METIERS/Matthieu Ferrand, auteur pour Les rues de Lyon

Travail réalisé dans le cadre du cours « Culture historique : Patrimoine » par la promotion 2018/2019 des étudiants de Licence 1 de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (enseignant : Tristan Martine)

Entretien avec Matthieu Ferrand

Matthieu Ferrand à son atelier
Source : Luc Brunet

Pouvez-vous résumer votre parcours, votre formation et votre insertion dans le milieu de la bande dessinée à Lyon ?

Pour commencer, j’ai intégré l’école d’art Emile Cohl directement après le lycée, puis je suis devenu professeur dans cette même école. J’ai travaillé assez vite mais pas directement dans de le milieu de la bande dessinée, plutôt pour des agences de communication, pour le Grand Lyon par exemple. Puis j’ai rejoint l’Épicerie Séquentielle avec des amis, mais c’était un choix personnel.

Un storyboard de l’épisode 1 de Folle histoire des plantes
Source : Matthieu Ferrand

Quelles ont été vos motivations pour intégrer L’Epicerie Séquentielle ? Quel rôle au sein de cette structure associative ? en dehors du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé, avez-vous travaillé d’une manière ou d’une autre autour des autres numéros ? Pensez-vous que ce modèle d’une autoédition associative pourrait être généralisé ou en tous cas dans d’autres villes pour d’autres projets ?

Ce qui m’a poussé à rejoindre l’Épicerie séquentielle, c’est qu’en raison de mon travail je ne voyais plus autant mes amis : cette association constituait précisément un bon moyen de se retrouver pour justement pratiquer une activité que l’on aimait, à savoir le dessin. Mon rôle dans cette association n’est pas réellement défini, car on travaille sur tous les aspects de conception des numéros des étapes préliminaires jusqu’à l’impression du numéro, pour être plus exact en ce moment je suis plus sur la préparation des commandes. J’ai effectivement travaillé sur un autre numéro des Rues de Lyon, le n°10 qui a pour sujet L’exposition Universelle de Lyon en 1894. Le mode d’autoédition est déjà utilisé par d’autres auteurs dans d’autres villes, mais le généraliser pourrait en effet être une bonne idée.

Comment s’est fait le choix du thème du numéro des Rues de Lyon que vous avez réalisé ? Vous a-t-il été imposé ou l’avez-vous choisi vous-même ? Auquel cas, qu’est-ce qui vous a décidé pour le choix de cette histoire ?

Mon choix pour ce numéro ne m’a pas été imposé. J’ai eu l’occasion de travailler avec Mme. Sandrine Boucher, qui avait des informations sur les différentes variétés de légumes qui ont vu le jour dans la région lyonnaise, elle est la co-auteure de ce numéro. Ce sujet m’inspirait, donc j’ai bien voulu me lancer dans la conception de ce numéro.

Un crayonné de l’épisode 1 de Folle histoire des plantes
Source : Matthieu Ferrand

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur l’aspect historique ? Avez-vous consulté des archives, lu des ouvrages spécialisés ? Avez-vous également travaillé avec des historiens ? Si oui, Avez-vous consulté ces historiens uniquement avec la réalisation des planches, ou leur aves-vous demandé leur avis également après l’étape du crayonné ?

Je n’ai pas travaillé directement sur l’aspect historique de ce numéro, car ma collègue Sandrine Boucher avait déjà des informations sur ce sujet qu’elle avait acquises lors de l’un de ses reportages.

Une fois l’ensemble documentaire réuni, avez-vous pris des libertés par rapport à la documentation ? Jusqu’où avez-vous poussé le souci du travail de représentation ? Est-il indispensable que le moindre bouton de guêtre soit réaliste ou ce type de détail est-il secondaire par rapport à une ambiance générale ?

Je n’ai pas pris de liberté quant à l’histoire en elle-même, cependant j’en ai pris au niveau du dessin. J’ai fait d’une tomate l’une des héroïnes du récit : j’ai pris la liberté de personnifier certains légumes car cela aurait été ennuyeux de ne faire que du dessin réaliste. En réalité, le but de cette histoire est d’apprendre certaines choses aux lecteurs, en les divertissant. Cela dit à la page 11 (par exemple), les deux premiers dessins sont réalistes, car je me suis basé sur une photographie. Sur la page 10, on remarque une tente avec un jardin, en fait le jardin n’était pas au même endroit que cette tente, seulement pour montrer que plusieurs variétés étaient présentes, j’ai dû représenter les plans à coté de la tente. Donc pour résumer, je ne pense pas qu’être réaliste jusqu’au bout soit vraiment important.

Un encrage de l’épisode 1 de Folle histoire des plantes
Source : Matthieu Ferrand

Est-il difficile de faire fonctionner ensemble sur 10 planches la nécessité d’être didactique ou pédagogique, d’une part, et la volonté de proposer une narration fluide et plaisante, d’autre part ? Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer durant ce travail ?

Oui il est difficile de faire passer un enseignement tout en restant dans une narration plaisante. En fait le vrai problème est de savoir quand on peut glisser des éléments amusants sans oublier de rester dans un récit réaliste, comme à la page 6 où l’on peut voir des poires qui prennent la pose pour un concours : ici je parle d’un fait réel tout en apportant un élément qui permet de captiver le lecteur.

D’un point de vue graphique, comment avez-vous abordé ce numéro des Rues de Lyon ? Avez-vous modifié votre dessin (ou demandé au dessinateur de le modifier) pour réaliser ce travail ? Pensez-vous qu’un dessin réaliste soit préférable pour traiter de sujets historiques ?

D’un point de vue graphique comme dit précédemment, j’ai pris des libertés en personnifiant les légumes. Je pense que pour une bande dessinée éducative, le style réaliste n’est pas forcément obligatoire, car il peut être rébarbatif.

Une mise en couleur de l’épisode 1 de Folle histoire des plantes
Source : Matthieu Ferrand

Avant de réaliser ce numéro des Rues de Lyon, aviez-vous un goût particulier pour la bande dessinée historique ? Quels sont les auteurs de bande dessinée que vous considérez comme des références dans ce domaine ? Ce travail a-t-il modifié votre regard sur ce genre de bandes dessinées ? Avez-vous réalisé d’autres récits de ce type ou envisagez-vous de le faire ?

J’ai toujours apprécié la bande dessinée historique, car on n’est pas dans une pure fiction et il y a un fond de réalité. Si je devais citer une auteure qui est vraiment une référence pour moi, ce serait Marion Montaigne, dont la série Tu mourras moins bête a été adaptée sur Arte . Cela n’a pas changé mon regard sur ce genre de BD, car c’est celui que j’ai toujours eu. J’ai effectivement un autre projet en cours, qui est avec l’éditeur et centre de recherche « Terre Vivante », basé à Grenoble. Le but est de continuer l’histoire qui est commencée avec le n°22 des Rues de Lyon, et donc de parler de l’histoire des plantes en général.

par Luc Brunet


lucbrunet

Étudiant en licence 1 à l'université Jean Moulin Lyon 3, promotion 2018. Travail réalisé dans le cadre du cours "Culture historique : Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.