METIERS/Monsieur Ardouin, archéologue médiéviste

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Monsieur Ardouin

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

Je n’ai pas forcément le parcours type, j’ai d’abord effectué des études d’histoire en Antiquité tardive, qui m’ont permis d’obtenir un diplôme universitaire ; en parallèle j’ai été bénévole dans une association puis j’ai intégré leur équipe de façon permanente dans le cadre de mon service national. Cette association m’a donné la possibilité d’être immergé dans l’archéologie et de me former sur le terrain, pour des sites datant principalement du Moyen Âge, et d’acquérir une expérience professionnelle dans ce domaine avant même de me spécialiser en archéologie. J’ai ensuite passé des concours de la fonction publique territoriale pour intégrer un service départemental, en Île-de-France. Je suis donc aujourd’hui sur un statut d’attaché de conservation du patrimoine en collectivité territoriale.

Stéphane Ardouin sur un chantier de fouille à l’Hôtel-Dieu
Source : SAVL

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

En collectivité territoriale, on a plusieurs missions. Il y a tout d’abord la prévention : veiller à la bonne préservation des sites. La plupart du temps nos missions consistent à intervenir sur le terrain pour des diagnostics, des fouilles voire des sauvetages urgents. Il y a un aspect d’étude, de recherche. Nous avons aussi pour mission la conservation sur le long terme, localement. Le dernier aspect est le retour vers la population du territoire, avec la médiation. Chacun des membres du service peut être amené à faire plusieurs tâches au sein de ces missions même si nous sommes plutôt affectés à certaines missions plutôt qu’à d’autres. Personnellement je me situe dans un aspect plus opérationnel.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Cela dépend des années, il peut m’arriver d’être sur le terrain à plein temps. Ce fut par exemple le cas il y a deux ans, mais même dans ce cas les conditions d’intervention sur le terrain sont chaque jour différentes, car dépendantes du type d’intervention. De fait, il y a deux types d’archéologie en France, le tout étant encadré et contrôlé par le Service Régional de l’Archéologie (SRA), service déconcentré de l’Etat dans les Directions Régionales des Affaires Culturelles, qui émet des prescriptions et délivre les autorisation de fouilles : l’archéologie préventive lorsque l’intervention est motivée par un risque de destruction, de dégradation lors d’une construction – un projet d’aménagement qui génère une intervention archéologique prescrite par le SRA – et l’archéologie programmée, qui est une intervention sur un bâtiment ou un site pour répondre à des questions, dont la visée est uniquement scientifique. En archéologie préventive, il faut effectuer un diagnostic qui a lieu avant la fouille proprement dite : c’est la vérification de la présence ou non de vestiges archéologiques sur le terrain. Après l’intervention, il y a la phase post-fouille, qui peut être beaucoup plus longue. Depuis deux ans, je travaille sur la post-fouille des sites sur lesquels je suis intervenu précédemment. C’est un aspect plus rédactionnel, de bureau, différent de la phase de fouille durant laquelle, en tant que Responsable d’opération, je coordonne l’intervention sur le terrain. Je peux aussi préparer des conférences, des communications dans un colloque.

DAO de la reconstitution de l’Hôtel-Dieu de Lyon
Source : Margot Salazar

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

Lorsqu’il s’agit d’un travail de terrain, une équipe est affectée au chantier, celle-ci comprend différents spécialistes. Nous pouvons faire appel à un autre spécialiste si nous découvrons sur le terrain un élément qui n’était pas prévu, un anthropologue par exemple si une structure funéraire est mise au jour. L’étude des sédiments, la géomorphologie, est effectuée par un géomorphologue qui étudie donc les strates du terrain pour déterminer la façon dont se mettent en place les sédiments. Les profils des fouilles sont variés et les acteurs qui interviennent correspondent aux besoins de chaque situation. Dans la phase post-fouille, il faut organiser les études, l’enregistrement des données : la saisie. Sur le terrain les relevés sont manuels, photographiques, il faut donc traiter tout ceci en DAO, pour réaliser des plans synthétiques. Certains d’entre nous dressent des inventaires, afin que toute l’information récoltée sur le terrain soit inventoriée et que les données puissent être ré-exploitées sur le long terme. Chaque mobilier archéologique est étudié par l’un d’entre nous selon sa spécialité, par exemple la céramologie. Nous discutons de nos interprétations afin de pouvoir rédiger le rapport de fouille, chacun rédige sa partie, pour pouvoir réunir le tout dans un seul et même rapport. Il est remis au Service Régional de l’Archéologie, et par la suite la validité scientifique du rapport est évaluée par une instance de spécialistes, la CTRA, dont le sigle désigne la commission territoriale de la recherche archéologique.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Dans l’archéologie préventive, notre interlocuteur privilégié est le Service régional de l’archéologie, administration déconcentrée de l’État. En tant que service de collectivité, nous sommes des acteurs publics, au sein d’une hiérarchie, ici c’est la Ville de Lyon. Nous avons affaire aux aménageurs en amont pour la préparation du chantier et en aval pour la phase de rendu. Parmi eux figurent des acteurs privés mais aussi publics : ville, métropole, région… L’INRAP est un acteur de l’archéologie préventive, nous pouvons être amenés à faire appel à eux sur certains chantiers dans le cadre d’un contrat de prestation, comme à d’autres acteurs de sociétés privées. Dans le cadre de nos activités nous sommes amenés à effectuer un travail scientifique, nous pouvons nous rattacher à des Unités Mixtes de Recherche (UMR), ce qui nous permet de travailler avec d’autres spécialistes sur des sujets plus vastes. Je suis chercheur associé donc je suis un collaborateur extérieur par rapport aux chercheurs à plein temps qui constituent les membres à part entière des UMR.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Je fais partie d’une association, l’AFAM (Association Française d’Archéologie Mérovingienne), pour continuer à travailler sur la période sur laquelle je suis spécialisé ; le haut Moyen Âge. Tous les ans est organisé un colloque où je rencontre les autres spécialistes de cette période, l’année dernière c’était à Lyon. Je travaille en effet de façon diachronique puisque je peux être amené à travailler sur des terrains relevant de la période moderne. Sur chaque chantier nous sommes amenés à traiter des occupations de diverses périodes.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Nos résultats peuvent être diffusés à destination d’autres professionnels sous différentes formes. Les rapports sont consultables par d’autres scientifiques au Service régional de l’archéologie, ou ici, au service. Les publications sont faites dans des revues régionales ou inter-régionales voire nationales, ou encore dans des ouvrages collectifs. Certaines revues sont aussi consultables sur internet. Nous échangeons aussi en présentant nos résultats dans des colloques qui sont par la suite publiés. Certaines publications permettent parfois d’établir un contact direct avec les chercheurs. Pour le grand public nos résultats sont présentés dans des conférences, des expositions, parfois accompagnées de plaquettes ou catalogues. Il nous arrive aussi de proposer des articles dans des revues nationales à destination d’un vaste public. Certaines de ces productions peuvent également être mises en ligne sur le site Internet.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ? Quelle incidence a notamment le développement du numérique sur votre activité ?

Le développement de notre activité est lié à l’environnement économique : si l’aménagement territorial se réduit, cela a des conséquences directes sur notre travail. Peut-être que dans le futur notre activité sera perçue comme une activité économique comme une autre et que la fonction publique n’aura plus sa place. Peut-être qu’au contraire, la place des acteurs privés sera plus restreinte. Quant à la numérisation, nous sommes déjà en train de vivre cela, par la photogrammétrie par exemple. Sur le plan national, nous ne faisons plus aussi souvent des prospections du terrain de façon pédestre pour repérer des sites, grâce à l’utilisation de la technologie LiDAR. Désormais un avion ou un drone survole un secteur entier afin d’effectuer un relevé très précis des variations altimétriques du terrain, très utile en zone rurale ou forestière pour inventorier les sites potentiels au sein d’un SIG. Mais la méthode a ses limites. Elle permet d’augmenter la détection de nouveaux sites mais elle ne dispense pas d’une intervention de terrain pour les documenter et les dater.

Par Margot SALAZAR


margotsalazar

Etudiante en Licence 1 à l'université Jean Moulin Lyon III promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "culture historique : Patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.