METIERS/Jennifer Aucagne, chargée de médiation pour les Musées Gadagne

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Jennifer Aucagne

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai commencé mes études par un parcours universitaire à la faculté de Lyon 2 (enseignement en Histoire de l’art) jusqu’au niveau licence. J’avais ensuite le choix de poursuivre par une maitrise mais qui offrait peu de débouchés ou continuer en intégrant une grande école que je convoitais depuis la terminale…

Je souhaitais intégrer l’école du Louvre qui proposait un cycle général qui permettait de découvrir les différentes disciplines de l’histoire de l’art pour enchaîner sur une année de muséologie plus professionnalisante (exploration des différents métiers liés au patrimoine et au musée). J’ai donc fait une demande d’entrée par équivalence et ai été acceptée en troisième année de premier cycle.

J’ai étudié les grandes formes artistiques (peinture, sculpture, architecture, objets…), les différentes techniques et courants artistiques balayant la chronologie du Moyen Âge à nos jours et à l’échelle mondiale. Cette école m’a permis d’être en contact avec des institutions parisiennes, chacune ayant une spécialisation suivant une période chronologique donnée. Des travaux pratiques étaient réalisés au sein même des salles des musées ce qui grandement faciliter l’acquisition d’une culture visuelle permettant par la suite de dater et de déterminer le style d’une œuvre au premier coup d’oeil. Ma formation s’est enrichie d’une année en muséologie qui comprenait l’étude des publics, les aspects juridiques et législatifs de la protection du patrimoine et des objets, l’initiation à la recherche, la muséographie, la communication et la presse. Pendant ma formation, j’ai également mené un travail de recherche sur un artiste d’art contemporain Henri Cueco. Mon étude consistait à collecter des informations sur son travail au sein du laboratoire de recherche des musées de France. Le laboratoire avait besoin de sourcer les matériaux qu’il utilisait en vue de pouvoir faciliter le travail de conservation et de restauration de ses œuvres entrées dans les collections nationales. En fin d’année de muséologie, nous avons eu la possibilité de faire un dossier pour partir trois mois au Canada, en partenariat avec l’Université de Montréal. Chaque année, une dizaine d’élèves partaient pour effectuer un stage de pratique dans un musée. Cette année-là, trois musées supplémentaires situés à Ottawa ont été ajoutés aux lieux déjà accueillants. Ma candidature a été retenue et je suis partie afin d’étudier au sein du musée des Civilisations situé à Hull dans la partie francophone. En même temps que j’effectuais mon stage, je suivais également des cours magistraux une fois par semaine à l’Université de Montréal, et nous visitions des institutions muséales et d’autres lieux de conservation du patrimoine.

Les Canadiens étaient en avance dans l’évolution de nos métiers notamment sur la partie médiation. Cela m’a permis d’orienter ma façon de travailler vers de nouvelles pratiques professionnelles.

A mon retour du Canada je me suis ensuite inscrite en classe préparatoire pour le concours de conservateur du patrimoine et à l’issue de l’année, je suis rentrée à Lyon afin de chercher du travail. J’ai postulé dans des petits musées et dans les milieux associatifs et en même temps, comme j’étais très intéressée par l’univers de l’écrit, j’ai fait une demande de formation complémentaire pour devenir libraire à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon.

Ma candidature au poste de responsable de l’association du musée Tony Garnier à porter ses fruits, même si mon profil n’a pas été retenu pour le poste lui-même ! Les retours sur mon cursus et mon intérêt pour les liens entre patrimoine et théâtre vivant étaient positifs et l’association m’a proposé un poste d’emploi jeune que j’ai accepté en tant qu’accompagnatrice de projets culturels.

Il fallait être polyvalente (montage de projet, accueil, visites guidées) et cela passait par tous les postes que l’on pouvait occuper dans un musée. Le travail se faisait entre autres trois week-ends sur quatre avec des visites guidées et l’animation de l’appartement témoin. Mon emploi consistait aussi à l’élaboration d’une base de données qui recense toute la documentation sur l’architecte Tony Garnier. Le but était de prospecter les différents lieux qui détenaient des collections et de la documentation. Une partie de la collecte documentaire se faisait autour de la mémoire du quartier, en passant par des témoignages qui permettaient de valoriser et de faire connaitre le musée sur le territoire. Un festival qui s’appelait à l’époque « Murs en fête » a été créé, un enjeu pour continuer l’implication des habitants dans leur quartier et dans le processus de valorisation du patrimoine. Les différentes actions menées ont permis de créer une dynamique qui était nécessaire pour la pérennité de cette association. Après une période de trois ans et demi passée à ce poste, j’ai eu envie de connaitre une autre expérience professionnelle. J’ai alors démissionné et postulé en fonction des opportunités qui se présentaient. À l’époque, mon directeur m’envoyait régulièrement des offres d’emplois. J’avais un profil assez polyvalent mais mon point fort était l’organisation de spectacles vivants et de divers évènements. En 2004, même si je n’avais pas le statut de fonctionnaire, j’ai postulé au musée Gadagne pour un poste de chargé de programmation. Ma candidature a été retenue.

J’ai démarré d’abord en tant que non-titulaire puis j’ai passé le concours et j’ai été titularisée sur le grade d’assistant qualifié de conservation du patrimoine. Mes principales missions étaient la programmation du spectacle vivant et des évènements, réalisée pendant environ 10 ans. Ensuite j’ai eu envie de mener un projet personnel qui me tenait à cœur autour de l’univers du livre en créant une librairie en milieu rural. J’ai mis un an pour concrétiser ce projet qui a fonctionné pendant 1 an ½ mais qui ne permettait pas d’en vivre. Je suis donc retournée à la fonction publique et j’ai pris de nouvelles fonctions d’abord au sein du musée d’Art Contemporain sur un poste de remplacement pendant 8 mois, puis retour aux musées Gadagne pour un nouveau poste.

Jennifer Aucagne
Source : Musée Gadagne

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Depuis trois ans, je suis en poste en tant que chargée de publics territoire. Une des mes missions est de créer et programmer des balades urbaines qui s’adressent à un large public. Nous faisons découvrir la ville autrement par le biais de parcours thématiques permettant d’entrevoir l’histoire de la ville et d’appréhender toutes ses transformations. L’idée est de faire le lien entre l’histoire de Lyon, racontée au sein du musée par le biais de collections d’objets (plan, mobilier, monnaie, carte à jouer, bas-relief) et les traces encore présentes dans la ville (statuaire, monuments…). Ces balades permettent ainsi aux citoyens de découvrir et de s’approprier davantage l’histoire de leur ville. Les thématiques abordées concernent aussi leur vie quotidienne (développement durable, alimentation en ville, aménagements urbains) et leur évolution au cours de l’histoire. Je pilote et coordonne également un dispositif de sensibilisation au patrimoine dans les écoles de Lyon, appelé « le patrimoine et moi » mis en place il y a 14 ans. Il s’adresse principalement aux classes de cycle 3 (CM1, CM2, 6ème). Les élèves vont travailler pendant un an au sein de leur classe sur une thématique patrimoniale afin de valoriser et de faire connaitre le patrimoine de proximité, tout en les faisant réfléchir sur les enjeux de conservation de ce patrimoine.

Balade avec l’école Mistral à Saint-Rambert – l’Ile Barbe
Source : Musée Gadagne

Au sein du Musée Gadagne, comment s’effectue le travail avec vos collègues ?

Je travaille en collaboration permanente avec mes collègues. Nous travaillons principalement en équipe et au contact du public. Notre spécificité en tant que musée d’histoire de la ville est d’être complètement légitime à mener des actions sur le territoire, à aller au plus près des publics, afin de leur donner envie par la suite de pousser les portes du musée. Nous travaillions souvent en binôme sur certains types de public en particulier (public familles, touristique…).

Balade urbaine, Street art (visite faite par Fanny Ventre)
Source : Muriel Chaulet

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année  ?

Mes journées sont variables et différent chaque jour suivant les projets et le public en direction duquel nous travaillons Mes missions m’amènent à me déplacer souvent dans la ville. Je travaille en collaboration avec des collègues d’autres services de la ville ou des collègues de structures partenaires qui, eux aussi, développent des actions et des outils de médiation pour le public.

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (autres institutions nationales, régionales, municipales) et privés vous avez affaire ?

Nous sommes en lien avec le territoire et les divers acteurs qui le composent. Ce sont des institutions, des associations qui ont pour mission de valoriser le patrimoine. En dehors du tissu associatif, nous faisons aussi le lien avec la municipalité, la politique de la ville, la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et la Métropole de Lyon. Ce partenariat peut parfois nous amener à sortir des limites de la ville vers des communes limitrophes (Villeurbanne ou Saint-Genis-Laval par exemple).

Balade avec l’école Laborde dans le cadre du dispositif Patrimoine
Source : Musée Gadagne

Vos études vous ont-elles données les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu appendre lors de celles-ci ?

Ma formation initiale et mes premières expériences professionnelles m’ont donné une assise solide.

Mais être au contact du public est un avantage qui permet de faire évoluer sa pratique, sa connaissance du métier bien au-delà des connaissances que j’ai pu acquérir pendant mes études ou ma formation. Être au contact du public permet d’ajuster ses missions afin de répondre le mieux possible aux attentes des différents publics. C’est adapter la théorie à la pratique !

Je garde à l’esprit, les valeurs pour lesquelles je me suis engagée dans cette voie professionnelle, rendre accessible la culture à un plus grand nombre, contribuer à une plus grande ouverture d’esprit et aiguiser le sens critique.

Un musée comporte une mission de conservation et d’étude des collections, d’une part, et une mission de diffusion et d’ouverture vers le grand public, d’autre part. Dans votre pratique quotidienne, avez-vous l’impression qu’il est aisé de trouver le juste équilibre entre ces deux missions ?

Il s’agit de trouver un juste équilibre entre deux missions qui peuvent être parfois contradictoire : diffuser au plus grand nombre et préserver un patrimoine. Chaque fois qu’une mission est terminée, nous faisons des bilans sur les actions menées et nous en trions les leçons. Ces données sont transmises à la Direction des affaires culturelles de Lyon. Celle-ci a besoin d’un retour sur les différentes institutions qui font partie de la vie culturelle lyonnaise. Ainsi, nous avons une vision globale de la politique de la ville concernant la culture. Ces bilans nous permettent alors d’ajuster, de repositionner et de voir si nos actions correspondent aux attentes du public.

Votre métier, a-t-il évolué ces dernières années, en lien notamment avec le développement du numérique ? Comment voyez-vous les évolutions à venir ?

Mon métier est en perpétuelle mutation. Il faut pouvoir s’adapter aux exigences du public, qui lui aussi, est en perpétuel mouvement. Il faut savoir se remettre en question et se renouveler pour répondre aux attentes du public.

Par Florian BERNARD


florianbernard

Étudiant en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Geoffroy dit :

    Je serais très intéressé par des précisions sur cette librairie en milieu rural dont parles madame Aucagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.