METIERS/Mme Germanaud, responsable d’opération antiquisante

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Mme Germanaud

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ? 

J’ai derrière moi un parcours assez atypique, ayant étudié les lettres classiques dans le but d’être professeur de français et latin. Cependant, après deux années dans l’enseignement, je me suis rendu compte que là n’était pas ma voie, c’est pourquoi j’ai entrepris deux années d’études archéologiques à la faculté d’Arras en partenariat avec le CNED, au bout desquelles j’ai été diplômée en archéologie préventive. Cette période d’études entrecoupées de nombreux stages de fouilles m’a permis de décrocher un premier contrat en 2001. Ensuite, de 2003 à 2007, j’ai pu renouveler différents CDD sans difficulté au sein du Service Archéologique de la Ville de Lyon (SAVL), avant de passer un examen professionnel pour devenir archéologue titulaire, et ainsi obtenir un contrat indéterminé.

Mme Germanaud, archéologue antiquisante.
Source : SAVL

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Mes trois premières années au SAVL se résument à l’élaboration d’un volume de la Carte archéologique de la Gaule, centré sur la formation de la ville de Lyon au cours des siècles, et édité en 2007. Cette première mission achevée, je me suis consacrée à l’intégration de données archéologiques, dans le système d’information géographique des bases de données du SAVL. En 2007-2008, j’ai également repris le travail de terrain et des chantiers avec un statut de technicienne, tout en maintenant la rédaction des rapports. Les années passant et l’expérience se consolidant, j’ai évolué au sein du service jusqu’à devenir responsable d’opération.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Le profil de chaque journée est bien différent : en effet, je suis certaines périodes sur le terrain, sous des conditions parfois rudes, et à l’inverse je peux rester plusieurs semaines en bureau. Être archéologue, c’est avant tout s’adapter aux aléas divers et variés du chantier et se familiariser avec l’accomplissement de tâches très diverses. Pour illustrer mon propos, je peux vous parler des fouilles effectuées à l’Hôtel-Dieu l’an dernier, qui ont été d’une grosse ampleur et ont demandé d’enchaîner phases terrains et rapports sans trop de répit. Cependant, depuis la fermeture de ce chantier fin 2017, j’ai repris la finalisation des rapports de fouilles, activité nettement plus statique. Ce schéma se répète toujours ainsi, avec de la gestion post-fouilles où les archéologues du service sont amenés à travailler avec les spécialistes pour faire la synthèse du dernier chantier effectué.

Mme Germanaud lors de la fouille de l’Hôtel-Dieu.
Source : SAVL

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

En tant que responsable d’opération, je gère pour ma part les vestiges découverts lors des fouilles effectuées et coordonne les personnes de mon équipe pour les fouilles. Cependant, travaillant généralement avec des spécialistes qui connaissent parfaitement leur domaine, je laisse une certaine autonomie à leur champ d’action. Bien sûr, il faut veiller à ce que tous enregistrent bien les données récoltées sur le terrain, et prennent les bons niveaux de fouilles ainsi que les cotes altimétriques. En parallèle, je suis également occupée avec les aménageurs (promoteurs et autres), avec qui un contrat déterminant le temps de fouilles est fait. Il me faut savoir gérer les éventuelles tensions avec ceux-ci selon le contexte des chantiers, ce qui implique d’entretenir un bon relationnel.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Comme expliqué précédemment, lors des fouilles je suis en contact permanent avec les aménageurs, mais aussi avec des techniciens extérieurs au SAVL de la ville de Lyon, spécialisés dans des domaines archéologiques, et qui constituent un renfort non négligeable lors de certaines fouilles. L’Institut National de Recherche en Archéologie Préventive (INRAP) vient également parfois mener des fouilles conjointement avec le SAVL. Enfin, nos chantiers sont soumis au contrôle scientifique et technique des services de l’État, ce qui nous lie indéniablement au Service Régional de l’Archéologie.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Mes études de Lettres Classiques et ma passion pour le monde gréco-romain m’ont permis d’obtenir le statut de responsable d’opération antiquisante, en lien avec ma formation initiale. Cependant, cela ne m’empêche pas de travailler de façon diachronique, ce qui est important dans ce milieu. En effet, lors de certains chantiers, il m’est arrivé de ne fouiller que des périodes postérieures à l’Antiquité, comme à l’Hôtel-Dieu qui présentait seulement du funéraire et du médiéval/ moderne des 15, 16 et 17èmes siècles. N’étant pas spécialiste de ces périodes, j’ai dû m’adapter et travailler de manière étroite avec l’anthropologue du chantier. Nous avons pris chaque décision conjointement pour nous accorder. De toute façon, sur le terrain le principe est toujours le même : nous devons avant tout nous documenter avant d’envisager une fouille et pouvoir rédiger le rapport des vestiges exhumés.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Lorsque je ne suis pas sur le terrain, je m’occupe de la diffusion des données récoltées,  peut participer à l’élaboration d’articles publiés dans des revues d’archéologie scientifiques ou grand public (telles « Archéologia » ou « Gallia »), et peut être amenée à intervenir dans des conférences destinées à l’explication de notre travail. Par exemple, l’an dernier lors de l’événement Archéo-Lyon au musée des Confluences, j’ai présenté avec l’anthropologue de l’Hôtel-Dieu l’étude d’une sépulture atteinte de syphilis.

Squelettes exhumés à l’Hôtel-Dieu.
Source : SAVL

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ? Quelle incidence a notamment le développement du numérique sur votre activité ?

Je pense malheureusement que l’archéologie a déjà connu son âge d’or dans les années 2000, et que son déclin actuel est lié à l’amoindrissement du budget de l’État et des collectivités territoriales. Cependant, pour resserrer mon propos sur le SAVL, il arrive lors de gros chantiers de recruter des archéologues pour une mission précise à durée déterminée (CDD), sans qui la tâche des fouilles serait bien trop conséquente. Mais il est certain que les Services Publics regardent de plus près l’engagement de contractuels et sont moins souples qu’il y a 10 ans. Les archéologues, s’ils ne trouvent pas un travail ailleurs après la fin de leur CDD, peuvent être en situation de précarité. Enfin, concernant l’essor du numérique au sein de notre activité, il me semble bien avantageux pour le terrain, puisque nous prenons désormais moins de temps à dessiner et n’avons qu’à faire des photos pour les retravailler en bureau après. Certes, le temps passé pour les rapports est peut-être plus long puisque nous devons retraiter chaque cliché, mais pour moi c’est tout de même un bon ratio, car le but est de gagner du temps en fouille, d’autant que les délais post-recherches sont naturellement plus importants que ceux sur le terrain.

Par Joséphine FLOURY


Floury Joséphine

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 Histoire de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.