METIERS/Mr STRIPPOLI, archéologue médiateur

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Mr STRIPPOLI

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai passé un Bac B (aujourd’hui ES) pour commencer, puis j’ai suivi 3 ans de cours à l’École d’architecture de Grenoble. Ensuite je me suis inscrit en DEUG d’Histoire et pour finir j’ai eu un diplôme à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Lyon où j’ai écrit un mémoire en histoire et archéologie médiévale : je suis donc progressivement devenu spécialiste en archéologie tardo-antique et alto-médiévale.

M. STRIPPOLI, archéologue médiateur
Source : M. STRIPPOLI

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Globalement je mets en place et réalise des actions de restitution et de valorisation de l’archéologie préventive et de ses métiers. Cela passe également par la présentation des chantiers réalisés sur Lyon et, de manière générale, nous mettons en place des actions de médiation auprès des scolaires, de la moyenne section de maternelle aux Master 2. Nous réalisons des projets afin de présenter les différentes techniques et méthodes lors d’ateliers organisés avec les enseignants, le tout sur 3 à 10 séances. Nous organisons également des actions périscolaires et extrascolaires destinées aux jeunes enfants sur les temps hors école et pendant les vacances scolaires. En plus de tout cela, s’ajoutent les actions de développement culturel sur des évènements nationaux, comme les Journées Européennes du Patrimoine, les Journées Nationales de l’Archéologie et la Fête de la Science. Je mets en place des ateliers à la fois pédagogiques, éducatifs et ludiques pour ArchéoLyon au Musée des Confluences, un samedi au cours mois de Mars depuis 2017 où l’actualité de l’archéologie lyonnaise est présentée. Enfin nous organisons des formations pour les enseignants, les animateurs des centres de loisir et pour d’autres médiateurs culturels. Mon métier est donc le chaînon manquant entre le grand public et le monde scientifique.

Plaquettes réalisées résumant les différents chantiers de LyonSource : Stessy DO

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Le début de la journée est surtout pris par la gestion de l’administratif (organisation des agendas et ateliers de travail sur un outil ou un projet pédagogique), tandis que l’après-midi est rythmé par des rencontres avec nos partenaires ou des déplacements dans une école ou un centre de loisir. Nous travaillons, mon collègue archéologue-médiateur et moi-même, avec notre collègue graphiste à peaufiner nos documents de communication pour les événements, ou les éléments graphiques pour les outils pédagogiques que l’on va créer.

Maquette du rempart gaulois de Lugdunum sur la colline de Fourvière
Source : Stessy DO

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

Nous avons la chance, avec mon collègue, de travailler avec toute l’équipe du Service Archéologique de la Ville de Lyon. Tout ce qui est créé doit être présenté à la Direction, corrigé si nécessaire et validé. Nous allons travailler aussi avec la directrice administrative et financière, pour l’achat de matériel pour la création d’outils de communication et de médiation. Chaque année nous créons entre une et trois nouvelles médiations liées à des chantiers ou à des spécialités scientifiques. Pour ma part en 12 ans d’expérience, j’ai travaillé avec toutes les personnes du Service archéologique. Ces échanges sont extrêmement enrichissants sans compter les connaissances acquises sur les chantiers. J’appartiens à un réseau national de médiateurs dont l’objectif est d’échanger autour de nos pratiques professionnelles.

En dehors du Service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Nous travaillons avec des acteurs publics et des structures culturelles tels que le Musée Gallo-romain de Lyon Fourvière (Musée Lugdunum), les Musées Gadagne, le Musée des Beaux-Arts et celui d’art contemporain, ainsi qu’avec le personnel de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) pour créer des évènements conjoints.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Je suis spécialiste en archéologie de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge. Mais en raison de mon expérience professionnelle de responsable d’opération en tant qu’archéologue, je me suis spécialisé sur l’Antiquité. Néanmoins, faisant de l’archéologie préventive, nous sommes obligés de balayer les différentes époques (sur un même territoire différentes couches historiques sont présentes) et donc d’avoir une vision diachronique d’un territoire car on ne sait pas toujours quels éléments et quelles périodes vont être trouvés lors d’une fouille : par exemple en milieu urbain  nous  pouvons trouver des XXème et XIXème siècles puis des  vestiges du XVIème  puis nous allons arriver sur des niveaux de l’époque romaine et parfois même sur des traces de l’époque gauloise.  Il faut donc pouvoir repérer toutes ces périodes. Nous valorisons tout type de chantier et tout type de vestiges.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

L’essentiel de mon travail est destiné au grand public : nous créons des plaquettes et des outils afin de simplifier le discours scientifique. Néanmoins je participe aussi à des colloques et rédige des articles pour présenter des projets ou des dispositifs de médiation. Je participe à l’élaboration d’articles pour différents ouvrages. Evidemment lorsque je travaille avec des chercheurs ou d’autres organismes archéologiques, mon discours est davantage scientifique.

Un atelier est une médiation ludique afin que les enfants ou les adultes puissent s’exercer en se mettant dans la peau du spécialiste. Par exemple, avec l’aide de ma collègue spécialiste des peintures murales antiques, nous avons créé un puzzle grandeur nature d’un plafond romain effondré. Nous avons donc fabriqué de « vraies fausses pièces », des fragments de peintures murales. L’activité consistait à reconstruire la fresque comme le ferait le spécialiste, mais sur un support permettant d’observer la fresque aussi bien de devant que de derrière.

Brochures de médiation vers le grand publique
Source : Stessy DO

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ? Quelle incidence a notamment le développement du numérique sur votre activité ?

C’est un métier qui n’est pas près de disparaitre le grand public ne connaît pas le fonctionnement de l’archéologie et en a bien souvent une image d’Épinal. Il y aura toujours un besoin de médiateurs pour valoriser les recherches archéologiques.

Nous nous appuyons sur le numérique pour les chantiers, nous commençons à monter des outils de médiation numérique (applications, jeux, etc., …). Nous sommes en plein développement et nous réfléchissons à la conversion de certains outils de médiation en applications numériques. Nous avons un site internet sur lequel on peut trouver nos dernières informations sur les chantiers, sur les évènements ou actions à venir et une rubrique, nommée « culture partagée », qui recense toute notre activité, documents compris. Nous pouvons aussi prêter nos panneaux d’exposition. Le service de communication de la Ville de Lyon se charge de notre communication via leurs réseaux sociaux ou les réseaux de nos partenaires.

Par Stessy DO


stessydo

Étudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3,promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "culture historique : Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.