METIERS/David Rosset, médiateur aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec M. David Rosset

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

C’est un peu chaotique, j’ai passé une maitrise de géographie sur le tard, travaillé dans le privé en usine puis ensuite dans la fonction publique d’État en tant que contractuel. J’ai passé un concours de bibliothécaire territorial, que j’ai obtenu, mais pour le valider il a fallu que je prenne un poste en Eure-et-Loir (responsable du service documentation du Conseil Général). I faut savoir que les fonctionnaires territoriaux ne sont pas mutés comme les fonctionnaires d’Etat mais doivent être recrutés comme dans le privé. Ils ont donc deux ans pour trouver un poste sous risque de voir leur concours annulé. Ayant réussi un concours de rang A j’étais appelé à suivre à l’époque 120 jours de formation, ce qui dissuadait beaucoup de recruteurs potentiels d’où l’élargissement du champ de recherche géographique et cette prise de poste en Eure-et-Loir. J’ai rapidement pu revenir dans la région lyonnaise à la médiathèque départementale où j’étais responsable du site de Limas. Puis il y a eu une opportunité aux Archives départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon que j’ai saisie. Je n’ai pas eu un chemin direct, c’est une succession d’opportunités et non pas un plan de carrière. Ce n’est pas une vocation que j’ai depuis que j’ai six ans en me disant « je vais être archiviste », j’ai découvert les archives en arrivant ici. Cela fait maintenant deux ans que j’y travaille en tant que chargé de missions pédagogiques, un poste dont j’ai découvert le pouvoir émancipateur et plaisant.

David Rosset, médiateur.
Source : Samuel Chamak.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Je travaille donc sur des actions pédagogiques. Pour faire simple, nous recevons des groupes – principalement scolaires, mais aussi d’adultes dans le cadre de différents partenariats. Il y a un aspect découverte des archives : missions, histoire, découvertes de documents emblématiques. Puis il y a les ateliers (surtout pour les scolaires – de la primaire aux universitaires) ou l’on aborde des thématiques à travers une contextualisation et des documents d’archives, par exemple sur la révolution, le XIXe siècle, les deux guerres mondiales…Nos ateliers sont « clé-en-main » ou réalisé à la demande des certains professeurs qui nous demande d’aborder tel ou tel sujet en résonnance avec les programmes scolaires. On cherche des documents, on construit le diaporama puis on reçoit le groupe. Nous ne sommes pas comme sur un manuel scolaire standardisé, avec un objectif à atteindre parce qu’il faut tenir le temps, nous sommes plus dans une approche pédagogique libre et plus souple, du coup cela nous permet de montrer des choses plus adaptées à la demande des personnes pour capter leur attention. Les ateliers sont, jusqu’à maintenant, une réussite et les demandes augmentent beaucoup à tel point que nous sommes complets.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Mes journées de travail sont similaires sur le fond mais très différentes sur la forme. Elles sont dédiées à élaborer des ateliers donc il faut que l’on cherche de la matière, des documents, faire des recherches historiques autour de ces documents permettant une contextualisation qui soit la plus juste possible, trouver un enchaînement entre les documents pour que cela ait du sens et puis il y a la deuxième partie de l’exercice, qui consiste à montrer le support à des gens, donc le principe est toujours le même. Mais puisque le support varie toujours et que les groupes ne sont jamais les mêmes, on ne sait jamais ce qui va se passer. Il y a toujours cette petite crainte de ne pas réussir un atelier, c’est-à-dire de ne pas capter l’attention, c’est un petit challenge quotidien. Très excitant au final.

Salle de projection des diaporamas de M. David Rosset
Source : Samuel Chamak

Au sein des Archives départementales et métropolitaines, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres personnels de l’institution ?

Nous, les deux chargés de projets pédagogiques, formons une petite entité autonome mais en en coopération constante avec les autres membres du service. Nos collègues nous aident  volontiers puisqu’ils voient que cela sert l’institution.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

Depuis tout petit j’adore lire tout ce qui touche à l’histoire. La matière première de mon travail, c’est l’histoire, alors que je n’ai même pas fait d’études d’histoire. Ma connaissance s’est faite vraiment faite au fil de l’eau, à partir de mes goûts, de ma curiosité et de mes lectures, jamais sous la contrainte, je suis un pur autodidacte…

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville) et privés vous avez affaire ?

Dans le cadre pédagogique, nous avons surtout affaire à des classes donc avec le rectorat et l’académie. J’ai également de nombreux liens aussi avec la métropole de Lyon dans le cadre d’une charte de coopération culturelle, avec l’idée de rapprocher des gens qui sont éloignés des structures culturelles donc souvent dans les quartiers. Cette charte a été mise en place au niveau métropolitain, elle inclut 8 équipements et événements culturels comme les Nuits de Fourvière, l’Institut Lumière, le Musée des Confluences…Je suis en lien avec des partenaires divers : le monde de l’enseignement, de la Culture mais aussi de l’insertion. Mes partenaires institutionnels sont l’État, la Métropole, le département, les communes mais aussi des organismes privés ou associatifs. Là aussi, c’est très varié !

Quelles sont vos relations avec le monde universitaire : avec les chercheurs, d’une part, et avec les étudiants, d’autre part ?

J’ai eu le plaisir d’assister un chercheur de l’Université de Pittsburg sur les « émeutes urbaines de Vénissieux. Mais c’est le rôle de mes collègues du « service du public » d’aider les personnes en salle de lecture…donc ça reste marginal. En revanche je reçois des groupes d’étudiants dans le cadre de mes missions…

La vulgarisation et l’ouverture au grand public sont-ils des tâches importantes pour votre institution ? Quelles formes prennent-elles ?

C’est le cœur absolu de mon métier, qui consiste à parler d’un sujet historique en m’appuyant sur des documents qui font que ce sujet devient concret : l’archive est une preuve, un document très précieux qui raconte un événement dans le temps et l’espace. La vulgarisation permet de mettre à portée de chacun cet événement, de le rendre abordable, de le saisir dans toute sa dimension. Au final, j’essaye de rendre interactive chaque séance pour que nos documents soient un prétexte pour s’interroger sur l’événement mais aussi sur le monde actuel qui est le nôtre. J’aime quand les personnes sortent de nos séances non pas avec des réponses factuelles mais plutôt en se posant plein de question. Je n’ai pas la prétention d’apporter des réponses face à la complexité des choses mais j’aime à penser que je participe à un questionnement global !

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé sur une période, ou vous aviez en tout cas une période qui vous intéressait tout particulièrement. Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Je n’ai pas de période de spécialisation, mais il est vrai que je m’intéresse plutôt à la période allant de 1789 à 1990. Après cela devient trop contemporain pour moi et quelque part cela devient un peu trop de l’actualité et ça ne m’intéresse pas beaucoup car il n’y a pas le recul nécessaire. J’aime particulièrement la période révolutionnaire, le XIXe siècle que l’on aborde sous l’angle du travail, de l’école, de l’industrialisation, des révoltes, de la répression, de l’urbanisation, etc. Et j’ai toujours eu beaucoup d’intérêt pour les deux guerres mondiales…Mais potentiellement nous pouvons étudier beaucoup de sujets et de périodes, nous avons un territoire tellement riche en histoire et possédons ici, aux Archives, tant de trésors : je me sens vraiment privilégié !

Document des archives présenté dans l’exposition permanente.
Source : Samuel Chamak.

En quoi le développement du numérique, qu’il s’agisse d’archives numériques ou de diffusion des archives, modifie-t-il votre travail ? Cela pourrait-t-il amener une évolution importante de votre métier dans les années à venir ?

Je travaille essentiellement sur des documents numérisés dans le cadre de mes restitutions. Évidemment nous recherchons les originaux mais pour les partager au plus grand nombre et avec beaucoup de souplesse, la numérisation est incontournable. Toutefois, nous veillons à ce que les groupes, quels qu’ils soient, voient également des originaux. Je suis toujours surpris de voir quel est leur impact auprès notamment de jeunes qui ne côtoient presque que des supports dématérialisés. C’est avec notre bâtiment une véritable « force de frappe ».

Par Samuel CHAMAK


samuelchamak

Étudiant en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.