MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (2/5)

Administration provinciale, académies, professionnels et amateurs donnent l’impulsion pour créer au XVIIIe siècle à Lyon une vie musicale publique.


Essor du goût lyonnais

Trois corps constitués donnent cet élan : l’Académie royale de musique fondée en 1688 ; l’Académie des Beaux Arts et du Concert (1713-1774), sous le patronage du Gouverneur de la province, membre de la famille de Neufville de Villeroy ; et l’Académie « des Jacobins » (1718-1727), sous l’égide de Mme Pouletier, second personnage par ordre d’importance, après le Gouverneur. Elles donnent des oeuvres lyriques, tiennent un concert hebdomadaire et animent des séances de musique.

A la suite de la fondation par Anne Philidor en 1725 du Concert spirituel de Paris, qui a lieu dans la Salle des Suisses aux Tuileries (1), se fonde le Concert spirituel de Lyon sous le patronage du consulat.
Comme l’atteste le pastelliste Guillaume Voiriot qui arrive à Lyon au soir du dimanche de Pâques, on l’écoute à l’Hôtel de Ville: “La première chose que je fis après avoir changé de linge fut daller au concert spirituel qui nestoit pas encore commencé; il se tenoit à l’Hostel de Ville qui est un fort belle edifice. J’y fus bien venu moyennant 24 s.
J’y trouvé fort bonne compagnie en hommes et en dames… La musiqe etoit assez mauvaise mais bien éxécutée. Et je fus content de la voix de Madame Selima” (1746) (2).

La musique religieuse se déplaçait ainsi en terrain “laic” et permettait d’entendre de la musique vocale (grands motets) et des oeuvres instrumentals (sonates, concertos, symphonies).

A cette triple protection s’ajoute celle du clergé dont le rôle s’accroit lorsque François Paul de Neufville de Villeroy (1677-1731) devient archevêque.
Mais l’un des obstacles est la liturgie spéciale de la Primatiale des Gaules qui, à l’inverse de la plupart des autres cathédrales, refusa d’abord la musique instrumentale: “il n’y a ni orgue ni chantres gagés à Saint-Jean, selon les habitudes syriaques. Les fidèles et le choeur prient en commun et le plain-chant y est… profondément senti ”(3).

Cependant, grâce au soutien des Villeroy, l’effort de publication des oeuvres lors de leur exécution, même si elles ont été imprimées par ailleurs, porte ses fruits. Cette curiosité pédagogique a pour conséquence la constitution à Lyon d’un fonds d’oeuvres manuscrites ou imprimées qui paraît avoir été l’un des plus considérables de France. Bien que dispersée aujourd’hui, de cette collection il reste suffisamment pour apprécier le goût baroque raffiné de ce temps.

 

Choix d’oeuvres représentées à Lyon

Choix d’oeuvres représentées à Lyon

Les mémorialistes contemporains comme Michon, la carrière de Grenet (4), aussi professeur, et la création d’une école de musique, attestent cette volonté de faire aimer et apprendre la musique. Plusieurs compositeurs montrent un engouement extraordinaire. Ils se signalent par leur souci de réfléchir sur leur art et d’écrire des manuels d’apprentissage. Hardouin (5) le fait pour le chant, Dubreuil (6) pour le clavecin, Francoeur (7) pour le violon… A ce désir de perfection, concourent exécutants, chefs, compositeurs, mais aussi librettistes.

Cependant, il y a beaucoup à redire sur les moeurs. La salle de la Raquette royale présente toutes sortes de spectacles sous la direction de la Desmarest. On y donne des bals, on y joue même, au point que l’Académie de musique est qualifiée de “véritable tripot.

Selon L. Michon, “il y a peu d’honnêtes gens, beaucoup de canailles, de jeunes débauchés, de putains et de joueurs… Pour y attirer la jeunesse, les entrepreneurs de spectacles y font entrer autant de filles de joie qui se présentent, en leur donnant des billets d’entrée gratuitement”(8). Saïd Effendi, ambassadeur de la Porte ottomane, de passage à Lyon du 22 au 26 novembre 1741, demeure sidéré : “Là il faut être de vrais saints ou des ennuques pour résister à la tentation de la chair!” (9)

La conduite de la troupe de l’opéra n’est guère plus édifiante. Chanteuses et danseuses, à commencer par la directrice, sont le plus souvent les maîtresses en titre de personnages en vue.

Auditorium M. Ravel (1972-1974, H. Pottier, Charles Delfante, B. Caille), inauguré le 14 février 1975. Médaille de Paul Penin, 1975, bronze, diamètre 50 mm. © Collection particulière

Auditorium M. Ravel (1972-1974, H. Pottier, Charles Delfante, B. Caille), inauguré le 14 février 1975. Médaille de Paul Penin, 1975, bronze, diamètre 50 mm.
© Collection particulière

 

Par Hyeja GARDES-SONG
L’auteur remercie chaleureusement JP Donné, de l’Académie de Lyon, pour lui avoir procuré les photographies des médailles qui illustrent cet article.

Notes

1. HUOT-PLEUROUX, Histoire de la musique religieuse, 1957, p. 243.
2. L’oeuvre de Soufflot à Lyon, Lyon, 1982, p. 275.
3. Connaître Lyon, Lyon, 1990, p. 50.
4. François Lupien GRENET (1700 ?-1753), maître de musique à Paris et à Lyon, compositeur du Triomphe de l’Harmonie, opéra ballet en 4 entrées (1745).
5. Henri HARDOUIN (1727-1808), compositeur et chef d’orchestre.
6. Jean DUBREUIL (? – 1775), compositeur de la pastorale Idas et Doris (1715).
7. François FRANCOEUR (1698-1787), violoniste, devenu Surintendant de la Musique du Roi.
8 MICHON, ouvrage cité.
9. Gilbert GARDES, Le voyage de Lyon, Horvath, 1993, p. 18, 332.

1Auditorium M. Ravel (1972-1974, H. Pottier, Charles Delfante, B. Caille), inauguré le 14 février 1975. Médaille de Paul Penin, 1975, bronze, diamètre 50 mm.

2 – Hôtel de Ville (1646-c.1658, Simon Maupin; restauré en 1700-1704 par J. H. Mansart et Robert de Cotte, avec en arrière plan l’Opéra (1826-1831, A. M. Chenavard & J. Pollet), transformé par Jean Nouvel (1989-1993). Médaille de Nicolas Salagnac, vermeil, 90 x 90 mm.

Photographies de JP Donné.

 


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. @ednomesor dit :

    C’est un plaisir de lire ces petites histoires lyonnaises. Les citations, images et références me font découvrir de nouvelles ressources. Celles que vous donnez des Mémoires de Léonard Michon, l’une de 1725 et l’autre de 1732, portent effectivement une vive critique sur les bals publics, surtout parce que s’y déroulent des jeux d’argent, type jeu de Pharaon, très en vogue à cette époque. Ces tables de jeu se montent généralement avec le soutien de figures locales qui, de cette manière, trouvent un moyen de rétribuer leur entourage. En attendant avec impatience les prochains billets. R.L

  2. @ednomesor dit :

    C’est un plaisir de lire ces petites histoires lyonnaises. Les citations, images et références me font découvrir de nouvelles ressources. Celles que vous donnez des Mémoires de Léonard Michon, l’une de 1725 et l’autre de 1732, portent effectivement une vive critique sur les bals publics, surtout parce que s’y déroulent des jeux d’argent, type jeu de Pharaon, très en vogue à cette époque. Ces tables de jeu se montent généralement avec le soutien de figures locales qui, de cette manière, trouvent un moyen de rétribuer leur entourage. En attendant avec impatience les prochains billets. R.L

  1. 21/03/2016

    […] du dictionnaire Le Robert. 2. Voir HISTOIRE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (1/3) et HISTOIRE/La vie musicale à Lyon au XVIIIe siècle (2/3) 3. Joseph François SALOMON (1649-1732), compositeur de Médée et Jason (1713), tragédie lyrique […]

  2. 21/03/2016

    […] du dictionnaire Le Robert. 2. Voir HISTOIRE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (1/3) et HISTOIRE/La vie musicale à Lyon au XVIIIe siècle (2/3) 3. Joseph François SALOMON (1649-1732), compositeur de Médée et Jason (1713), tragédie lyrique […]

  3. 17/05/2016

    […] 1 Voir MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (1/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (2/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (3/4) 2 Gilbert Gardes, Soufflot, le jeu de […]

  4. 17/05/2016

    […] 1 Voir MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (1/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (2/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (3/4) 2 Gilbert Gardes, Soufflot, le jeu de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.