METIERS/Mme Foucault, archéogéographe

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Mme Foucault

Pouvez-vous nous décrire vos études et le parcours qui vous a permis de faire d’une vocation un métier ?

J’ai fait des études d’archéologie à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. J’ai une maîtrise en archéologie plus axée sur la protohistoire et sur l’âge du fer mais orientée sur des questions environnementales et liées paysage. À l’époque, comme j’adorais la géographie, je voulais faire un double cursus archéologie et géographie mais je ne l’ai pas réalisé car il y avait un DEA (Diplôme d’Études Approfondie), qui est l’ancêtre du Master 2 recherche, à Paris 1, qui existe toujours, qui s’appelle « environnement et archéologie ». C’est un master tourné vers l’archéologie mais qui accueille des personnes issues de disciplines différentes comme par exemple la biologie ou encore la géologie, des personnes qui viennent donc plutôt des sciences de la terre ou des sciences de la vie. Dans ce master, on retrouvait plusieurs options telles que l’archéozoologie, la géoarchéologie, l’archéobotannique et une option un peu à part qui était l’archéogéographie, qui est aujourd’hui ma spécialité et qui n’est pas à confondre avec la géoarchéologie. Je me suis alors spécialisée dans cette option dans laquelle nous n’étions pas nombreux. Je me suis donc formée comme cela car c’est ce qui m’intéressait et me plaisait. Et après j’ai fait des stages orientés notamment autour des SIG (Systèmes d’Information Géographique) pour me former mais pas à la l’université, parce qu’à l’époque (2002-2003), il n’y avait pas forcément de stages obligatoires comme on peut faire aujourd’hui en Master. Je faisais quand même des fouilles sur mon temps personnel. Après mes études universitaires, je me suis formée, en voyant que je manquais de pratique, grâce à un stage en tant que bénévole dans un service d’archéologie pour faire du SIG, pour faire de l’archéogéographie, pour travailler sur des cartes anciennes. Et par contact, j’ai eu l’opportunité de rencontrer des gens en région parisienne là où j’habitais. Je me suis donc formée comme cela et de fil en aiguille, j’ai trouvé du travail soit autour de la géomatique soit autour de l’archéogéographie et c’est ainsi que je suis arrivée ici, à Lyon, en 2006.

Mélanie Foucault
Source : Mélanie Foucault.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

L’archéogéographie, c’est une discipline qui traite de l’évolution des territoires dans la longue durée. Ce n’est pas vraiment de l’archéologie au sens traditionnel du terme et on ne va pas avoir forcément besoin de ces savoirs pour aller fouiller un site. En revanche, c’est un travail qui permet de comprendre les mécanismes de la formation des territoires sur de longues périodes, de manière diachronique, c’est-à-dire que ce n’est pas arrêté sur une période en particulier mais c’est trans-chronologique, généralement de l’Antiquité à nos jours avec un focus sur le Moyen Âge et l’époque moderne car c’est aussi à cette époque-là qu’il y a un bon nombre d’archives qui peuvent servir à alimenter notre travail. Donc nous, ce qui nous intéresse, c’est de comprendre comment s’est fabriqué l’espace dans lequel on vit aujourd’hui, quels sont les moments de l’histoire/les périodes où il y a eu des événements particuliers qui ont fait en sorte que le territoire s’est développé. Par exemple, on sait qu’à l’Antiquité avec l’Empire Romain, il y a des pouvoirs centralisés assez forts et donc de l’aménagement territorial décidé par des élites politiques, comme des grandes routes, ainsi que des créations d’infrastructures nombreuses. On retrouve donc, notamment à Lyon, beaucoup de vestiges parce qu’il y a de la densité et il y a des grands monuments (amphithéâtre) qui ont été construit à cette époque. Pour nous, les archéogéographes qui nous intéressons au territoire, ce sont des moments marquant dans l’organisation de l’espace. Mon travail c’est de comprendre comment se sont organisés ces espaces et pourquoi telle route se retrouve ici et pas ailleurs. Je travaille sur l’espace et le territoire, sur ce qu’il en reste aujourd’hui dans les espaces urbains comme des espaces ruraux, etc. Je travaille sur des systèmes d’informations en créant des données spatiales et je les analyse ce qui me permet de répondre à mes questions d’archéogéographe. Donc nous, en archéogéographie, on tente de comprendre les dynamiques de l’espace. On mobilise les données historiques qui viennent des sources, des anciennes cartes pour pouvoir reconstituer ces territoires. Pour les périodes très anciennes (Moyen Âge, Antiquité) pour lesquelles on n’a pas ou peu d’écrits, on n’a que les sources archéologiques pour apporter un discours. Cela intéresse les archéologues pour avoir un contexte et cela intéresse aussi les urbanistes et les personnes qui aménagent le territoire car cela leur donne aussi un contexte historique sur lequel ils ne sont pas forcément à l’aise.

De manière concrète, à quoi ressemble vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Ici, dans l’organisation des tâches de travail, je suis embauchée pour faire de l’archéogéographie mais je fais aussi de la cartographie pour les chantiers. Donc en fonction des années ou des périodes de l’année et de l’activité du service, je peux être amenée à aller sur des chantiers de fouilles, faire un peu de fouille, classer la documentation graphique car en fouille on fait des dessins, des relevés en plan, et en coupe il y a donc une production assez dense, il y a alors un travail spécifique à faire qui est d’organiser tous ces documents-là, de faire en sorte qu’ils ne soient pas perdus, de les scanner, de les redessiner, de les organiser pour les comprendre. Entre les dessins sur le papier calque au départ et le rendu informatique mis au propre, il y a une chaîne de travail. Donc mon année est partagée entre du travail assez technique de cartographe et d’infographiste, d’une part, et du travail plus analytique en archéogéographie, d’autre part. On travaille sur plusieurs projets en même temps et l’on jongle donc d’un projet à l’autre, tous situés en région lyonnaise. Tous les jours je travaille sur des systèmes d’informations en créant des données spatiales et je les analyse pour répondre à mes questions d’archéogéographe.

Bureau de Mélanie Foucault avec un logiciel qui est son principal outil de travail.
Source : Mélanie Foucault.

Au sein du Service Archéologique de la Ville de Lyon, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres archéologues ?

L’archéogéographie ne s’articule pas énormément avec le travail des autres collègues. Ma direction me demande d’étudier certaines zones. Au départ ce sont donc des commandes sur lesquelles je fais des rapports. Ensuite mes collègues peuvent lire mon rapport ou pas. En effet, ce travail ne va pas forcément avoir d’incidence car ils travaillent plus au centre de la ville et moi sur la périphérie, ils ne vont donc pas forcément utiliser mon travail dans le cadre des fouilles du quotidien mais quelquefois ils viennent me demander des informations qui peuvent les intéresser sur le contexte de leurs fouilles. Il y un travail de cartographie qui consiste à géo-référencer les documents d’archives et autres avec des coordonnées géographiques et donc les archéologues peuvent venir s’y référer. Les collègues viennent alors fréquemment me demander des cartes sur tel ou tel secteur.

En dehors du service archéologique, pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville), privés (aménageurs) et scientifiques (universitaires) vous avez affaire ?

Je suis chercheuse-associée à l’UMR 5138 de la MOM (Maison de l’Orient de la Méditerranée), c’est-à-dire des équipes de recherche de Lyon 2. On a également collaboré sur des projets de la cartographie ancienne avec Lyon 3 mais cela reste épisodique et aussi avec des étudiants en géographie. Je suis plutôt en lien avec l’Université. Pour le moment c’est tout mais dans l’idéal on aimerait bien pouvoir travailler avec d’autres acteurs et cela se fait progressivement.

Résultats des travaux de Mélanie Foucault
Source : Mélanie Foucault.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé dans une période ? Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Je n’ai jamais été spécialisée sur une période. J’ai toujours été spécialisée sur l’espace avec une dominante géographique. Toutes les périodes m’intéressaient, je ne savais pas laquelle choisir et l’archéogéographie me convient donc très bien. Mais Lyon est une ville qui a été très occupée durant l’Antiquité : c’est donc la période qui est la plus représentée dans les fouilles archéologiques. On est donc obligés de s’intéresser à cette période et de devenir en quelque sorte des spécialistes de l’Antiquité même si ce n’est pas le cas au départ.

Comment diffusez-vous le résultat de vos travaux, à la fois à destination d’autres archéologues et chercheurs, d’une part, et du grand public d’autre part ?

Je fais des rapports qui sont rangés dans la bibliothèque du service et diffusés au service de l’État. Il y a ensuite de la publication scientifique mais je n’en fais pas énormément. Et pour le grand public, on fait beaucoup de conférences plus ou moins spécialisées. Entre chercheurs il y a des colloques. Il y également une diffusion par le biais d’activités et d’animations assez variées en fonction des demandes pendant les journées du patrimoine et les journées de l’archéologie.

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier dans les années à venir ? Quelle incidence a notamment le développement du numérique sur votre activité ?

Dans l’évolution de mon métier, j’aimerais bien élargir le public, que cela soit plus visible par les services d’urbanisme, les géographes et ceux qui travaillent sur l’évolution des territoires mais vers l’avenir. Je souhaiterais également former des gens et qu’il y ait une sensibilisation à l’histoire, à ce que l’on retrouve dans les sols. Le développement numérique est essentiel par rapport au SIG. Dans l’idéal, grâce à Internet, on aimerait bien pouvoir rendre accessible, un jour, toutes les données cartographiques et autres, que ce soit pour les chercheurs ou pour le grand public, afin de partager notre savoir-faire et les données du territoire. Évidemment il y a déjà des échanges par mail ou par clé, mais dans l’idéal cela serait bien qu’il y ait des plateformes de ressources comme le font l’IGN ou d’autres institutions, de pouvoir mettre à disposition nos ressources, du moins certaines, aux chercheurs, aux praticiens, aux personnes qui en ont besoin.

Par Morgane CHARBONNIER


Morgane Charbonnier

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.