METIERS/Sophie Malavieille, archiviste

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Sophie Malavieille

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

Mon parcours est assez classique : pour être conservateur, surtout à l’époque où j’ai fait mes études, la voie idéale était de passer par l’École des Chartes, après deux ou trois années de classe préparatoire. Pendant mes études, j’ai fait une thèse qui portait sur l’histoire de la reliure au 19ème siècle. Ensuite, j’ai eu un parcours assez varié, en travaillant aussi bien aux Archives Nationales que dans les services d’Archives départementales. J’ai bougé assez souvent.

Sophie Malavieille
Source : J. Lemonon

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Le métier de conservateur consiste à collecter, classer, conserver et communiquer les archives publiques ou privées. Dans tous ces domaines, on est amené à être sur le terrain en extérieur, ou à avoir, au contraire, des activités beaucoup plus solitaires comme par exemple le classement et la conservation, ainsi que des activités qui sont plus dans le domaine de la communication (renseigner les lecteurs, faire des conférences, préparer une exposition).

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Chaque jour est différent. À chaque fois qu’on arrive le matin, on ne sait absolument pas ce qu’il se passera. En pratique, on a bien sûr des rendez-vous fixes : j’en avais par exemple un ce matin avec un donateur d’archives. Cet après-midi, avant de vous rencontrer, j’en ai eus avec différents archivistes qui travaillent soit avec moi soit dans d’autres services, pour régler diverses questions et nous coordonner. Donc les journées sont toujours différentes, sans compter les nombreux imprévus. Il peut très bien y avoir des donateurs d’archives qui arrivent sans avoir prévenu, ou qui appellent en disant qu’ils nous amènent des archives. Il peut y avoir des collègues qui viennent nous voir de manière imprévue et quand l’affaire est un peu pressée, on essaye de la régler tout de suite.

Au sein des Archives départementales et métropolitaines, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres personnels de l’Institution ?

À mon poste, qui est à la fois celui de directrice-adjointe et de directrice d’une sous-direction, j’ai quelques rapports transversaux avec des collègues qui peuvent être chef de service ou directeur-adjoint. J’ai aussi des rapports hiérarchiques soit avec mon directeur soit avec les personnes qui sont dans mon service dont je dois voir le travail, et à qui je dois donner du travail. Il est certain que presque tous les travaux ont besoin de plusieurs personnes, par exemple, tout à l’heure, j’ai dû voir comment un document devrait être numérisé avant d’être utilisé en lien avec le classement d’un fonds, donc tout cela fait intervenir plusieurs personnes, différentes spécialités.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous auriez pu apprendre lors de celle-ci ?

Les deux sont différents et très complémentaires. Les études apportent énormément pour exercer ce métier, tout un apprentissage de base absolument indispensable. Dans mon cas, celui-ci a été principalement dispensé à l’École des Chartes, notamment en ce qui concerne l’apprentissage de la paléographie et de la sigillographie, de la diplomatique, ainsi que de toutes les sciences auxiliaires de l’histoire. Cela est important quand on s’occupe de fonds anciens, ce qui est actuellement mon cas, mais même pour les autres périodes, l’apprentissage issu des études est très important, même si, évidemment, la pratique de chaque jour est très précieuse pour nous apporter en expérience.

Parchemin de 1314 (règne de Philippe IV le Bel), contrat avec sceau pour la vente d’une vigne dans le Beaujolais.
Source : J. Lemonon

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville) et privées vous avez affaire ?

On a affaire à toutes ces personnes et à encore beaucoup d’autres. Puisque je travaille sur les fonds anciens, j’ai assez peu de contact avec les services de l’État. Néanmoins, j’ai encore affaire avec le Ministère de la Culture et le service interministériel des Archives de France pour certaines affaires, beaucoup plus occasionnellement avec la Préfecture. Sinon, comme je suis directrice-adjointe, j’ai parfois affaire avec la direction du Conseil départemental et c’est plus pour la gestion du service des Archives que pour les archives elles-mêmes. Dans mon domaine, pour la collecte des documents anciens, c’est plutôt par le biais, de dons de particuliers ou d’achats en salles des ventes. Concernant les archives privées, cela passe par des contacts avec des particuliers. Pour les archives anciennes, on peut avoir des réintégrations d’archives publiques anciennes, ce qui est rare, mais ce qui arrive quand, par hasard, elles se trouvaient égarées hors du service d’archives où elles devraient être depuis le 18ème ou le 19ème siècle, et c’est pour les archives privées qu’on a affaire à des donateurs, des déposants ou des vendeurs.

Quelles sont vos relations avec le monde universitaire : avec les chercheurs, d’autre part, et avec les étudiants, d’autres part ?

Les étudiants sont des chercheurs à mes yeux. Nos relations avec les acteurs de la recherche passent par des échanges de mails ou des correspondances, mais aussi, et c’est plus agréable, par des contacts directement dans la salle de lecture : cela permet d’être un peu plus libre et complet. Et c’est une partie du métier qui est très importante parce que le métier de conservation et de classement est souvent un peu austère alors que l’échange avec les personnes est plus vivant, et il permet de se rendre compte que tout notre travail peut être très vite utile pour les chercheurs.

La vulgarisation et l’ouverture au grand public sont-ils des tâches importantes pour votre institution ? Quelles formes prennent-elles ?

C’est très important. D’une part, parce que nos salaires ainsi que le bâtiment sont payés par les citoyens, par les impôts et si l’on a des missions de collecte, de conservations et de classement, c’est pour que chacun sache que son histoire est à sa disposition, qu’il peut la trouver ici avec un accès tout à fait gratuit. La forme la plus classique, c’est la communication des originaux en salle de lecture, et des documents numérisés sur le site Internet qui est très consulté, et puis il y a d’autres formes de ce qu’on appelle, en terme de métier, la valorisation. C’est une forme de communication et de mise à disposition, par le biais des conférences et des expositions essentiellement.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé sur une période, ou vous aviez en tout cas une période qui vous intéressait tout particulièrement. Continuez-vous à privilégier cette période où votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Bien sûr, notre métier nous amène inévitablement à travailler de manière diachronique. Aujourd’hui, j’ai reçu des documents datant de la Seconde Guerre mondiale. J’ai préparé les formulaires pour la grande collecte d’archives privées de la Première Guerre mondiale. On nous a apporté un document qui concerne la ville de Villefranche du début du 18ème siècle. Ce dont je suis en train de m’occuper pour une vente à Paris, c’est un document aussi du début du 18ème siècle. Et je suis en train de faire récupérer des documents qui auraient été volés mais sans doute assez anciennement, qui sont du début du 17ème siècle. Donc en effet, la diachronie fait partie de notre quotidien.

En quoi le développement du numérique, qu’il s’agisse d’archives numériques ou de diffusion des archives modifie-t-il votre travail ? Cela pourrait-il amener une évolution importante de votre métier dans les années à venir ?

Cela modifie notre travail parce qu’on pense plus automatiquement à la numérisation pour permettre la communication d’un document un peu fragile ou précieux. Quand les documents sont rédigés avec une toute petite écriture, les numériser permet également de les rendre plus lisibles. Cela n’existait pas quand j’ai commencé ce métier. Il y avait alors le microfilm mais ce n’était pas un support qui permettait une très grande diffusion et avec une qualité vraiment satisfaisante. De plus, quand on inventorie un document d’archives dont on n’a pas le contexte, cela permet de faire très rapidement des recherches en ligne alors qu’avant il fallait prévoir d’aller dans un centre de ressources, souvent les Archives départementales, mais pour peu que l’on ait entre les mains un texte qui fasse allusion à d’autres régions de France, voire de l’étranger, il pouvait être difficile de trouver l’information, alors que l’on a désormais celle-ci en ligne, ce qui facilite notre travail.

Par Juliane Lemonon


Lexique
> Paléographie : lecture des écritures anciennes.
> Sigillographie : science des sceaux, surtout ceux de l’époque médiévale qui sont en cire et qui pendent au bout d’une ficelle ou de fils de soie.

 


Lily lemonon

Je suis étudiante en licence 1 en histoire, à l'université Jean Moulin à Lyon 3, promotion 2018-2019. Ce travail à été réalisé dans le cadre du cours "Culture historique: patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.