METIERS/Gael « Anjale » Thirapathi, auteure pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Gael « Anjale » Thirapathi

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Après un BAC S sur l’île de la Réunion, je suis venue m’installer à Lyon pour intégrer l’école Emile Cohl, pendant 4 ans. En dernière année, il y avait le choix, pour se spécialiser, entre illustration, jeux vidéo et animation, mon choix s’est plutôt porté vers l’illustration. Après avoir eu mon diplôme en 2013, je me suis tout de suite lancée en « free-lance » en faisant différents travaux comme de l’illustration pour des affiches, de la fresque et un peu de bande dessinée, et c’est vers la bande dessinée que je me suis de plus en plus orientée. Depuis un peu plus de deux ans, j’ai rejoint l’association « l’Epicerie Séquentielle » qui édite « Les Rues de Lyon »

Anjale

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

L’idée était de rejoindre une association autour de la bande dessinée, de pouvoir rencontrer d’autres personnes issues de ce même milieu sur Lyon et de participer à des projets collectifs car ce métier est plutôt solitaire.

« L’Epicerie Séquentielle » fonctionne sur la base du bénévolat. Même si les auteurs touchent des droits d’auteur, tout ce qui sert au fonctionnement de l’association relève du travail bénévole. Les personnes vont donc se positionner sur plusieurs postes selon leurs compétences et leurs envies. Personnellement, je participe au côté administratif pour la comptabilité, mais je fais également des livraisons pour les libraires par exemple et je participe également à l’organisation des soirées des épiciers, qui sont des rencontres avec des auteurs de bande dessinée qui répondent aux questions du public.  La conférence est ensuite suivie d’un buffet pour se rencontrer et échanger.

J’ai aidé au n° 34 de Leah Touitou, « Le sieur Girard Desargues », car elle avait peu de temps pour pouvoir travailler dessus. Je l’ai aidée à scanner ses planches, à les nettoyer et à faire un peu de mise en page.

Je pense que ce modèle d’auto-édition pourrait être généralisé dans d’autres villes, ici cela fonctionne bien car il y a énormément d’auteurs de bandes dessinées.  Il y a des personnes qui sont venues se renseigner pour essayer d’exporter la même idée dans des villes comme Montpellier et Toulouse

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Au départ, on voulait faire un numéro avec Leah Touitou. On a ensuite fait une liste des différents thèmes qui pourraient nous intéresser. Il se trouvait que le personnage de Guignol n’avait pas été traité dans les numéros précédents. En plus, on a trouvé que ce sujet se prêterait bien à notre style graphique, qui est un peu « jeunesse. »

Crayonné de la page 3
Source : Anjale

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Ce numéro est un peu particulier car il n’y a pas de rôle fixe scénariste/dessinatrice, on a toutes les deux travaillé sur ces deux aspects, mais le gros de la recherche documentaire a surtout été fait par Leah Touitou car elle avait, de base, plus de connaissance sur le sujet. Elle s’est renseignée toutefois à la bibliothèque, et nous avons aussi rencontré une association qui s’appelle « la compagnie des zonzons » : c’est une compagnie de théâtre de marionnettes qui nous a donné énormément d’informations sur Guignol et sur Laurent Mourguet qui est le créateur de Guignol.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Les libertés qui ont été prises sont dans la manière originale d’aborder le sujet, avec ces deux personnages qui débattent au sujet de Guignol dans un bar. Je pense que les détails permettent de situer l’action racontée, mais certains vêtements, rues ou bâtiments ne sont peut-être pas dans l’exacte représentation de l’époque : l’idée est de ne pas faire de grosses fautes anachroniques, en revanche, l’exactitude de chaque vêtement ou bâtiment n’est pas indispensable car ce n’est pas le propos principal.

Encrage de la page 3
Source : Anjale

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

L’avantage des dix planches est que cela oblige à être structuré et concis dans les informations, mais c’est aussi difficile de choisir quelles informations seront les plus intéressantes. Cela oblige à trouver un système de narration ludique pour pouvoir faire passer un certain nombre d’informations.

La principale difficulté a été au niveau de l’organisation pour le dessin à deux, il fallait trouver des moments pour pouvoir travailler ensemble, et le coté aussi « lâché prise » pour certaines planches et sur des choses qui ne seront pas de notre ressort, car tout ce qui est échange entre les deux personnages a été dessiné par Leah et mis en couleur par moi, et c’était l’inverse pour les planches avec des projections historiques.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

L’avantage est que nos styles graphiques vont très bien ensemble car ils ont tous les deux une « touche jeunesse » donc on n’a pas eu à sacrifier un style par rapport à un autre. Je dirais qu’un dessin réaliste est préférable quand on cherche la justesse dans l’architecture ou les vêtements par exemple mais pour moi, si c’est trop réaliste, je vais avoir du mal à le lire. Je pense qu’un dessin qui n’est pas réaliste facilite la lecture pour des informations qui peuvent être parfois denses et ça apporte donc un coté plus ludique.

Mise en couleur de la page 3
Source : Anjale

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Pas du tout et je n’aurais jamais pensé en faire, c’est le côté associatif qui m’a donné l’envie d’essayer. Ce travail a modifié mon regard sur ce style de bande dessiné, car j’y étais plutôt réfractaire, et ça m’a rendu plus ouverte à la bande dessinée documentaire. Cela m’arrive de travailler sur un côté documentaire mais qui n’est pas historique, l’idée étant plutôt de mêler le quotidien avec des projections historiques : par exemple, une structure m’a demandé de réaliser une bande dessinée pour fêter leurs trente ans et j’ai donc dû mêler ce que j’ai constaté dans leur structure et les éléments historiques qu’ils m’ont donnés pour pouvoir réaliser cette bande dessinée.

Par Alexandros ARGHYROS


Arghyros Alexandros

Etudiant en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : Patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.