METIERS/Damien Richard, archiviste

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Damien Richard

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai passé un baccalauréat littéraire en 1999, puis je souhaitais m’orienter vers une classe préparatoire littéraire… J’aimais beaucoup l’histoire mais peu la philosophie, et j’ai donc renoncé à rentrer en hypokhâgne pour m’orienter vers cette classe très particulière et très rare qu’est la préparation à l’École des Chartes, qui n’intègre qu’une vingtaine d’élèves chaque année. J’ai fait ma classe préparatoire à Toulouse, j’ai obtenu ce concours au bout de 3 ans et j’ai suivi le parcours classique de l’École des Chartes : j’ai passé le concours de l’Institut National du Patrimoine qui forme toutes les disciplines du patrimoine, notamment les métiers liés aux archives J’ai commencé ma vie professionnelle en 2007, en étant nommé aux Archives nationales de Fontainebleau qui n’existeront bientôt plus, mais s’occupaient depuis 1969 des archives contemporaines des administrations centrales de l’État. Je m’occupais de tout ce qui était la partie publique, notamment la diffusion au public, c’est-à-dire l’action culturelle, ce qui comprend par exemple les visites guidées ou les expositions.

De 2011 à 2014 je suis passé sur un poste au service historique de la Défense, où je me suis occupé de la conservation matérielle des archives, en m’occupant de de la restauration des documents, de l’entretien de locaux ou de l’achat de matériel. Je travaillais sur le site du château de Vincennes. Je suis finalement arrivé ici à Lyon en 2014, où je suis adjoint au directeur des Archives départementales et métropolitaines, chargé des fonds contemporains. Mon métier est tourné vers les échelons territoriaux, avec un important travail de collecte mais aussi du classement.

Damien Richard, archiviste contemporain.
Source : Tonin Alléon.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Le métier d’archiviste consiste d’abord à collecter : nous devons identifier, à l’aide d’outils et selon des réglementations et de pratiques décidées au niveau national ou localement, ce qui pourra plus tard servir de documents historiques, ce qui implique donc un tri. Traditionnellement il s’agit de documents papier, mais depuis 2004 nous avons aussi le devoir de collecter des données sous d’autres formats et notamment les documents et données numériques, puisqu’ils sont considérés comme archives.
Au-delà du fait de classer, de conserver et de communiquer, nous devons aussi contrôler la production et la gestion des archives par l’ensemble des organismes publics, par exemple par les mairies qui ne déposent pas toujours leurs archives, devoir que nous exerçons au nom de l’État. Nous relevons du Conseil départemental, puisque 90 % de nos effectifs en proviennent, mais du fait de cette mission de contrôle nous sommes 5 agents de l’État ici. Aujourd’hui nous avons cette obligation vis-à-vis de de l’administration publique de conserver leurs documents, mais nous avons de plus en plus aujourd’hui l’intention et la volonté de prendre contact avec des organisations privées, comme des associations par exemple, pour justement conserver des documents d’une valeur importante. Nous nous intéressons avant tout à l’utilité du document plutôt qu’à la masse documentaire.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Mes journées de travail sont extrêmement variables, peut-être même trop d’ailleurs. Je m’occupe d’une équipe composée de 9 agents, mon travail dépend entre autres des demandes que je peux recevoir des uns ou des autres. Nous avons aussi beaucoup de contrôle extérieur : nous sommes souvent sollicités pour aller voir directement dans les administrations, qu’il faut informer, former et sensibiliser. En interne nous avons aussi bon nombre d’activités différentes, notamment beaucoup de classement, qui est un aspect très important de notre métier. Nous sommes aussi en tant qu’archivistes amenés à être en salle de lecture pour préciser, répondre aux demandes et aiguiller les lecteurs dans leurs recherches.

Au sein des Archives départementales et métropolitaines, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres personnels de l’institution ?

Je suis responsable de l’une des trois sous-directions. Nous nous occupons principalement dans notre secteur des administrations de l’État, du département et de la métropole.
Au sein-même de la direction dont je m’occupe, chacun des cinq archivistes a son propre périmètre. J’ai à la fois ce rôle d’encadrement et j’ai en même temps mon propre périmètre, c’est-à-dire tous les services qui relèvent du Ministère des Finances, de la Préfecture et des services de police. Nous maintenons le maximum de contacts avec les autres services des Archives départementales en allant parfois au-delà du fonctionnement hiérarchique habituel pour travailler sur certains fonds ou dossiers de manière plus transversale et coopérative.

Bureau de Damien Richard
Source : Tonin Alléon.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

Comme pour beaucoup de métier, on ne peut pas apprendre tous les aspects de la profession d’archiviste sur les bancs de l’école. Malgré tout, on apprend énormément, notamment à l’Institut National du Patrimoine qui, je trouve, est très professionnalisant. J’ai pu y suivre des formations qui ne soient pas exclusivement réservées à l’archivistique, ce qui nous permet une pluralité de connaissances. Un stage de 6 mois m’a permis de découvrir le cœur du métier et toutes ses dimensions, mais beaucoup de choses reste à apprendre une fois que l’on a intégré le métier. La France a cette tradition de formation continue dans le métier d’archiviste, avec une très importante offre de formations. Nous sommes dans un métier où l’on trouve assez facilement des moyens de se former. Par exemple j’ai moi-même suivi des formations de management pour améliorer mes compétences dans mon poste. La diversité de notre travail nous force à apprendre de manière continue.

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville) et privés vous avez affaire ?

Nous sommes en contact avec de nombreux acteurs, privés comme publics. Notre métier consiste à travailler avec tous les acteurs publics, puisque la loi fait de nous les garants du bon respect des règles de gestion des archives au niveau du département et de la métropole, ce qui inclut toutes les communes, toutes les intercommunalités, la région, l’ensemble des administrations publiques et des établissements publics relevant de l’État. Nous avons deux cas de figure, soit ces acteurs versent leurs archives historiques chez nous, soit ils ne le font pas et dans ce cas c’est nous, en tant que garants de l’obligation de conservation et de gestion, qui allons chercher les archives.

Pour ce qui est des acteurs privés, nous sommes dans une dimension tout à fait volontaire. Pour qu’il y ait un don, un dépôt, il faut qu’il y ait un accord mutuel aussi bien des Archives que des associations par exemple.

Nous sommes aussi en lien avec d’autres administrations hors du cadre de collecte. Par exemple nous sommes dans un contact plutôt scientifique avec des universités, nous avons un partenariat avec le mémorial de Montluc…

Quelles sont vos relations avec le monde universitaire : avec les chercheurs, d’une part, et avec les étudiants, d’autre part ?

Nous sommes en lien avec des chercheurs par le biais de réflexions sur la conservation de documents actuels : par exemple, depuis l’année dernière, on a entrepris sur le secteur de l’agriculture de réfléchir à la collecte. Ce travail se fait en lien avec des universitaires, qui peuvent être des historiens, mais aussi des géographes ou des anthropologues qui s’intéressent au monde rural. Ce partenariat se développe et je pense qu’il a un bel avenir.

Nous sommes en lien avec des étudiants, notamment par la salle de lecture, mais aussi, dans la formation d’étudiants : je m’occupe ainsi avec des collègues de la formation d’étudiants en Master 2 « Métiers des Archives », notamment autour du travail sur le classement. Nous leur proposons une quarantaine d’heures de classement et de travaux pratiques sur les métiers des archives.

Archives à classer.
Source : Tonin Alléon.

La vulgarisation et l’ouverture au grand public sont-ils des tâches importantes pour votre institution ? Quelles formes prennent-elles ?

Aujourd’hui, comme dans beaucoup de domaines, nous ne parlons pas du « public » mais des « publics ». Classiquement, nous avons un public habituel, celui des chercheurs ; mais aussi un public de plus en plus virtuel, par le biais de la consultation des archives sur internet.
Cependant il y a aussi tous les autres publics avec les formes de médiation adaptées. Nous essayons bien entendu d’élargir le plus possible l’accessibilité aux archives. Nous avons des projets en lien directement avec internet, afin de vulgariser et bien entendu de faire connaître le service des Archives. Nous menons depuis quelques années par exemple un travail de diffusion via Wikipédia, qui me semble être un outil utile pour faire connaître nos ressources au plus grand nombre.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé sur une période, ou vous aviez en tout cas une période qui vous intéressait tout particulièrement. Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Du fait de ma mission aux Archives départementales et métropolitaines, je reste assez centré sur les archives contemporaines, c’est-à-dire du 19e et du 20e siècle. Évidemment, aujourd’hui, la collecte est plutôt focalisée sur le 20e siècle, bien qu’il nous arrive parfois de tomber sur de vieux documents.
Je reste pour ma part très attaché à la période contemporaine, notamment après 1945. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi ce poste aux Archives métropolitaines et départementales de Lyon.

En quoi le développement du numérique, qu’il s’agisse d’archives numériques ou de diffusion des archives, modifie-t-il votre travail ? Cela pourrait-t-il amener une évolution importante de votre métier dans les années à venir ?

À vrai dire, c’est déjà le cas. Par rapport à d’autres métiers du patrimoine, nous étions clairement en avance sur, par exemple, l’exploitation numérique pour la diffusion. C’est aujourd’hui une révolution globalement très avancée. Désormais vous avez en ligne la consultation de ce qui pendant 40 ans a fait le gros de la consultation des Archives départementales et métropolitaines, notamment l’état-civil et le cadastre. Il y a donc moins de monde dans les salles de lecture qu’il n’y en avait il y a 15 années, puisque le public est désormais derrière son écran. La numérisation des archives est très bien avancée. Nous avons aussi connu une révolution numérique au niveau du classement et de la collecte. Les administrations nous fournissent de plus en plus des données sous forme numérique. Nous sommes cependant loin du tout-numérique ; les masses de papier déversées restent immenses.

On nous demande aujourd’hui d’être capables de conserver des données papiers mais aussi désormais des données numériques : nous sommes en pleine évolution. Ce qui est intéressant, c’est que le changement sera surtout perceptible par le public dans quelques années, lorsque ces archives seront consultées.

Par Tonin ALLEON


Alléon Tonin

Étudiant en Licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon III, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours 《Culture historique : Patrimoine》.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search