OBJETS/Histoire du portrait tissé de Jacquard d’après Bonnefond

Un portrait est resté jusqu’à nos jours comme un chef d’oeuvre incontesté de l’Histoire de Lyon : le portrait tissé de Jacquard d’après Bonnefond par la Maison de soierie Didier Petit.

Portrait tissé de Jacquard d’après Bonnefond (Maison Didier Petit) – 1839
Collection personnelle (Acquisition en 2019)

Ce portrait vient compléter le fond Didier Petit que j’ai acquis l’an passé de ses héritiers. Parmi ce fonds, un dossier composé par Didier Petit sur Jacquard et Vaucanson : des brouillons d’articles, des esquisses préparatoires pour des projets de portraits tissés dont celui de Jacquard …

Cette oeuvre tissée en soie de manière à évoquer une estampe en taille douce étonne encore aujourd’hui tant par sa beauté que par sa complexité. En effet, il aura fallu plusieurs mois de travail et environ 24.000 cartes perforées pour produire un tel résultat.
L’oeil averti du spectateur est saisi par l’effet de relief donné par la soie et la minutie avec laquelle Carquillat a su façonner un tel chef d’oeuvre. Cette image de Jacquard est son unique portrait et rend hommage au grand homme comme à son invention : étant lui-même tissé au moyen d’un métier Jacquard.
Ce double hommage montre deux paradoxes, presque deux facettes de ce personnage : l’homme pauvre est représenté dans un atelier d’infortune plutôt
misérable tandis que l’homme de sciences tient un compas à la main avec une maquette de son
invention posée sur la table.
Rares sont les exemplaires en soie de ce portrait qu’on ne trouve aujourd’hui que dans les grandes collections publiques ou privées parmi lesquelles : le Musée des Tissus de Lyon, les collections du Musée du Louvre …
En effet, il n’était tissé que sur commande !

Revenons 180 ans en arrière, en 1839, sur les pentes de la Croix Rousse, au n°8 de la rue St Polycarpe …

Portrait de Didier Petit de Meurville en habit de chevalier de l’ordre de L’éperon d’Or.
Huile sur toile – 1831.
Anthelme Trimolet – Musée Zumalakarregi au Pays Basque

Didier Petit de Meurville (1793-1873), patron d’une manufacture de soierie pour ameublement et fondateur de l’oeuvre de la Propagation de la Foi, prépare l’Exposition des produits de l’industrie française qui se tient à Paris cette année.
Celui-ci convoque en réunion plusieurs employés dont Moulin, le metteur en cartes et Carquillat (1802-1884), dessinateur. Cette exposition doit permettre à
Didier Petit un coup de publicité et ainsi relancer les affaires malmenées par les récentes révolutions des canuts.

Esquisses à la plume pour des projets de portraits tissés. Vers 1840. Didier Petit de Meurville – Archives personnelles

Moulin suggère à Didier Petit de tisser l’image de Jacquard en soie. L’homme venait de décéder 5 ans plus tôt et était considéré comme un homme providentiel par les ouvriers du textile en France.
Séduit par l’idée, Didier Petit demande à son ami le peintre Claude Bonnefond (1796-1860) le droit de reproduire le portrait du grand homme représenté sur la toute fin de sa vie dans son cabinet de travail.

Portrait de Jacquard – 1831
Huile sur toile par Claude Bonnefond – Musée des Tissus de Lyon (Photographie personnelle)

Cette huile sur toile venait d’être achetée par le musée des Beaux Arts de Lyon à Bonnefond et bénéficiait déjà d’une certaine renommée pour être le seul portrait d’après nature réalisé du vivant de Jacquard.
L’image du personnage était en outre l’objet d’une souscription pour élever une statue à son effigie sur la place Sathonay : son inauguration eut lieu le 15 Août 1840. Une fois les premières formalités passées, Moulin se mit en oeuvre afin de reproduire cet effet de gravure mis au point précédemment par le professeur de théorie Maisiat. Carquillat eut la charge de tisser lui-même le portrait.
Les deux hommes employèrent des trames noires sur fond de satin blanc. Il leur fallut plus de 24.000 cartes perforées et plusieurs semaines de travail pour accomplir un chef d’oeuvre qui passera à la postérité.
Plus particulièrement, la mise en cartes dura 2 mois et demi avec l’aide de Vibert, professeur des Beaux-Arts de Lyon. La soie utilisée par la maison Didier Petit provenait des mûriers qu’il avait fait planter le long des allées serpentant le jardin de sa propriété de la Sablière à Caluire.

Les allées de muriers plantés à la Sablière (Caluire et Cuire) par Didier Petit de Meurville dans les années 1830 – Photographie personnelle

De même, ce dernier y avait fait aménager une magnanerie vers 1830 pour élever les vers à soie, laquelle sera transformée en maison bourgeoise vers 1840, au moment où les affaires de son industrie commencent à chuter.
Le portrait fut exposé à Paris et immédiatement, le coup de publicité lancé par Didier Petit eut un succès retentissant dans la France et l’Europe entière. La Maison de tissage reçoit pour la troisième fois une médaille d’argent du jury central, comme l’indique le compte-rendu suivant :

MM DIDIER PETIT ET CIE, de Lyon
Ont exposé des étoffes pour meubles et ornements d’église, ainsi que des étoffes riches pour l’Allemagne et la Turquie. Leurs produits sont d’une exécution soignée, les nuances en sont vives et bien entendues. M. Didier Petit emploie les ressources de son esprit entreprenant et inventif, et de sa profonde habilité dans la fabrication, à provoquer et à mettre en pratique toutes les innovations qui entretiennent la vie et le mouvement dans l’industrie lyonnaise : c’est un mérite que tout le monde se plaît à lui reconnaître.
Ces fabricants ont ainsi exposé un portrait de M. Jacquard d’une grande perfection de tissu. C’est une idée fort heureuse qu’ils ont eue de reproduire son image avec l’ingénieux métier dont il est l’inventeur. Ce portrait d’une exécution parfaite, fait grand honneur à ces habiles manufacturiers.
Nous nous plaisons à proclamer que cette maison soutient sa belle réputation et est toujours digne de la médaille d’argent qu’elle a obtenue en 1827, et dont le rappel lui a été fait en 1834 ; le jury la lui confirme.

De même, la “Revue du progrès politique, social et littéraire” tenue par le journaliste Louis Blanc fait un rapport élogieux sur l’oeuvre en soie :

Quant à M. Didier-Petit, c’est un très-habile industriel dont on doit louer les produits; mais il faut aussi le remercier d’avoir élevé à Jacquard, l’illustre Lyonnais, un monument digne de lui, et dont la base est son invention même. C’est avec la mécanique Jacquard que M. Didier a tissé, d’après le tableau de M. Bonnefond, le portrait du célèbre ouvrier. M. Didier doit être récompensé par l’approbation générale qui a accueillie et cette bonne pensée, et la manière dont il l’a mise à exécution.

Une pluie d’éloges relayées par la presse consacrent la Maison de soierie.
L’Institut de France par la voix de son secrétaire perpétuel Raoul Rochette félicita Didier Petit pour son oeuvre et commanda pour l’occasion un portrait. Raoul Rochette ne tarit par d’éloges dans une lettre du 23 Décembre 1839 dans laquelle il lui proposa le titre de Membre correspondant de l’Académie Royale des Beaux Arts.

Je m’empresse de vous faire savoir que l’Académie a reçu dans sa séance de Samedi dernier, l’hommage que vous avez eu la bonté de lui faire par mes mains du beau portrait d’un homme dont la mémoire intéresse la France entière autant qu’elle vous est chère à vous-même.
L’Académie a vu dans cet ouvrage un véritable chef d’oeuvre de sa fabrication, une de ces oeuvres d’industrie qui dessinent par le mérite de l’imitation aussi bien que par celui du procédé, une oeuvre d’art dans toute l’acceptation du mot. Elle m’a chargé de vous en témoigner toute sa satisfaction en même temps que toute sa reconnaissance par le présent que vous voulez bien lui faire d’un tel ouvrage … Elle a décidé qu’il serait placé sous verre dans le cabinet où se tiennent les séances de ses commissions […]
Votre nom a été inséré au procès-verbal de la séance comme un de ceux qui devraient être portés sur la liste des candidats pour la correspondance.

Les éloges ne furent pas les seuls honneurs reçus par la Maison Didier Petit.
Le 8 Septembre 1840, Charles Babbage, éminent mathématicien, admirateur incontesté du Lyonnais, commande un portrait tissé de Jacquard dont l’invention lui inspirait déjà les tout premiers programmes informatiques. Depuis 1834, celui-ci utilise les cartes du métier Jacquard pour donner des instructions à une des premières machines analytiques au monde, l’ancêtre de l’ordinateur.
Cette renommée qui mettait au premier plan Didier Petit ne plut pas à Moulin qui le voyait d’un très mauvais oeil. En effet, cette célébrité acquise par Didier Petit était essentiellement due au travail de ses employés !
Dès la conception du portrait, Petit ne voulut pas que le nom de Moulin soit apposé sur l’oeuvre.
Excédé par son patron, celui-ci partit définitivement de la fabrique rejoint quelques temps plus tard par Carquillat qui monta alors sa propre entreprise au 8 de la rue d’Isly à la Croix Rousse. La manufacture de Didier Petit périclitait malgré la consécration finale : Les départs de Moulin et de Carquillat furent
unes des raisons probables de cette chute.
Moulin fit une copie de la mise en carte avec l’autorisation amicale de Carquillat.
Ce dernier devenu patron de sa propre manufacture put ainsi reproduire lui-même l’oeuvre à l’infini. En 1895, Moulin en personne fit don de la copie de la mise en carte originale au Musée des Tissus. L’original a aujourd’hui disparu.

La duplication à l’infini du portrait de Jacquard enrichit considérablement la Maison Carquillat qui excelle dès lors dans le portrait tissé.
L’empereur Napoléon III, l’impératrice Eugénie, le pape Pie IX, Gambetta et tant d’autres eurent leurs portraits en soie.
Le duc d’Aumale qui fit le tour des plus célèbres ateliers lyonnais, s’arrêta à la Croix Rousse chez Carquillat, rue d’Isly le 24 août 1841.
Cette visite princière fut immortalisée en 1844 sur la soie par le même Carquillat avec la collaboration de Bonnefond pour le dessin et Manin pour la mise en cartes.
On voit ainsi sur cette mise en abyme Carquillat présenté au Prince le portrait tissé de Jacquard.

Visite de Mgr le duc d’Aumale à la Croix-Rousse dans l’atelier de M. Carquillat.
Tissé par la Maison Carquillat – 1844
Source : Wikicommons

A l’issue de sa visite, le duc d’Aumale accepta le présent d’un exemplaire de l’oeuvre en soie que lui offrit gracieusement la Maison.
Dans le même temps, les affaires sont au plus bas pour Didier Petit : sa collection d’oeuvres d’art est dispersée en 1843 et sa propriété de la Sablière à Caluire et Cuire est vendue bien malgré lui en 1847.
Rappelons que parmi cette collection d’oeuvres d’art, se trouvait le triptyque d’émaux peints qu’il fait don au Musée des Beaux Arts de Lyon, lequel se trouve encore aujourd’hui dans l’exposition permanente.
Au fait de la notoriété de Carquillat, celui-ci voulut probablement continuer à prendre part à la gloire que lui avait procurée le portrait tissé de Jacquard.
En 1844, Didier Petit écrit un article pour réhabiliter Jacquard en réponse à un écrit de Philippe Hedde, directeur du musée d’art et d’industrie de
Saint-Étienne, publié dans le journal de cette ville qui ôtait à Jacquard le mérite de son invention.
Sa réponse ne nie pas pour autant l’importance de ses prédécesseurs (Vaucanson et Falcon) :

C’est pour rendre justice aux prédécesseurs de Jacquard Vaucanson et Falcon que je leur ai consacré
un faible mémorial à la seconde édition pour ainsi dire de mon tableau Jacquard tissé en utilisant
toutes les ressources de l’invention de ce célèbre mécanicien. J’ai cru devoir y joindre le nom d’un
fabricant célèbre qui a encouragé les efforts des mécaniciens et illustré la fabrique : Philippe de La
Salle. Je regrette que Ph. Hedde ait cru devoir rabaisser Jacquard pour élever Vaucanson. […]”

Ce portrait de Jacquard s’inscrit dans la grande tradition des portraits tissés d’illustres dont les sujets étaient jusqu’à présent les rois, princes… .
Quelques années après la révolution des Canuts, pour la première fois dans l’Histoire, un portrait tissé représente un homme du peuple.

Par Maxime DEHAN


Sources
– Didier Petit de Meurville. 2013. Maxime DEHAN. Éditions du Poutan.
– Archives personnelles (fond d’archives sur Didier Petit de Meurville).
– Exposition des produits de l’industrie française en 1839. Rapport du jury. Tome Premier. 1839. Paris.
– Revue du progrès politique, social et littéraire. 1839. Louis Blanc
– Site du Musée des Tissus.


Maxime DEHAN

Né le 19 Janvier 1990 à Villeurbanne. Ingénieur en informatique. Ancien président de l'association Histoire et Patrimoine de Caluire Et Cuire, membre de la Société d'Histoire de Lyon, Membre correspondant de l'Académie de la Dombes, administrateur-rédacteur de la page Facebook "Les Amis du Patrimoine : Caluire Et Cuire - Croix-Rousse". https://www.facebook.com/CaluirePatrimoine Publications : - Didier Petit de Meurville suivi de l'Histoire abrégée de la Sablière. 2013. Editions du Poutan. (résumé publié dans les actes du colloque de l'Union des Sociétés Historiques du Rhône en 2013) - Jules Micol (1822-1900), peintre des Beaux-Arts de Lyon, dessinateur sur tissus et photographe. 2018. - Le Maréchal de Castellane. Revue de l'Académie de la Dombes. 2015. - Histoire de la Salle Gayet. Revue de l'Académie de la Dombes. 2019. - Histoire de l'Oratoire à Caluire et Cuire. 2019. - Histoire de la maison Bissardon à Caluire et Cuire. 2014. - Histoire du portrait tissé de Jacquard d'après Bonnefond. 2019. - Articles pour la revue spéciale Lyon People "Châteaux et demeures remarquables de Caluire et Cuire". 2019.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.