PERSONNAGE/Fabien Arcelin (1876-1942)

L’exposition « Rayons X »1 s’est tenue aux Archives de Lyon durant l’automne 2017. Elle a mis en lumière l’activité des médecins et des radiologues pendant la Grande Guerre à Lyon. Cela nous donne l‘occasion d’éclairer quelques épisodes de la vie de Fabien Arcelin, le plus jeune des cinq pionniers de la radiologie Lyonnaise2.

En 1890, un collégien curieux

Fabien a quatorze ans, c’est un enfant précoce. Il veut apprendre, et faire des expériences pour comprendre le monde, les arbres, les animaux, les maladies, l’électricité et la vie sur terre…

Fabien Arcelin – Archives familiales

Au collège à Mâcon, il s’intéresse à l’histoire naturelle, il a des résultats honorables dans toutes les matières afin d’éviter d’être gardé en retenue pour pouvoir profiter des vacances qui le ramènent dans sa maison de la Roche-Vineuse. Ce lieu, berceau de sa famille maternelle, lui est cher : c’est le terrain de ses découvertes. Il collectionne les animaux qu’il dissèque pour monter leur squelette.

Dans une lettre qu’il écrit à son père, il demande : « je désire que vous me donniez un livre contenant toutes les maladies de l’homme, et énumérant les effets produits par ces maladies et comment elles se guérissent. » Il veut encore « un dictionnaire de sciences naturelles et d’anglais», « un livre à lire comme un livre de géologie ou de zoologie »((Lettres de Fabien à son père 1890, archives familiales.)).

Il accompagne son père lors de ses fouilles archéologiques. Adrien Arcelin est archiviste paléographe, il est connu pour être le co-inventeur du site préhistorique de la Roche-de-Solutré (en Saône-et-Loire). Fabien sera capable de poursuivre leurs recherches et plus tard de présenter ses découvertes personnelles à Solutré par des publications et des conférences auprès de sociétés savantes de paléontologie.

Avril 1899, un étudiant inventif

Fabien a 23 ans. Licencié en sciences-naturelles, il s’inscrit en doctorat à la faculté de médecine de Lyon.

Fabien Arcelin – Archives familiales

Le jeune étudiant se passionne pour les rayons X, pour lesquels la recherche est encore récente puisque leur découverte par l’Allemand Wilhelm Röntgen date de 1895.

Dans le laboratoire de l’Hôtel-Dieu, avec son directeur de thèse Etienne Destot, il perfectionne les techniques de radiographie pour étudier les pathologies du cœur. Son travail intéresse le milieu médical car les applications sont prometteuses.

Avec le tube à rayons X, l’orthodiagraphe, créé par Destot, Fabien examine ainsi plus de 2 000 cœurs, contribuant ainsi à mettre au point les techniques de radiographie.

Fabien Arcelin soutient sa thèse de médecine le 7 février 1906, à Lyon. Son sujet est l’un des premiers traitant de la radiologie : Les Formes de l’aire de projection du cœur pathologique, étude de radioscopie orthogonale3.

En mai de cette même année, il est nommé chef du laboratoire de radiologie de l’Hôpital Saint-Joseph à Lyon.

Le docteur Arcelin et le docteur Rafin publient un ouvrage sur les calculs du rein et de l’uretère4, dont les recherches ont été effectuées entre mai 1906 et juin 1911. Cette publication a un grand succès et accroît la reconnaissance dont il bénéficie parmi ses confrères.

En 1909, un mariage lyonnais

Le 20 novembre 1909, Fabien Arcelin épouse Thérèse Chartron. Il entre ainsi dans une famille lyonnaise depuis onze générations.

Thérèse est la nièce de Jean-Pierre Morat, professeur de médecine à Lyon. Celui-ci faisait partie du jury de thèse de Fabien et tous deux sont originaires du même village de Saône-et-Loire. Cet oncle a, semble-t-il, arrangé un mariage qui s’avère heureux. Thérèse collabore avec lui, grâce à ses talents de dessinatrice, en participant discrètement à ses publications. Son époux passe pour un savant distrait, la jeune femme gère la tenue de leur maison et élève leurs sept enfants turbulents.

En juillet 1914, un radiologue pendant la Grande Guerre

La docteur Arcelin en 1918

Son premier enfant naît le 19 juillet 1914.

Durant l’Exposition Internationale qui se tient à Lyon du 27 au 30 juillet 1914, les chercheurs et médecins organisent « un congrès pour la radiologie ». L’article d’A.-M. Delattre5 nous renseigne précisément sur la participation de Fabien Arcelin.

Il est rapporteur du 7e Congrès International d’Électrologie et de Radiologie Médicales. Dans le grand amphithéâtre de la faculté de médecine, il donne une communication intitulée « Phénomènes cutanés tardifs dus à la radiothérapie ». Depuis 1911, il étudie les effets secondaires de l’irradiation, en réalisant des sondages auprès de ses collègues. Les chercheurs de nos jours reconnaissent l’actualité de cette approche pour évaluer les risques liés à l’exposition aux rayons X.

Quelques jours plus tard, la guerre est déclarée. Les collègues allemands, avec lesquels il travaillait, rentrent chez eux ; leur pays devient désormais un ennemi.

Le 2 août, les médecins sont tous mobilisés. Arcelin est affecté au service radiologie et au centre vaccinogène de l’Hôpital Desgenettes à Lyon – qui se trouvait alors sur les quais de Rhône.

Lyon est une ville hôpital où les blessés arrivent en grand nombre. La médecine lyonnaise, pourtant à la pointe du progrès, doit se perfectionner pour faire face aux pathologies de guerre. La radiologie et ses pionniers jouent un rôle important dans le secours et le soin apportés aux blessés de la guerre de 1914-19186.

Son activité de radiologue consiste à rechercher les corps étrangers métalliques, l’examen radioscopique étant indispensable pour guider le chirurgien qui doit extraire les éclats d’obus. Il contribue aussi à perfectionner les appareils radioscopiques. Fabien met au point les techniques d’examen. Il a donné son nom à la technique nommée Incidence d’Arcelin qu’il préconise pour réaliser des clichés du bassin. Le profil chirurgical d’Arcelin7 est encore utilisé de nos jours pour l’examen de la hanche lors de l’étude du col du fémur.

Un médecin humaniste passionné d’archéologie

Après la guerre, le docteur Arcelin poursuit ses recherches tout en exerçant son métier de radiologue et de radiothérapeute comme chef du service de radiologie de l’hôpital St-Luc à Lyon.

Sa passion pour l’archéologie le conduit dès qu’il en a le loisir en Bourgogne où il continue d’explorer la Roche-de-Solutré, terrain de ses premières découvertes sur les traces de son père.

Membre puis président de l’Association lyonnaise pour le développement des recherches de paléontologie humaine et de préhistoire, en 1926, ainsi que de la Société linnéenne de Lyon, en 1927, il expose ses recherches lors de conférences. Il est l’auteur de plusieurs publications sur le site de Solutré.

Le docteur Arcelin et des professeurs américains lors des fouilles de Solutré

Fabien Arcelin meurt à Lyon le 23 octobre 1942, d’une crise cardiaque à l’âge de 66 ans. Comme ses confrères ayant manipulé les rayons X, il souffrait d’un cancer.

Par Marie LAPLACE, généablogueuse
  1. Archives de Lyon, Exposition Rayons X http://www.archives-lyon.fr/archives/sections/fr/expositions/expositions_preceden2700/2017/expositions_2017/rayonsx/ []
  2. N. Foray, « Fabien Arcelin (1876–1942), ou comment on devient radiothérapeute quand on naît archéologue », Cancer/Radiothérapie, vol. 21, no 3,‎ mai 2017. []
  3. Fabien Arcelin, Les Formes de l’aire de projection du cœur pathologique, Université Lyon, février 1906. https://archive.org/details/lesformesdelaire00arce []
  4. Calculs du rein et de l’uretère, notes cliniques et radiologiques, par le Dr Rafin, le Dr Arcelin, ed : A. Maloine (Lyon ; Paris) 1911, 543 p. lire en ligne sur Gallica.bnf. ark:/12148/bpt6k932272w []
  5. Anne-Marie Delattre, « EVENEMENT/Un congrès pour la radiologie en 1914 », Histoires lyonnaises,‎ 9 décembre 2017 https://lyonnais.hypotheses.org/2997 []
  6. Michel Amiel, Sergueï Piotrovitch d’Orlik, Rayons X, une autre image de la Grande Guerre, Lyon, Libel, 2017, 160 p. []
  7. Chevrot A, Arrive L, Vilgrain V et al., « Mesure directe de l’antéversion cotyloïdienne d’une prothèse totale de hanche. Intérêt du cliché de profil chirurgical d’Arcelin », Journal de radiologie, 67, ‎ 1986, p. 881-884 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.