METIERS/Léah Touitou et Simon Iosti, auteurs pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Léah Touitou et Simon Iosti 

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Simon Iosti
J’ai fait des études de mathématiques en classes préparatoires au lycée la Martinière Monplaisir, puis à l’université Lyon 1, jusqu’à la thèse. J’ai ensuite enseigné les mathématiques dans le secondaire, pendant un an, au lycée Ampère, puis, l’année dernière, je suis retourné dans l’enseignement supérieur et dans la recherche, cette fois en informatique théorique à Grenoble.

Au départ je n’avais aucun lien avec le milieu de la bande dessinée. C’est Léah qui a eu l’idée de réaliser une BD historique autour du thème des mathématiques.

Léah Touitou
Je suis diplômée de l’école Émile Cohl à Lyon depuis une dizaine d’année. J’ai toujours voulu faire de la bande dessinée. Après mon diplôme, pendant quatre ou cinq ans, j’ai eu du mal à trouver du travail dans le domaine artistique. J’ai donc enchainé diverses activités : voyages, petits boulots, animation d’ateliers, etc.

Maintenant, cela fait deux ou trois ans que je vis principalement de la bande dessinée. Ça fait maintenant quatre ans que je suis à Lyon. Je fais partie de l’atelier Vermillon (un atelier de dessinateurs à Villeurbanne), et de L’Épicerie Séquentielle. À côté de ces publications avec L’Épicerie Séquentielle, je publie également aux éditions Jarjille une série sur le Sénégal. Je suis aussi scénariste d’une bande dessinée jeunesse, dessinée par Anjale.

Léah Touitou et Simon Iosti
Source : Titouan Bouvet

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

SI
Ma motivation pour intégrer l’Épicerie Séquentielle vient essentiellement du fait que j’ai réalisé une BD pour les Rues de Lyon qui fait partie de l’association « L’Épicerie Séquentielle ».

L’Épicerie Séquentielle fonctionne en auto gestion, c’est à dire qu’il y a de nombreux pôles différents au sein de cette structure et chacun choisit ceux dans lesquels il veut s’investir. Nous avons donc tous plusieurs rôles dans cette association. Déjà, nous sommes un peu tous dans le pôle livraison, où tout le monde prépare les commandes et participe à amener les numéros aux libraires une fois imprimés. Je fais également partie du pôle de relecture des numéros une fois terminés avant qu’ils ne soient dessinés et imprimés. Ce pôle consiste à vérifier l’orthographe, la ponctuation, la lisibilité…

LT
Je suis rentrée à l’Épicerie Séquentielle en 2015 car j’en entendais parler de plus en plus par les collègues et les amis. C’était aussi une thématique et un système qui m’intéressait beaucoup. J’avais une amie (Anjale), dessinatrice, qui voulait y entrer, et qui a pensé à moi pour qu’on fasse un numéro ensemble, ce qu’on a fait par la suite avec le numéro 24 sur Guignol.

Pour ma part, dans l’association je fais partie de différents groupes : tout comme Simon je fais partie des groupes « livraison » et « relecture ». Je fais aussi partie du groupe « suivi » qui reçoit les projets quand ils sont en conception, afin de dire si les projets proposés rentrent dans le thème des Rues de Lyon et assurer un programme de publication régulier, être sûr qu’il n’y ait pas déjà quelqu’un d’autre qui travaille sur ce sujet.

Je pense que ce modèle d’autoédition est assez génial, et que ça peut marcher. Mais pour que ça fonctionne, il faudrait un réseau important de dessinateurs, c’est pour ça que ça marche bien à Lyon car il y a une forte concentration de dessinateurs dans ce secteur et un public investi, qui va suivre les publications !

Les Rues de Lyon n°34. Encrage de la page 8
Source : Léah Touitou

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

SI
L’idée de faire de la bande dessinée me plaisait beaucoup. Le choix s’est vite porté sur Les Rues De Lyon car, en parlant avec Léah, on s’est dit que ce format avait l’air convenable pour faire une BD sur un thème mathématique, qui soit ludique et historique. En même temps les contraintes (le fait que nous devions parler de Lyon et de son histoire sans que cela soit de la vulgarisation mathématiques) m’intéressaient.

LT
Ce qui m’intéressait aussi était le fait que le personnage de Girard Desargues (personnage principal de la BD que nous avons réalisée) avait l’air assez sympa à traiter en bande dessinée. Quand on voit sa vie complètement curieuse, le fait que ce soit un génie méconnu tombé dans l’oubli, c’était une bonne manière de faire sourire les lecteurs autour de ce personnage. Et cela nous permettait aussi de faire écho à bon nombre de sujets d’actualité. Je trouvais donc qu’avec cette histoire il y avait matière à faire rire et à faire apprendre des choses.

Les Rues de Lyon n°34. Crayonné de la page 9
Source : Léah Touitou

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

SI
Le travail sur les sources s’est fait en bonne partie sur internet. Je suis aussi allé consulter des documents au fonds ancien de la bibliothèque municipale. J’ai lu des ouvrages scientifiques et historiques. En effet il y a deux principaux historiens qui ont travaillé sur Girard Desargues (un historien il y a un demi-siècle et un autre un peu plus récemment, mort il y’a une dizaine d’années) et qui ont chacun écrit un ouvrage sur sa vie. Je n’ai donc pas travaillé avec des historiens directement mais plutôt indirectement en lisant leurs ouvrages.

Légende : Les Rues de Lyon n°34. Couleur de la page 9 Source : Léah Touitou

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

SI
Je pense que la manière dont on a raconté l’histoire prend des libertés avec la documentation. J’ai surtout pris des libertés dans la manière de s’exprimer des personnages (par exemple personne ne disait « mon précieux » à l’époque) donc j’ai pris une certaine distance avec la documentation pour que le récit soit plus plaisant. Le contenu des cartouches est, quant à lui, basé sur des recherches documentaires.

LT
Du côté du dessin, j’ai essayé de représenter au maximum les décors et les vêtements d’époque. D’un point de vue graphique, les vêtements et bâtiments sont des représentations qui, normalement, correspondent. Le seul anachronisme est dans le comportement des personnages. C’est vrai que, plus nous avons un panel large de lecteurs, mieux c’est, donc on essaye de toucher tout le monde et d’avoir une double lecture.

Le sieur Girard Desargues. Couleur d’une case de la page 7
Source : Léah Touitou

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

SI
Le fait que la BD ne doive pas être très longue nous a facilité le travail. Cependant le format des 10 pages force à faire quelque chose de didactique et à sélectionner les informations. C’est une vraie difficulté car cela n’est pas évident de trouver le bon équilibre. Je pense que le plus difficile était la page sur la théorie mathématique de Desargues car il était assez compliqué de résumer cette théorie en une page.

LT
D’un côté, il faut expliquer l’histoire et de l’autre, la traiter avec humour, donc oui, il y a en effet quelque chose de compliqué car il faut être à la fois plaisant et instructif, ce qui n’est pas forcément facile. Ce que l’on a réussi à faire, c’est, je pense, de traiter l’histoire avec humour. Ce que l’on voulait faire avec Simon, c’est vraiment que chaque page raconte une idée. Nous avons essayé de ne pas avoir une trop grande quantité de textes, parce que c’est un peu rébarbatif. Tout l’aspect délicat était donc là : bien scénariser et raconter l’histoire, gérer la quantité d’informations à transmettre.

Je pense aussi, comme Simon, que la page qui nous a été le plus difficile est celle qui explique la théorie mathématique de Desargues, on l’a faite lire et relire par de nombreuses personnes c’est celle que l’on a refaite le plus de fois avant de réaliser la version définitive.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

LT
À la base, je n’ai pas un dessin qui est ultra réaliste, donc là, j’ai essayé de pousser un peu plus la représentation par rapport à ce que je fais habituellement. D’habitude, je ne travaille pas forcément dans des cases et j’ai un dessin assez simple. Donc là, il fallait un format plus classique et j’ai donc poussé vers un dessin un peu plus réaliste qu’à mon habitude.

En revanche, j’ai travaillé différemment dans le sens où d’habitude je travaille plutôt à l’encre de Chine, avec un feutre pinceau, alors que j’ai travaillé avec des petits stylos pour ce projet. C’était chouette pour moi de faire de la couleur car j’ai l’habitude de faire de la BD en noir et blanc. C’était donc l’occasion de faire des choses que je fais moins souvent.

Les Rues de Lyon n°34. Encrage d’une case de la page 6
Source : Léah Touitou

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

SI
Je n’avais pas spécialement d’affinités avec la BD historique, j’en ai même très peu lu. Pour les auteurs que je considère comme des références, je n’en n’ai pas beaucoup en tête. Il y a Logicomix et Culottées qui m’ont inspiré. Avant de faire cette BD, j’avais pas mal en tête l’idée de faire des histoires de vulgarisation mathématique, ce qui n’est pas trop resté finalement dans ce numéro parce que cela n’était pas très pertinent pour les Rues de Lyon.  Je travaille sur un nouveau Rues de Lyon en tant que scénariste, qui traitera du lycée Ampère.

LT
À la base je n’avais pas non plus forcément un goût pour la BD historique. A part avec les Rues de Lyon, mais sinon j’aimais plutôt les bandes dessinées de voyage et les récits un peu intimistes. Ce travail a en effet modifié mon regard sur ce genre de BD car je ne pensais pas que j’étais capable de m’intéresser autant à quelque chose qui était assez cadré, ce dont je n’ai pas l’habitude. C’était donc intéressant pour moi de travailler sur quelque chose de nouveau. En ce moment on a un Rues de Lyon sur lequel on travaille avec Simon et mon amie Anjale dans lequel je travaille comme intervenante BD. Il y a un autre projet sur lequel je travaille, mais qui ne fait pas partie des Rues de Lyon, qui traitera aussi d’un sujet historique (mais je n’ai pas le droit d’en dire trop).

Par Titouan BOUVET


titouanbouvet

Étudiant en licence 1 à l'Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.