METIERS/Rebecca Morse et Virginie Ollagnier, auteures pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Rebecca Morse, dessinatrice et Virginie Ollagnier, scénariste

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Rebecca Morse
J’ai commencé ma formation par des études littéraires avec une spécialité art plastique et après l’obtention du bac, j’ai fait plusieurs choses : des langues, de l’art… J’ai rapidement su que je voulais consacrer ma vie au dessin alors je suis rentrée à l’école d’art Emile Cohl à Lyon, même si je ne savais pas exactement où cela allait me mener. J’ai eu la chance d’avoir comme professeurs les frères Jouvray, qui étaient très forts pour communiquer le virus de la BD. C’est comme cela que j’ai su vers quelle branche m’orienter. Très vite j’ai rencontré une scénariste un peu par hasard dans un forum et on a écrit ensemble un premier album. C’est quand je suis revenue sur Lyon quelques années plus tard que j’ai renoué avec le cercle des anciens élèves de l’école et des professeurs. C’est donc naturellement que j’ai découvert l’Epicerie Séquentielle, à la création de laquelle beaucoup avaient participé. C’était amusant finalement de passer du statut d’élève à celui de collaboratrice !

Virginie Ollagnier
Tout comme Rebecca j’ai commencé mes études avec un bac L. Beaucoup de choses m’intéressaient et je me suis d’abord orientée vers une licence de photographie. Les années ont défilé et je n’arrivais pas à me positionner et à savoir ce que je voulais vraiment faire alors j’ai fait des études de sciences politiques pour rassurer autant moi-même que mes parents. J’ai ensuite fait du design packaging et objet graphique pour des produits cosmétiques vendus en Asie :  j’ai donc eu la chance de beaucoup voyager et de m’ouvrir à d’autres cultures. Mais quand je suis devenue maman, j’ai dû enfin me poser et mon mari, Olivier Jouvray, m’a tendu un ordinateur en m’affirmant que puisque désormais j’avais davantage de temps, je n’avais plus qu’à faire ce que je savais faire de mieux : écrire. Ensuite les collaborations BD se sont enchainées, l’écriture de scénarios et de romans aussi et c’est comme ça que, petit à petit, je suis rentrée dans le cercle des scénaristes-auteurs. Pour ce qui est de la sphère de la BD lyonnaise, je suis née ici : c’était donc déjà plus facile pour les contacts. C’est à travers Olivier Jouvray que j’ai eu accès à l’univers lyonnais de la bande dessinée.

Virginie Ollagnier et Rebecca Morse

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

VO
Pour retracer brièvement l’historique, l’Épicerie Séquentielle est une association qui est née en 2004 pour réunir les auteurs, dessinateurs, scénaristes qui partageaient la même motivation : celle de trouver du travail ensemble. L’Epicerie a été assez rapidement contactée par le festival de BD de Lyon pour promouvoir le travail des auteurs avec des rencontres, des forums…Ce partenariat a duré plusieurs années et en parallèle, l’association a eu l’idée de créer une auto-édition collective pour vivifier un peu ce système de création et d’édition à plusieurs. C’est comme cela que Les rues de Lyon sont nées. Avant d’être une association productive et sollicitée, l’épicerie est avant tout une aventure fraternelle sans hiérarchie stricte et je pense que c’est aussi pour cela que ses membres s’y sentent bien. Pour ma part, j’ai pris en charge très tôt le rapport à la librairie parce que j’étais une des seules auteures à être à la fois en librairie généraliste et en BD. Du coup je connaissais les deux milieux et leurs fonctionnements. Mais malgré tout, on est très polyvalents dans la mesure où les tâches sont très bien réparties. Ça tourne en effet beaucoup pour que ce ne soit pas toujours les mêmes ! Et puis avec un système de référent on arrive à s’organiser. Pour en revenir aux numéros des Rues de Lyon j’ai travaillé une nouvelle fois avec Rebecca sur un numéro concernant l’île Barbe et il m’arrive souvent de collaborer avec d’autres auteurs et dessinateurs.

RM
Pour revenir brièvement sur ce que disait Virginie, le choc de 2009 a été assez rude pour la bande dessinée, même si cela faisait des années que cela n’allait pas en s’améliorant. À cause de nombreux facteurs comme la baisse du prix de la planche ou la rémunération décalée, le métier d’auteur de BD a été très précarisé. On a donc dû chercher et trouver des solutions notamment en alliant le dessin à l’édition. On fonctionne en effet avec une approche associative et locale avec la répartition des trois euros symboliques pour contourner le système d’édition classique qui n’est pas à l’avantage des auteurs. En travaillant avec des imprimeurs locaux, on suit le processus de création de bout en bout et ça nous permet d’avoir le rendu exact de ce qu’on attend. C’est ensuite bénévolement qu’on s’occupe de la distribution et du contact avec les libraires pour se réapproprier la chaine du livre. Justement, moi je suis dans le groupe du suivi éditorial donc je reçois les projets de numéros et les storyboard et c’est à nous de dire si l’on valide ou non la proposition. Enfin, pour ce qui touche aux autres numéros Des rues de Lyon, je travaille surtout avec Virginie mais il m’est arrivée de réaliser seule un des premiers numéros, « La reine des Tilleuls », avec l’aide de Paul Chopelin, Maître de conférences à Lyon 3, qui m’a aidée à obtenir des références auxquelles je n’avais pas eu accès. Sinon il m’arrive aussi d’aider certains de mes confrères en leur apportant des techniques ou un avis extérieurs.

VO
Pour la dernière partie de la question, Les rues de Lyon ont été aussi inspirées par le projet de la Revue Dessinée qui est une revue de bande dessinée de reportage ayant eu assez vite l’idée de coopération autour de la chaine du livre. Cela a été un premier mouvement de départ puisqu’à l’origine comme nous, ils étaient une association d’auteurs avant de devenir une entreprise à proprement parler. C’est un processus florissant en France parce qu’il y’a une vraie paupérisation des auteurs. Cette initiative et ce principe d’auto-édition associative a été repris à Brest, à Amiens et je pense qu’il peut tout à fait convenir à d’autres projets du même type tant que les participants veulent avancer et travailler ensemble.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

VO
Pour la petite histoire, c’est Olivier Journay, qui est d’ailleurs un des créateurs de l’Epicerie, qui, lors d’une de nos réunions du pôle suivi de fin d’année, voulait trouver une solution pour boucler l’année 2016. Sachant que j’étais née à Lyon et que j’avais beaucoup de souvenirs liés à la fête des lumières, il voulait que ce soit moi qui prenne en charge la rédaction de ce numéro.

J’ai donc choisi de travailler sur trois périodes distinctes parce que je voulais raconter dans l’album des choses très différentes. Ce qui me touchait moi dans un premier temps, c’est-à-dire l’évolution de la fête des illuminations à la fête des lumières perçue par mes yeux d’enfant puis d’adulte, le caractère historique de la fête et la participation récente des artistes de la lumière. Ces artistes de l’ombre qu’on connait finalement très peu m’inspiraient beaucoup et j’ai eu la chance de travailler avec Rebecca qui en connaissait quelques-unes, ce qui nous a permis d’esquisser la seconde histoire de la bande dessinée. C’est en confrontant et en créant ces trois atmosphères que j’ai su que j’allais avoir besoin de Rebecca, car je la savais assez talentueuse pour jouer avec ces trois structures pouvant être abordées de manières très différentes. Je savais qu’elle saurait retranscrire par son dessin et son imagination les lignes scénaristiques que j’avais déjà tracées.

Scénario de la page 5
Source: Rebecca Morse

RM
J’ai très vite accepté le projet de Virginie parce qu’à mon sens c’est une fête absolument magnifique et ça me plaisait d’avoir la possibilité de jongler avec plusieurs récits. Je pouvais également utiliser plusieurs techniques tout en réfléchissant à la manière dont j’allais exploiter la représentation de la lumière qui est toujours assez difficile à fixer sur un support papier.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

RM
Cela a été assez facile de trouver des documentations sur les images modernes comme la place des Terreaux, le décor d’un intérieur de train ou même les couleurs des rues illuminées via des images de la municipalité. En revanche, j’ai fait beaucoup de recherche d’images anciennes, plus difficiles à trouver pour les utiliser sur la table lumineuse. C’est le cas de la cathédrale Saint-Jean par exemple où j’ai dû sélectionner une image correspondant à son apparence exacte en 1643. Pour les souvenirs de Virginie, beaucoup de photos étaient en plus en noir et blanc donc je devais imaginer le jeu de couleur, la profondeur lumineuse…

Mais pour conclure sur ce point-là, nous n’avons pas montré à un historien le rendu final puisque c’est la commission de relecture de l’association qui a corrigé les fautes ou pointé les incohérences en fin de processus. Quoi qu’il en soit, le travail de recherche avait été fait antérieurement, donc nos sources avaient déjà été vérifiées.

Image trouvée sur internet et utilisée pour la réalisation graphique de la cathédrale Saint-Jean sur table lumineusev
Source: Rebecca Morse

VO
Oui en réalité notre travail de recherche a été constant. J’ai beaucoup lu pour préparer ce format et j’ai aussi demandé de l’aide notamment au directeur du patrimoine de la mairie de Lyon. En prenant rendez-vous avec lui, j’ai eu l’opportunité d’accroitre mes connaissances notamment sur Saint-Pothin, le premier évêque de Lyon, que je connaissais très mal.

Pour ce qui concerne mon histoire, j’ai fait plusieurs démarches pour faire rejaillir mes souvenirs et mes sensations de petite fille. Tout d’abord j’ai demandé de l’aide à mes parents qui ont ravivé un peu mes souvenirs en m’informant aussi des détails historiques que j’avais oubliés comme le fait que la rue de la République n’était pas encore réservée aux piétons à cette époque. C’est en fait à travers la vitre de la voiture de mon père que j’ai eu mon premier contact avec la fête et que j’ai été fascinée par les couleurs et les décorations qui brillaient. Et puis, en creusant dans ma mémoire, j’ai reconstitué ma déambulation dans la ville, les odeurs de vin chaud, de marrons…et ce sont mes souvenirs intacts qui m’ont fourni finalement le plus de données historiques que j’ai, après coup, racontés à Rebecca. Le choix de finir la BD sur la date de décembre 2015 était une façon pour nous de rappeler les attentats de novembre et de ne pas laisser le lecteur sur quelque chose de triste et de violent mais de superposer, peut-être un peu naïvement, un message de fraternité, de tolérance et de rassemblement. C’est donc un double travail historique, à la fois du point de vue graphique et scénaristique. Il arrive parfois même que des lecteurs passionnés nous envoient des messages pour nous avertir que tel mot n’était pas employé à l’époque, ou que telle rue était orientée de telle manière mais tant que cela reste bienveillant, nous prenons en compte ces retours post-publication et ne cessons jamais d’approfondir le sujet.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

RM
Je vois avec le travail de mes confrères que le style réaliste est très souvent utilisé en matière de BD historique et, souvent, cette précision des détails est difficile à atteindre dans la mesure où elle nécessite une documentation extrêmement poussée. Mais fatalement, les auteurs sont attendus au tournant et les erreurs historiques pardonnent moins. Mon style est assez instinctif et surtout dans la dernière histoire où l’on se situe dans les souvenirs de Virginie et donc dans un passé un peu flou et pas très fiable. On ne voit pas volontairement tous les traits pour donner l’image des songes, donc cela limite la portée réaliste. Et puis, je pense que quand il s’agit d’une fête et d’une atmosphère particulière et insaisissable, c’est important de créer avant tout une ambiance et un univers. Surtout pour la Fête des Lumières, avec ses couleurs particulières et feutrées. Finalement même si, surtout dans la chronologie historique, il faut une certaine rigueur, cela ne signifie pas forcément pour moi une contrainte. Les monuments, les costumes doivent être précis et représentés à l’identique mais j’ai pris énormément de libertés dans la manière de les faire ressortir avec différentes techniques. La première histoire est en encre sépia, la seconde est dessinée via des supports numériques et la dernière mêle crayons de couleur et aquarelle.

Encrage et mise en couleur confondus pour la technique de l’encre sépia, cases 1 et 2, page 5
Source: Rebecca Morse

Encrage et mise en couleur confondus pour la technique des crayons de couleur et de l’aquarelle, case 5, page 5
Source: Rebecca Morse

VO
Oui assurément Rebecca a pu prendre quelques libertés avec la forme notamment pour se défaire d’une situation compliquée d’un point de vue historiographique. Elle a utilisé par exemple plusieurs procédés comme la caricature, l’expression des personnages ou le comique de situation. On a beaucoup travaillé également avec des aides scénaristiques en intégrant parfois de l’humour qu’on insère dans les bulles pour prendre une certaine distance avec l’écriture. Malgré tout, le travail de fond a été différent. Etant un tirage historique, Les rues de Lyon sont une promesse d’authenticité et de fiabilité pour les lecteurs. Et puis la vocation de cette édition est d’être diffusée à l’ échelle locale pour renseigner les lyonnais sur leur histoire. Tout un pan de leur patrimoine est dévoilé entre les pages, cela doit donc être très précis. On ne se situe pas du tout dans le cadre de la fiction. Il suffit simplement de trouver un compromis et un juste milieu laissant de la liberté au dessinateur et au scénariste tout en assurant la véracité du numéro.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

RM
C’est une question essentielle qu’on se pose souvent avant d’entamer la création d’un numéro. L’angle d’attaque est très important à définir et c’est parfois difficile puisque les planches doivent plaire à un large public. Je dirais que la contrainte de 10 pages peut apparaître comme une difficulté qui en réalité n’en est pas une. On adapte nos idées au petit format dès les premières minutes et même si on a finalement peu de place et de matière, généralement ça suffit. On trouve parfois des combines comme dans ce numéro avec trois petites histoires en une. Ce nombre de pages limité nous permet aussi de ne pas se perdre et de rester au niveau lyonnais et humain par rapport à la multitude de pistes soulevées par le projet. On ne veut pas faire quelque chose de trop indigeste mais justement revenir sur un côté plus pédagogique et accessible à tous.

VO
Oui, on met tous beaucoup d’énergie à essayer de capter l’attention et l’intérêt du lecteur. On veut lui permettre de suivre vraiment ce qui se passe en lui donnant accès certes à la grande histoire mais en gardant l’échelle de notre humanité. C’est pour cela que j’ai choisi l’identification directe dans la dernière partie. C’est une sorte d’accroche empathique. Je pense vraiment que tous les intervenants des Rues de Lyon essayent de trouver un juste milieu entre les arguments, en maintenant un certain niveau de connaissance et une réflexion plus simple pour créer l’attachement des lecteurs avec les personnages.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

RM
J’ai abordé ce numéro comme un terrain de jeu stylistique en exploitant différents matériaux pour faire ressortir différentes atmosphères et époques. Le petit format ici est très intéressant car je peux utiliser des techniques très précises et manuelles que j’aurais eu du mal à tenir sur un album d’une cinquantaine de pages. Cela me change du numérique ! Pour ce qui est des modifications, elles se sont faites au fil de la création pendant laquelle je demandais à Virginie ou à de amis dessinateurs leurs avis. Mais une fois que la planche était mise au propre donc encrée, peinte ou dessinée, elle ne pouvait plus être modifiée. Je pense que malgré le caractère très historique de la Fête des Lumières, elle évoque aujourd’hui dans les esprits lyonnais une idée beaucoup plus contemporaine car elle désigne un moment particulier dans l’année qu’ils connaissent et attendent tous. Représenter via le dessin toute cette émotion populaire calquée à l’histoire des origines me semble être un bon moyen d’évoquer toute l’essence des illuminations en instruisant le lecteur sans l’ennuyer.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

RM
Il y’a peu de BD historiques avec lesquelles j’accroche vraiment, même si je suis souvent très admirative du travail des dessinateurs. En revanche quand l’une me plait, le souvenir s’enracine en moi et cela se ressent parfois dans certains de mes dessins. J’en ai beaucoup lu, petite, parce que mes parents aimaient le côté justement amusant et éducatif mais j’étais moins difficile à l’époque ! C’est devenu malgré tout un véritable défi de dessinatrice parce que je connais le niveau extrême d’exigences de certains ouvrages et cela me plaisait de m’y confronter moi aussi, à mon niveau.

Première esquisse crayonnée des cases 1 à 4 page 4
Source : Rebecca Morse

Crayonné des cases 3 et 4, page 5
Source : Rebecca Morse

Certains auteurs sont d’immenses références à mes yeux comme par exemple Guérineau avec Charly 9. Il trouve à mon sens le parfait compromis entre liberté et contraintes historiques. Le grand siècle, de S. Andriveau, est aussi une série de BD fascinante avec des dessins très riches et des couleurs à couper le souffle. Dans l’immédiat, je suis un peu occupée pour reprendre tout de suite une collaboration sur un numéro Des rues de Lyon mais c’est toujours un plaisir de travailler avec cette équipe et de me plonger aussi souvent que je le peux dans l’univers de l’histoire locale.

VO
J’ai eu à peu près la même approche que Rebecca parce qu’il y avait beaucoup d’albums chez moi et sans télévision, c’était parfois utile pour s’occuper ! Comme mon appétit pour le dessin est venu plus tardivement, je lisais surtout des romans et c’est comme cela qu’est né mon premier rapport à la fiction historique, russe en particulier. J’aimais beaucoup la brillance qui émanait de ces œuvres. C’est en suivant cette voie romanesque que j’ai eu accès dans un second temps à la bande dessinée. Au début je me contentais de lire sans forcément donner du sens aux images et c’est plus tard, avec l’influence des Rues de Lyon notamment que j’ai compris la magnifique combinaison des deux arts. Quelques-unes m’ont profondément touché comme par exemple les Sept vies de l’épervier d’André Julliard et Patrick Cothias avec ces différents tomes, récits, ambiances, couleurs…Evidement que travailler de bout en bout sur un projet de BD historique a changé ma vision, dans le sens où je conçois la BD comme quelque chose de beaucoup plus accessible et familier puisque je participe à leur création. En ce moment, je prépare un hors-série des Rues de Lyon sur la résistante Daisy Georges-Martin native d’Irigny et exécutée à Saint-Genis-Laval. Je suis heureuse qu’un tel projet soit bientôt entre les mains des lecteurs pour continuer finalement de rendre notre histoire locale accessible au plus grand nombre.

Planche 5 complète figurant dans le 23ème numéro des Rues de Lyon
Source : Photographie de Mathilde Boffety

Par Mathilde BOFFETY


mathildeboffety

Étudiant en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : Patrimoine"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.