METIERS/M. Bertrand, archéologue céramologue

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec M. Bertrand, archéologue céramologue

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai réalisé un parcours assez classique ; même si au début je ne pensais pas forcément à des études d’archéologie mais plutôt suivre un cursus d’histoire de l’art. Ce sont les cours d’archéologie qui m’ont finalement le plus captivé. Après une licence d’histoire de l’art, c’est au niveau du Master que je me suis spécialisé en archéologie. Je n’avais à ce moment-là pas d’attirance pour une époque particulière. C’est le choix de mon sujet de mémoire qui m’a orienté vers l’Antiquité, et plus spécialement vers la céramique. Par la suite, j’ai réalisé une thèse en céramologie antique à l’Université Lumière Lyon 2. Ce n’était donc pas pour moi une vocation mais j’ai toujours bien aimé ce domaine quand j’étais jeune et cela a ressurgi à l’université. Il s’agit donc plus d’une réminiscence que d’une vocation.

M. Eric Bertrand, archéologue céramologue.
Source : Guillemette Descours.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Mon métier initial et principal consiste en l’étude de la céramique issue des chantiers archéologiques. Cependant, il y a dans ce métier une forte demande pour des chefs du chantier (appelés responsables d’opération), poste pour lequel l’expérience est un facteur déterminant ; ce qui s’est présenté pour moi à un moment de ma carrière. En tant que céramologue, je me suis donc aussi retrouvé à diriger des chantiers. Le travail de céramologue consiste à prendre en charge la céramique d’un chantier, sur lequel j’ai travaillé ou non, et j’en fais l’étude. Je trie tout d’abord le matériel par couche, c’est-à-dire ce qui distingue la position du mobilier trouvé lors des fouilles. Je le récupère avec les informations qui viennent du terrain. J’ai des lots de tessons qui correspondent à des couches de remblais, à des sols, à des remplissages de fosses… Je réalise tout d’abord un inventaire qui me permet de lister l’ensemble du mobilier en m’efforçant de l’identifier. Toutes les catégories de céramiques par époque ont un nom, ce qui nous permet de les classer. Je détermine aussi, ce que l’on appelle ; « un nombre minimal d’individus », c’est-à-dire que je compte certains éléments pour estimer un nombre de vases par rapport au nombre de fragments retrouvés. Cet inventaire nous permet de remplir des tableaux afin d’attribuer telle catégorie de céramique à un nombre de tessons retrouvés et d’estimer à combien d’objets cela correspond. Cet inventaire assure par ailleurs la traçabilité des fragments du moment de leur découverte à leur lieu de stockage définitif. On classe aussi les objets par critères typologiques en fonction de répertoires existants. Je dessine ensuite les éléments déterminants ; le choix des dessins dépend de la qualité des tessons, du fait qu’un tesson soit particulièrement caractéristique d’une époque, du temps d’étude dont je dispose ou de l’importance de la fouille… Avec toutes ces informations, je rédige une étude qui sera insérée dans le rapport de fouille et dans laquelle j’explique avec les méthodes de ma discipline de quand les objets trouvés datent ; que plusieurs fosses sont de dates différentes ou contemporaines, etc. La première demande est donc de nature chronologique : la datation des objets. Je dois pouvoir justifier mon propos concernant la chronologie en démontrant que la date de telle couche est confirmée par des « fragments traceurs » venant de Lyon ou d’ailleurs qui ont les mêmes caractéristiques que ceux dont je m’occupe. Après je peux interpréter ces résultats en regard des vestiges fouillés. La céramologie permet par ailleurs de répondre à de nombreuses questions sur le mode de vie des personnes qui occupaient le site : leur compétence technologique pour la fabrication des céramiques, leurs besoins en objet manufacturés, leurs attentes en matière de formes et de décors. Cela permet de répondre encore à des questions économiques, sur la préparation des aliments, et plus largement ce que nous dit la céramique d’une civilisation…

Tessons découverts lors de fouilles au 37, rue Radisson.
Source : Guillemette Descours.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Mes journées ne sont pas toujours similaires : je ne fais pas que de la céramologie. Si je ne faisais que cela, elles seraient évidemment plus répétitives. En temps normal, les tessons sont lavés, séchés et je réunis les fragments en sacs qui correspondent à une couche de terrain et à une catégorie. Je réalise un inventaire avec l’intégralité du mobilier trié par catégories. Cette phase de ma journée est plutôt manuelle avec une identification visuelle, voire au toucher… Je fais cela en remplissant un tableau et je mets à l’écart les éléments les plus significatifs. Enfin, il y a tout le travail de mise au net des dessins grâce à des logiciels de vectorisation ainsi que celui de rédaction de la synthèse justifié à l’aide de photos, de dessins ou encore de comparaisons bibliographiques. J’ai des périodes d’activité sur le terrain et d’autres dans mon bureau où j’étudie la céramique provenant du terrain : cela dépend de l’activité du service. Après chaque phase de terrain, il y a une phase de rapport. Si je suis le responsable d’opération c’est un deuxième céramologue qui peut faire l’étude des céramiques, soit j’effectue les deux tâches, cela dépend du temps dont je dispose. Je peux donc être mon propre céramologue en tant que chef de chantier ce qui peut être un point positif car je maîtrise évidemment tous les éléments essentiels provenant de la fouille. Cependant, il n’y a alors plus d’analyse contradictoire entre le responsable d’opération et le céramologue, ce qui est souvent fructueux et apporte des nuances si les deux points de vue divergent.

Tessons triés dans des sacs avec après avoir été découverts au 37, rue Radisson.
Source : Guillemette Descours.

Au sein du Service archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

En tant que céramologue, je travaille forcément en connexion avec le responsable d’opération, ou avec ses responsables de secteurs : pour rédiger mon étude j’ai besoin d’informations provenant de la fouille. De même, ils sont dépendants de mon travail pour la chronologie. Ces allers-retours sont donc très fréquents et enrichissants. Toutefois, chaque spécialiste garde la main sur sa discipline puisqu’il dispose de connaissances expertes. Après, si pendant un long moment il n’y a pas de fouille, il faut que les agents soient polyvalents pour diversifier leur activité : travailler sur le terrain ou faire de la médiation…

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

En tant que céramologue, j’ai des contacts universitaires pour mettre à jour mes connaissances en participant à des séminaires, ou en assistant à des conférences ; sinon j’échange avec spécialistes dans les réseaux de recherches. En effet, si un tesson pose des difficultés d’identification, je peux me tourner vers quelqu’un qui connait mieux cette production, où cette époque que moi. A l’inverse quelqu’un va trouver quelque chose que je connais mieux et il va m’en parler pour me demander conseil. Ensuite, on peut me demander d’animer une conférence, un séminaire, un stage. Dans le milieu de la recherche, les céramologues se connaissent ; les informations circulent donc assez bien. En général, un céramologue à peu de relation avec la SRA (Service Régional de l’Archéologie) ; elles sont beaucoup fréquentes avec le responsable d’opération. À partir du moment où le rapport de fouille est  validé, le dossier est clos sur le plan administratif. C’est évidemment mon employeur, la Ville de Lyon, en accord avec le SRA, qui oriente les équipes sur les dossiers en cours.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Puisque c’est le sujet de ma thèse, l’Antiquité est la période sur laquelle je reste le plus aguerri, le mieux informé et le plus reconnu. Toutefois, pour des raisons de service, je suis amené à faire des études sur d’autres périodes. Cela me permet de découvrir d’autres domaines et m’offre une vision plus large de l’histoire de la céramique ; même si je suis toujours content de revenir à l’Antiquité. Néanmoins, pour des périodes qui ne sont pas de ma formation initiale, je peux rendre des études dans les rapports mais il est toujours plus délicat de produire des publications scientifiques dans un domaine annexe. Dans ces cas-là, je fais appel à d’autres spécialistes pour conforter les résultats de mon travail.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Il y a tout d’abord le rapport en six exemplaires des fouilles qui est un document public, accessible à tous au SAVL (Service archéologique de la Ville de Lyon) ou à la DRAC. Il y a aussi des articles dans des revues scientifiques spécialisées, qu’elles soient nationales ou régionales, et qui publient sur tous les domaines de l’archéologie ; pour la céramique en particulier il y a la SFECAG (Société Française d’Etude de la Céramique Antique en Gaule), qui publie son colloque annuel. Enfin, il y a des revues plus grand public comme Archéologia. On peut aussi diffuser nos connaissances et découvertes lors de conférences, colloques, journées d’études, séminaires, journées du patrimoine avec un contact plus direct avec le public.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ? Quelle incidence a notamment le développement du numérique sur votre activité ?

L’une des tâches du céramologue qui prend du temps c’est le dessin, ce n’est pas très compliqué mais il faut un petit peu d’apprentissage et une bonne connaissance de la céramique pour faire des dessins qui soient corrects. L’une des voies de recherche est d’automatiser cette étape afin de faire des dessins précis plus rapidement sans passer par la phase manuelle. Cette recherche avance très doucement, mais cela finira par aboutir. Après en ce qui concerne l’analyse de la matière céramique ; il y a depuis longtemps des appareils qui analysent la matière et qui permettent d’identifier certaines productions céramiques et de leur attribuer une origine géographique. D’une manière générale, le développement des analyses physico-chimiques (archéométrie) va renouveler les problématiques de l’archéologie et de la céramologie. À terme, l’automatisation de certaines tâches et l’intelligence artificielle épauleront aussi le céramologue avec une efficacité évidente. C’est d’ailleurs l’un des enjeux des métiers du patrimoine que d’anticiper la conservation d’informations qui sont aujourd’hui inexploitables mais que le progrès scientifique pourrait rendre précieuses.

Par Guillemette DESCOURS


guillemettedescours

Étudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.