METIERS/Didier Besset, régisseur logistique aux Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Didier Besset

 

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ? 

Mon parcours professionnel est plutôt varié et surprenant. À la base, j’ai un bac professionnel de mécanicien réparateur automobile, métier que j’ai exercé pendant 25 ans. J’ai eu une opportunité de rentrer, toujours dans le domaine technique, dans un musée pour gérer des œuvres, des réserves.

Avec le temps, j’ai suivi un grand nombre de formations spécifiques en muséographie, pour tous les types de travaux dans les musées, principalement à l’INP (Institut Nationale du Patrimoine) à Paris. Là j’ai suivi diverses formations sur l’anoxie (diminution de la quantité d’oxygène, utile au traitement des œuvres), le conditionnement des œuvres, la conservation préventive, le constat d’état des œuvres, le convoiement. Toutes ces formations spécifiques à ce nouveau métier, je les mets en pratique maintenant. Cela fait 9 ans que je travaille au musée. Ma fiche de poste, également, a beaucoup évolué. À la base j’avais des missions beaucoup plus limitées. Du fait que j’ai gagné en compétences, mon poste est maintenant beaucoup plus varié et beaucoup plus complet. 

Didier Besset, régisseur logistique et gestionnaire technique de montage d’expositions et d’œuvres.
Source : Adélaïde Ganoun.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ? 

Je suis régisseur logistique et gestionnaire technique de montage d’expositions et d’œuvres. Mon travail touche à tout ce qui est en rapport technique avec les œuvres, que ce soit dans leur localisation, leur transport, leurs mouvements, les installations en vitrine ou les prêts. Par exemple, je reviens de Paris où on est allé chercher des œuvres pour une future exposition. J’ai réalisé des soclages de marionnettes qu’ils nous prêtent sur place, parce qu’ils voulaient voir notre travail. Le soclage est ce qui permet de mettre en valeur la marionnette en vitrine.

Je m’occupe du travail logistique et technique. Cela comprend l’œuvre, son conditionnement pour le transport, afin qu’elle soit dans des conditions optimales pour sa sécurité. Cette fonction consiste à faire un constat d’état de l’œuvre. Je n’ai pas le domaine administratif, je signe les documents mais ce n’est pas moi qui vais gérer les assurances, c’est dans le domaine administratif.

Ensuite, il y a le fait de les gérer dans les réserves. On a des réserves spécifiques : réserve peinture, réserve marionnette, réserve lapidaire, réserve mobilier. Donc chaque type d’objet est géré dans une réserve, car on ne traite pas de la même façon du bois ou de la pierre.

Il y a aussi de l’hydrométrie, car les températures rentrent en compte pour la conservation des œuvres. On gère aussi toute la partie 2D, l’encadrement des œuvres : on a les appareillages adaptés comme, par exemple, une machine pour couper le verre. On fait tous de A à Z. On peut faire du cadre sur mesure. 

On a une partie gestion des œuvres. On va sur « Micromusée » et on la re-localise, c’est à dire telle œuvre est sortie de telle exposition, tel jour à telle heure. Il faut tenir à jour le logiciel pour savoir où se trouve l’œuvre. Par exemple, si un musée nous emprunte une œuvre, il faut savoir en regardant le logiciel que telle œuvre n’est plus là pour telle raison. C’est un document qu’il faut tenir à jour. Il y a la partie montage d’exposition. On peut être amenés à créer du mobilier. On suit les consignes du scénographe qui nous dit, par exemple, de construire un meuble de telle taille pour tel objet.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ? 

Mon emploi du temps est très variable : actuellement, on travaille surtout sur le soclage. Cela peut aussi être de l’entretien si c’est une période calme, comme par exemple faire un suivi dans les salles pour voir s’il n’y a pas une bête dans un cadre. Il y a de la surveillance. Si on se rend compte qu’il y a un document qui commence à gondoler, on alerte le service qui gère la température, pour dire que l’hydrométrie n’est pas bonne, qu’il y a trop d’humidité. Cela doit être géré, constamment, tous les jours. C’est très dur, surtout dans un bâtiment comme celui-ci, qui est très vieux et très varié car il y a plusieurs bâtiments, il y a de la climatisation. C’est beaucoup de travail de surveillance. 

Deux bulles d’anoxie, pour le traitement des marionnettes du musée Gadagne.
Source : Adélaïde Ganoun.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ? 

Je dirais que ma formation de base étant un bac pro de mécanicien réparateur automobile, cela n’a rien à voir avec ma fonction actuelle. Toutefois pour la réalisation de soclages, cela m’aide dans leurs constructions, car j’ai l’expérience de travailler le métal ou la soudure et tout ce qui touche au travail manuel. Pour le reste, il m’a obligatoirement fallu suivre des formations spécifiques en lien avec la conservation, le conditionnement, le convoiement, l’anoxie, etc.

Au sein du Musée Gadagne, comment s’effectue le travail avec vos collègues ?  

Chaque collègue a ses missions bien précises. Nous, on est deux à faire ce métier. Autrement, j’ai un collègue qui est spécialisé dans l’électricité. Donc il va faire tous les branchements de lumières pour les œuvres, sur les recommandations du scénographe. Il fait également tout ce qui est gestion de bâtiment, il accueille les entreprises extérieures, qui viennent pour, par exemple, un problème de vitre, de chauffage, de peinture … J’ai également un collègue qui travaille pour les ateliers pédagogiques. C’est un service qui accueille toutes les écoles, pour faire, des travaux manuels …  Il est aussi dans tout ce qui est bois. S’il faut faire des fonds, je vais lui dire qu’il me faut un double fond précisément de cette taille et il va le couper, le préparer et même l’installer.

Marionnette Guignol du musée Gadagne et son soclage.
Source : Adélaïde Ganoun.

Un musée comporte une mission de conservation et d’étude des collections, d’une part, et une mission de diffusion et d’ouverture vers le grand public, d’autre part. Dans votre pratique quotidienne, avez-vous l’impression qu’il est aisé de trouver le juste équilibre entre ces deux missions ? 

La diffusion, ce n’est pas nous. Pour cela, on a un service communication au musée. Nous on est plus dans la logistique. Et la conservation, on la fait tous les jours par tous les travaux : l’anoxie, le convoiement, le conditionnement, etc.

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (autres institutions nationales, régionales, municipales) et privés vous avez affaire ?

Nous sommes mutualisés avec d’autres musées : on travaille beaucoup avec le Musée de l’automobile Henri-Malartre, et avec le Musée de l’imprimerie et de la communication graphique. Le Musée Miniature et Cinéma n’en fait pas partie car c’est une institution privée.  On a aussi pu être amenés à travailler avec le Musée Confluence, pour le soclage d’une marionnette. On travaille aussi avec le Musée des Beaux-Arts, qui a le même statut que nous, on leur prête des fois du matériel et inversement. Même au point de vue atelier, on leur demande par exemple leur fournisseur : on est fréquemment dans l’échange. J’ai également, il y a trois ans, fait une importante bulle d’anoxie au Centre d’histoire de la résistance et de la déportation. On arrive des fois à avoir des contacts avec d’autres musées pour diverses raisons.

Votre métier a-t-il évolué ces dernières années, en lien notamment avec le développement du numérique ? Comment voyez-vous les évolutions à venir ? 

Je dirais que cela va venir. Pour mon cas, pour l’instant, je suis régisseur plutôt logistique, je ne travaille pas encore avec des techniques numériques poussées, mais on aura probablement bientôt des formations sur ces aspects, pour aller plus loin dans notre travail. Des évolutions, il y en a toujours pour améliorer notre travail. On est par exemple en demande pour avoir une formation de soudure spécifique au soclage. 

Par Adélaïde GANOUN


Adélaïde Ganoun

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.