PERSONNAGE/Jean dit Jules Micol (1822-1900), peintre des Beaux-Arts de Lyon, photographe et dessinateur sur tissus.

Jules Micol par Antoine Dolard vers 1860 au 11 place Croix Paquet. Archives de la Sablière.

Jean dit Jules Micol né à Rive de Gier le 15 Octobre 1822. Il perd son père, horloger, alors qu’il n’a que 3 ans, puis sa mère, ouvrière dans la soie, 3 ans plus tard. Parmi les personnages remarquables de sa famille, on trouve sa cousine la très célèbre Mme Récamier.
Son oncle Pierre Micol est désigné pour son éducation et l’initie très tôt au dessin sur tissus qu’il pratiquait de par son métier. Le petit Jules fait sa première communion à Saint Polycarpe puis son oncle le place à l’école mutuelle de Lyon.

Remarquant les talents certains de son neveu pour l’art, il l’inscrit, en 1839, à l’école des Beaux-Arts de Lyon. Pendant ses 2 ans de formation, il suit les cours des maîtres de peinture Bonnefond, directeur des Beaux-Arts et Thierriat, reconnu en France pour ses fleurs. 
A l’issue de sa formation, Thierriat qui était en outre le président de la Société des Amis des Arts de

Lyon lui propose de prendre part au Salon de Lyon dont il est l’organisateur.
C’est ainsi qu’il expose à partir de 1848 : des portraits, des paysages, de magnifiques peintures de fleurs dont une fut récompensée par le duc d’Aumale d’une médaille d’argent. Artiste passionné et cultivé, toujours en quête de perfection artistique, il complète sa formation à Paris où il rencontre Frédéric Ozanam et Henri Lacordaire avec lesquels il se lie d’amitié.

Peu après la mort tragique de son oncle, décédé d’une chute de cheval vers Chaponost, il s’installe montée Saint Sébastien à la Croix Rousse et tient salon tous les mercredis une dizaine d’amis (gens de lettres et artistes) y participent. Les sujets importants sont la religion, la philosophie, l’histoire, l’art et la littérature.
Il pratique le dessin sur tissus dans l’atelier de Pierre Robat à Lyon. Séjournant souvent à Cézerieux dans l’Ain chez son oncle maternel, il dessine des paysages du Bugey, souvent des aquarelles et des petites peintures.

Passé l’âge de trente ans, Jules Micol songe à se marier. L’abbé Chiron, curé de Saint Polycarpe l’introduit auprès de Jean-Barthélémy Chazottier (1804-1891), industriel enrichi dans le velours de soierie. Ce dernier possède une grande fortune, notamment la propriété de la Sablière à Caluire quartier Bissardon acquise en 1849.

Carte Postale de la Sablière vers 1912. Archives de la Sablière.

Il a justement deux filles à marier et Jules tombe sous le charme d’Elisabeth Chazottier (1831-1865) qui tient alors les écritures du commerce de son père. En 1852, Monsieur Chazottier marie donc le même jour ses deux filles à St Polycarpe. Le mariage est fastueux : 40 calèches suivent les fiacres des mariés jusqu’à la Sablière.

Très amoureux de sa jeune épouse, Jules fait d’elle un portrait en 1853.
Il réalise également, en 1860, un immense portrait familial le représentant avec ses enfants et son épouse à la Sablière dans un décor idyllique avec sur le fond de la toile le nouveau lac du parc de la tête d’or.

Autoportrait et portrait de la famille Micol vers 1860 peinte à la Sablière (le peintre, son épouse Elisabeth Chazottier, sa fille Anna Micol, son fils Antoni Micol). 1,30×1,55m.

Ce portrait est son plus grand Chef d’Oeuvre.

Ils ont ensemble 4 enfants dont une fille décédée en bas âge.
Tout au long des années 1850-1860, il fait une série extraordinaire de photographies de la Sablière, du quartier Bissardon, de Lyon, de la construction du parc de la Tête d’Or, des paysages de France et des portraits de sa famille.

Précurseur dans cet art naissant, il comprend très vite l’utilité pour le peintre de la photographie. Avant de peindre ses sujets, il les photographie : fini donc les heures de pose interminables !
Il se plait à photographier des bouquets de fleurs ou les arbres et arbustes trouvés dans le jardin de la Sablière.
La propriété de son beau-père est pour le peintre et le photographe le lieu idéal pour exercer son art grâce à sa position géographique élevée, dominant Lyon et la vallée du Rhône.

La Sablière dans les années 1860 par Jules Micol. Archives de la Sablière.

Il est l’un des tous premiers photographes de son temps et l’ami intime d’Antoine Lumière, Camille Dolard, Nadar, … Ces derniers firent une série de portraits photographiques de la famille Micol et Chazottier.

Son beau-père qui avait une fortune immense, lui fait construire un atelier de peintures et de photographies orienté plein Nord au 14 rue de l’orangerie dans sa propriété (toujours bien visible).

Atelier Jules Micol 14 rue de l’orangerie quartier Bissardon à Caluire et Cuire.

Monsieur Chazottier propose alors à Jules de travailler pour son industrie
Jusqu’en 1873 la société de fabrication de velours de soierie Chazottier-Micol-Triquet prospéra jusqu’à devenir la première dans le domaine du velours à Lyon.
A partir de 1867, ils transfèrent la société du 4 rue de Lorette (Lyon 1er) au 10 rue Lafont (aujourd’hui 10 rue Joseph Serlin) à Lyon 2ème. A partir de la retraite de Chazottier, les affaires stagnent puis la société disparaît 40 ans plus tard à cause d’une gestion calamiteuse.

Elisabeth son épouse meurt en 1865 de complications de santé dues à sa dernière grossesse.
Jules se remarie en 1870 avec Marie-Antoinette Lespinache (1827-1895), fille de médecin, laquelle lui donnera une fille. Il passe le reste de sa vie à s’occuper d’associations et devint l’un des promoteurs actifs de la construction de la basilique de Fourvières grâce à de très nombreux legs. Il souscrivit ainsi pour une colonnette d’une fenêtre de la crypte.

Il meurt le 19 Octobre 1900 chez sa plus jeune fille dans le quartier de Montplaisir à Lyon.
Ses funérailles ont lieu dans l’église St Eucher à Lyon et il est inhumé au cimetière de Loyasse (allée 55).

Bien que de nature réservée, Jules Micol peut être considéré comme un artiste précurseur qui sut s’adapter et prendre part à un 19ème siècle bouleversant alors toute la société de son époque … avec le recul nécessaire à son talent !
Il exerça son art dans le cadre familial et pour quelques privilégiés, c’est pourquoi on trouve dans les collections privées si peu de ses œuvres.

En Mars 2015, la société de Pierre Bergé vendit un lot important des plaques photographiques de Jules Micol dans le cadre d’une vente aux enchères intitulée « une histoire particulière de la photographie ». Pour son Oeuvre de peintre et de photographe, Jules Micol mériterait d’être plus connu aujourd’hui.

Par Maxime DEHAN,  Ancien président de l’assoc. Histoire & Patrimoine de Caluire et Cuire, descendant de Jules Micol
Toutes les sources proviennent des archives de la Sablière qui conservent  des lettres, des tableaux, des papiers administratifs du peintre ainsi que des dessins préparatoires pour les motifs sur tissus.
 

Maxime DEHAN

Né le 19 Janvier 1990 à Villeurbanne. Ingénieur en informatique. Ancien président de l'association Histoire et Patrimoine de Caluire Et Cuire, membre de la Société d'Histoire de Lyon, Ami de l'Académie de la Dombes. Publications : - Didier Petit de Meurville suivi de l'Histoire abrégée de la Sablière. 2013. Editions du Poutan. (résumé publié dans les actes du colloque de l'Union des Sociétés Historiques du Rhône en 2013) - Le Maréchal de Castellane. 2014. Revue de l'Académie de la Dombes. - Histoire de la Salle Gayet. 2018. Revue de l'Académie de la Dombes. - Histoire de l'Oratoire à Caluire et Cuire. Non publiée. - Histoire de la maison Bissardon à Caluire et Cuire. Non publiée. - Articles pour la revue spéciale Lyon People "Châteaux et demeures remarquables de Caluire et Cuire". 2019. - Articles divers sur Caluire et Cuire et la Croix Rousse sur le site Facebook "Connaître Caluire et Cuire et son Patrimoine".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.