METIERS/Cécile Paturel, auteure pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Cécile Paturel

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Je suis diplômée en journalisme après un DUT à Lannion, en Bretagne. A la suite de cela, j’ai continué des études en master de Cinéma et Documentaire à Lyon 2. Avant la fin de ma formation, on m’a proposé d’être professeure de cinéma. Cela fait maintenant 12 ans que je donne des cours de cinéma dans une école de graphisme et de bande dessinée, l’école Emile Cohl. J’ai rencontré, au sein de cette école, des collègues, dont Jérôme Jouvray, membres de l’Épicerie Séquentielle. J’ai également fait la connaissance de beaucoup d’anciens étudiants qui étaient illustrateurs, et qui avaient besoin d’un scénariste. Comme je savais traiter l’information et la mettre en récit j’ai eu envie de travailler avec eux. Mais surtout, ce qui m’a beaucoup plu, c’est le modèle économique, l’esprit collaboratif du projet : je trouvais ça osé et terriblement pertinent de se prendre en main, de gagner son indépendance sans nous plier aux désirs de grosses maisons d’édition.

Cécile Paturel

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Ma première motivation a été la liberté que l’association offre. Le goût de l’aventure, par cette idée de « monter l’affaire » par nous-même, m’intéressait. Je n’ai pas fait partie des fondateurs, mais c’est leur audace aussi qui m’a plu. J’aime bien cet esprit spontané. A l’épicerie, j’ai été scénariste et le principe de cette association est qu’il n’y a pas de hiérarchie, de chef, de cadre. L’idée est que tout le monde agit en même temps. Je fais des livraisons, de la communication et des relations presse.

J’ai travaillé sur ce numéro, Tout nu et tout bronzé mais également sur deux autres : sur le numéro 26, Antoine Lumière, aventure industrielle à Monplaisir et sur Tapage nocturne, de la Techno Choc à l’Électro Chic, qui est sorti en mai dernier, sur l’histoire des nuits sonores à Lyon.

Ce modèle est déjà reproduit en Picardie. Quand nous sommes invités dans des festivals, notamment l’été dernier pendant le festival de journalisme d’Autun en Bourgogne, nous croisons des personnes qui trouvent notre projet intéressant et qui souhaitent reproduire ce modèle dans leur ville. C’est en effet possible mais il est compliqué de réunir les bonnes conditions, les bonnes personnes, avec des envies semblables. Il me semble que c’est difficile à dupliquer. Mais sur le principe, oui bien sûr, cette idée est transférable. Ce qui est fondamental, c’est l’équipe pour mener un tel projet à bien.

Storyboard de la page 5 du numéro 17, Tout nu et tout bronzé.
Source : Kanellos COB.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Le choix de ce thème s’est fait au moment où la piscine du Rhône venait d’être restaurée. Elle allait ouvrir ses portes flambant neuves. En tant que non-lyonnaise, à mon arrivée dans la ville, j’ai trouvé que cette piscine, sur le bord d’un fleuve, en plein centre, relevait d’une audace incroyable. J’ai suivi ma curiosité. Je voulais connaitre son histoire. J’aime bien son architecture à la soviétique. Je me suis alors penchée sur le sujet, et, rapidement, dès mes premières recherches, j’ai senti que ce n’était pas anecdotique et que les thèmes étaient beaucoup plus profonds et universels que ce que l’on pourrait penser au premier abord. Son histoire a un rapport au corps et à la nudité, à la ville, aux normes et à la société. Le rapport du peuple à l’eau était autrefois plus naturel et spontané. Ce thème était aussi intéressant en termes de graphisme parce que cela faisait de belles planches, par son architecture. Je suis remontée au XIXème siècle, pour respecter les dix pages, mais j’aurais pu remonter davantage dans le temps. Il y a vraiment des éléments intéressants sur l’histoire locale, qui est mêlée à un thème beaucoup plus universel, le rapport du corps à la société au fil des époques.

J’ai donc choisi personnellement ce thème. Comme pour chaque numéro, nous devons soumettre notre idée de sujet à un comité éditorial qui le sélectionne ou qui peut nous demander de le changer ou de le traiter d’une manière différente.

Mise en couleurs de la page 5 du numéro 17.
Source : Kanello COB.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Ma première entrée dans le sujet s’est faite par de nombreuses recherches sur internet.  Dès que je maitrisais un peu le sujet, je suis allée à la Bibliothèque municipale de Lyon, au département Patrimoine. Nous avons la chance d’avoir là-bas des personnes qui connaissent bien leur fonds documentaire. J’ai lu des livres d’historiens mais j’ai essentiellement travaillé à partir de mémoires. J’ai fait mes recherches de cette façon pour pratiquement chaque numéro. Ces mémoires en consultation libre sont souvent faits par des étudiants de Sciences Po qui travaillent sur la ville de Lyon. Je trouve cela passionnant parce qu’ils ont fait tous les travaux de recherches iconographiques. Pour les réaliser, ils sont accompagnés par un professeur d’histoire. Je recontacte l’étudiant et lui demande l’autorisation d’utiliser les informations qui me seront utiles. Puis je contacte les professeurs et me penche sur d’autres mémoires en lien avec le sujet. Je suis ensuite allée aux archives de Sciences Po. J’ai poursuivi mes recherches au Musée Gadagne ; cela m’a permis d’avoir des représentations de bateaux par exemple. J’ai donc utilisé le travail de recherches d’étudiants mais je suis également allée à des sources de première main en allant au musée et en chercher dans les archives.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Sur dix pages, on doit savoir prendre des libertés. Ce n’est pas un travail d’historien mais un travail de scénariste. Le but de l’historien n’est pas de raconter une histoire mais de chercher à être le plus pointu possible, à rapporter le plus d’informations vérifiées et à essayer de trouver le mouvement de l’histoire. L’idée d’un scénariste est tout autre. Je dois trouver des éléments qui soient attestés, ne pas violer l’Histoire, mais je prends forcement quelques libertés. Je crée parfois un personnage qui est construit à partir de différentes personnalités historiques. J’aime essayer de me conformer au maximum aux faits. Je prends alors beaucoup de temps à écrire mon scénario, je suis toujours contrainte par la vérité historique. Quand j’ai mentionné le maire de l’époque, Augagneur, j’ai cherché des images pour que l’illustrateur le représente tel qu’il était. Certains personnages sont totalement fictifs. Celui qui sort le dossier de la piscine du Rhône pour le remettre en discussion n’a jamais existé.

Nous sommes donc plutôt sur de petits arrangements de personnages qui condensent en eux un moment de l’histoire. On va créer un personnage qui, dans son caractère, dans le rôle qu’il va jouer, incarne un mouvement de fond.

L’illustrateur, Kanellos COB, a travaillé quasi exclusivement à partir de documents d’archives. Il a récupéré au musée Gadagne des éléments sur les gravures. Il a pu accéder à la piscine du Rhône en dehors de la saison pour réaliser des croquis. Je pense que ce numéro, en termes d’illustration, est l’un des plus détaillés.

Encrage de la page 5 du numéro 17.
Source : Kanellos COB.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

La contrainte d’un scénariste est qu’il n’agit pas comme un historien. Il ne fait pas de vulgarisation. Il doit trouver un juste milieu entre le respect de l’histoire et la mise en récit.

Je n’ai pas rencontré beaucoup de difficultés. La plus grande a été bien sûr de respecter les dix pages. Avoir si peu de temps et de pages pour raconter un thème aussi universel est un vrai défi. Il faut pouvoir enchainer les époques, de la fin du XIXème à l’époque contemporaine, en passant par le projet des années 20 et l’ouverture de la piscine, avec un lien narratif, tout en étant fluide. La difficulté de Kanellos a été de sortir de l’illustration et de respecter le plus possible le visuel des lieux et des paysages de l’époque.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Kanellos l’a abordé avec son style. Il a un dessin très élégant et minutieux, cette bande dessinée s’accordait bien avec sa précision. Pour le numéro sur les nuits sonores, j’ai travaillé avec un illustrateur qui n’a pas du tout le même dessin. Son style allait bien avec le thème de la musique électronique. Il est donc intéressant de se demander en amont, quand on a le luxe de pouvoir le faire pour un numéro, quel illustrateur correspond le mieux au sujet.

Pour ce numéro, il y a eu quelques modifications. Par exemple, l’illustrateur avait représenté le pont Morand, sur les quais du Rhône, à une époque où il n’avait pas encore été construit. Il a dû l’enlever. Comme il travaille sur tablette graphique, il a pu réutiliser son dessin pour une autre planche et pour ses créations personnelles.

Un dessin réaliste, pour moi, n’est pas obligatoire. Cela dépend du thème et du ton que l’on veut donner au numéro. Si nous avons un dessin précis, nous nous attendons à des précisions historiques. Pour l’époque contemporaine, je pense qu’il faut assumer son regard, nous nous donnons une liberté de dessin plus importante.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Je ne suis pas vraiment intéressée par la bande dessinée historique pure. J’ai un goût particulier pour la bande dessinée documentaire et pédagogique, qui va de l’œuvre de Marion Montaigne à Les Ignorants d’Etienne Davodeau. Quand la Revue dessinée est sortie, c’est un projet qui a tout de suite attiré mon attention. Comme j’ai une formation de journalisme, j’allie l’idée de traiter de l’information pointue et de la délivrer en tant que médiatrice.

J’aime également l’œuvre de Lisa Mandel, notamment sa bande dessinée H.P.. Dans celle-ci, Mandel raconte une histoire à travers les souvenirs de ses parents, infirmiers psychiatriques dans les années 70. Utiliser la mémoire est un dispositif intéressant. Nous sommes en immersion dans cette époque, nous vivons avec bouleversement la violence du traitement de la maladie mentale. Cette approche pour moi relève également du réel.  Joann Sfar est, lui, le contraire de la bande dessinée historique pure. Il fait des biographies de personnages historiques, comme Django Reinhardt, en représentant ce guitariste de jazz en renard dont on suit la vie grâce au témoignage plus ou moins précis de son ami le hérisson. Bien qu’il reste dans un domaine historique, il va s’intéresser au mouvement global de sa vie, à sa vision du monde de l’époque. Nous avons ici une part de liberté scénaristique qui est beaucoup plus intéressante que chez un scénariste de bande dessinée historique pure. Ce que j’ai rencontré pour le numéro de la piscine du Rhône est une liberté qui est très restreinte car il faut absolument tout relier avec l’Histoire.

Je n’ai pas eu l’occasion, en dehors des Rues de Lyon, de faire d’autres récits de ce type. Actuellement, je vais faire une résidence d’écriture en cinéma de fiction. Travailler sur l’aspect documentaire m’a permis d’enrichir la fiction.

Par Clarisse DALLE


clarissedalle

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.