METIERS/Mathieu Rebière, auteur pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Mathieu Rebière

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

J’ai un parcours assez original par rapport aux autres membres de l’Épicerie séquentielle, l’association d’auteurs qui publie Les Rues de Lyon ; je n’ai pas du tout de formation de dessinateur ou de scénariste, j’ai fait des études d’histoire. J’ai préféré me former sur ce que j’aurais à raconter que sur la technique de l’auteur de bande dessiné. J’ai fait une classe préparatoire littéraire, puis une licence d’histoire, une maîtrise d’histoire, etc., pour être professeur d’histoire. Puis, pour pouvoir avoir du temps comme auteur de bande dessinée, j’ai passé l’agrégation, ce qui m’a libéré du temps. Maintenant je suis à temps partiel pour pouvoir consacrer du temps à la bande dessinée. Je suis trois jours par semaine au collège.

Mathieu Rebière
Source : Photographie prise par Z. Trillat

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Ce qui me motivait c’était non seulement de pouvoir publier, mais aussi de participer à une aventure collective. Mon rôle, comme à peu près celui de tous les membres de cette association, est de participer aux tâches collectives pour que l’on arrive tous les mois à imprimer la revue. En dehors du travail de dessinateur-auteur que j’ai effectué sur un numéro, il m’arrive donc de livrer des numéros quand je peux, de conseiller un auteur qui démarre : j’ai par exemple aidé une auteure car elle ne savait pas très bien comment chercher des archives, ou les utiliser. Comme je me débrouille bien dans la recherche d’archives ou de construction d’un scénario, si quelqu’un dans ces domaines se sent un peu fragile, je peux le conseiller. À l’inverse, ce sont deux dessinatrices de l’Épicerie qui m’ont appris à utiliser du matériel numérique pour une récente publication.

Je pense que ce modèle d’une autoédition associative devrait être plus présent. C’est peut-être même une nécessité, par rapport au modèle actuel de l’édition qui ne fonctionne pas bien pour les auteurs, le modèle des Rues de Lyon, c’est vraiment quelque chose de novateur et qui fonctionne, pouvant apporter des solutions.

Crayonné pour la page 4 du numéro 38, Second Front, Lyon dans la guerre d’Algérie
Source : Mathieu Rebière

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

J’avais déjà réalisé une première bande-dessiné sur la prison de Montluc, pour une commande du Mémorial National de la Prison de Montluc, avec un des médiateurs historiques du site, Adrien Allier : dans cette BD on racontait 80 ans d’histoires de la prison en quelques pages, dans lesquelles on évoquait également un personnage de la guerre d’Algérie membre du FLN et qui a été exécuté. A la suite de cette expérience, puisque l’on avait très rapidement abordé la question de la guerre d’Algérie, Adrien Allier et moi-même, nous nous sommes dits que cela pourrait être intéressant de faire une BD dont le sujet serait vraiment la guerre d’Algérie à Lyon, et notamment à la prison de Montluc.

La motivation était de faire connaître aux Lyonnais un lieu qu’ils connaissent déjà, d’une autre façon que celle à laquelle ils sont habitués, sous un autre angle. Et d’une manière plus générale, nous avions également envie d’évoquer la guerre d’Algérie, qui n’est pas encore un sujet très développé en film, en roman, en bande dessinée, …

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Adrien est médiateur historique sur le site, donc c’est son travail de mettre en valeur le site et potentiellement ses archives. Il avait en main tout un dossier pénitentiaire d’un certain nombre de membres du FLN, et on a choisi celui qui nous paraissait le plus intéressant, celui d’Abderrahmane Lakhlifi. Par la suite on a complété cela, en cherchant dans des journaux de l’époque. On a retrouvé également les minutes du tribunal, ce qui nous a permis de retranscrire les dialogues exacts du procès. La particularité c’est qu’en plus des archives, on peut aller sur les lieux : la prison de Montluc est restée à peu de choses près telle qu’elle était, on peut remettre le lecteur dans le décor de l’époque grâce à ce que l’on a aujourd’hui sous les yeux. Pour cette BD, Adrien et moi avons été aidés d’un historien afin de ne pas commettre de fautes majeures.

Encrage de la page 4
Source : Mathieu Rebière

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

On avait un dossier documentaire suffisamment grand, et un nombre de pages suffisamment petit, pour que chaque page corresponde à un élément historique précis. Du coup on n’a quasiment pas d’imaginaire à rajouter.  Par contre on est nécessairement amenés à se figurer des scènes : par exemple quand ils se font arrêter, on imagine un dialogue entre les personnes du groupe, même si ces paroles ne sont pas retranscrites dans les archives. Ce sont des astuces pour faire passer quelque chose. Cela permet de ne pas être dans quelque chose de lourd, on fait tout passer à travers un dialogue que l’on imagine, comme dans un film ou un roman.

Il y a une formule de Pierre Lemaître, le romancier qui a écrit Au revoir là-haut : « L’exactitude je m’en fous ! C’est la vérité qui m’intéresse », et je suis assez d’accord avec cela car il y a de nombreux détails qui ne sont pas très importants, mais en revanche il faut trouver ce qui va être révélateur de la mentalité ou de l’ambiance d’une époque. On ne cherche pas l’exactitude absolue : on fait certes attention à des détails qui nous paraissent plus importants que d’autres, mais on ne veut pas se perdre non plus dans le micro-détail.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Dans l’ensemble de cette BD, nous n’avons pas eu beaucoup de difficultés par rapport à cela.

Par contre des membres de l’Épicerie m’ont recommandé de rappeler le contexte en résumant l’ensemble de la guerre d’Algérie (!), et là c’était difficile de faire rentrer l’essentiel des données en une seule page dans un résumé bref, tout en gardant une page à la fois esthétique et lisible. C’était un véritable défi car on ne pouvait pas faire plus de pages, sinon on empiétait sur l’histoire.

Mise en couleur de la page 4
Source : Mathieu Rebière

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Un dessin réaliste n’est pas nécessairement plus pertinent qu’un autre pour évoquer un sujet historique. Il se trouve juste que mes histoires se déroulent dans ma tête comme un film qu’on pourrait voir au cinéma. Et je traduis ensuite cette vision en bande-dessinée, avec les cases, les ellipses, les bulles, etc… Du coup, c’est un style plutôt réaliste qui me vient naturellement. Réaliste mais fluide, pas raide. Enfin, c’est l’objectif !…

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

J’aime beaucoup la BD historique mais pas plus que d’autres genres : j’apprécie les albums dont les auteurs savent reconstituer un cadre historique à travers une histoire passionnante pour elle-même, par exemple ceux de Ferrandez ou de Bourgeon pour les classiques, ou plus récemment Les Sentier des reines de Ramsay, Il était une fois en France de Nury et Vallée.

Ce travail ne m’a pas fait changer mon regard, il m’a plutôt fait progresser, c’était la première fois que je travaillais avec des feutres à alcool, ce qui m’a permis d’apprendre une nouvelle technique. Depuis je suis également passé à la tablette graphique.

Depuis deux ans que je fais de la bande dessinée, j’ai illustré un livre sur le témoignage de femmes africaines sur la situation féminine, j’ai fait un album pour le Mémorial national de la prison de Montluc, « Songe à Montluc », et enfin j’ai participé à la belle aventure du coffret Lyon 14-18, la vie à l’arrière, une enveloppe mêlant 6 bande-dessinées et des fac-similés d’archives, réalisée avec 8 autres « Épiciers ». Sortie en Novembre, elle a connu un beau succès et vient de recevoir le « prix des Dessinandiers » remis par la « République des Canuts ».

J’ai également un projet important en préparation sur l’évasion du résistant André Devigny et un autre sur Clotilde Bizolon, « la maman des poilus ».

Par Zoé TRILLAT


zoetrillat

Étudiante en Licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon III, promotion 2018. Travail dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.