METIERS/Carole Paret, conservatrice déléguée des antiquités et objets d’art

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Carole Paret

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

Après un bac A1 (lettres et mathématiques), j’ai suivi un cursus universitaire. J’ai obtenu une licence en histoire de l’art puis une maitrise en archéologie du bâti médiéval. Ayant réussi un concours dans la filière administrative de la fonction publique, j’ai dû arrêter mes études. J’ai travaillé plusieurs années dans la fonction publique hospitalière puis territoriale. Grâce à l’obtention du concours de la filière culturelle, j’ai été recrutée dans ce service en septembre 2002. Il est vrai que mon parcours n’est pas linéaire mais il m’a permis d’acquérir diverses compétences.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Le service de la conservation des antiquités et objets d’art du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon est composé de deux personnes : le conservateur, qui est également le directeur des archives départementales et métropolitaines, et moi-même qui suis « conservatrice déléguée ». Il s’agit d’une mission qui a été créée par un décret de 1908, à la suite de la loi de 1905, pour aider les inspecteurs des monuments historiques dans leurs missions.

Les objets mobiliers suivis par le service n’appartiennent pas aux collections muséales. Ils peuvent être conservés dans des édifices publics (mairie, palais de justice…), religieux (église, chapelle…) ou privés (château…), et couvrent une période allant de l’Antiquité jusqu’au XXe s. Un objet ne pourra être « inscrit » ou « classé » au titre des monuments historiques que si son auteur est décédé.

Tout d’abord, nous établissons des dossiers d’étude pour les œuvres qui seront présentées devant la commission régionale du patrimoine et de l’architecture (CRPA). Composée de conservateurs, d’élus, de chercheurs et de personnes liées à notre profession, elle se réunit deux fois par an. Dans un premier temps, l’objet peut-être « inscrit » et la décision sera entérinée par la prise d’un arrêté préfectoral. Si une demande de classement est souhaitée, l’objet sera alors soumis cette fois en commission nationale du patrimoine et de l’architecture (CNPA) par le conservateur des monuments historiques territorialement compétent. C’est alors un arrêté ministériel qui validera la décision de classement de la CNPA.

On recense environ 4500 objets « inscrits » ou « classés », Département et Métropole confondus, et nous devons effectuer régulièrement un récolement afin de constater l’état de conservation et faire les préconisations adaptées selon les situations rencontrées. C’est à partir de ces visites que des restaurations peuvent être préconisées.

Une photo prise lors d’un inventaire dans une sacristie en compagnie d’une stagiaire.
Source : Carole Paret

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Elles ne sont pas du tout similaires, y compris sur le terrain. Même si la base est identique, car nous sommes avant tout là pour vérifier l’état de conservation des objets et les inventorier, les personnes rencontrées, les lieux visités et les objets répertoriés ne sont jamais les mêmes. Il faut savoir s’adapter à tout type de situation. Nos inventaires nous permettent de découvrir des objets dont nous ignorions l’existence et qui présentent un intérêt artistique ou historique pouvant conduire à une protection au titre des monuments historiques.

Au bureau, nous traitons les photographies et les informations collectées sur le terrain. Il s’ensuit un travail de recherche pour chaque objet. Nous renseignons également le bordereau de récolement officiel qui sera envoyé au propriétaire pour validation.

Il est dans nos missions de suivre les restaurations, ce qui implique d’aller voir les restaurateurs lors des interventions. Et, notre service étant considéré comme le “guichet unique”, nous recevons les dossiers de demande de restauration et subvention afin d’en vérifier la complétude avant transmission à la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) pour instruction.

Enfin, je réponds aussi aux demandes de chercheurs, d’étudiants ou de passionnés du patrimoine. De manière ponctuelle, je donne des conférences sur les missions du service ou sur des sujets liés au domaine de l’art.

Au sein des Archives départementales et métropolitaines, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres personnels de l’institution ?

Je travaille bien évidemment avec mes collègues archivistes selon les dossiers concernés. Je suis en lien avec la Drac, notamment avec les deux conservateurs territorialement compétents pour le Département du Rhône et la Métropole de Lyon. Enfin, il m’arrive d’effectuer ponctuellement des collaborations précises avec des chercheurs à partir des informations que nous avons collectées sur le terrain.

Un pot à pharmacie, puisque le patrimoine relatif aux hôpitaux est bien représenté dans le corpus des objets protégés au titre des monuments historiques.
Source :  Carole Paret

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

Mes études m’ont servi sur le fond, pour les connaissances. En revanche, je n’y ai pas vraiment appris la manière de travailler. L’obtention du concours s’accompagne de formations obligatoires, et une fois en poste, il est possible de suivre des formations très spécifiques et complètement adaptées à nos besoins.

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville) et privés vous avez affaire ?

Je travaille avec la DRAC, les communes et la Ville de Lyon, notamment avec la direction des affaires culturelles qui est un partenaire très important, puisque nous sommes aussi en charge de tous les objets protégés au titre des monuments historiques conservés à Lyon. Outre nos différents partenaires institutionnels, nous collaborons avec des acteurs privés, comme les propriétaires d’objets ou les associations, ainsi qu’avec la commission diocésaine d’art sacré pour tout ce qui touche au patrimoine religieux.

Quelles sont vos relations avec le monde universitaire : avec les chercheurs, d’une part, et avec les étudiants, d’autre part ?

Je travaille avec des chercheurs pour leur apporter ou leur demander des informations sur des points précis et avec les étudiants dans le cadre d’un cours que je donne à la faculté de Lyon 3 sur les missions du service. J’accueille également chaque année des étudiants en stage.

La vulgarisation et l’ouverture au grand public sont-elles des tâches importantes pour votre institution ? Quelles formes prennent-elles ?

Le but est évidemment de faire connaître nos richesses patrimoniales et notamment au niveau des objets conservés sur notre territoire. Cela peut se faire par le biais de conférences, publications (livres, articles) ou à travers des expositions. Cela s’applique également sur le terrain où l’on contextualise les objets tout en assurant leur sécurité.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisée sur une période, ou vous aviez en tout cas une période qui vous intéressait tout particulièrement. Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

J’étais spécialisée sur la période médiévale. Mais au fil du temps, j’ai redécouvert et appris à aimer les autres époques. J’ai été moi-même surprise par les XIXe et XXe siècle, où des recherches artistiques très innovantes sont menées. Mon métier m’oblige évidemment à travailler sur toutes les époques, ce qui est parfois difficile notamment pour le XXe siècle car nous n’avons pas beaucoup de recul.

En quoi le développement du numérique, qu’il s’agisse d’archives numériques ou de diffusion des archives, modifie-t-il votre travail ? Cela pourrait-t-il amener une évolution importante de votre métier dans les années à venir ?

Je travaille énormément à l’aide des outils informatiques. J’utilise notamment les bases de données et j’aimerais beaucoup développer de nouvelles pistes, envisager de faire des expositions virtuelles par exemple. Ce sont de telles démarches qui vont améliorer la connaissance de notre patrimoine et le valoriser de manière sécurisée.

Par Elodie PERRET


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.