METIERS/Yann Damezin, auteur pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Yann Damezin

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Enfant et adolescent, j’ai pris des cours de dessin dans différentes structures, comme des MJC par exemple. Arrivé en terminale, j’ai continué avec un artiste peintre. Après mon bac, je suis entré à l’école Emile Cohl à Lyon pour 4 ans, jusqu’à l’obtention de mon diplôme. Puis j’ai commencé à travailler et j’ai rejoint l’association l’Épicerie Séquentielle dont mon professeur de BD Olivier Jouvray était membre fondateur et président.

Yann Damezin

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

J’ai eu des rôles différents au sein de l’association selon les périodes, mais actuellement je m’occupe surtout du pôle de relecture où l’on relit plusieurs fois les numéros afin de vérifier s’il y a des fautes d’orthographe ou de typographie.

Ensuite, en interne, à peu près tous les deux mois, j’essaye de contacter toutes les personnes qui travaillent au sein de l’association pour faire une sorte de synthèse qui permette à tout le monde de faire le point sur les projets de l’association, les besoins, les éventuels problèmes etc. J’aide aussi pour des petites tâches comme la préparation de commandes et je donne de temps en temps un coup de main pour l’administration et la comptabilité …

Actuellement, je travaille avec la scénariste Valentine Boucq sur un nouveau numéro des Rues de Lyon, à paraître en juin 2019.

Oui, je pense que ce modèle pourrait être développé ailleurs. Ce n’est pas toujours facile à faire tourner : il faut de la motivation et de l’organisation car nous sommes nombreux, mais cela fonctionne plutôt bien, et c’est une alternative intéressante et plus éthique par rapport au circuit classique de l’édition.

Crayonnée de la planche 6 pour le numéro 16 des Rues de Lyon.
Source : Yann Damezin

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Le choix ne m’a pas été imposé : c’est moi qui ai décidé du sujet. Je ne sais plus exactement pourquoi mais je crois que je voulais travailler sur la poésie, car c’est un domaine qui m’intéresse et me touche particulièrement. J’ai donc cherché du côté des poètes lyonnais : je connaissais assez mal Louise Labé mais j‘ai pensé que l’étude d’une femme poétesse au 16ème siècle était intéressante.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

J’ai lu de nombreux livres sur Louise Labé, et je me suis rendu au musée Gadagne à Lyon pour essayer de voir à quoi ressemblait la ville à l’époque, mais je ne me suis pas rendu aux Archives. J’aurais sans doute pu pousser plus loin le travail de documentation, mais je suis un peu fainéant et ce n’était pas ce qui m’intéressait le plus dans ce projet.

Je n’ai pas non plus sollicité l’aide d’historiens. En revanche, pour le projet de numéro sur lequel je travaille actuellement, je collabore avec une scénariste, Valentine Boucq.  Nous sommes allés voir un homme qui n’est pas historien mais qui a fait des études d’histoire et qui connaît bien le 19eme siècle, ainsi que l’histoire du militantisme ouvrier, du syndicalisme et de l’anarchie à Lyon. Il a relu notre projet et nous a donné son avis et ses conseils : pour cette période qui est plus récente, il y a davantage de sources, et cela demande donc de la rigueur et de la méthode.

Alors que pour Louise Labé, on connaissait très peu de choses, et une grande partie du numéro avait justement pour objet de mettre en évidence les zones d’ombre, ce qui laissait davantage de place à mon imagination.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Graphiquement, j’ai pris beaucoup de liberté. Par exemple, j’ai essayé dans un premier temps de me documenter sérieusement sur les costumes de l’époque. Sur internet, il y avait beaucoup d’informations mises en ligne par des gens passionnés d’histoire du costume. Mais ensuite, j’ai dessiné et interprété cette documentation à ma manière.

Je n’aurais pas été capable d’avoir un dessin d’une exactitude historique parfaite, et je n’aurais pris aucun plaisir à essayer d’y parvenir. L’important, pour moi, c’était qu’il y ait une certaine crédibilité, et que la manière dont je dessine évoque ce que me fait ressentir la poésie de Louise Labé quand je la lis. Je voulais assumer cette dimension subjective du dessin, et de toute manière je pense que je n’aurais pas été capable de faire autrement.

Au niveau de ce qui était raconté, j’ai essayé d’être précis et surtout d’insister sur le fait qu’il y avait peu de certitudes sur la biographie de Louise, et beaucoup de zones d’ombre. Ça ne me gênait pas de raconter des événements ou des faits douteux s’ils avaient une dimension poétique, ou s’ils montraient quelque chose d’intéressant sur la postérité et les fantasmes liés à Louise Labé, mais je voulais que ce soit clair pour le lecteur.

Encrage de la planche 6 pour le numéro 16 des Rues de Lyon.
Source : Yann Damezin

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Je pense que la bande dessinée documentaire peut vite devenir lassante à lire, car il y a beaucoup d’informations à transmettre. Pour le numéro sur Louise Labé, je n’ai pas imaginé d’histoire-cadre servant de prétexte et de vecteur à la transmission des informations (ce qui est un procédé souvent utilisé en BD documentaire). J’ai simplement écrit un texte qui disait ce que l’on savait d’elle, et ensuite, avec le dessin, j’ai souhaité amener un peu de créativité, de décalage et de poésie, ce qui était une difficulté en soi.

De plus, je m’étais imposé une contrainte parfois difficile à tenir. J’aime bien travailler sur la forme, sur les idées graphiques, et pour faire référence au surnom de Louise Labé, « la belle cordière », je me suis dit que j’allais dessiner une corde qui serait comme un fil conducteur tout au long de la BD.

Pour certaines cases, j’ai rencontré des difficultés car je ne voyais pas de prime abord comment intégrer cette corde par rapport à ce que je devais raconter. Une autre difficulté était que, quand je découvrais des histoires intéressantes que j’avais envie de transmettre au lecteur parce qu’elles faisaient appel à l’imaginaire et à la rêverie (par exemple, le fait que Louise aurait combattu dans l’armée du roi déguisée en homme), je me rendais compte qu’elles n’étaient pas du tout sourcées, et même sans doute fausses pour certaines d’entre elles. Il fallait donc que j’arrive à en parler tout en faisant comprendre au lecteur que ce n’était pas forcément vrai, et qu’il y avait une part de romance et de jeu : parce que finalement, ce n’est pas seulement un numéro sur Louise Labé, c’est aussi un numéro sur sa postérité et son image, ou plutôt ses images.

Mise en couleur de la planche 6 pour le numéro 16 des Rues de Lyon- technique de la carte à gratter
Source : Yann Damezin

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ? 

Je n’ai pas cherché à me plier à l’évocation des dessins de l’époque : j’ai dessiné spontanément, à ma manière. Je trouvais que cela correspondait plutôt bien au sujet car j’ai beaucoup d’influences graphiques de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.

Je pense qu’un dessin qui n’est pas réaliste peut apporter une nouvelle dimension (une certaine poésie ou de l’humour par exemple) à un sujet documentaire. Un dessin réaliste peut très bien marcher également, et je crois que cela dépend principalement des auteurs et de leurs envies. Personnellement, je n’aime pas dessiner de manière réaliste : ce n’est pas mon registre.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Je n’ai pas de goût particulier pour la bande dessinée historique : ce n’est pas un genre qui m’attire véritablement. Quand j’étais plus jeune, j’ai lu bon nombre de BD qui se passaient au Moyen Âge, durant l’Antiquité etc. mais elles ne m’ont pas tellement marqué pour la plupart d’entre elles.

Je n’ai pas vraiment d’auteurs référents dans ce domaine, mais il y a un livre que j’aime beaucoup. Il s’appelle Maudites ! (L’Association, 2016) et parle de la Première Guerre mondiale. Il regroupe plusieurs auteurs différents qui ont chacun réalisé une histoire. On y retrouve donc des manières très différentes d’aborder cette période. Je pense que cette multiplicité d’approches subjectives dit finalement peut-être plus de choses qu’une unique histoire qui essayerait de se cantonner à une forme d’objectivité et de rigueur historique.

Je pense également à La Passion des anabaptistes, de David Vandermeulen et Ambre (6 Pieds sous terre), que j’aime beaucoup parce que le thème m’intéresse, et parce que je trouve le dessin d’Ambre magnifique.

En tout cas, c’est un travail difficile, ne serait-ce que pour la documentation, et ce n’est pas forcément évident car je crois qu’on court le risque de se laisser dévorer par le contexte et la recherche d’exactitude, au détriment de l’histoire et de l’émotion que l’on veut faire passer.

Avec Valentine Boucq, nous travaillons sur un numéro des Rues de Lyon qui parlera du procès des anarchistes lyonnais à la fin du 19ème siècle. Comme elle est scénariste, c’est Valentine qui a pris en charge la très grande majorité du travail de documentation (et j’en suis très heureux).

Je viens également de terminer une BD qui a également un aspect historique puisqu’il s’agit d’une biographie du pianiste Paul Wittgenstein, qui a vécu les deux Guerres mondiales : mais dans la manière de raconter cette histoire, j’ai réduit la dimension historique au strict nécessaire car ce n’était pas cela que je souhaitais mettre en évidence. Je voulais plutôt essayer de parler du thème de la perte et du deuil qui me semblait accompagner tous les événements de la vie du personnage, et essayer d’en proposer une lecture plus ou moins métaphorique.

Couverture du numéro 16 des Rues de Lyon
Source : Epicerie Séquentielle

Par Pauline COLLET


Pauline Collet

Étudiant en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.