentaires. En tant que responsable du service de communication, le rôle est d’apporter une cohérence pour atteindre nos objectifs. Cela nécessite de travailler ensemble que ce soit de façon formelle, pendant une réunion autour d’une table, ou de façon informelle en rentrant simplement dans le bureau d’à côté. On ne reste pas simplement au sein du service communication mais nous allons chercher l’information au sein de tous les services.

Un musée comporte une mission de conservation et d’étude des collections, d’une part, et une mission de diffusion et d’ouverture vers le grand public, d’autre part. Dans votre pratique quotidienne, avez-vous l’impression qu’il est aisé de trouver le juste équilibre entre ces deux missions ?

Toute la partie appelée conservation et étude des collections ne concerne pas le service communication.

Au sein du musée Gadagne, il y a un service collection, dont la mission est essentiellement de travailler là-dessus. La mission du service de communication, est de faire savoir qu’il y a ces collections en les valorisant sur les plaquettes, ou pour les mettant en ligne afin de les faire connaître du public. Nous travaillons donc en étroite collaboration avec ce service pour assurer cette mission de diffusion du musée.

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (autres institutions nationales, régionales, municipales) et privés vous avez affaire ?

La tutelle du musée Gadagne est la Ville de Lyon, c’est un musée municipal donc on travaille au quotidien avec d’autres services de la ville (Direction des affaires culturelles, Direction des marchés publics, Direction services informatiques etc…). On va aussi travailler avec la Métropole de Lyon, avec d’autres musées et également avec des prestataires privés, des journalistes, des graphistes, des imprimeurs. C’est, là aussi, encore extrêmement varié.

Votre métier a-t-il évolué ces dernières années, en lien notamment avec le développement du numérique ? Comment voyez-vous les évolutions à venir ?

Oui, c’est un métier qui a énormément évolué depuis l’arrivée d’internet dans un premier temps, puis avec l’arrivée des réseaux sociaux. Aujourd’hui le plan de communication passe au minimum à 50% par le digital. Il y a encore 50% que l’on imprime, il s’agit de tous les dépliants, les affiches qui continuent le reste est digital. Au sein du métier, il faut maintenant une personne qui s’occupe seule du digital et qui est aidée par 1 ou 2 autres personnes et ce phénomène va continuer à prendre de l’ampleur.

La cour du Musée Gadagne
Source : Elsa Serafini

Par Elsa SERAFINI


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.