METIERS/M. Dessaint, infographiste-topographe

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec M. Dessaint

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’étais au départ informaticien, après un DUT d’informatique. J’ai complété ce parcours avec des études d’histoire en passant une licence à l’université, suivie par un Master pro en archéologie. Cela m’a permis, lorsque j’ai débuté dans ce domaine, d’avoir une bonne appréhension de l’outil informatique, d’où ma spécialisation en infographie et topographie. Comme moi, les archéologues ont souvent une double spécialité.

M. Philippe DESSAINT travaillant à son bureau.
Source : Max Méroth.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Je travaille au Service Archéologique de la Ville de Lyon. Mon travail est assez technique, avec pour objectif final le rapport de fouille. En amont des projets de construction, les équipes du SAVL effectuent un diagnostic et s’il s’avère que le terrain présente un intérêt archéologique une fouille est prescrite. Mon objectif est d’intégrer dans les rapports de fouille les plans des vestiges grâce au dessin assisté par ordinateur (DAO). Mon travail débute en amont de l’opération avec la réalisation de cartes du terrain superposé à des plans anciens qui servent au responsable d’opération à disposer d’une idée de ce qui est attendu, pour des maçonneries récentes en tous cas. Je m’occupe aussi de relever l’ensemble des vestiges, grâce à un appareil topographique puis à intégrer ces données dans un SIG (systèmes d’Information Géographique), de manière à remettre le site dans son contexte général.

À partir des informations géographiques et spatiales compilées dans le SIG, on intègre des informations attributaires aux objets, aux formes, aux polygones qui représentent des murs, des lambeaux de sol… Ces données attributaires sont hiérarchisées, et on peut choisir de n’afficher que les maçonneries antiques par exemple. Un autre avantage est que ce logiciel sert à la fois au niveau du site, mais aussi à l’échelle d’un quartier ou de la ville.

En effet, nous avons un grand projet commun aux archéologues du SAVL, c’est le projet ALYAS. Le responsable s’appelle Éric Leroy (ingénieur géomaticien) : le but est de cartographier l’ensemble des structures archéologiques découvertes dans la commune de Lyon, que ce soient lors de fouilles récentes ou des découvertes plus anciennes faites par les érudits du XIXème siècle ou les archéologues du XXème siècle avant que l’archéologie préventive n’existe.

J’utilise aussi d’autres logiciels indispensables, comme QGIS, pour redessiner le tracé des objets trouvés, qui ne sont avant cette étape qu’un nuage de points.

Réalisation de M. Dessaint sur le logiciel QGIS en vue de la publication d’un rapport de fouilles.
Source : capture d’écran de M Dessaint.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

On travaille globalement en deux phases distinctes, sur le terrain d’abord, durant la fouille, puis en bureau, c’est la post-fouille. Pendant la fouille, on enregistre de nombreuses données, qui sont ensuite compilées pour en faire un rapport de fouille, lié à un travail de recherches. On doit restituer ce travail à la communauté scientifique (sous forme d’articles, de participation à des colloques…), collaborer avec les universités, le CNRS, d’autres opérateurs archéologiques, sans oublier la médiation auprès du grand public.

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

L’infographiste participe au terrain en règle générale, il travaille aussi en collaboration avec le responsable d’opération, pour décider de la production graphique du rapport. On coopère également avec le géomaticien et éventuellement des spécialistes, qui étudient le mobilier par exemple. Il nous arrive aussi régulièrement de travailler avec des archivistes, par exemple pour étudier les anciens plans.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

C’est assez divers. Nous collaborons avec des universités, le CNRS ou encore d’autres opérateurs archéologiques. Nous sommes également en contact étroit avec le Service régional de l’Archéologie (Ministère de la Culture) qui pilote la recherche archéologique dans les régions.

Logiciel illustrator utilisé par les infographistes-topographes. La basilique Notre-Dame de Fourvière est visible au centre.
Source : capture d’écran de M. Dessaint.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

On est en effet spécialisés, mais en milieu urbain, on peut commencer une fouille par le XIXème siècle et peut-être finir par le néolithique. On va bien-sûr s’appuyer sur les spécialistes des périodes, mais on aborde forcément toutes les périodes, on est donc obligés d’être en quelque sorte généraliste. En milieu urbain tout s’emmêle, tout se superpose, car un site est occupé souvent depuis longtemps.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Alors, en plus du rapport de fouille, la diffusion de résultat consiste, pour le grand public mais aussi pour les scientifiques en colloques, en articles, en publications… On organise aussi des visites de chantiers quand c’est possible. On participe aux deux événements que sont les journées nationales de l’archéologie, et les journées européennes du patrimoine.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ? Quelle incidence a notamment le développement du numérique sur votre activité ?

J’ai commencé l’archéologie en 2006, le numérique était déjà là, mais c’est vrai qu’il prend une place de plus en plus importante, la cartothèque est désuète, on est passé en 100 % numérique, l’évolution continue vers le numérique à la fois sur le terrain, et ensuite pour l’étude, la post-fouille… Ce qui évolue le plus vite, c’est le mode d’acquisition de la donnée spatiale. On continue à faire des relevés manuels, mais c’est un choix, on le fait principalement pour les élévations de murs, car on profite du dessin pour étudier, pour regarder en détail les choses, mais de toutes façons, tout est doublé par numérique. Sur le terrain, les méthodes d’acquisition de données sont de plus en plus aidées par des tablettes tactiles.

La photogrammétrie 3D est un mode d’acquisition qui se développe depuis quelques années et qui consiste en un assemblage d’une panoplie de photographies d’un élément en changeant à chaque fois de point de vue pour en faire une restitution 3D. On peut aussi faire des photographies zénithales : des photos de plan sans déformations en les retouchant sur des logiciels. Le laser 3D est lui aussi de plus en plus utilisé, on lui trouve de nouvelles applications, pas seulement pour des relevés. Ensuite, tous les systèmes de rendu et d’analyse, le SIG en est un exemple, se développent, notamment vers les SIG en 3D.  Enfin, la numérisation des documents offre la mise à disposition des articles, les recherches s’en trouve grandement facilitées par internet (grâce aux réseaux de communautés scientifiques qui sont créés et permettent d’échanger des articles, etc).

Par Max MEROTH


maxmeroth

Étudiant en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.