METIERS/Danièle Goubeaux, archiviste

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Danièle Goubeaux

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai obtenu une licence d’Histoire à l’université Lyon II en 2005 et une maîtrise en Histoire contemporaine en 2006. L’année suivante, j’ai intégré le master professionnel « Archives et Réseaux Documentaires » de l’université d’Angers. Après mon diplôme, et comme beaucoup d’autres diplômés en archivistique, j’ai fait des vacations qui consistent à classer, inventorier et éliminer les archives dans les administrations. J’ai commencé à la DDASS (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales) de l’Ain. J’ai ensuite été en contrat à la mairie de Brignais pendant 6 mois. J’ai ensuite postulé aux Archives départementales des Hautes-Alpes pour un contrat d’archiviste chargée des relations avec les services versants du département. Je faisais un suivi réglementaire mais aussi du conseil, de la formation des services pour leur expliquer comment ils devaient gérer leurs archives, et collectais les archives définitives des administrations (tribunaux, préfecture, conseil général…). Après deux années à Gap, j’ai rejoint les Archives du Rhône en 2011 pour un poste de référente des archives du Conseil général. Depuis novembre 2015, je suis adjointe à la chef du service du public, toujours aux Archives du Rhône.

Danièle Goubeaux
Source : Danièle Goubeaux

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Je fais des permanences en salle de lecture pour conseiller (et surveiller !) les lecteurs et j’effectue des recherches à la demande. Une partie de mes missions consiste à former mes collègues sur les méthodes de recherche et sur les réponses à apporter au public. Les Archives départementales et métropolitaines organisent aussi des ateliers de recherches thématiques pour les lecteurs, dans le cadre de notre programmation culturelle, ainsi qu’une semaine « portes ouvertes aux étudiants», durant laquelle on accueille des étudiants en histoire, géographie et en sciences sociales ; à la demande des professeurs, nous proposons des ateliers thématiques, avec présentation des sources disponibles et des documents originaux, éventuellement une visite du bâtiment. Nous en avons accueilli 245. Parmi mes missions, il y également la mise d’instruments de recherche et le classement de la sous-série 6R (Sapeurs-pompiers du Rhône entre 1800 et 1940). Enfin, j’interviens au sein du Master en archivistique de Lyon III, dans le cadre du module « Classement ». On communique énormément par messagerie électronique, que ce soit pour répondre à des recherches ou pour répondre aux professeurs. Les personnes qui veulent participer s’inscrivent et participent aux ateliers.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Aux Archives, la période la plus intense est de septembre à juin, période pendant laquelle se concentre toute notre activité de communication et de valorisation pour le service du public. Durant cette période, on a un atelier par mois pour le grand public mais aussi des ateliers à la demande pendant la semaine des étudiants qui a lieu début octobre.

Mes journées de travail varient d’un jour à l’autre. Cela peut consister en une demi-journée en salle de lecture pour accompagner les lecteurs et les conseiller ; on peut également être amenés à passer beaucoup de temps sur les recherches, tant pour la répartition auprès des collègues, que pour la relecture des réponses, la recherche dans les fonds et les inventaires et éventuellement la reproduction de documents. Certaines journées sont consacrées aux recherches et à la mise en place des ateliers, ce qui suppose de l’organisation intellectuelle et logistique. On peut aussi être amené à passer des demi-journées en salle de classement. À la fin de la saison, vers mai-juin, le service va établir un programme culturel pour l’année d’après en proposant des thèmes d’ateliers. On a une grande variété de fonds qui permettent de balayer un grand nombre de thèmes : archives foncières, justice, agriculture, vie militaire, notaires…. La période d’été est propice au travail de fonds : création d’outils de recherches efficaces, conception de fiches de recherches et de méthodes, mise à jour d’inventaires, travail sur les statistiques… Nous pouvons être amenés à faire plus de classement que durant le reste de l’année.

Un magasin d’archives
Source : Elisa SAINT-MAURICE

Au sein des Archives départementales et métropolitaines, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres personnels de l’institution ?

Ici, aux Archives nous sommes une soixantaine d’agents, divisés en trois sous-directions qui collectent et classent des archives ; il y a également 4 services plus « transversaux » : le bureau administratif et financier ; l’informatique documentaire, chargé de gérer, notamment, la base de données et le site internet des Archives ; le service de la conservation, avec les missions de récolement des archives, de la conservation préventive et de la restauration ; le service de l’action culturelle et éducative, qui reçoit le public scolaire et coordonne les expositions et tous les événements culturels (journées européennes du patrimoine, visites nocturnes dans le cadre de « Quais du polar ») ; le service du public, lui, accueille le public de la salle de lecture et répond aux recherches par mails ou par courrier. Je suis dans un service transversal je suis donc amenée à travailler avec beaucoup de personnes différentes. Les services comme l’informatique documentaire, la conservation préventive et la restauration, le service du public et l’action culturelle sont des services très transversaux qui sont amenés à travailler avec tout le monde.

En ce qui concerne les liens avec notre collectivité (le conseil départemental du Rhône), les Archives départementales et métropolitaines sont un cas particulier. En 2015, la Métropole de Lyon a été créée et elle a récupéré toutes les compétences du Conseil départemental sur son territoire. Les Archives départementales pas été transférées à la Métropole de Lyon mais la métropole contribue à hauteur de 75% de notre budget puisque l’on récupère leurs archives historiques. La situation des Archives du Rhône est unique en France car nous dépendons financièrement et collectons les archives de deux collectivités avec des compétences départementales.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

Les études sont un préalable indispensable car elles donnent le goût de la recherche et de la curiosité mais elles sont largement insuffisantes. Le goût de « l’archive », selon le terme consacré chez les archivistes, je l’ai surtout acquis en 3ème année de Licence et en Master 1ère année, ce qui m’a donné envie de continuer. L’année de professionnalisation est extrêmement dense, très formatrice mais on reste encore dans la théorie ; tant qu’on ne s’est pas frotté à la réalité du terrain, il est délicat d’appréhender le métier dans toutes ses facettes : les normes à appliquer, les spécificités des lieux d’intervention, les interlocuteurs, la posture professionnelle à avoir… Avec l’expérience, on s’assouplit, on ne reste pas le même professionnel toute sa vie. La professionnelle que je suis aujourd’hui ne sera sûrement pas la même dans 5 ans ! Il reste néanmoins certain que les études donnent un bagage et des connaissances indispensables ; cette base, complétée par la pratique professionnelle (le classement, les recherches, l’étude des productions documentaires…) donne aux archivistes une solide connaissance de l’histoire et de l’administration.

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville) et privés vous avez affaire ?

Les acteurs publics peuvent être toutes les administrations qui sont amenées à verser leurs archives Au service du public, nous les sollicitons pour les demandes de dérogation aux règles de communicabilité demandées par les lecteurs. Nous sommes également en lien avec d’autres services d’archives, notamment ceux des communes du Rhône (exemple : Archives municipales de Lyon, de Villeurbanne…). Le service du public est aussi très souvent en lien avec les universités pour pouvoir organiser des ateliers et valoriser les fonds auprès des chercheurs. Les acteurs privés peuvent être des professionnels utilisant nos archives dans le cadre de leurs activités : géomètres experts, notaires, généalogistes professionnels, architectes… Il y a également des universitaires, étudiants, généalogistes amateurs… Nous travaillons également avec la Société Généalogique du Lyonnais et du Beaujolais qui a une permanence aux Archives mardis après-midis, et qui propose d’aider les chercheurs à réaliser leurs recherches généalogiques. La convention avec la SGLB nous permet de bénéficier de leur très précieux travail de numérisation d’actes notariés, que nous mettons en ligne sur notre site internet.

Quelles sont vos relations avec le monde universitaire : avec les chercheurs, d’une part, et avec les étudiants, d’autre part ?

Pour la semaine des étudiants, le directeur informe les enseignants plusieurs mois en amont. Cette année, des enseignants de Lyon 2, Lyon 3 et de l’ENS nous ont demandé des ateliers très spécifiques. Pour préparer ces ateliers, on discute avec les professeurs pour définir le périmètre, la forme de l’atelier, pour faire une proposition sur mesure. Nous rencontrons les étudiants lors de ces journées s’ils sont issus des universités lyonnaises, mais nous en croisons beaucoup en salle de lecture. Certains peuvent venir de toute la France et même de l’étranger. Certains ont le bon réflexe de nous contacter par messagerie avant leur visite, ce qui permet de les orienter si besoin. Les Archives départementales et métropolitaines collectent, quand cela est possible, les thèses réalisées à partir de nos fonds, ce qui permet de valoriser à la fois le travail de l’étudiant et nos archives.

Le service du public n’accueille pas de stagiaire, mais nous pouvons être amenés à travailler avec les stagiaires en archivistique accueilli par l’une des sous-directions des Archives. Ces stagiaires classent, aident aux opérations de collecte organisées par les archivistes.

Salle de lecture des archives
Source : Elisa SAINT-MAURICE

La vulgarisation et l’ouverture au grand public sont-elles des tâches importantes pour votre institution ? Quelles formes prennent-elles ?

Les ateliers d’aide à la recherche ont effectivement une vocation pédagogique, à voir peut-être sous l’angle de la vulgarisation. La vulgarisation passe aussi par l’alimentation de notre page Facebook, sur laquelle on va poster des images insolites ou des informations sur notre activité.

Nous conservons des fonds très importants pour l’histoire, comme les archives du procès de Klaus Barbie, à partir desquelles les Archives départementales et métropolitaines ont fait une exposition en 2017. Les expositions sont l’occasion de travailler en partenariat, avec les institutions et la presse.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisée sur une période, ou vous aviez en tout cas une période qui vous intéressait tout particulièrement. Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Si on est objectif, les archivistes sont plutôt amenés à faire du contemporain, car c’est la période durant laquelle on a produit le plus de documentation, surtout depuis 1940 avec l’invention et la multiplication des outils de reproduction. Les archivistes sont parfois obligés de se confronter à une période que nous n’avons pas spécialement étudiée. Personnellement, j’étais plutôt spécialisée en histoire contemporaine du début du XXe siècle, mais ma pratique professionnelle m’a permis d’élargir mes connaissances. Selon moi, s’il y a spécialisation des archivistes, c’est d’avantage sur des types de producteurs ou d’administrations que sur des périodes. Au service du public, nous sommes amenés à tout balayer car le public est très varié : le but est de renseigner les chercheurs dans les meilleures conditions. On apprend souvent grâce à leurs propres recherches !

En quoi le développement du numérique, qu’il s’agisse d’archives numériques ou de diffusion des archives, modifie-t-il votre travail ? Cela pourrait-t-il amener une évolution importante de votre métier dans les années à venir ?

Dans les années 2000, les Archives ont développé des sites internet pour mettre en ligne les documents, ce qui a eu pour effet secondaire de vider nos salles de lecture. Aujourd’hui, on a presque 100 fois plus de lecteurs en ligne que dans notre salle de lecture ! On se concentre sur l’états civil, très demandé par les généalogistes, les recensements, les plans du cadastre, certains fonds de notaires, les hypothèques, les tables de l’enregistrement… Les demandes de recherches arrivent presque systématiquement par messagerie. Le traitement de l’information est supposé être plus rapide alors que le temps de recherche est le même. Cependant, le développement de notre site internet nous a permis de mettre à disposition des chercheurs les instruments de recherche. Notre rôle est d’aider les chercheurs en leur indiquant où ils peuvent trouver les fonds, mais après c’est à eux de jouer pour la suite : trouver le bon dossier, le réserver, le consulter en salle… et écrire l’histoire !

Par Elisa SAINT-MAURICE


elisasaintmaurice

Étudiante en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : Patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.