METIERS/Jean-Paul Crauser, auteur pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Jean-Paul Crauser

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Je n’avais rien à voir avec le milieu de la bande dessinée il y a environ deux ans. J’ai un doctorat de mathématiques qui m’a amené à faire des sondages et de l’analyse de données. J’ai donc fait du marketing pendant 25 ans. Au bout de 25 ans, j’ai voulu faire des choses qui m’amusaient davantage. J’ai alors créé une structure de jeux vidéo : jeux de pistes, jeux d’enquêtes et des scénarios d’Escapes Games. J’ai un grand intérêt pour le jeu et les romans policiers et je me suis également beaucoup intéressé à Edmond Locard. Quand j’ai vu que les Rues de Lyon existaient, je leur ai simplement envoyé un mail en leur demandant si un numéro sur Edmond Locard les intéressait. La réponse étant positive, ils m’ont attitré un dessinateur et c’est ainsi que j’ai écrit mon premier numéro des Rues de Lyon.

Jean Pierre Crauser

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Je trouve ça bien que l’Épicerie Séquentielle soit un organisme auto-géré et d’une grande accessibilité. Elle permet aussi d’avoir un projet plus original que dans les maisons d’éditions classiques. Quand on est auteur d’un numéro, il faut aussi s’occuper de toute la vie de l’association : certains gèrent la comptabilité, d’autres livrent les numéros chez les libraires, etc… Chacun a une activité diverse et bénévole au sein de l’association, ce qui permet à l’association de vivre et de produire un numéro tous les mois. Je m’intéresse aussi beaucoup au cinéma d’où mon intérêt pour l’écriture du numéro sur le cinéma des frères Lumière. Je sais que nous avons des contacts avec d’autres auteurs de bandes dessinées dans d’autres villes qui sont intéressées par ce modèle économique. D’autres auteurs nous contactent pour savoir comment nous fonctionnons. Il se peut alors que ce modèle d’édition s’étende davantage, même si le processus a déjà un peu commencé.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Je m’intéresse beaucoup au cinéma et notamment à sa naissance. C’est un thème que j’ai proposé moi-même ; même si le résultat final s’oriente plus autour d’une invention technique du cinématographe, ce qui m’intéressait était aussi de parler de l’aventure humaine. Louis Lumière a en effet envoyé des gens à travers le monde pour la réalisation de ses films ; l’idée était de raconter l’histoire de ces gens-là qui ne connaissaient rien au cinéma puisque que cela n’existait pas et venait tout juste d’être inventé.

Crayonné de la page 8 du numéro 39 des Rues de Lyon, Les opérateurs Lumière
Source : Benjamin Reiss

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

J’ai lu de nombreux ouvrages et notamment une biographie d’un des opérateurs Lumière qui m’a servi de fil conducteur pour le récit. C’est lui que l’on suit au long du numéro sur les opérateurs Lumières, que j’ai réalisé. J’ai beaucoup fréquenté l’Institut Lumière, où ils diffusent parfois les premiers films des opérateurs Lumière. J’ai également fréquenté le musée Lumière, où l’on peut trouver beaucoup d’éléments notamment pour la partie graphique, qui ont aidé Benjamin Reiss à dessiner certaines cases de la bande dessinée.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Sur ce numéro, j’ai pris des libertés au niveau du scénario étant donné que je me suis basé essentiellement sur l’autobiographie d’un des opérateurs Lumière. J’ai également ajouté les anecdotes venant de certains autres témoignages d’opérateurs qui m’inspiraient tout autant et je les ai insérées à l’histoire de mon personnage.  Pour ce qui concerne le dessin, je pense qu’il faut surtout être rigoureux pour ne pas faire d’anachronisme. Il faut que le dessinateur soit cohérent. Benjamin Reiss par exemple avait fait une erreur sur une case : il avait représenté un opérateur en train de filmer une scène, mais l’opérateur regardait à travers l’objectif comme on le fait aujourd’hui. En réalité, le cadrage n’était pas le même qu’actuellement et on ne regardait pas à travers l’objectif tout simplement parce qu’il n’y avait pas de dispositif pour.  Une bande dessinée historique pose surtout le souci de la cohérence ainsi que de la reproduction sans faire d’erreurs.

Mise en couleurs de la page 8 du numéro 39 des Rues de Lyon, Les opérateurs Lumière
Source : Benjamin Reiss

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Je ne trouve pas que ce soit difficile. La contrainte est que nous avons dix pages. Dès le début, nous savons les limites imposées et nous connaissons le schéma très précis des étapes à aborder. C’est plus une contrainte qui permet de canaliser le travail et de ne pas partir dans toutes les directions. Je le vois plus comme un avantage. Je n’ai pas particulièrement rencontré de difficultés.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

De mon point de vue, l’auteur doit surtout avoir un style personnel qu’il doit adapter à l’histoire. Selon moi, l’important est la narration et ce que l’auteur souhaite apporter aux Rues de Lyon. Je ne pense pas qu’il soit obligatoire de faire du réalisme parce que nous faisons de la bande dessinée historique. De plus, même si les Rues de Lyon ont une base historique, je ne sais pas si nous pouvons appeler cela bande dessinée purement historique.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Je ne suis pas un grand lecteur de bande dessinée. Mais en étant un auteur de bande dessinée à présent, je me suis remis à la lecture de ces dernières. Cependant, mon regard en tant que lecteur a beaucoup changé : j’essaie de comprendre ce que le scénariste a voulu montrer et de quelle manière il a écrit son scénario. On peut donc effectivement dire que ma lecture est différente de quelqu’un qui lit simplement pour le plaisir. Je n’ai pas plus de référence que cela en matière de bandes dessinées, hormis celles de mon enfance : je lisais énormément les Tuniques Bleues ou Lucky Luke. Pour l’instant j’ai écrit trois numéros des Rues de Lyon et ce projet me plaît beaucoup. J’aimerais proposer un de mes projet hors Épicerie Séquentielle, avec Benjamin Reiss, à un éditeur plus classique.

Par Mathilde RIGOT


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.