METIERS/M. Hofmann, référent base de données

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec M. Hofmann

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai d’abord passé un baccalauréat économique et social, avant d’intégrer l’université pour réaliser une maitrise en histoire antique. J’ai ensuite passé un DESS (diplôme d’études supérieures spécialisées) en archéologie intégrant un stage de six mois qui portait sur les systèmes d’information géographiques (SIG). J’ai aussi fait du bénévolat, pendant les vacances universitaires, pour acquérir de l’expérience de terrain.

M. Hofmann, référent base de données
Source : Dounia Nedjari

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Je suis archéologue. Je suis régulièrement responsable de fouilles ce qui signifie que j’ai une responsabilité légale avec une désignation qui est faite par l’État représenté par le Service Régional de l’Archéologie. Il m’arrive aussi d’être sur d’autres opérations qui sont dirigées par mes collègues. En tant qu’archéologue je fouille, j’enregistre, je photographie, je relève (en plan et en coupe) les vestiges et ensuite je rédige ou participe à la rédaction d’un rapport qui sera remis à l’État. Nous faisons la plupart du temps de l’archéologie préventive, c’est-à-dire l’archéologie qui est réalisée en amont d’un aménagement, donc sur un site voué à disparaitre. Il est important de documenter ces sites avant leur destruction afin d’affiner nos connaissances et de compléter la carte archéologique et surtout, parce qu’en dehors du mobilier archéologique qui sera prélevé et conservé, les vestiges en eux-mêmes vont disparaître.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Mes journées ne sont pas similaires tout au long de l’année. Lorsque je suis en fouille, ma journée de travail débute sur le chantier, quelque part dans la ville. Une fois sur le chantier il faut se mettre en tenue, car nous travaillons dans les mêmes tenues que les gens du BTP : avec des chaussures de sécurité, des vêtements fluorescents et des casques de chantier. Nous commençons souvent par travailler avec des engins mécaniques, ensuite nous travaillons à l’aide de pelles pioche, de truelles et dans de rares cas (comme pour la fouille de sépulture par exemple) à l’aide de d’outils de dentiste et de pinceaux. Une fois la fouille terminée, commence le traitement des données et du mobilier : la post-fouille. La première tâche consiste à laver le mobilier qui a été extrait du site puis réaliser l’inventaire et l’étude de ce mobilier. Parallèlement, nous exploitons toute la documentation réunie sur le terrain : l’ensemble des photographies, des dessins des relevés topographiques et des notes doit être analysé. Nous croisons ainsi les différentes données collectées de manière à reconstituer (même s’il y a souvent des hiatus) les évènements qui ont laissé une trace tangible sur le site. Lors de ce travail, on distingue la description (partie objective du travail), c’est à dire tout ce qui été observé, de l’interprétation (partie subjective du travail) où l’on va reconstituer une histoire. Il est important de séparer ces deux parties, car nous sommes parfois limités/bridés par la culture ou les découvertes antérieures qui nous servent de référence et nous influencent dans notre interprétation. Par exemple, un rapport qui a été fait il y a cinquante ans ne serait sans doute pas interprété exactement de la même façon aujourd’hui, car les découvertes analogues ou comparables réalisées depuis permettrait sans doute une interprétation plus fine.

En dehors des opérations archéologiques, je participe à l’enrichissement de la base de données et du SIG qui constituent la carte archéologique de Lyon. Cette dernière recense toutes les découvertes archéologiques qui ont eu lieu à Lyon.

Il m’arrive également de faire de la topographie : je réalise les relevés topographiques sur le terrain puis je dresse les plans des vestiges. Enfin, il m’arrive également de faire de la mise au net des relevés de terrain à l’aide de logiciels de dessin assisté par ordinateur (DAO).

Chantier de fouilles
Source : SAVL

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-il avec celui des autres archéologues ?

Il y a un responsable d’opération dont le travail se divise en deux parties. La première partie de son travail est d’échanger avec les représentants de l’État (SRA), cela concerne l’aspect légal de la fouille. Les représentants de l’État contrôlent l’activité archéologique, et nous donnent l’autorisation de fouiller avec un cahier des charges scientifique et technique. La deuxième partie de son travail est d’organiser et de définir la tâche de chaque membre de l’équipe. Sur le terrain le responsable d’opération va organiser les moyens techniques et la répartition des tâches au sein de l’équipe. Sur les opérations de grande ampleur, il est secondé par un ou des responsables de secteurs, qui veillent à la coordination de l’équipe. Le responsable d’opération et les responsables de secteur vont avoir une vue d’ensemble des vestiges, mais chaque archéologue réalise un travail d’expertise constant et détaillé sur le vestige qu’il traite et documente. Lors de la post-fouille et de la rédaction du rapport le responsable d’opération coordonne la synthèse des données recueillies sur le terrain, auxquelles s’ajoutent les études des spécialistes du mobilier (céramologues, anthropologues, archéozoologues, toichographologues, numismate, etc…).

En dehors du Service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Pour les collaborations scientifiques, mes collègues géomorphologues travaillent de plus en plus avec leurs homologues de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques préventives). Nous mettons aussi en place au fur et à mesure des collaborations opérationnelles, c’est-à-dire des opérations conjointes avec nos collègues de l’INRAP. Nous avons par ailleurs déjà eu des collaborations scientifiques avec des collègues du privé : Nous avons également pu faire appel à leurs compétences quand nous n’avions de compétences équivalentes chez nous. M. Monin membre du service dirige depuis plusieurs années un programme commun de recherche (PCR) qui réalise sur l’atlas topographique de Lyon antique. Nous collaborons bien évidemment avec l’État et notamment la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) et plus particulièrement le SRA. Nous accueillons régulièrement des stagiaires en provenance de diverses universités (stage de licence ou de master), un certain nombre interviennent ou donnent des cours dans le cadre de formations universitaires.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

De par ma formation initiale, je suis plutôt spécialisé dans l’Antiquité. Quand on travaille dans l’archéologie préventive, il nous arrive souvent de fouiller des périodes plus larges que la période de notre spécialité. Nous sommes donc amenés à avoir des connaissances diachroniques. Nous avons tous une spécialité chronologique et technique, mais nous sommes souvent amenés à faire preuve de polyvalence.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Il y a plusieurs possibilités pour diffuser nos travaux. À destination du grand public, nous communiquons à travers des articles publiés dans des revues comme Archéologia ou L’Archéologue. Nous diffusons aussi nos travaux par le biais d’actions de médiations lors des journées de la science, des journées européennes du patrimoine, des journées nationales de l’archéologie et par le biais de conférences. Le service de la Ville de Lyon organise depuis deux ans les journées ArchéoLyon, durant lesquelles, conjointement avec d’autres opérateurs, les intervenants présentent au public, les découvertes faites sur le territoire de Lyon. Enfin, le service réalise également des interventions de médiation scientifique dans des établissements scolaires de l’école maternelle au lycée.

À destination d’autres archéologues et chercheurs, nous diffusons dans des revues plus spécialisées. Citons par exemple la collection des DARA (Documentation d’Archéologie en Rhône-Alpes) qui publie des monographies sur les sites de Rhône-Alpes. Il y a aussi La Revue Archéologique de l’Est (RAE), Archéologie médiévale ou Gallia. Le service communique aussi lors d’évènements destinés aux archéologues comme des colloques ou des tables rondes spécialisés ou plus génériques comme les Journées archéologiques régionales ou les rencontres annuelles de l’ANACT (Association Nationale des Archéologues des Collectivités Territoriales).

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ? Quelle incidence a notamment le développement du numérique sur votre activité ?

Aujourd’hui, nous sommes de plus en plus vus comme des prestataires de service, c’est-à-dire des gens dont la mission n’est plus de faire de l’archéologie mais de dépolluer un terrain. Le défi de notre métier est d’arriver à faire prendre conscience, notamment aux aménageurs publics, de la plus-value que nous pouvons apporter en termes d’image auprès du public. Il faut arriver à convaincre les aménageurs mais aussi les archéologues que les gens sont intéressés par ce qui a été trouvé près de chez eux. Les conférences sur un sujet très précis qui ne concerne que quelques spécialistes ont un intérêt en termes de recherche mais c’est la restitution des résultats (de ces recherches) auprès du plus grand nombre qui donne un sens et une valeur patrimoniale à notre métier. En ce qui concerne l’incidence du numérique sur l’évolution de notre métier, il y a un certain nombre d’outils qui se sont développées comme les photographies numériques, les SIG, les bases de données, plus récemment la photogrammétrie et les relevés en 3D. Nous avons la possibilité de croiser de plus en plus de données avec des supports relativement légers. Ce développement des outils numériques, a réduit le temps d’acquisition des données et fait exploser leur nombre et leur volume….avec comme conséquence  un temps d’exploitation parfois plus long. Comme dans beaucoup de professions, l’augmentation des volumes et des flux d’information numériques pose de nouveaux défis en termes d’exploitation, de gestion, de diffusion et de pérennisation auxquels les bases de données et le cloud computing tentent aujourd’hui de pallier.

Base de données du service archéologique
Source : SAVL

Par Dounia NEDJARI


Dounia NEDJARI

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.