METIERS/Agathe Daronnat, restauratrice aux Archives du département du Rhône et de la Métropole de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Agathe Daronnat

Photographie de Mme Agathe Daronnat, restauratrice.
Source : Camille Veyrat.

Pouvez-vous nous décrire vos études et votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

Après l’obtention de mon baccalauréat, j’avais déjà en tête de faire de la restauration mais je ne connaissais pas du tout la restauration du papier et des documents d’archive. J’avais donc commencé à étudier la restauration de peintures. J’ai intégré l’Ecole de Condé. Durant la première année dans cette école, on étudie en parallèle la restauration de peinture et de papier et c’est donc de cette manière que j’ai découvert cette dernière. J’ai préféré ce matériau, plus fragile, car il me permettait de manipuler de nombreux types de documents différents : du document d’archive aux dessins qu’on trouve dans les musées, en passant par les livres dans les bibliothèques. De plus j’ai apprécié travailler avec des produits beaucoup moins toxiques qu’en restauration peinture. Quand on restaure du papier, on utilise très peu de solvant, on fabrique notre propre colle à base d’amidon, cet environnement plus sain m’a également poussé à choisir cette discipline. Après cinq années d’études dans cette école, j’ai obtenu un premier Master. Par la suite, j’ai intégré un autre Master, celui de l’Université des Arts de Londres, toujours dans cette spécialité, afin d’élargir mes horizons. Après des remplacements dans des services d’archives et quelques temps passés à exercer à mon compte, j’ai commencé à travailler aux Archives du département du Rhône et de la Métropole de Lyon il y a environ un an.

De manière générale, en quoi consiste votre métier ?

Le but de la restauration, c’est de rendre lisibles et manipulables des documents très endommagés et également de prévenir la dégradation des documents dans le futur, afin qu’ils puissent être transmis aux prochaines générations. Par conséquent, on agit sur le document et également sur l’environnement dans lequel il est conservé. On prend en compte la température et l’humidité dans les magasins qui peuvent avoir une incidence sur le papier, mais également les matériaux dans lesquels sont stockés les documents qui doivent répondre à certaines normes de conservation. En effet, certains papiers, comme le papier d’imprimante par exemple, peuvent s’acidifier avec le temps et abîmer les autres papiers avec lesquels ils sont en contact. Dans un autre cas de figure, le document à conserver peut être déjà acidifié et un matériau de conservation de mauvaise qualité ne pourra pas empêcher ce document d’en endommager d’autres.

De manière concrète, à quoi ressemblent vos journées de travail ? Sont-elles similaires tout au long de l’année ?

Il est difficile de décrire ce à quoi ressemble une journée type pour un restaurateur de papier car tous les documents manipulés sont très différents. Les techniques utilisées pour la restauration dépendent de beaucoup de facteurs, comme notamment l’état du document à son arrivée, ou bien l’encre utilisée. Certaines sont solubles et d’autres non, ce qui permet ou pas d’utiliser de l’eau. Pour chaque archive nous devons tout documenter, nous décrivons son état, si nécessaire nous prenons des photos, ça fait partie de la déontologie du métier. La première étape est toujours de dépoussiérer le document. Ensuite selon les besoins, nous pouvons effectuer des réparations de déchirure, des bains afin d’enlever un peu d’acidité ou des taches présentes sur le document ou encore des doublages. C’est toujours un travail au cas par cas.

Dessin de la face latéral du projet d’Eglise de la commune de Dénicé.
Source : Camile Veyrat.

Au sein des Archives départementales et métropolitaines, comment s’effectue le travail avec vos collègues, comment s’articule-t-il avec celui des autres personnels de l’institution ?

Nous sommes régulièrement sollicitées par nos collègues des Archives. Par exemple lorsqu’ils entreprennent des collectes dans des communes, des hôpitaux, etc., et qu’ils ont un doute concernant l’état des documents et l’endroit où ils sont conservés, potentiellement insalubre, humide, où de la moisissure peut se développer. Ils peuvent nous demander d’examiner une tache sur un document qu’ils soupçonnent d’être de la moisissure, car il serait très dangereux d’introduire des spores de moisissure dans les bâtiments, ils se répandraient très vite. Nous sommes également concernées par le conditionnement des documents ou lorsqu’un lecteur signale un document endommagé, qu’on intégrera alors au planning de restauration. Nous organisons également des petites formations pour nos collègues. L’année dernière, par exemple, nous les avons formés au dépoussiérage de documents, ils sont ainsi autonomes pour classer certains documents qui ne nécessitent pas nécessairement l’intervention des restauratrices. Nous les avons également formés au conditionnement, ils savent désormais quelle boite choisir, comment plier les chemises et les boîtes. Pour cette année, nous avons prévu d’organiser une formation sur la reconnaissance de l’activité des moisissures. Nous pouvons également être sollicitées par des employés des institutions du département et des communes quand ils ont besoin de faire restaurer par des entreprise privées les documents qu’ils conservent eux-mêmes. Ils peuvent nous envoyer les devis qu’ils ont reçu pour que nous puissions leur donner notre expertise en ce qui concerne le prix demandé ou les méthodes utilisées. Ils peuvent également nous demander conseil pour aménager des locaux destinés à la conservation d’archives et leur conditionnement.

Vos études vous ont-elles donné les clés suffisantes pour l’exercice de votre métier, ou l’expérience, les formations ultérieures et l’apprentissage pratique furent-ils très différents de ce que vous aviez pu apprendre lors de celles-ci ?

Après mon premier Master je ne me sentais pas vraiment prête, ce sont les stages qui m’ont appris le plus et qui m’ont le mieux préparée à faire ce métier.  Pendant les stages, on est confronté à la réalité du quotidien d’un restaurateur. J’ai eu la chance de faire huit mois de stages pendant la dernière année d’étude de mon premier Master, puis dans mon second Master les semaines étaient composées de trois jours d’école et de deux jours de stage. Ces stages m’ont vraiment préparée à la profession. Si je n’avais pas eu l’opportunité de faire ces entraînements pratique, je ne suis pas sûre que j’aurais été capable de faire le métier que je fais aujourd’hui. Les stages se sont révélés très importants.

Pouvez-vous nous dire avec quels acteurs publics (État, région, ville) et privés vous avez affaire ?

Dans le cadre de mon travail aux Archives du département du Rhône et de la Métropole de Lyon, je travaille surtout avec le département du Rhône et avec les mairies des communes du département et de la Métropole.

Quelles sont vos relations avec le monde universitaire : avec les chercheurs, d’une part, et avec les étudiants, d’autre part ?

Nous n’avons pas vraiment de relation avec le monde universitaire, car aucune formation universitaire ne forme à la restauration à Lyon. Cependant, il peut nous arriver de recevoir des stagiaires. Nos collègues archivistes ont plus de relations avec les étudiants à l’occasion de cours ou de formations. Pour ce qui est des chercheurs, c’est un peu ce que j’essaye d’instaurer en ce moment : une relation entre les laboratoires universitaires et les Archives. Nous pourrions parfois leur faire faire des analyses de matériau. Cela nous permettrait de faire de la recherche et d’écrire des articles. Cela serait bien de développer un tel partenariat mais pour l’instant rien n’est fait.

La vulgarisation et l’ouverture au grand public sont-ils des tâches importantes pour votre institution ? Quelles formes prennent-elles ?

Cela fait partie de nos projets futurs de mieux faire connaitre les métiers des Archives à l’extérieur, et notamment la restauration. Lors des journées du patrimoine auxquelles les archives ont participé, nos collègues ont eu beaucoup de questions liées à la restauration : faites-vous visiter l’atelier de restauration ? Comment se passe la restauration d’un document ? etc. Pour les prochaines Journées européennes du patrimoine, nous aimerions faire des panneaux ou de petits films sur la restauration pour répondre à ces questions. Un autre moyen de communiquer sur notre métier à l’extérieur serait de faire des conférences sur des restaurations particulières.

Initialement, vous étiez plutôt spécialisé sur une période, ou vous aviez en tout cas une période qui vous intéressait tout particulièrement. Continuez-vous à privilégier cette période ou votre métier vous amène-t-il à travailler de manière diachronique ?

Nous ne sommes pas spécialisées sur une époque particulière, les documents auxquels nous avons affaire datent du 9ème siècle à nos jours, ce qui nous oblige à savoir travailler sur des matériaux de toutes les périodes. Nous ne travaillons que sur le papier et le parchemin, même si la nature du papier a évolué avec le temps, notre travail reste concentré sur un domaine précis : c’est sur le matériau que nous sommes spécialisées.

En quoi le développement du numérique, qu’il s’agisse d’archives numériques ou de diffusion des archives, modifie-t-il votre travail ? Cela pourrait-t-il amener une évolution importante de votre métier dans les années à venir ?

Il existe une politique de numérisation aux Archives. L’un de ses objectifs est de rendre certains documents trop abîmés accessibles sur internet grâce au site des Archives. C’est-à-dire que les documents en trop mauvais état risquent de s’endommager encore d’avantage avec la manipulation. Notre travail, à l’atelier de restauration, sera parfois de préparer les documents à la numérisation, en faisant des consolidations ou des remises à plat de pages de registres pour vraiment faciliter le travail de numérisation et éviter que les documents s’endommagent pendant la numérisation. Il nous faut planifier notre travail en fonction des marchés de numérisation, en ce moment, par exemple, nous faisons des états sanitaires sur des parties de fonds qui vont être numérisées dans le futur. Cela veut dire analyser chaque document cote par cote pour déterminer lesquels ont besoin d’une préparation spécifique et lesquels peuvent être numérisés dans l’état. Cependant, même si certains documents sont numérisés, ils sont toujours conservés aux Archives, la version numérisée du document ne peut en aucun cas le remplacer. Car, en effet, si on sait qu’un parchemin peut survivre mille ans, on ne peut connaitre la durée de vie d’une donnée numérique

Par Camille VEYRAT


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Betti dit :

    Bonjour,
    Si vous avez besoin d’externalisation ..
    « Restaurationestampes.blogspot.fr », laurence BETTI.
    J’ai eu la chance de restaurer des oeuvres importantes.
    Cordialement
    Laurence Betti
    0603095684
    Je serais ravie de visiter votre laboratoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.