METIERS/Hervé Tronchère-Cottet, géomorphologue

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Monsieur Hervé Tronchère-Cottet, géomorphologue

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

Vocation est un bien grand mot ; je n’avais pas de vocation pour l’archéologie quand j’ai commencé. J’ai fait des études de géographie à l’université Lyon 2 puis c’est en Master 2 que l’on m’a proposé un sujet en géoarchéologie sur le port de Rome, qui m’a beaucoup intéressé. J’ai donc continué en doctorat toujours sur le sujet des ports, mais en Égypte cette fois-ci. Cela s’est finalement un peu fait au hasard, je n’avais pas envisagé au départ de travailler dans la géoarchéologie.

Hervé Tronchère-Cottet, géomorphologue
Source : Mélanie Chazalmartin.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

C’est assez varié. Initialement, j’ai été recruté au service comme géomorphologue, c’est-à-dire pour étudier sur un site archéologique de tout ce qui va toucher à l’environnement naturel : par exemple, les processus qui vont affecter une installation humaine, se demander si l’on est proche d’une rivière, si l’on peut être soumis à des crues… Cela a par la suite évolué mais toujours avec ce volet de terrain et d’étude en laboratoire. S’est ajoutée une assez grosse composante qui est la gestion d’un système d’information géographique (SIG), qui permet de faire de la cartographie automatique, d’enregistrer de l’information liée à mon domaine de travail : nature des dépôts, sédiments… C’est donc un métier assez varié.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Mon métier est extrêmement varié : cela va de la journée de terrain, à l’extérieur, les pieds dans la boue à faire des prélèvements et échantillonner, ce qui est assez proche du travail de mes collèges archéologues, mais ce sont principalement les éléments naturels qui vont m’intéresser davantage que les vestiges, la céramique… On va avoir des journées consacrées à l’étude de tous ces prélèvements : c’est un travail en laboratoire dans nos locaux ou en collaboration avec des universités pour des analyses un petit peu plus lourdes ou spécifiques : soit l’Université Lyon 2 soit à l’Université Lyon 1. On peut avoir des journées aussi de rédaction des rapports où l’on reste toute la journée devant l’ordinateur à rédiger nos résultats et à effectuer tout le travail de cartographie, d’enregistrement des données dans le système d’information géographique. Il y a aussi plusieurs petites tâches dispersées dans l’année, elles sont un peu plus exceptionnelles, comme la médiation où l’on est plus au contact du public, ainsi lors des journées du patrimoine on fait par exemple visiter l’amphithéâtre des Trois Gaules. Enfin, nous ne sommes pas chercheurs mais on contribue parfois à des séminaires, des publications d’articles, nous avons donc un peu de temps dédié à des travaux de recherches.

Hervé Tronchère-Cottet sur un terrain de fouille.
Source : Service Archéologique de la Ville de Lyon.

Au sein du Service archéologique de la ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

C’est différent d’un chantier à l’autre. Nous avons, en géoarchéologie, un métier qui n’est pas complètement annexe mais qui reste malgré tout un petit peu parallèle. Nous ne sommes pas archéologues, on ne va pas fournir une information qui est tout de suite utilisable par le responsable d’opération comme un céramologue qui va, lui, pouvoir presque directement lui donner une période d’occupation, donc quelque chose qu’il peut intégrer de manière instantanée dans son travail d’analyse. Nous, nous allons plutôt fournir des résultats plus indirects, ce qui complexifie parfois le travail en commun : on est sur un travail pluridisciplinaire qui n’est pas facile à mettre en place. Selon le site, il est aussi vrai que notre métier peut parfois n’apporter que des informations limitées : on donne un contexte global comme de savoir que tel site était fréquemment inondé avant que les hommes ne s’installent, mais ces informations n’auront pas d’impact pour les principales problématiques des archéologues. En revanche, sur certains sites où l’on va avoir des problématiques plus complexes, où il y a un lien fort entre l’occupation humaine et les phénomènes naturels, on va avoir beaucoup plus de relations : le dialogue est donc plus intéressant.

En dehors du Service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (état, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez à faire ?

L’essentiel des relations que je vais avoir sont avec des universitaires, des chercheurs (CNRS et autres) car on a des collaborations avec des structures comme le laboratoire de géomorphologie de Lyon 2 ou le laboratoire d’analyse minéralogique de Lyon 1 qui peuvent aussi sur des domaines précis nous apporter une expertise très pointue. Je suis rattaché à l’un de ces laboratoires en tant qu’associé. Je vais peu traiter avec les aménageurs ou les services de l’État qui vont prescrire les fouilles.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période (préhistorique, protohistorique, antique ou médiévale). Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Je ne suis pas spécialisé sur une période mais plutôt sur une thématique qui est l’interaction de la nature avec la société : il se trouve que j’ai commencé à travailler sur l’Antiquité quand j’ai fait mes études sur Rome et sur la Haute-Antiquité quand j’ai basculé sur l’Égypte, mais mon métier est effectivement principalement diachronique : les effets des phénomènes naturels ne vont pas s’arrêter parce qu’on a changé d’empereur ou parce qu’on a basculé de l’Antiquité au Moyen Âge par exemple. Mes études m’ont plus poussé à me spécialiser vers la géoarchéologie et la géomorphologie fluviale donc tout ce qui est en lien avec les cours d’eau, les rivières…

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public, d’autre part ?

Le premier canal de diffusion est la contribution au rapport : on rédige un texte plus ou moins conséquent selon l’intérêt de notre découverte qui est ensuite transmis à l’État et consultable librement par la suite : ce sont plutôt des publications qui sont consultées par d’autres spécialistes. Je contribue également à quelques publications d’articles en collaboration avec des archéologues quand il s’agit de questions pluridisciplinaires. J’ai aussi quelques publications spécifiques en géoarchéologie, dans des revues liées à ma propre discipline. Pour le grand public, cela passe notamment par les journées de l’archéologie et du patrimoine, ainsi que par quelques conférences avec les bibliothèques municipales… Pour les journées du patrimoine de cette année, j’ai contribué indirectement en préparant des supports, des posters….

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ? Quelle incidence a notamment le développement du numérique sur votre activité ?

L’avenir est assez flou, l’archéologie préventive a connu bon nombre de modifications sur les vingt dernières années. L’archéologie préventive était au départ une activité uniquement publique, qui était principalement gérée par l’INRAP, qui est une structure d’État. Il y a eu une libéralisation du système et d’autres acteurs sont apparus :  entreprises privées, structures de collectivités territoriales comme la nôtre : le système est devenu alors concurrentiel avec tout ce que cela implique derrière en termes de luttes commerciales pour obtenir les marchés des fouilles archéologiques. Certaines entreprises privées n’ont pas réussi à rester rentables et on fait faillite. On va peut-être rentrer maintenant dans une période de redistribution des cartes, on ne sait donc pas quel visage va avoir l’archéologie préventive dans 5 ou 10 ans : va-t-on garder ou accentuer cette logique de concurrence économique, avec peut-être à terme un danger pour les structures publiques comme la nôtre ou, est-ce que, au contraire, le secteur public va se réapproprier l’archéologie préventive, et dans ce cas que deviendront les acteurs privés ? On ne sait donc pas, politiquement, économiquement et administrativement, comment va évoluer notre métier.

Concernant les outils numériques, je me suis très vite intéressé au fil de mes études à l’informatique, donc l’accentuation de l’usage de ces outils n’a pas beaucoup d’impact sur ma manière de travailler car dès le départ, c’étaient des pratiques intégrés pour moi. C’est même de plus en plus facile pour moi car les collègues issus d’autres disciplines travaillent de plus en plus via l’informatique : c’est donc d’autant plus simple de mettre en commun des données.

Par Mélanie CHAZALMARTIN


melaniechazalmartin

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.