METIERS/Nicolas Delestre, auteur pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Nicolas Delestre

Nicolas Delestre

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Je n’ai pas d’insertion particulière dans le milieu de la bande dessinée, je suis spécialiste en préservation de la dépouille humaine. Mon interaction avec le monde de la BD s’est faite par l’intermédiaire des Rues de Lyon par un auteur qui s’appelle Ugo Panico que j’ai rencontré de manière fortuite par des amis en commun. Ugo avait un projet à l’époque sur l’émeute de 1768 qui prit pour cible le collège de médecine de Lyon : il cherchait de la documentation et un libraire qui fait partie de nos connaissances communes nous a mis en contact. Nous nous sommes donc rencontrés, nous avons sympathisé et j’ai donc participé à la première BD pour Ugo qui s’appelle Le sang des Carabins.

Storyboard de la planche n°7 de la BD n°37 des Rues de Lyon : M. Henriette, bourreau
Source : N. Delestre

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Mon intégration a été un hasard. Dans cette structure nous sommes plus d’une soixantaine, l’Épicerie Séquentielle est une association où tout le monde essaye de donner un coup de main pour que les choses se fassent, c’est assez évolutif. Cela prend évidemment du temps mais c’est très intéressant comme approche. Je n’ai pas de rôle particulier ou défini au sein de la structure, je fais partie du groupe de relecture et j’ai aidé sur différents numéros au niveau historique. J’ai également travaillé à la documentation et au début du scénario pour L’exorcisme du couvent.

Crayonné de la planche n°7 de la BD n°37 des Rues de Lyon : M. Henriette, bourreau
Source : N. Delestre

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Il n’y a rien d’imposé en fait à l’Épicerie Séquentielle, on amène un sujet, un scénario. Ce dernier est lu et débattu par une équipe de projet, celle-ci va décider si le sujet est assez intéressant ou non, s’il est suffisamment abouti et si c’est le cas on va alors produire un storyboard qui va être vu, corrigé, analysé. Nous avons eu recours à pas mal de personnes, c’est l’esprit des Rues de Lyon : tout le monde aide tout le monde. Etant donné mon entrée à l’Épicerie Séquentielle j’avais donc la possibilité de produire certaines histoires et je me suis intéressé au seul bourreau femme de France, un bourreau travesti. J’ai ainsi pu produire un scénario et Océane Sandon, qui sortait de l’école, était très intéressée pour dessiner ce scénario. Nous avons donc travaillé tous les deux.

Encrage de la planche n°7 de la BD n°37 des Rues de Lyon : M. Henriette, bourreau
Source : N. Delestre

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Cette histoire, j’en avais entendu parler dans des ouvrages anciens qui traitaient justement des bourreaux et où l’on parlait un petit peu de Marguerite Le Paistour, le bourreau travesti. J’ai donc commencé à faire des recherches dans les archives départementales et municipales de Lyon, j’ai également retrouvé des informations dans différents sites internet comme Gallica par exemple.

Mise en couleur de la planche n°7 de la BD n°37 des Rues de Lyon : M. Henriette, bourreau
Source : N. Delestre

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Le problème a été de déterminer le vrai du faux car le souci de ce genre d’histoire est qu’il y a beaucoup de « on-dit », de retranscriptions. L’histoire est retournée dans un sens ou dans un autre pour servir les besoins de l’époque, on ne sait pas vraiment la réalité des choses. Le fait que Marguerite Le Paistour se soit travestie, qu’elle se soit fait appeler Mr Henry, par exemple, fait consensus, on le retrouve dans toutes les sources : on a des textes de police, des arrêtés mais on ne sait pas vraiment si cela a amené à l’histoire propre de Marguerite Le Paistour. La différence va donc se faire sur les raisons et la forme de son arrestation qui divergent. Ce choix a été fait visuellement par le fait de prendre le discours de Marguerite Le Paistour lorsqu’elle est en prison ce qui nous permettait de présenter sa vision à elle et de donner un peu toutes les versions. Le choix graphique a été fait par Océane, qui a très justement réussi par des limitations de cases, des approches visuelles différentes, à faire que les deux versions cohabitent. Le problème a été de formaliser les informations et d’en faire un scénario mais nous n’avons pas pris de libertés particulières, nous sommes restés dans la réalité des choses suivant ce que nous arrivions à retrouver dans les archives.

La BD n°37 des Rues de Lyon : M. Henriette, bourreau en cours d’impression
Source : compte Instagram de l’Épicerie Séquentielle

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

La difficulté c’est que nous ne sommes pas des scénaristes à la base : il a donc fallu que l’on fasse plusieurs versions successives du scénario. Après il y a le traitement du dialogue, de la pagination, de la division des cases etc, c’est donc un travail qui est important et où l’on apprend à chaque étape. L’avantage, c’est que l’Épicerie Séquentielle est composée d’artistes aboutis, qui ont déjà sorti et travaillé sur pas mal de sujets de ce type et qui peuvent aider au fur et à mesure. Bon nombre des dessinateurs et scénaristes de l’Épicerie Séquentielle m’ont vraiment aidé pour savoir comment on gère le découpage, le dialogue, etc. Au final nous n’avons pas rencontré beaucoup de difficultés.

Un exemple de couverture proposé pour la BD n°37 des Rues de Lyon : M. Henriette, bourreau
Source : N. Delestre

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Le visuel était à la charge de la dessinatrice donc pour un principe de liberté artistique il était hors de question que j’empiète dessus. Océane a sa libre façon de voir son art et il n’y a aucun problème à ce niveau-là, il faut que chacun ait sa part artistique, on n’impose pas à un dessinateur son dessin. Il fallait que la BD soit vécue par Océane et elle l’a été à sa mesure et c’est très bien. Je respecte totalement sa vision de la chose et je n’avais pas à intervenir sur la manière dont elle dessinait l’histoire. On a revu ensemble pour le déroulé de l’histoire mais sa façon de dessiner les choses était sa vision de l’art et il était hors de question que j’empiète dessus. On s’est tous les deux adaptés, j’ai fait une première version du scénario, elle l’a dessinée puis nous avons revu des choses ensemble. Au total nous avons dû le revoir 5/6 fois : je lui ai par exemple demandé de rajouter tel ou tel élément à tel endroit car sinon nous n’arrivions pas à comprendre le déroulement de l’histoire. J’avais pris comme référence le numéro de L’observatoire astronomique de Lyon qui me semblait exemplaire, justement au niveau du dérouler, de la façon de faire, de la quantité de dialogue, etc. On se base sur ce qui existe déjà. Je ne pense pas qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques au contraire, l’intérêt d’un dessin ou de raconter une histoire est qu’elle soit le plus facilement possible assimilable et appréciable par le lecteur : quel que soit le médium, l’intérêt est que l’histoire touche le lecteur. Que le dessin soit réaliste ou non va dépendre du goût de la personne en face.

Un extrait du rapport de police incriminant Marguerite Le Paistour, la femme bourreau
Source : N. Delestre

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

À la base, je ne connaissais pas du tout la bande dessinée historique. Lorsque j’étais petit, j’avais la série « Prince de la Nuit » de Swolfs, il y avait « Les Dingodossiers », sinon non je n’étais pas très BD. Je suis un historien scientifique donc je ne laisse pas forcément de place pour la lecture de la BD car ce n’est pas forcément dans ma culture. J’ai toujours plus abordé la BD sous l’angle de l’illustration pure et dure, j’ai grandi avec les Jules Vernes collection Hetzel et du coup j’avais cette vision-là très narrative de l’illustration. Je n’ai donc pas vraiment de culture de la BD, mais plutôt de l’illustration.

Par Fiona MAZEAU


Fiona Mazeau

Étudiante en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.