METIERS/Michael Douvegheant, iconographe

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Michael Douvegheant

 

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai fait des études d’histoire. J’ai fait un master 2 de recherche, puis j’ai suivi le master 2 « métier des archives » à Lyon 3 pour me spécialiser dans les métiers des archives.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Je suis chargé des collections photographiques et de la photothèque, c’est-à-dire que d’une part je suis, comme mes autres collègues, chargé des collections photographiques, de leur acquisition, leur inventaire, leur conservation, toute la vie des collections photographiques en somme. La photothèque, ce sont toutes les images des collections du musée : les documents 2D ou les objets sont numérisés ou photographiés et ensuite on a toutes ces images dont on se sert pour nos catalogues, les expositions, on peut les donner à l’extérieur, par exemple pour les journalistes ou pour des livres sur Lyon. C’est donc moi qui m’occupe de cette partie-là, c’est-à-dire que j’organise des campagnes de numérisation ou de photographies, je fais appel à des photographes extérieurs qui viennent photographier les objets. Je récupère les images ou bien cela m’arrive de photographier ou surtout de numériser moi-même des documents quand on en a besoin très rapidement. Je gère également tous les droits liés à ces images. 

Michael Douvegheant iconographe, service des collections
Source : Laura Faury

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Il n’y a jamais une journée similaire, parce qu’il peut y avoir des demandes très différentes qui viennent à la fois de mes collègues et de l’extérieur ; récemment j’ai eu plusieurs demandes pour des livres ou des documentaires sur Lyon, avec des thématiques aussi variées que la gastronomie, le collège Ampère, la Révolution, l’architecte Tony Garnier, le quartier d’Ainay…  On m’a donc contacté pour obtenir des images. Je peux avoir des journées où j’inventorie des photos et des cartes postales, ou alors, comme l’année dernière, j’ai travaillé sur le musée des arts de la marionnette, à la fois en numérisant les documents qui ont été exposés et en faisant des commandes d’images auprès d’institutions pour les utiliser dans des parcours, sur des écrans ou les reproduire. Il n’y a jamais une journée qui ressemble à une autre.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

J’ai évolué, j’ai fait des études d’histoire sans vraiment savoir ce que je voulais faire après, puis j’ai découvert le métier d’archiviste en allant justement travailler aux Archives pour mon mémoire de recherche. J’ai découvert aussi qu’il y avait une formation d’archiviste qui était donnée à Lyon 3 et donc j’ai travaillé pendant neuf ans dans les archives, les dernières années je me suis spécialisé dans les archives de l’image et c’est donc quand le poste de Gadagne a été ouvert que je suis passé de l’univers des Archives à celui du musée. Par rapport aux études que j’ai faites, j’ai vraiment évolué, je ne pensais absolument pas au départ travailler dans un musée et m’occuper des collections photographiques et de la photothèque.

Au sein du Musée Gadagne, comment s’effectue le travail avec vos collègues ? 

La plupart de mon travail se fait avec les collègues : par exemple lorsqu’il doit y avoir des vidéos dans une exposition, mes collègues font un choix, sélectionnent ces vidéos et par la suite c’est à moi de passer la commande et de voir les conditions d’obtention et de diffusion. Mais je peux être également force de proposition en suggérant des images ou des vidéos que j’ai pu repérer lors de mes recherches.

Un musée comporte une mission de conservation et d’étude des collections, d’une part, et une mission de diffusion et d’ouverture vers le grand public, d’autre part. Dans votre pratique quotidienne, avez-vous l’impression qu’il est aisé de trouver le juste équilibre entre ces deux missions ?

Avec les moyens modernes comme la numérisation, tout ce qu’on a dans notre musée devrait un jour, en principe, être disponible par le biais de photographies sur des bases de données. C’est une question de moyen à la fois matériel et humain, mais effectivement si on acquiert et inventorie des objets et ensuite qu’on les numérise et les photographie, c’est justement pour qu’ils soient connus du public, qu’ils soient partagés.

Dessin « L’Isle barbe en France »
Source : Michael Douvegheant

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (autres institutions nationales, régionales, municipales) et privés vous avez affaire ?

Je travaille avec d’autres musées, avec des bibliothèques, notamment la Bibliothèque Nationale de France, avec des instituts comme l’INA et je travaille beaucoup avec les Archives.

Carte « Portrait de Laurent Mourguet, créateur du Guignol Lyonnais »
Source : Michael Douvegheant

Votre métier a-t-il évolué ces dernières années, en lien notamment avec le développement du numérique ? Comment voyez-vous les évolutions à venir ? 

Mon métier évolue de plus en plus, on est beaucoup moins sur le papier et beaucoup plus sur des supports numériques. On utilise de plus en plus d’images numériques à la place des vrais documents, on va de plus en plus vers ce genre de pratiques. C’est un métier qui s’apparentera à l’avenir davantage à un métier d’informaticien que de photographe, il y a quelques années la personne qui était avant moi sur le poste avait une formation de photographe et donc elle prenait elle-même en photographie les images, ce que l’on ne fait plus du tout, maintenant en revanche on est plus penchés sur le numérique, sur des réflexions autour du format d’utilisation des images et sur les meilleures manières de leur assurer une large diffusion.

Par Laura FAURY


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.