METIERS/Laure Delaveau, restauratrice

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Laure Delaveau

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

J ‘ai suivi des études de restauration de documents graphiques à l’école de Condé, à Lyon. J’ai été diplômée en 2003, puis j’ai travaillé dans une entreprise privée qui faisait de la restauration de documents graphiques pendant trois ans. Cela m’a permis de mettre en pratique tous ce que j’avais appris à l’école et de découvrir de nouvelles techniques de travail sur des supports très variés. J’ai aussi découvert des documents sur lesquels je n’avais encore jamais travaillé, tout en apprenant à devenir professionnelle et notamment à travailler avec des contraintes. Mon projet était de travailler aux Archives départementales et j’ai passé un concours de la Fonction publique que j ‘ai eu en 2005. Ceci m’a permis de travailler aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, à Rennes, pendant 11 ans dans la restauration et la conservation. J’ai intégré les Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon en octobre 2017.

Atelier de restauration des documents
Source : Houmadi Hachim

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Mon métier, c’est à la fois la restauration de documents graphiques et la conservation. La conservation c’est tout ce que l’on peut faire pour éviter que le patrimoine ne s’abîme, que ce soit en salle de lecture ou dans les magasins, quand les personnes consultent les documents, ou quand ils sont exposés : l’objectif est d’éviter que les documents ne s’abîment pour que l’on puisse les transmettre dans le meilleur état possible aux générations futures. Ma mission est d’impulser des projets, d’acheter le matériel adéquat et de veiller à ce que tout soit mis en œuvre pour que les documents ne s’abîment pas. Quant à la restauration, une fois que les documents sont abîmés, il faut les consolider, les réparer, faire des actions qui permettent d’éviter d’augmenter les dégradations et de consolider l’existant.

Atelier de restauration : vue d’un poste de travail
Source : Houmadi Hachim

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Le travail est toujours varié : aucune journée n’est semblable à une autre. Mon travail est très souvent effectué en contact étroit avec d’autres collègues et il est le fruit de nombreuses discussions. J’alterne en général entre mes deux missions de conservation et de restauration : du lundi au jeudi je fais la plupart du temps de la restauration en dépoussiérant des documents, en les réparant et le vendredi, je fais de la conservation, ce qui me permet de rédiger des rapports et de mettre en place des projets.

Matériel de restauration
Source : Houmadi Hachim

Au sein des Archives départementales et métropolitaines, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres personnels de l’institution ?

Les collègues viennent nous voir de manière très naturelle dès qu’ils ont une question. Mon rôle est aussi d’anticiper les besoins et de préparer des formations, de sensibiliser, de commander le matériel pour faire évoluer les pratiques. Cet hiver avec ma collègue Agathe Daronnat, qui est aussi restauratrice, nous avons fait une formation sur le dépoussiérage de documents : comment, avec quel matériel. Cela nous a amenées à former tous nos collègues, dans le cadre de 5 ou 6 séances. Et nous allons poursuivre en janvier prochain avec un atelier sur les agents biologiques dans les services d’archives (moisissures, insectes, rongeurs) : quels sont les risques pour les documents, comment s’en prémunir, comment traiter les documents lorsqu’il y a une infestation… Nous sommes un service transversal qui doit répondre aux besoins de tous les collègues et apporter une réponse adaptée et pragmatique.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

Je travaille depuis quinze ans, il y a donc forcément des différences entre la formation que j’ai reçue et la manière dont je pratique mon métier aujourd’hui. Un exemple est l’arrivée d’internet : lorsque j’étais étudiante, il y avait beaucoup moins de documentation disponible sur internet, les institutions ne publiaient pas d’articles. On ne pouvait pas trouver de bibliographie en ligne, ce que j’ai appris l’a été soit par mes enseignements, soit par la bibliographie ou lors des stages. Désormais, grâce à internet, on trouve en ligne des comptes-rendus de restauration, des enregistrements et des photographies qui viennent du monde entier. On peut suivre des formations à distance : ainsi l’an dernier, j’ai suivi à distance une formation qui a été faite sur des livres au Japon par une université japonaise. Je continue à me former chaque année grâce à des stages, la lecture de publications, la participation à des groupes de travail, l’accueil de stagiaires. Mes études m’ont apporté les clés et les bases, mais chaque professionnel doit continuellement veiller à mettre à jour ses connaissances, car on ne peut pas appliquer les mêmes techniques durant toute sa carrière.

Document abîmé par une inondation et des moisissures
Source : Houmadi Hachim

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville) et privés vous avez affaire ?

J’ai des contacts avec le privé puisque nos fournisseurs sont des entreprises privées et que nous avons des opérations de restaurations externes et de numérisations externes. Nos organismes de tutelle, c’est-à-dire le Département et la Métropole de Lyon nous fournissent nos crédits. L’État est aussi notre organisme de tutelle puis que le Service interministériel des archives de France (SIAF) est notre référent dès que l’on a une question technique : il y a un responsable de la conservation qui est notre interlocuteur.

Quelles sont vos relations avec le monde universitaire : avec les chercheurs, d’une part, et avec les étudiants, d’autre part ?

Je ne travaille jamais en salle de lecture, donc je ne conseille pas les lecteurs sur les documents : je rencontre assez peu d’étudiants ou de chercheurs, contrairement à mes collègues qui sont régulièrement en salle de lecture et qui orientent toute ces personnes. En revanche, cela fait plusieurs années que je donne des cours à l’université de manière ponctuelle. Je trouve cela très enrichissant car cela permet de faire connaître le métier, de donner peut-être envie à certaines personnes d’effectuer ce métier, de sensibiliser ces personnes qui vont travailler dans le patrimoine à tous les aspects techniques de notre métier.

La vulgarisation et l’ouverture au grand public sont-ils des tâches importantes pour votre institution ? Quelles formes prennent-elles ?

Nous avons le projet en ce moment de mieux communiquer sur notre métier, par des posts Facebook ou par d’autres moyens de communication L’objectif serait de montrer la technicité de notre métier, ses différentes étapes et peut-être ainsi de donner envie de pratiquer ce métier. On réfléchit actuellement aux différents moyens de réaliser cela parce que le grand public est toujours sensible au métier de la restauration, au côté parfois un peu spectaculaire de ces opérations.

Document en mauvais état
Source : Houmadi Hachim

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé sur une période, ou vous aviez en tout cas une période qui vous intéressait tout particulièrement. Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Les documents que nous restaurons à l’atelier sont sur tous les supports possibles : parchemin, sceaux, papier, supports photographique, livres, etc. Cela va du IXe siècle à nos jours : le restaurateur est là pour rendre les documents à nouveau consultables par les lecteurs. Tous les documents que nous conservons ici sont uniques et inestimables, on doit donc les transmettre aux générations futures, quelle que soit leur période de production. On ne privilégie pas une période ou un support en particulier.

En quoi le développement du numérique, qu’il s’agisse d’archives numériques ou de diffusion des archives, modifie-t-il votre travail ? Cela pourrait-t-il amener une évolution importante de votre métier dans les années à venir ?

La numérisation a vraiment l’avantage de nous permettre d’avoir plus de souplesse, dans le sens où si les documents sont très fragiles, précieux, qu’ils sont difficilement manipulables, on peut les numériser. Cela évite d’avoir à consulter l’original tout en ayant accès aux informations. C’est vraiment un progrès important pour nous, car cela permet au lecteur qui est en salle de consulter de façon très simple les documents, mais aussi au lecteur qui est au bout du monde et qui n’a pas l’occasion de venir ici à Lyon pour accéder à toutes ces informations. Quant aux archives numériques, cela reste encore mystérieux pour nous, dans le sens où l’on a peu de recul sur leur conservation : par exemple, s’il y a un support optique abîmé, pour l’instant, cela ne relève pas vraiment de notre métier mais reste le travail des informaticiens : nous n’avons pas encore de savoir technique là-dessus.

Par Houmadi HACHIM


hachimhoumadi

Etudiant en licence 1à l'université Jean Moulin lyon3 ,promotion 2017. Travail réalisé dans le cadre du cours << culture historique patrimoine .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.