EVENEMENTS/Souvenirs de la Grande Guerre : le médecin-chef Victor Hau et l’ambulance alpine de Mittlach

Alors que le Musée de l’ambulance alpine de Mittlach s’apprête à accueillir un certain nombre de documents ayant appartenu au Docteur Victor Hau, qui fut le médecin-chef de l’ambulance de juillet 1915 à janvier 1916, il est permis d’évoquer le parcours de ce médecin de caractère qui l’a dirigée avec compétence et autorité pendant six mois à quelques kilomètres des tranchées et des lignes ennemies, parfois sous une pluie d’obus.

L’ambulance alpine 2/64 est partie de Lyon le 7 août 1914 avec son effectif au complet et tout son matériel  ((L’Ambulance Alpine comprenait 108 personnes : 1 Médecin Major, 1 Médecin Aide, 1 Officier d’administration (gestionnaires), 1 Médecin auxiliaire, 2 Sergents, 3 Caporaux, 37 Soldats infirmiers, 2 Maréchaux des logis, 3 Brigadiers, 57 Conducteurs. Il s’agissait d’un régiment de chasseurs alpins destinés à intervenir dans les zones de montagne.)). Arrivée en Alsace, elle  passera notamment par Bussang, Moosch et Fellering avant de se fixer, le 11 juillet 1915, à Mittlach (Vosges) dans les locaux de la mairie-école. Elle deviendra plus tard l’ambulance 301.

Une formation lyonnaise

Victor Hau est né à Nancy le 10 mars 1875 et décédé à Lyon le 4 novembre 1953. Ces origines lorraines ont forgé son caractère. Ses parents, qui avaient dû fuir la Lorraine en raison de l’invasion allemande, s’étaient réfugiés dans la région lyonnaise, car Gambetta avait octroyé à son père la perception de Chasselay (Rhône) en remerciement d’une contribution active à sa campagne électorale. C’est ainsi que Victor, après le Lycée Lamartine de Mâcon puis le Lycée Ampère, a fait ses études de médecine à Lyon où, condisciple d’Alexis Carrel un peu plus âgé que lui1, il fut notamment l’élève d’Alphonse Fochier et d’Antonin Poncet et bénéficia des conseils bienveillants de Jules Courmont. Reçu quatrième à l’internat des hôpitaux en 1899, il en sortira major et soutiendra une thèse de cardiologie2 devant la Faculté de médecine de Lyon en 1903.

En juin 1904 il deviendra chirurgien suppléant du Dr Héron à l’hôpital de Villefranche-sur-Saône et se mariera à Lyon en 1906 avec la fille d’un négociant lyonnais. C’est en 1910 qu’il prendra la direction du service chirurgical qu’il assurera jusqu’en 1937. Plus tard, durant la seconde guerre mondiale, bien qu’étant déjà retraité il dirigera encore de 1939 à 1946 le service d’oto-rhino-laryngologie.

Un an et demi au front

Il semble qu’il ait commencé la première guerre mondiale dans l’ambulance 2/58 à Moosch près de Thann dans le Haut-Rhin (30 décembre 1914-janvier 1915). Il est passé ensuite à l’ambulance 16/7 basée à Bussang (Vosges). Affecté un peu plus tard au 39e régiment d’infanterie territoriale (RIT), il sera nommé le 9 juillet 1915 médecin-chef de l’ambulance alpine 2/64 (XIVe corps d’armée) à Mittlach près de Metzeral dans la vallée de la Fecht, au pied du Hohneck. Chargé de l’organisation et du fonctionnement de cet hôpital de campagne, il y restera jusqu’au 24 janvier 1916, puis, bénéficiant selon ses propres termes de « la relève automatique », il sera fait médecin major de 2e classe (capitaine) à l’ambulance 2/105, d’abord basée à  Montbéliard depuis le 28 février 1916, ensuite à partir du 23 décembre 1917 à Rambervillers (1080 lits, 150 infirmiers) où il terminera la guerre3.

 

L’ambulance alpine de Mittlach (cl. V. Hau,1915). Une ambulance alpine était alors un local réquisitionné pour servir d’hôpital de campagne.

Il passera un an et demi au front à quelques kilomètres des tranchées et des lignes ennemies, opérant « aseptiquement » tous les blessés, aussi bien Allemands que Français. Il finira la guerre avec deux citations à l’ordre de la division, sera décoré de la croix de guerre le 22 août 1915, mais, bien qu’il ait été proposé pour la Légion d’honneur dès 1917, celle-ci ne lui sera remise qu’en 1923. Après la guerre il sera élevé au grade de médecin major de 1ère classe (commandant de réserve).

Dans sa chambre en uniforme de lieutenant du service de santé (médecin-aide major de 1ère classe).

Victor Hau en salle de soins au front à Mittlach (dessin à la plume réalisé en 1919, cl. B. D.).

Des visites prestigieuses sur le front

Le 8 août 1915 l’ambulance de Mittlach recevra la visite du président Poincaré. Le 29 août, Victor Hau aura les félicitations de Millerand, alors ministre de la guerre. Il accueillera également, le 30 septembre de la même année, Maurice Barrès, Edmond Rostand et le poète Edmond Haraucourt4, alors conservateur du Musée de Cluny. Le 4 septembre c’est au tour de Justin Godart, futur maire de Lyon, alors sous-secrétaire d’Etat délégué au Service de santé, d’inspecter l’ambulance.

La visite au front du dramaturge Edmond Rostand et du poète Edmond Haraucourt (cl. V. Hau, 1915.).

Voici comment le jugeait le médecin divisionnaire Georges dans une lettre du 22 janvier 1916, au moment où il allait quitter Mittlach :

« Vous êtes parti avec votre formation pour la faire fonctionner dans une région qui, depuis sept mois, est constamment encadrée par les obus ennemis. A votre arrivée, la maison qui vous avait été assignée comme lieu d’installation se trouvait dans un état de saleté répugnante. En quelques jours, grâce à vous, celle-ci a été littéralement transformée et muée en un établissement hospitalier modèle. Chirurgien expérimenté, vous avez pu y pratiquer, à quelques kilomètres des tranchées de première ligne, un nombre élevé de grandes interventions auxquelles tant de nos soldats doivent la vie, en raison aussi bien de la rapidité que surtout de l’habileté minutieuse et consommée avec laquelle vous avez su et pu les pratiquer. Les hautes autorités civiles et militaires qui ont, à maintes reprises, visité votre ambulance, ont unanimement témoigné leur admiration des résultats constatés5. »

Quelques objets-souvenirs

Il a laissé quelques objets que voici, qui vont être donnés au musée de Mittlach avec l’album photographique de la guerre.

Il est réconfortant de penser que tout cela ne sera pas oublié et que le Musée de l’ambulance alpine de Mittlach en assurera la mémoire.

 

L’ambulance alpine de Mittlach

Mittlach, seul village de la vallée de Munster redevenu et resté français dès le 21 avril 1915, devient une base française à quelques kilomètres du front. En juillet 1915, la mairie-école de la commune est transformée en poste de secours. L’Ambulance Alpine accueille les blessés tant civils que militaires et sert de propagande pour le service de santé des armées. Malgré la baisse d’intensité des combats, elle servira durant toute la guerre. Le sous-sol de ce bâtiment, aujourd’hui restauré, est devenu le musée de l’Ambulance Alpine. Il s’accompagne d’un centre d’interprétation et d’un sentier de mémoire sur la thématique de l’impact de la guerre sur l’Humain, combattant ou non.

Ouvert tous les week-end et jours fériés d’avril à novembre, les mercredis du 14/07 au 15/08, tarif 2 €.
Il peut être visité toute l’année par un groupe de plus de 10 personnes.
musee.ambulance-alpine@orange.fr

Par Bernard DELOCHE

* L’auteur tient à remercier tout particulièrement M. Rémy Jaeglé, président de  l’association des amis du Musée de l’Ambulance alpine de Mittlach. Les illustrations anciennes sont extraites de l’album de guerre de Victor Hau.

 

  1. Internat de 1896. []
  2. Anévrismes latents de la crosse de l’aorte, Lyon, Storck et Cie, 1903. []
  3. Journal des marches et opérations des ambulances, 8 août 1914-31 décembre 1916 (Archives du Val-de-Grâce, Paris). Le journal était tenu par le médecin-chef. Ces informations ont pu être réunies en grande partie grâce à l’aide de M. Rémy Jaeglé, président de l’association des amis du Musée de l’ambulance alpine de Mittlach, auteur d’un ouvrage en collaboration avec le Dr Philippe Koch, L’Ambulance alpine de Mittlach, Edition SV, 2015. []
  4. Auteur notamment du poème resté célèbre « Partir, c’est mourir un peu » (1890). []
  5. Extrait de la nécrologie parue dans Le Pays beaujolais, novembre 1953. []

Bernard Deloche

Bernard Deloche, né à Lyon en 1944, est professeur émérite à l'Université Jean Moulin-Lyon 3 (chaire de philosophie de l'art), membre du Conseil international des musées (ICOM) et expert près la Cour d'appel de Lyon (ER). Il a enseigné principalement l'esthétique et la muséologie (après avoir fondé un master 2 intitulé "Muséologie et nouveaux médias", qu'il a dirigé pendant 10 ans). Ses travaux et publications portent sur l'esthétique des arts mineurs et sur la muséologie. Il contribue aux publications du BMO de Lyon depuis 1979 (soit 46 articles consacrés surtout à l'artisanat lyonnais, mobilier et orfèvrerie).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search