PERSONNAGE/Hommage à Jean-Paul Tabey

Jean-Paul Tabey nous a quittés soudainement le 12 décembre 2018. Ce fut un généreux donateur, qui sut mettre ses passions au service de la collectivité. Administrateur à la Communauté urbaine de Lyon, où il occupa les fonctions d’adjoint au chef du service de l’administration générale, il fut avant tout un amoureux de sa ville. Ses publications comme ses engagements en témoignent.

Secrétaire de la société des amis de Guignol à compter de 1984, il le demeura jusqu’à sa disparition, assurant, entre autres, un admirable travail d’archiviste, qui lui permit d’écrire une Histoire de la société des amis de Guignol en 1996. Grand connaisseur de cette marionnette et de son répertoire, et reconnu pour son érudition et ses qualités d’auteur,  il publia un Répertoire du théâtre de Guignol en 1991 et  une monographie, intitulée Guignol, marionnette lyonnaise, en 2006. Sa générosité s’est manifestée dans la préparation de l’exposition Guignol et l’envers du décor, tenue aux Archives municipales, et plus largement dans sa contribution au bicentenaire de la création de Laurent Mourguet en 2008. Il collabora à de nombreuses reprises à l’élaboration d’expositions organisées par les musées Gadagne : Bicentenaire de Guignol (2008), 100 ans de la Société des amis de Lyon et de Guignol (2013), Guignol et la guerre (2015). Nous ne manquions pas de l’appeler dès que nous avions besoin d’un éclaircissement ou d’une vérification.

Les travaux du métro rue Victor Hugo en 1975 par Jean-Paul Tabey
AML 1ph5174

Jean-Paul Tabey fut aussi photographe par passion, sillonnant sa ville pour en montrer l’évolution – il faut dire qu’il vécut quelques-unes des plus grandes transformations de Lyon – et rassemblant une remarquable collection, constituée de ses propres photographies et de celles qu’il achetait. Jean-Paul Tabey n’accumulait pas pour le simple plaisir d’accroître ses possessions, il classait très méthodiquement, regroupant ses archives par secteurs en fonction d’un découpage qu’il avait lui-même établi. Avant la lettre, il avait pensé que la géolocalisation rendrait de précieux services aux chercheurs de tous ordres. Il fut très généreux avec les Archives municipales de Lyon, fournissant plusieurs dizaines de milliers de photographies en plusieurs étapes : une première fois en 2002, une deuxième fois en 2010, et tout récemment, par un dernier don. Son fonds, qui présente la particularité d’être sur supports multiples (il comporte à la fois des négatifs, des tirages papier et la numérisation de ces derniers) documente plus de 40 ans d’histoire urbaine. Dans ce travail minutieux et de longue haleine, les musées Gadagne ne furent pas oubliés. En effet, il y déposa une copie de son fonds photographique qu’il mettait régulièrement à jour. En tant que véritable référence lyonnaise, les équipes de Gadagne sollicitaient souvent sa formidable mémoire et son coup d’œil affuté lorsqu’il s’agissait d’identifier une vue de la ville.

Parallèlement à son travail avec les Archives municipales, il se montra généreux donateur avec les musées Gadagne. Au fil des ans, il  déposa au sein de cette institution une documentation en lien avec Guignol et les arts de la marionnette, aussi riche que variée, exceptionnelle par sa qualité et sa rareté. Elle vient enrichir les fonds du musée et porte aujourd’hui son nom.

Son sens de la collection ne se limitait pas à Guignol.  Collectionneur de cartes postales et amateur de vieux papiers, il avait également confié aux musées Gadagne des tickets de bus, billets et tickets d’entrée liés à des événements comme la Foire de Lyon… Il avait compris très tôt que ces papiers insignifiants pour la plupart d’entre nous sont des traces de la vie quotidienne qui prennent une valeur historique avec le temps.

Jean-Paul Tabey avait du reste le goût de l’écriture. Ainsi, presque à la veille de son décès, il avait fait paraître un bel ouvrage consacré au photographe Guy Borgé, dans lequel transparaissait sa connaissance fine  et sensible de l’histoire de Lyon. A travers son hommage, on devine sa passion pour sa ville.

Désormais l’équipe de Gadagne ne le croisera plus quotidiennement dans le Vieux-Lyon alors qu’il venait relever le courrier de la Société des amis de Lyon de Guignol au musée, avant de repartir d’un bon pas travailler sur les archives de la Société, dans les locaux voisins de la mairie annexe du 5e arrondissement. D’un naturel discret et rigoureux, ce passionné d’histoire, qui sut aussi s’intéresser à l’informatique, laisse un bel héritage à nos établissements.

Par les équipes des musées Gadagne et des Archives municipales de Lyon.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.