EVENEMENT/la rue Saint-Jean piétonne a 40 ans !

Au vu de sa faible largeur et de ses vieux pavés, on imagine que la rue Saint-Jean a toujours été piétonne, tant elle est inhospitalière pour tous les autres moyens de transport. Que nenni ! Elle n’est officiellement piétonne que depuis la décision du Conseil Municipal du 12 décembre 1977 et son inauguration le 7 décembre 1978. Cette image du Vieux-Lyon piétonnier ne nous apparaît comme une évidence que depuis quelques décennies : l’occasion d’un retour historique sur la conquête très progressive de cette rue par les piétons.

La marche de l’Histoire ? Une idée de rue piétonne loin d’être évidente

La rue Saint-Jean, artère symbolique du quartier du même nom, n’était pas destinée à être une rue piétonne. Par sa grande densité de commerces en tant que rue principale du quartier et sa situation géographique d’axe Nord-Sud parallèle au quai de la rive droite de la Saône, cette rue est empruntée par des véhicules de toute sorte, sans que cela ne pose problème avant les années 1930. C’est d’ailleurs pour améliorer la circulation générale que les riverains demandent en 1889 la pose d’un revêtement pavé et qu’un élargissement de cette rue à 12 mètres est prévu à plus long terme.

Plan d’élargissement de la rue Saint-Jean, 1926 (AML 922WP86/8)

L’étroitesse de la rue reste le principal problème pour la circulation, dont les désagréments ne sont soulevés qu’à partir des années 1930. Cela s’explique par le fait que le quai Romain-Rolland abrite alors le marché de gros de Lyon, d’où un trafic important de poids-lourds qui deviennent de plus en plus larges : il devient donc impossible pour deux camions de se croiser dans une rue large par endroit de 4,5 mètres seulement, dans laquelle il peut aussi y avoir des voitures en stationnement ! Les riverains demandent la mise en sens unique de la rue en 1933 et les commerçants se plaignent de l’encombrement constant du quartier par les camions en matinée (qui stationnent pour la plupart devant la cathédrale !), mais aucune solution efficace n’est trouvée. Les problèmes de circulation ne semblent pouvoir se résoudre qu’en remodelant profondément le quartier, ce qui donne naissance au cours des années 1930 à plusieurs projets destructeurs pour les immeubles du quartier.

Projet Bourdeix pour le quartier Saint-Jean, Concours de la Société d’Embellissement de Lyon, 1930 (AML 505WP21)

L’élargissement de la rue est alors envisagé, avec la destruction d’une partie des immeubles Renaissance considérés par Edouard Herriot comme « un ramassis de taudis » (dit-il au Conseil Municipal en 1938)… mais une dizaine d’entre deux sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par le ministre de l’Education nationale et des Beaux-Arts Jean Zay en 1938 ! Cette action de protection faisant obstacle à l’élargissement de la rue, ne reste qu’une solution : le déménagement du marché de gros, qui s’effectue vers Perrache en 1960.

Le cheminement vers l’idée de piétonniser cette rue, ainsi que les quelques rues étroites qui en dépendent, naît progressivement à partir de la volonté de valoriser ce patrimoine. L’association Renaissance du Vieux-Lyon (RVL), créée en 1946 avec cet objectif, organise ainsi plusieurs évènements commerciaux ou festifs qui impliquent l’interdiction de la circulation dans la rue Saint-Jean et aux alentours1. L’idée de réduire la circulation fait ainsi son chemin, ce qui permet à la municipalité Pradel d’appliquer plusieurs mesures dans ce sens, comme l’interdiction du stationnement en 1959 et la défense de transformer des rez-de-chaussée en garages en 1960.

La première mention de l’idée de piétonnisation se trouve en 1963, dans un rapport de l’association RVL à la suite du premier colloque « Cités et quartiers anciens ». Elle est rapidement écartée et reste absente des débats sur la création du secteur sauvegardé du Vieux-Lyon, premier de France, en 1964. Entre-temps, l’idée fait son chemin dans plusieurs villes, notamment à Rouen2. L’association RVL, appuyée par les commerçants, arrive à convaincre une municipalité Pradel plutôt réticente de tenter un essai de piétonnisation.

La piétonnisation : un chemin semé d’embûches

Une fermeture partielle du quartier aux voitures est ainsi tentée en décembre 1968 et l’expérience dure… trois jours !  Les divers acteurs se renvoient la responsabilité de cet échec, pointant le manque de volonté de la mairie, l’opposition des commerçants, ou encore une mauvaise organisation. Les problèmes de circulation restent cependant une question aigüe dans le quartier, et RVL ne désarme pas : l’association lance en octobre 1969 une enquête auprès des habitants et commerçants du quartier sur la circulation et le bruit, qui lui sert à mettre en valeur une interdiction partielle de la circulation automobile (de 14h30 à 0h00) comme la meilleure solution pour régler les problèmes de circulation et surtout de tapage nocturne. Cette argumentation de lutte contre le bruit porte ses fruits auprès de la municipalité, qui autorise un nouvel essai en novembre 1970, toujours sans succès.

Par la suite, l’intense campagne de pression sur la municipalité pour la piétonnisation aboutit à celle des rues de la République et Victor-Hugo en 1975 et relance la question de la piétonnisation du Vieux-Lyon. Celle-ci est finalement obtenue, à la suite d’âpres débats dans le quartier, au Conseil municipal du 12 décembre 1977. Elle ne consiste pas simplement à interdire la rue Saint-Jean et les places qu’elle traverse aux automobiles, mais en un réaménagement complet de la rue. Des travaux d’un montant de 2,4 MF, financés au tiers par l’Etat, sont décidés pour la rue Saint-Jean, le reste du quartier devant suivre peu après.

La rue Saint-Jean juste avant sa piétonnisation (AML 1PH970)

La forme de la rue rénovée marque une volonté de retour à un état antérieur, pour accompagner la mise en valeur historique du quartier. Ainsi, les trottoirs supprimés et le profil de la rue en cuvette avec un caniveau central font penser aux rues d’avant le XVIIIe siècle. Si les pavés déjà présents sont réutilisés, un dallage vient s’ajouter pour marquer les entrées des immeubles et souligner certains bâtiments marquants. Le but de cet aménagement original est d’amener le passant à s’intéresser aux éléments patrimoniaux, sans pour autant encombrer la rue de mobilier urbain moderne : les dalles sont conçues par leur architecte Marc Moulins comme un « guide muet » des façades qui les entourent.


Figure 4 : Travaux d’aménagement de la rue Saint-Jean piétonne, 1978 (AML, fonds Tabey)

La piétonnisation de la rue Saint-Jean, étendue aux autres rues du quartier au début des années 1980, ne résout cependant pas tous les problèmes du Vieux-Lyon. Le non-respect de ce règlement conduit à installer des bornes automatiques aux entrées en 1986 et les conflits d’usage restent présents : problèmes de tapage nocturne, critiques sur les mutations des commerces et le risque de « muséification » du quartier, ainsi que son embourgeoisement.

Au-delà de ces polémiques locales, ce cas de piétonnisation d’un quartier historique montre l’importance des mobilisations associatives et des enjeux autour des aménagements de voirie. Le pavage et le dallage font désormais partie de la mise en valeur du quartier au même titre que la restauration des bâtiments, si bien que lors de sa réfection en 2018 (l’aviez-vous remarquée ?), la municipalité a simplement voulu rendre les pavés plus lisses et épaissir leurs joints pour les rendre moins glissants par temps de pluie.

Par Louis BALDASSERONI, doctorant en Histoire contemporaine

Bibliographie

Feriel Cédric, « L’invention du centre-ville européen », Histoire urbaine, 22 juin 2015, n° 42, no 1, p. 99‑122.
En ligne : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2015-1-page-99.htm
> Scherrer Franck, Une association de défense du cadre de vie urbain en quartier ancien, Mémoire de Maîtrise, Université Lumière – Lyon II, Lyon, 1982.


 

  1. Franck Scherrer, Une association de défense du cadre de vie urbain en quartier ancien, Mémoire de Maîtrise, Université Lumière – Lyon II, Lyon, 1982. []
  2. Cédric Feriel, « L’invention du centre-ville européen », Histoire urbaine, 22 juin 2015, n° 42, no 1, p. 99‑122. []

Louis Baldasseroni

Doctorant en Histoire Contemporaine à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Thèse en cours : Du macadam au patrimoine, Modernisation de la voirie et conflits d'usages, l'exemple de Lyon, fin XIXe-fin XXe siècles.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.