INSOLITE/Un projet d’Hôtel de Ville dans le quartier de la Part-Dieu

Maquette, Atelier Ducaroy et Grange , 1976 (photographie de janvier 1977), reproduction de photographie. AML, 429 Wp 046

Le lancement du projet

Peu de temps après sa réélection le 21 mars 1965, Louis Pradel, lors du Conseil Municipal du 31 mai fait part de sa décision de doter les services de l’administration municipale de locaux mieux adaptés à ses besoins et surtout d’un nouveau bâtiment pour les regrouper. Il envisage alors la construction d’un nouvel hôtel de Ville et désigne, pour réfléchir à ce projet, plusieurs architectes : Bourdeix en tant que chef de file, Bellemain, Cohendet, Gachon, Guillot, Martel, Marin, Zimmerly et Zumbrunnen.
Louis Pradel sait qu’il bénéficie également du soutien du service de l’Équipement et du bureau de l’Équipement urbain de la direction générale des collectivités locales, gérés par le Ministère de l’Intérieur. Le comité technique de l’Équipement urbain, institué par arrêté du 2 juin 1964, a effectivement pour mission de soutenir le ministère dans sa tâche d’assistance technique aux administrateurs locaux. Ils proposèrent notamment des normes pour l’établissement des programmes de constructions des hôtels de ville et des centres administratifs avec des schémas indicatifs et la présentation des procédés d’approbation et de financement..

Au début de la décennie 1970, alors que le projet du nouveau centre urbain de la Part-Dieu est en pleine gestation, Louis Pradel choisit ce secteur pour l’implantation du nouvel hôtel de ville. La SERL, chargée du projet du nouveau quartier de la Part-Dieu, avait alors réservé le lot H, mais le 29 mars 1972, le maire annonce qu’il souhaite un autre emplacement. Le projet est ensuite voté lors du Conseil municipal du 29 mai 1972, mais ce sont les architectes C. Delfante, E. Gachon, R. Bellemain et Payen qui sont chargés de procéder à l’étude et à la réalisation du bâtiment. En 1973, le projet est bien enclenché et l’on réfléchit déjà à l’organisation d’un nouvel organigramme.

L’avant-projet sommaire constitué de plans, d’un mémoire descriptif et justificatif est remis le 18 octobre 1976 et présenté au Conseil municipal le 20 décembre. Le futur bâtiment est finalement projeté le long des rues Paul-Bert, Desaix et du boulevard Vivier-Merle après la place Renaudel. Le coût de sa construction est estimé à 122.800.000 francs TTC.


Un projet emblématique des années 1970

L’atelier Ducaroy et Grange (qui a également réalisé les maquettes de l’Hôtel de la Communauté urbaine, différentes versions du quartier de la Part-Dieu et de la gare, ainsi que de la nouvelle place Louis-Pradel), présente en janvier 1977 la maquette de la version définitive du futur hôtel de ville à la Part-Dieu. Le bâtiment imaginé se présente sous la forme d’un vaste parallélépipède, divisé en douze niveaux, dont trois souterrains en tant que parking. Les circulations verticales (ascenseurs et escaliers) sont marquées en façade et divisent ainsi l’ensemble en trois corps identifiables aux façades en mur-rideau qui associent des baies vitrées légèrement fumées et des allèges métalliques.

La station de bus, la place Renaudel et la rue Desaix isolent tout de même quelque peu l’édifice car le niveau réservé aux piétons n’est pas directement relié par un pont à la grande dalle de la Part-Dieu. Le hall d’accueil est néanmoins placé au-dessus des voies routières. Les niveaux supérieurs sont ensuite réservés aux bureaux des agents, une séparation est cependant imaginée avec un espace pour les « prestations au public » et un autre pour « l’administration générale et les services techniques ». Les bureaux du maire et de ses adjoints occupent quant à eux le dernier étage.

Le nouvel édifice se veut imposant, dans un style propre à cette époque dont il porte la marque très caractéristique, notamment avec ses larges surfaces vitrées et sa forme proche de celle des paquebots. Il est d’ailleurs possible de faire un parallèle avec la préfecture de Gironde de Pierre Dufau construite peu de temps après en 1975, ou avec le centre d’échange de Perrache (inauguré en 1976) où l’on retrouve le principe des jardins suspendus dans les derniers niveaux.

Maquette, Atelier Ducaroy et Grange , 1976 (photographie de janvier 1977), reproduction de photographie - 429 Wp 046 Archives municipales de Lyon

Maquette, Atelier Ducaroy et Grange , 1976 (photographie de janvier 1977), reproduction de photographie – 429 Wp 046
Archives municipales de Lyon


L’abandon du projet

L’étude est menée jusqu’au stade de l’avant-projet sommaire, mais est abandonnée entre la fin de 1977 et le début de l’an 1978 avec le choix d’un nouvel emplacement pour une annexe, voté le 13 février par le Conseil municipal. En effet, suite aux travaux pour la réalisation du métropolitain, un site avec une importante surface au sol est désormais libre juste à côté de l’hôtel de ville historique, à l’angle de la rue Puits-Gaillot et de la nouvelle place (future place Louis-Pradel).

Parmi les raisons qui expliquent ce changement, les logiques financières prédominent naturellement. La construction sur le site de la Part-Dieu aurait coûté bien plus cher comparée à un projet sur le nouvel espace libre de la place Louis-Pradel. Mais le changement d’équipe municipale avec l’élection de Francisque Collomb en 1976 est à prendre en compte. Il convient effectivement de préciser que l’équipe municipale a également souhaité conserver la présence des services municipaux aux Terreaux pour ne pas causer la déshérence du secteur du début de la presqu’île. Francisque Collomb poursuit ainsi la logique de la transformation de l’opération de rénovation urbaine « Martinière-Tolozan » en opération de réhabilitation. En conservant les services de l’Hôtel de Ville avec une nouvelle Mairie annexe aux Terreaux, il s’attache à garder une certaine activité pour ce quartier.

Au final, les aléas de ce projet expliquent en partie l’architecture de l’ensemble immobilier « Porte Sud »construit au milieu des années 1980 avec une reprise du principe du porche urbain à la place du projet d’hôtel de ville, et qui commence déjà à trancher avec le modernisme des années 1970.

Par Julien DEFILLON, Doctorant en Histoire de l’Art, Université Lumière Lyon 2 et Chercheur, service Patrimoine et Inventaire, région Bourgogne-Franche-Comté

Sources :
Archives municipales de Lyon
2018W 14, 2018W 20, 429 WP 40, 429 Wp46, 1613 WP 14, 2018W28

 


Julien Defillon

Chercheur, service Inventaire du Patrimoine - Conseil régional Bourgogne - Franche-Comté Chargé de cours, Université Lumière Lyon 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.