METIERS/Emmanuelle Font-Bruyere, assistante de conservation aux Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Emmanuelle FONT-BRUYERE

 

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai fait une maîtrise d’histoire moderne, suivie d’un Master conservation des œuvres, alors appelé métiers du patrimoine, à Saint-Etienne. J’ai choisi la spécialité conservation, que je préférais à la médiation. J’ai toujours voulu travailler dans les châteaux, les musées et la conservation du patrimoine. Comme j’aimais bien l’histoire, j’ai choisi d’étudier cette matière avant de me spécialiser dans la conservation et le patrimoine. Aujourd’hui, je suis Assistante de conservation (principale) en charge des collections Arts graphiques, c’est-à-dire fonctionnaire de catégorie B.

 

Emmanuelle FONT-BRUYERE, assistante de conservation principale
Sources : Ophélie PEYRARD

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Dans mon métier, nous nous intéressons aux objets et à leur histoire. Personnellement, je travaille au sein du service des collections du Musée d’Histoire, car il y a également ici, au Musée Gadagne, le Musée de la marionnette. Je m’occupe de la collection d’Art graphique, c’est-à-dire toutes les œuvres sur supports papiers : les documents écrits, les manuscrits, les gravures, les dessins, la peinture sur papier telle que la gouache, les affiches, les plans, les cartes… Le principal aspect de mon métier est la conservation : je dois maintenir les œuvres dans les meilleures conditions possibles pour les préserver et les transmettre aux générations futures. On s’en occupe dès leur acquisition, elles peuvent provenir de dons de particuliers ; on estime alors si elles sont intéressantes pour le Musée, pour la ville de Lyon. Je peux également faire des prospections d’œuvres en vente aux enchères. Dans ce cas-là, on passe devant des commissions régionales d’acquisition qui donnent des avis favorables ou réservés. Je suis également amenée à faire l’inventaire des œuvres, ce qui est de nos jours informatisé. Il s’agit de noter tout ce qui a trait à l’objet, son titre, l’auteur, une description, puis l’objet est lui-même marqué au crayon à papier. On attribue à chaque objet un numéro et une localisation avant de le placer en réserve. Suite à l’inventaire on procède à l’ouverture d’un dossier d’œuvre. Tout au long de sa vie, on note dans ce dossier les expositions où il a figuré, les rapports de restauration, son aspect, les recherches autour de lui. C’est une sorte de « carnet de santé » de l’œuvre !

Tampon sur un document (bulletin d’une association d’ancien élèves)
Source : Ophélie PEYRARD

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Mes journées de travail ne sont jamais les mêmes, et c’est ce qui me plaît dans ce métier. Je consacre certaines journées à la conservation préventive des œuvres, pour essayer d’intervenir sur leur environnement plutôt que d’agir physiquement sur elles : réduire la poussière, la pollution, rendre la température la plus stable possible pour éviter les gondolements ou les tâches, voire la rouille. Un autre jour, je peux m’occuper du récolement des collections, c’est-à-dire vérifier leur présence, leur état. Chaque chargé de collection doit le faire tous les 10 ans. Je participe à la réflexion sur le nouveau parcours du Musée Gadagne avec mes collègues, je prépare une exposition sur le Rhône et la Saône, ce qui suppose de se documenter, de faire une sélection d’œuvres à exposer, et je m’occupe des demandes de prêt des autres musées : réalisation d’assurances administratives, procédures, fiches de prêt… Je peux enfin répondre à des demandes de recherche de la part de chercheurs ou d’étudiants. Je n’ai pas vraiment de lien avec le public : je fais parfois des visites à des étudiants, mais c’est pour présenter essentiellement mon métier et non pas les collections.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

Elles m’ont donné les bases mais j’ai eu la chance d’avoir pu rencontrer au Musée Gadagne, lors de mon stage de Master 2, une équipe qui m’a formée. J’ai commencé en CDD au service des publics, avant de profiter d’un départ à la retraite pour être embauchée comme agent du patrimoine. J’ai ensuite monté les échelons petit à petit. Grâce à mon employeur, j’ai pu suivre des formations professionnalisantes, notamment à l’INP (Institut National du Patrimoine) sur l’identification des arts graphiques. En effet c’était un domaine où je ne m’y connaissais pas vraiment. Ce fut une belle opportunité car on visite des lieux exceptionnels comme les réserves du Musée d’Orsay ou de la BNF (Bibliothèque Nationale de France).

Dessin fait pendant la Première Guerre mondiale conservé dans les réserves du Musée Gadagne
Source : Ophélie PEYRARD

Au sein du Musée Gadagne, comment s’effectue le travail avec vos collègues ? 

Il y a une très bonne entente au sein du service. Il se compose d’une chef de service qui a une vision globale du service et des missions. C’est elle qui détermine chaque année les missions, les objectifs à atteindre et les directions dans lesquelles aller. Ma collègue Cécile s’occupe de la collection des objets 3D, Michael des photographies et Brigitte des marionnettes. Chacun a un poste spécifique. On retrouve également une documentaliste, chargée de la bibliothèque, qui peut rechercher des documents, des ouvrages, par exemple sur la muséologie pour se tenir informée de l’actualité des musées. Nous travaillons tous en collaboration.

Un musée comporte une mission de conservation et d’étude des collections, d’une part, et une mission de diffusion et d’ouverture vers le grand public, d’autre part. Dans votre pratique quotidienne, avez-vous l’impression qu’il est aisé de trouver le juste équilibre entre ces deux missions ?

C’est compliqué mais on essaye… À Gadagne, une des priorités du nouveau directeur est de publier et de numériser les collections. Il y a une réelle volonté de les montrer au plus grand nombre et de les mettre à la portée de tous. Les logiciels de traitement peuvent aider à réaliser cette mission de diffusion. Néanmoins, il est souvent très complexe de trouver des informations conséquentes sur les œuvres, ce qui peut compliquer leur diffusion. Celle-ci se fait beaucoup avec les expositions, et la médiation du service des publics : ateliers, visites commentées des salles d’exposition, balades urbaines.

Dessin au crayon de papier représentant une ruelle du vieux Lyon en attente de restauration
Source : Ophélie PEYRARD

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (autres institutions nationales, régionales, municipales) et privés vous avez affaire ?

Je collabore principalement avec les Archives municipales, qui ont un fonds énorme et des objets potentiellement intéressants pour les thèmes des expositions ou même pour la réflexion sur le parcours permanent. Je travaille aussi avec le C2RMF (Centre de Recherches et de Restauration des Musées de France). Cette institution, située au Louvre, a un rôle d’appui sur le mode de conservation, la lutte contre les nuisibles et les insectes, peut nous aider à diagnostiquer les problèmes et nous donner des conseils. Nous travaillons également beaucoup avec le monde associatif, les universités et des experts scientifiques notamment dans le cadre des expositions organisées par le musée. Ces spécialistes et experts nous aident sur les orientations des contenus. Nous travaillons également avec les institutions nationales ou d’autres musées dans le cadre de prêts entre musées lors de nos expositions.

Il y a trois ans, les élus de la ville de Lyon ont décidé de créer un pôle Histoire en regroupant le Musée Gadagne, le Musée de l’automobile Henri-Malartre et le Musée de l’imprimerie et de la communication graphique. Cette entente nous permet de travailler ensemble, de partager nos méthodes et d’optimiser nos outils de travail comme par exemple le fait d’avoir un logiciel commun d’informatisation. On peut aussi partager nos collections entre les différents établissements. Cette décision de mutualisation nous permet de mieux travailler ensemble.

Votre métier a-t-il évolué ces dernières années, en lien notamment avec le développement du numérique ? Comment voyez-vous les évolutions à venir ? 

Mon travail a principalement évolué avec l’arrivée du numérique : elle nous permet la numérisation des œuvres et nous amène à réfléchir sur la meilleure manière de diffusion des collections en réserve pour en donner l’accès au plus grand nombre. On pourrait les stocker sur la base de données Joconde par exemple. La collection du musée n’est pas encore très visible sur internet, mais la diffusion est tout de même de plus en plus importante grâce aux réseaux sociaux et la rédaction d’articles sur des œuvres que l’on prête, lors d’une restauration ou pour présenter les nouvelles acquisitions. Certains de mes collègues veulent également développer le partage des connaissances avec Wikipédia, ce qui permettrait d’être encore plus ouvert au grand public.

Par Ophélie PEYRARD


Ophélie Peyrard

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.