PATRIMOINE/Le Grenier à sel du quai de l’Arsenal

Le Grenier à sel en 1858 vu du quai Fulchiron. On distingue la Douane et, à l’extrême-gauche, l’entrée de la rue des Colonies  © Archives municipales de Lyon

Un lieu disparu de Lyon…

Au bord de la Saône, à l’endroit où la rue Sala débouche sur le quai Tilsitt, fut construit au XIXème siècle un imposant bâtiment aujourd’hui disparu : le Grenier à sel. Différentes sources iconographiques et cadastrales nous permettent de connaître son aspect, notamment plusieurs daguerréotypes, ainsi qu’un dossier de l’Inventaire général du patrimoine culturel de Rhône-Alpes. Il nous a paru intéressant de donner quelques éléments de son histoire.
Dans une lettre qu’il adresse en juillet 1806 au baron Rambaud, maire de Lyon, le Préfet du Rhône évoque la nécessité d’édifier un bâtiment dévolu au stockage des sels, dont le commerce vient d’être de nouveau réglementé par décret impérial. Il faut néanmoins attendre 1819 pour que le projet soit véritablement lancé. Le terrain alors retenu par le Conseil municipal se situe le long du quai de l’Arsenal (actuel quai Tilsitt), entre la rue des Colonies (actuelle rue Saint-Exupéry) et la rue Sala. D’abord confiés à Louis-Cécile Flacheron (1772-1835), architecte de la Ville, les plans échoient finalement à Louis-Pierre Baltard (1764-1846), à qui nous devons entre autres le Palais de Justice et la prison Saint-Paul. Il est prévu que le nouveau bâtiment soit adossé à la Douane royale, qui se trouve sur le même tènement -légèrement en amont- et où sont entreposées les denrées coloniales.

Baltard a conçu un vaste ensemble architectural, long de 78 mètres et large de 52. Le bâtiment occupe tout l’angle du quai et de la rue Sala, en face de la commanderie et de l’ancienne église Saint-Georges, situées sur la rive droite. Du quai, la descente en escaliers jusqu’à la rivière permet un déchargement commode des sels, juste devant le Grenier. La surface exploitable avoisine les 4000 mètres carrés. L’intérieur est constitué d’un passage central et voûté, muni de ciels ouverts coniques et qui, en reliant les deux portes monumentales du quai de et de la rue de l’Arsenal (actuelle rue du Plat), dessert des galeries qui répondent sur les 28 magasins -20 grands et 8 petits- où le sel est conservé. Ces magasins sont voûtés en maçonnerie et dotés d’arcs boutants et de dosserets en pierre de taille, de manière à pouvoir résister à la poussée de plusieurs centaines de tonnes de sel, la capacité totale du Grenier étant de 15 millions de kilos. Les murs intérieurs sont badigeonnés de chaux hydraulique de Pouilly pour préserver les pierres de taille de la corrosion. L’ensemble est solidement assis sur des fondations en chaux de pierre de Saint-Germain et en sable du Rhône, et les élévations sont en granit.

Le Grenier à sel en 1855, vu du quartier Saint-Georges  ©Bibliothèque municipale de Lyon

Le Grenier à sel en 1855, vu du quartier Saint-Georges 
©Bibliothèque municipale de Lyon

La construction du Grenier à sel s’étale de 1824 à 1831, et le financement des travaux –conduits par les entrepreneurs Couvert et Cotton– est assuré pour partie par une société par actions, que la Ville met en vente à hauteur de 10 actions de 10 000 francs pour un capital de 30 000 francs, remboursé par intérêt de 6 % par an. Le 25 juillet 1827, la première pierre est posée au nom du roi Charles X par Jean de Lacroix-Laval, maire de Lyon. Au fil du temps, plusieurs réaménagements vont s’avérer nécessaires : dès 1831, baies et circulation sont sécurisées et un corps de garde est aménagé. Au même moment, l’Inspecteur des Douanes royales émet le vœu que soit ajouté un étage destiné à recevoir les farines et le blé que les boulangers déposent à titre de caution. En 1840, une inondation provoquée par une crue de la Saône fait perdre à l’administration des Douanes 800 tonnes de sel. Des travaux sont donc de nouveau engagés en 1842 pour parer à toute nouvelle éventualité : l’eau s’étant retirée par capillarité à travers le dallage en carreaux de Verdun, on coule en dessous une dalle de béton en gravier du Rhône et en chaux hydraulique. La même année, des travaux de surélévation du quai nécessitent un réaménagement de l’entrée donnant sur le quai Tilsitt : les barrières et les chasse-roues sont donc relevés. En 1846, c’est au tour des ciels ouverts d’être bouchés et recouverts d’une charpente et d’un toit à tuiles creuses. En 1853, enfin, une nouvelle série de travaux transforme une partie du passage central en halle aux grains, capable d’accueillir 8000 sacs sur 54 mètres de long et 20 de large.

Le Grenier à sel sur un daguerréotype de 1840. Le quai de l'Arsenal n'a pas encore été surélevé et la passerelle Saint-Georges n'existe pas encore.  ©Bibliothèque municipale de Lyon

Le Grenier à sel sur un daguerréotype de 1840. Le quai de l’Arsenal n’a pas encore été surélevé et la passerelle Saint-Georges n’existe pas encore. 
©Bibliothèque municipale de Lyon

En avril 1860, une délibération du Conseil municipal transfère à Perrache l’entrepôt des Douanes et signe par conséquent la fin du Grenier à sel, qui est détruit dans les mois suivants. Les voies de circulation voisines sont élargies, les terrains vendus et reconstruits d’immeubles entre 1863 et 1871. C’est ainsi sur l’ancienne emprise du Grenier à sel qu’Abraham Hirsch (1828-1913), futur architecte de la Ville de Lyon, édifie la Grande Synagogue en 1863.

Par Pierre-Yves VÉRICEL, Professeur d’Histoire

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. The girl who currently drinks her coffee in a stuffed bat dit :

    Il me laissera décidément un souvenir inoubliable en temps que prof et individu. Non tant par son emphase charismatique que par ses paroles de condescendance bienveillante à notre égard. Son cynisme quant à certaines questions politiques et l’effroi feint devant notre manque de culture générale étaient excellents.
    J’ai affecté de n’en avoir jamais eu rien à fiche, pourtant si… non parce que les sujets abordés me plaisaient de façon récurrente, mais plutôt par son esprit critique fascinant qui m’a aidé à développer le mien.
    (l’article n’était pas mal non plus.)
    Point ne suis-je une inconditionnelle des « hagiographies » auprès des enseignants.
    Je crois que cette fois elle se vaut.
    « Observer attentivement, c’est se rappeler distinctement. » E.A.Poe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *