METIERS/Morgane Velten, auteure pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Morgane VELTEN

Pouvez-vous nous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

J’ai fait l’École Émile Cohl à Lyon et c’est un de mes professeurs qui m’a proposé d’intégrer l’Epicerie Séquentielle. De ce fait j’ai réalisé le numéro quatre des Rues de Lyon, « La bonne amie du Roy », paru en juin 2015, le hors-série « Les Roses de Vénissieux », paru en octobre 2017, et le numéro quarante des Rues de Lyon, « L’exorcisme du couvent ». J’ai aussi fait une histoire courte parue dans Les Légendes de Lyon, édité par Lyon Capitale : « Riches comme Gadagne ».

Morgane Velten
Photographie de César Viricel

Quelles ont été vos motivations pour intégrer l’Épicerie Séquentielle ? Quel est votre rôle au sein de cette structure associative ? En dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une auto-édition associative pourrait être généralisé ou en tout cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

C’est un de mes anciens professeurs qui m’a proposé d’intégrer cette association. Elle est constituée principalement de professionnels de la BD de Lyon et de sa région, ainsi que de passionnés issus d’autres branches professionnelles. Nous sommes également une maison d’édition collaborative :  Tout dans cette association est réalisé par les membres, sauf la comptabilité. Je fais partie du pôle administratif et de celui dédié à la relecture.

J’ai réalisé le numéro quatre, le numéro quarante et le hors-série « Les roses de Vénissieux ». Ce modèle d’auto-édition associative est un très beau projet qui mériterait de s’étendre sur d’autres villes. Notre structure ne va pas grossir mais il faudrait que d’autres associations de ce genre se créent. J’aimerais bien voir dans le futur un numéro des Rues de Paris ou de Nantes. Mais j’ai peur qu’il manque dans certaines villes une cohésion d’auteur pour vraiment créer une structure similaire à la nôtre.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

On ne m’a rien imposé, c’est un membre de l’association qui a un jour proposé cette piste sur l’exorcisme au couvent. J’ai trouvé cette histoire très intéressante, car elle traite d’un exorcisme dans une période de l’histoire de France où la religion tient une énorme place. La plupart du temps nous trouvons des idées de façon très fortuite, au détour d’une lecture ou d’une conversation, et les lecteurs nous en proposent même parfois.

.

Planche 8 de L’Exorcisme du couvent. Étape du story-board.
Source : Morgane Velten

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, avez-vous consulté ces historiens uniquement avant la réalisation des planches, ou leur avez-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

J’ai travaillé seule et effectué un grand nombre de recherches documentaires, mais il est très difficile de tirer le vrai du faux, surtout lorsque l’on parle d’exorcisme. Je me suis rendue aux Archives Municipales de la Ville de Lyon dans le cadre d’une visite privée qui avait été proposée aux membres de l’association. J’ai profité de cette occasion pour demander s’il y avait, à la connaissance des archivistes, des ouvrages ou autres documents sur ce fameux exorcisme. Il n’y avait hélas rien. Ils m’ont proposé de m’adresser au diocèse de Lyon, mais je me suis abstenue car je n’avais que des questions portant sur l’exorcisme. Je me suis alors référée à des ouvrages et des articles trouvés sur internet en étant prudente. Je commence à avoir un bon bagage de connaissances, car c’est la troisième bande dessinée que je réalise sur le Lyon du XVIème siècle.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Dans mes nombreuses recherches sur internet, je me suis toujours questionnée sur les sources ainsi que sur leur fiabilité. Hélas beaucoup se contredisent et s’emmêlent. Pour la date de l’exorcisme lui-même, j’ai trouvé quatre dates précises avec le jour de la semaine, sans savoir laquelle était la bonne, et après vérifications, les jours de la semaine ne collaient même pas avec les dates. Ce fut tout aussi compliqué pour l’âge des personnages. La chronologie ne fonctionnait pas, car Antoinette était censée avoir dix-huit ans lors de l’exorcisme, alors que cela faisait pourtant quinze ans que son amante était partie du couvent. Elle ne pouvait pas avoir trois ans lors de ses relations avec son amante au couvent. Je me suis donc autorisé quelques libertés pour que l’histoire reste intéressante et qu’elle ne soit pas illogique.

Le couvent en question a été modifié, détruit, puis reconstruit de nombreuses fois. La seule trace de l’ancien couvent visible de nos jours est une porte que je n’ai même pas dessinée. J’ai alors recherché des représentations anciennes, ainsi que des plans de couvents ou de monastères de la même époque. Pour les vêtements et les sous-vêtements des nonnes, je n’ai rien trouvé de très concluant malgré mes recherches. Sans doute car elles s’habillent de la même façon depuis très longtemps, depuis l’application de la règle de saint Benoit.

Nous avons parfois des lecteurs très pointilleux qui envoient des mails à propos des détails historiques mal représentés. Mais il faut en général peu de temps pour lire une page, alors on peut se permettre de ne pas tout parfaitement représenter. Par exemple, les décors que j’ai dessinés à l’intérieur de l’église lors de l’exorcisme sont complètement inventés. Pour les scènes en extérieur, j’ai réussi à trouver des plans d’époque du couvent, mais il est très difficile de les interpréter car la perspective est inexistante sur ces représentations. Il y a un équilibre à trouver entre l’utilisation des sources et le souci de réalisme.

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous rencontrer durant ce travail ?

Il est difficile de faire fonctionner des exigences aussi différentes que la fluidité de la narration et la nécessité d’être pédagogique, car si l’on s’y prend mal, la lecture peut être vraiment désagréable. Le plus difficile c’est de choisir les informations essentielles sans trop dénaturer l’histoire.

J’ai eu deux difficultés pendant la réalisation de mon numéro des Rues de Lyon. Tout d’abord, le timing :  j’ai eu trois mois pour tout faire du début à la fin. Le temps a été un véritable problème et je ne me suis autorisée que peu de temps libre durant cette période. Ensuite le choix entre l’utilisation de la couleur ou du noir et blanc pour aborder ce sujet. Je me suis posé cette question jusque très tard dans l’avancée du projet.

Planche 8 de L’Exorcisme du couvent. Étape du noir et blanc.
Source : Morgane Velten

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

Après une longue hésitation, j’ai choisi de réaliser ce numéro en noir et blanc en m’inspirant des robes des religieuses. Je travaille sur ordinateur et je faisais trop de détails dans les drapés, une fois l’image imprimée les détails ne ressortaient pas comme je le voulais, et au lieu de faire de beaux motifs, cela faisait des taches. J’ai donc pris la décision de faire des aplats noirs. J’ai aussi choisi le doré, en référence à la lumière divine et aux enluminures médiévales. Je n’ai pas eu le besoin de vraiment modifier mon dessin car il a évolué avec le temps, en fonction de mes recherches et mes découvertes.

Le dessin réaliste pour aborder une bande dessinée historique n’est pas une évidence pour moi. Mes influences sont plutôt tirées du manga : je ne me sens donc pas attirée par le style réaliste. On peut faire une bande dessinée historique avec n’importe quel style de dessin, du moment que l’histoire est bien racontée et agréable pour le lecteur.

Planche 8 de L’Exorcisme du couvent. Final avec couleur.
Source : Morgane Velten.

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

Non je ne lisais pas particulièrement de BD historique, mais à force d’en réaliser, on s’y intéresse. Je lis plus d’ouvrages de fantasy, ou des tranches de vie, notamment sous forme de mangas ou de romans graphiques, mais presque rien d’historique. J’ai vraiment commencé à lire des bandes dessinées historiques quand j’ai intégré l’Épicerie Séquentielle.

Je lis surtout les autres auteurs des Rues de Lyon. Il y a beaucoup de numéros prévus à l’avance, mais j’aimerais bien en proposer un nouveau. J’attends de trouver une idée et un thème qui me plaisent avant de me lancer. On a un roulement dans notre association, les auteurs tournent entre eux pour que tout le monde ait ses chances.

Je cherche un peu en dehors de l’association, mais cela n’aboutit sur rien de très concret pour le moment : J’aimerais réaliser une bande dessinée se déroulant en Bretagne ou en Irlande dans les années 800.

Par César VIRICEL


cesarviricel

Étudiant en licence 1 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Michel dit :

    *Autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.