METIERS/Jean-Pierre Crauser et Gael Anjale Thirapathi, auteurs pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Jean-Pierre Crauser et Gael Anjale Thirapathi

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Gael Anjale Thirapathi
Je suis venue à Lyon en 2009 pour intégrer l’école Emile Cohl où j’ai étudié 4 ans, j’étais à la Réunion avant. J’ai été diplômée en option illustration. Après je me suis lancée en free-lance dès 2013, et au fur et à mesure mes projets m’ont amenée à faire de plus en plus de bande dessinée. Ce n’était pas forcément l’objectif premier, qui était plutôt de faire de l’illustration jeunesse. Je faisais déjà un peu de BD mais c’est plus sur un système d’histoires courtes en collectif. Et j’ai rejoint l’Epicerie Séquentielle au départ juste pour donner un coup de main. Puis j’ai eu envie de commencer avec une histoire : la première a été avec Leah Touitou sur un numéro des Rues de Lyon consacré à Guignol. Puis je me suis dit que cela pouvait être intéressant de sortir un peu de ma zone de confort, parce que je connais très bien Léah, on travaille beaucoup ensemble et je me suis dit c’était également enrichissant d’essayer de travailler avec d’autres personnes.

Jean-Pierre Crauser
Moi, je n’ai absolument rien à voir avec le milieu de la bande dessinée. J’ai fait des études de mathématiques, matière dans laquelle j’ai un doctorat. Avec un associé, on a ensuite créé une entreprise dans laquelle on faisait du marketing sur des produits industriels. On faisait du conseil en entreprise, du conseil stratégique. Il y a deux ou trois ans, j’ai arrêté cette activité, qui ne m’amusait plus, et j’ai décidé, en attendant la retraite, de faire des choses qui m’amusent plutôt que d’avoir un travail pour gagner ma vie.  J’ai donc développé une activité : je suis créateur d’expériences ludiques. Il se trouve que je m’intéresse beaucoup à Sherlock Holmes : par ce biais, je me suis intéressé à Edmond Locard, qui est un des pionniers de la police scientifique, qui a créé à Lyon le premier laboratoire de police scientifique au monde. Comme j’avais entendu parler des Rues de Lyon, j’ai simplement envoyé un e-mail en leur demandant si cela les intéressait de faire un numéro sur Edmond Locard. On m’a répondu positivement, mais je ne savais pas comment écrire un scénario de bande dessinée : je suis donc allé à la bibliothèque municipale pour trouver un livre qui expliquait comment on pouvait écrire un scénario en bande dessinée. Et j’ai écrit le scénario de ma première bande dessinée, il y a peut-être maintenant deux ou trois ans, qui est un numéro des Rues de Lyon consacré à Edmond Locard. Comme c’est quelque chose qui m’a bien amusé, depuis j’ai écrit le scénario de deux autres numéros, celui sur les opérateurs Lumière, qui est paru au mois de mars 2018, et ce numéro sur l’Hôtel-Dieu avec Anjale.

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

G. A. T
Moi je connaissais l’Epicerie Séquentielle surtout par les soirées des Épiciers, qui sont des rencontres avec des grands noms de la bande dessinée française organisées par l’Épicerie Séquentielle, qui sont accueillis pendant une soirée pour parler de leur travail. J’ai rejoint l’association initialement plutôt pour donner un coup de main. J’ai retrouvé mes professeurs de bande dessinée de l’école Emile Cohl et d’anciens étudiants d’autres promos. Il est vrai que rejoindre une association autour du dessin permet de ne pas rester dans son coin pour faire ses propres projets, et ça a vraiment ouvert d’autres projets en dehors de l’Epicerie Séquentielle. Ce côté associatif, ces rencontres, pouvoir monter des projets avec d’autres gens, tout cela fut vraiment positif pour moi.

J.-P. C
Moi c’est un peu par hasard que j’ai intégré l’Epicerie Séquentielle et que j’ai donc participé à la vie de l’association. On est chargés, par exemple, de faire les livraisons en librairie, de la comptabilité, gérer le site web, préparer les évènements, les festivals, organiser des dédicaces, mettre en valeur les publications, bref donner de son temps pour que l’ensemble de l’Épicerie Séquentielle puisse tourner.

G. A. T
Chacun se positionne sur les missions qui vont lui correspondre le mieux. Par exemple on a un groupe de personnes qui est chargé plutôt de faire les maquettes et les mises en page de couverture : ce sont les gens qui vont être un peu plus à l’aise avec le graphisme, les mises en page. Pour ce qui est administratif, il ne faut pas avoir peur de faire un peu de comptabilité, de réfléchir à qui contacter pour avoir telle ou telle réponse… Moi, ça m’est arrivé juste de donner un coup de main pour une amie qui était un peu en retard pour tout ce qui était finalisation des planches, faire un peu de nettoyage de planche vers la fin.

Etape du scénario pour la première planche des Rues de Lyon n°45 – L’hôtel Dieu
Source : Gael Anjale Thirapathi

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

G. A. T
Moi j’avais déjà fait le numéro des Rues de Lyon sur Guignol depuis un moment et je cherchais un nouveau sujet. J’avais déjà essayé de travailler sur un sujet qui finalement n’a pas abouti. Et du coup Olivier Jouvray a fait une liste de propositions de sujets qui pourraient être intéressants à traiter, et l’Hôtel-Dieu me plaisait bien comme idée, mais je ne me sentais absolument pas à l’aise à l’idée de faire le scénario toute seule : j’ai donc fait appel à un scénariste.

J.-P. C
Les sujets ne sont pas imposés et l’on a donc une sorte de banque de sujets potentiels, dans laquelle chacun peut aller puiser suivant ses envies pour produire un numéro. Moi ce qui m’intéressait dans l’Hôtel-Dieu, c’est que cette année a été celle de la réouverture du bâtiment après sa rénovation. Pour moi c’était un challenge de raconter une histoire sur un bâtiment : j’avais déjà travaillé sur un personnage, Edmond Locard, j’avais écrit une épopée aventureuse, celle des opérateurs Lumière, ça me donnait un peu un autre type de sujet à aborder, ça m’intéressait de voir comment je pouvais aborder ce sujet-là. C’est plus facile d’aborder un personnage parce qu’il y a déjà la chronologie, on peut faire parler le personnage, ce qui simplifie, alors qu’il est plus compliqué de parler d’un bâtiment en bande dessinée. Il m’a donc fallu trouver une façon d’aborder la thématique.

Etape du crayonné pour la première planche des Rues de Lyon n°45 – L’hôtel Dieu
Source : Gael Anjale Thirapathi

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

J.-P. C
Pour la partie recherche historique je me suis d’abord basé sur le fonds qui existe à la bibliothèque municipale de Lyon, ainsi que sur la dizaine d’ouvrages rédigés sur l’histoire de Lyon. On a également rencontré trois personnes qui sont impliquées dans le projet actuel autour du Grand Hôtel-Dieu. On a rencontré le conservateur du musée des Hospices Civils de Lyon, puisqu’il y a quelques années à l’intérieur de l’Hôtel-Dieu, il y avait un musée qui dépendait des Hospices Civils de Lyon. On a rencontré la personne qui est en charge du projet du Grand Hôtel-Dieu, chez Eiffage, qui s’est occupé de toute la partie rénovation sur les cinq ou six dernières années ; ainsi que le sous-directeur du Service Archéologique de la Ville de Lyon. Il y a en effet eu des interventions archéologiques pour mettre en place des fouilles à partir des fondations qui avaient été mises en évidence. Il m’a fallu quatre ou cinq mois de recherche historique, puisque le matériel est quand même important. Notre ambition n’était pas de décrire l’évolution architecturale de l’Hôtel-Dieu, ce qui aurait été possible, mais plutôt d’avoir des anecdotes historiques liées à l’Hôtel-Dieu pour faire quelque chose de plus amusant, de plus ludique. J’ai donc cherché des petites anecdotes amusantes à propos de l’Hôtel-Dieu. C’était une sélection au départ de peut-être dix-douze anecdotes, et dans le recueil il y en a peut-être cinq ou six qui sont développées, il y a eu un tri pour trouver ce qui était peut-être le plus intéressant à raconter et à dessiner.

Etape de l’encrage pour la première planche des Rues de Lyon n°45 – L’hôtel Dieu
Source : Gael Anjale Thirapathi

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

G. A. T
Même si notre style relève plutôt de la caricature, il faut quand même être assez rigoureux dans les époques et dans les bâtiments qu’on va représenter, c’est-à-dire de ne pas dessiner un bâtiment qui n’existait pas au XVIIème siècle dans une case alors qu’on est censé représenter cette période. Ce n’est pas évident de trouver de la documentation concernant les habillements, ce qui m’a demandé de nombreuses recherches pour essayer d’être à peu près cohérente, mais l’avantage de mon style graphique, qui est plutôt simple, c’est que je peux prendre des libertés là-dessus sans avoir effectivement à être super précise ou essayer de décrire de manière hyper précise les vêtements ou les bâtiments, etc.

J.-P. C
L’objectif n’était pas de faire quelque chose de purement historique, parce que dès le départ on voit que les deux protagonistes qui mènent le récit sont les deux statues qui ornent la façade Soufflot de l’Hôtel-Dieu, c’est-à-dire Childebert et Ultrogothe, que l’on fait parler, vivre et se balader dans tout l’Hôtel-Dieu. L’idée était d’avoir quelque chose de ludique et effectivement on ne prétend pas avoir une précision historique sur ce qu’on raconte. L’idée des Rues de Lyon, c’est de faire partager une histoire du patrimoine lyonnais, d’aborder des sujets que finalement les gens ne connaissent pas bien.

Etape de la mise en couleur pour la première planche des Rues de Lyon n°45 – L’hôtel Dieu
Source : Gael Anjale Thirapathi

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

G. A. T
C’est l’une des premières questions que nous nous sommes posée : comment arriver à raconter ce bâtiment ? Rapidement est venue l’idée d’avoir des statues comme narrateurs.

J.-P. C
Il fallait trouver une façon de faire que cela soit un peu ludique, d’éviter une présente purement chronologique des étapes de construction de l’Hôtel-Dieu Il fallait trouver une approche originale et finalement ce sont les auteurs des Rues de Lyon qui viennent interroger ces deux statues qui vont leur raconter un certain nombre d’anecdotes sur l’Hôtel-Dieu.

Deux étapes du dessin pour la couverture des Rues de Lyon n°45 – L’hôtel Dieu
Source : Lauriane Maury

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

J.-P. C
Au départ l’idée c’était de choisir un parti-pris un peu humoristique de ce type pour que cela se marie bien avec le style graphique d’Anjale.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

G. A. T
Je n’avais pas du tout imaginé faire de la bande dessinée historique avant, parce que je n’ai pas particulièrement de culture historique, et que cela me fait un peu trop songer à mes cours d’histoire. C’est un peu un challenge pour moi à chaque fois de me lancer là-dedans, parce que cela demande d’être rigoureux. Le coté associatif, le fait que l’on soit plusieurs sur ce projet aide à ne pas se sentir seule dans cette difficulté-là. Seule, je ne me serais pas lancée dans une telle aventure.

J.-P. C
Vous m’auriez interrogé il y a trois ou quatre ans, je n’aurais même pas eu l’idée qu’un jour j’écrirais une bande dessinée. C’est absolument par hasard que je suis arrivé là-dedans. Mes références en bande dessinée remontent à l’enfance, c’est Lucky Lucke et Les Tuniques Bleues. Comme je me suis mis à écrire des scénarios de bande dessinée depuis trois ans, je me remets à lire des bandes dessinées parce que je me dis qu’il faut que je me tienne au courant de la manière dont on en écrit aujourd’hui… Quand je lis une bande dessinée, c’est surtout pour réfléchir à sa construction… Je n’avais pas de goût particulier pour la bande dessinée historique. Mais je trouve que commencer par là m’a facilité la tâche, car cela m’a donné un cadre. On sait quel est le sujet, on sait ce qu’il est possible de dire, cela empêche l’imagination de se disperser. Maintenant que je me suis bien amusé à écrire des bandes dessinées historiques, peut être que je vais évoluer vers d’autres types de récit où je me laisserais plus aller. Après quand on est dans l’Epicerie Séquentielle, on découvre toujours une envie de travailler sur un nouveau numéro….

Par Lauriane MAURY

 


laurianemaury

Étudiant en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.